Skip to Main content Skip to Navigation
Theses

Des professionnel·le·s de la représentation populaire. Les community organizers à Chicago

Résumé : Alors que le community organizing constitue aujourd’hui l'une des formes d'action collective les plus légitimes aux États-Unis, encourageant la participation de classes populaires urbaines que tout exclut du champ politique, les conditions de possibilité de cette participation improbable restent peu étudiées. À partir d'une enquête ethnographique et sociohistorique menée à Chicago, berceau historique de ce répertoire d’action, cette thèse se penche sur le groupe de professionnel·le·s, les community organizers, qui font exister une participation et une représentation politiques profanes. Pourtant, contrairement aux arguments classiques de la sociologie politique, ces professionnel·le·s refusent de parler au nom du groupe mobilisé, la community, se mettant activement en retrait derrière des porte-parole populaires qu’ils et elles sélectionnent et forment. Que dit l’étude de ce rôle des liens entre institutionnalisation, professionnalisation et politisation/dépolitisation ? Pour saisir les ressorts de cette dissociation originale entre professionnel·le et porte-parole et ses effets sur la division du travail politique, on montre comment ce rôle de « faiseur de représentants » émerge, se consolide et se légitime à partir des années 1970, à la frontière entre, d’une part, la tradition d'intervention sociale héritée des initiatives réformatrices des premières décennies du XXe siècle, et d’autre part les pratiques contestataires héritées des mouvements sociaux des années 1960 et 1970. La thèse expose ensuite comment ce rôle hybride, où revendication d’expertise professionnelle et travail de mobilisation et de politisation sont indissociables, se manifeste dans des pratiques quotidiennes de mise en représentation populaire. Celles-ci s’inscrivent dans un espace d’intermédiation largement déterminé par des relations d’interdépendance avec d'autres espaces et champs concurrents (champs politique et philanthropique, « espace des mouvements sociaux ») qui échappent aux porte-parole profanes. Enfin, en déplaçant la focale vers les trajectoires des community organizers, de leurs dispositions à l'engagement aux modalités de maintien dans le rôle ou de reconversion dans d’autres espaces professionnels en passant par l'incorporation en acte de ce sens pratique militant pragmatique, on voit néanmoins que devenir community organizer peut confirmer ou enclencher des dynamiques de politisation individuelle.
Document type :
Theses
Complete list of metadatas

Cited literature [1226 references]  Display  Hide  Download

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02443498
Contributor : Abes Star :  Contact
Submitted on : Friday, January 17, 2020 - 11:10:07 AM
Last modification on : Friday, May 29, 2020 - 5:20:52 AM

File

103151_PETITJEAN_2019_archivag...
Version validated by the jury (STAR)

Identifiers

  • HAL Id : tel-02443498, version 1

Collections

Citation

Clément Petitjean. Des professionnel·le·s de la représentation populaire. Les community organizers à Chicago. Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019. Français. ⟨NNT : 2019SACLV068⟩. ⟨tel-02443498⟩

Share

Metrics

Record views

219

Files downloads

347