, Quelle chanson chantaient les sirènes ? Quel nom Achille avait-il pris, quand il se cachait parmi les femmes ? -Questions embarrassantes, il est vrai

L. Wittgenstein, R. Philosophiques, M. Dastur, J. Elie, D. Gautero et al., Je dois ma rédecouverte de Wittgenstein à la lecture de Jocelyn Benoist de ce passage, lors d'un cours à la fin de ma première année de thèse, MSE, vol.67, pp.64-65, 2014.

L. Wittgenstein, R. Philosophiques, M. Dastur, J. Elie, D. Gautero et al., Elisabeth Rigal, MSE, vol.68, p.65, 2014.

, L'on retrouve ainsi d'un côté un certain « platonisme augustinien » -ou un « augustinisme platonisant

, Wittgenstein imaginera des langages plus simples que le nôtre

, Dans la fiction de Borges, les nombres apparaissent à l'occasion de d'une opération, mais, avant tout, comme un trait du réel luimême : « j'ai parlé du roi et de la reine

J. Qu, ils étaient quatre 334 ». L'arithmétique fait son irruption avec le nombre 4, comme cardinalité de l'ensemble des « sorciers

L. Wittgenstein, L. Le-cahier-brun, N. , and E. Gallimard, , p.137, 1996.

. Rey, He escrito que son cuatro ; ese número es el mayor que abarca su aritmética, p.1075

. Grande-boule,

, Ces bouliers soulèvent, en effet, le même problème : celui de la

, Les deux modèles choisis -la main, le boulier-prétendent

L. Wittgenstein, L. Le-cahier-brun, N. , and E. Gallimard, , p.159, 1996.

, Il n'y a pas « un » usage pour la main dans les opérations de comptage

. Penser, Ashe : celle de convertir des tables duodécimales à des sexagésimales, et à l'usage de la « main » dans ce premier (comptage avec les phalangues)

, El Ferrocarril ; otros números eran Luis Melián Lafinur, Olimar, azufre, los bastos, la ballena, el gas, la caldera, Napoléon, Agustín de Vedia. En lugar de quinientos, decía nueve. Cada palabra tenía un signo particular, una especie de marca

L. Wittgenstein, L. Le-cahier-brun, N. , and E. Gallimard, , pp.160-161, 1996.

J. L. Borges and O. Completas, Caillois : « Au lieu de sept mille treize, il disait (par exemple), Maxime Pérez ; au lieu de sept mille quatorze, Emecé Editores, p.489, 1923.

. Nombres-Étaient-luis-melian-lafinur, . Olimar, A. Napoléon, and . De-vedia, Je lui dis que dire 365 c'était dire trois centaines, six dizaines, cinq unités : analyse qui n'existe pas dans les « nombres » Le Nègre Timothée ou couverture de chair. Funes ne me comprit pas ou ne voulut pas me comprendre. » Quelques remarques : « marca » renvoie à l'idée d'une « marque » -comme dans une carte qui a été pliée pour être reconnue dans un jeu de société et en tirer profit de cette connaissance

, il faudrait peut-être interroger : qu'est-ce qu'un système de numération sinon une « rhapsodie de mots décousus » ? C'est à peu près la question que se pose Wittgenstein lorsqu'il se demande : quelle est la différence entre « Mary, had, a, little, lamb ? » et « one, two, three? » ? De même que l'ami de Funès parlait d'une rhapsodie de mots, Wittgenstein compare la verbalisation de la suite de N à une chanson : The mere saying of the words "one, two, three?" and pointing at objects-this might be anything

, Why we call "one, two, three" and so on counting and don't call "Mary had a little prime, dans la « grammaire » des « nombres funésiens » c'est l'idée de « rapsodia de voces inconexas », litt. « rhapsodie de voix inconnexes ». Je pense que tout se joue là

«. Découssu, caractérise chacun des mots, alors que ce qui est en jeu ici est le fait que le rapport entre ces mots-là est « inconnexe », litt. « sans connexion

, Il faut donc lire, « découssus » les uns par rapport aux autres

E. Cassirer, Substance et fonction: éléments pour une théorie du concept, 1977.

. Ibid, A tous ces propos, consulter l'ouvrage synthétique, Michel Le Du, Qu'estce qu'un nombre ?, 2004.

, celle de Wittgenstein est finie -mais nous empêcherait cela de compter comme nous le faisons d'habitude ? Encore une fois, nous trouverons un certain usage pour compter, à l'aide de ces mots, autant que l'on voudra (après la suite Marie, had, a, little, lamb viendrait par exemple Marie

L. Wittgenstein, Lectures on the Foundations of Mathematics, p.153, 1939.

L. Wittgenstein and L. Cours-de-cambridge, Deuxième partie, Le Cahier jaune, pp.1933-1934, 1932.

, Lorsqu'il est question de la distinction entre des objets récursifs et des objets non-récursifs, Martínez 345 fait effleurer l'idée selon laquelle la

. Como-las-meninas, O. De-vélazquez, . Bien-la-condición-humana, and M. De,

, Mais l'on pourrait caractériser les genres littéraires -plus

. Dans-cet-espace-de-disruption-entre-langage-ordinaire-et-mathématiques,-l'aleph, met en choc nos jeux de langage et l'intuition mathématique. Il s'inspire, plutôt, de cette idée, biblique, repérée à plusieurs reprises par Borges dans ses références, selon laquelle c'est le « mot » qui a une portée « démiurgique ». Rappelons sa formulation de La Cábala

G. Martínez, S. Borges-y-la-matemática, and . Barral, Los tres mundos, Emecé, p.41, 2006.

. Ibid,

«. Dios, cuyas palabras fueron el instrumento de su obra (?) crea el mundo mediante palabras ; Dios dice que la luz sea y la luz fue. De ahí se llegó a la A cette forme sinon de « cratylisme

B. De and . Viterbo, qui n'est autre que l'univers tout entier, qui se cache au sous-sol de sa maison : -Está en el sótano del comedor -explicó, aligerada su dicción por la angustia-. Es mío, es mío: yo lo descubrí en la niñez, antes de la edad escolar. La escalera del sótano es empinada, mis tíos me tenían prohibido el descenso, pero alguien dijo que había un mundo en el sótano. Se refería, lo supe después, a un baúl, pero yo entendí que había un mundo, auquel Borges rend visite religieusement toutes les années après sa mort, explique à Borges les prodiges de cet objet

, Al abrir los ojos, vi el Aleph 348

, puisqu'il y avait là un « monde », littéralement, qu'il y avait « un « monde », c'est dire qu'il y a un « tas de choses », un tas de choses souvent dissemblables, désordonnées ou empilées. Le personnage de L'Aleph, tel l'enfant de De la certitude -mais d'avantage peut-être, tel un Cantor-qui n'est pas encore rentré complètement dans nos façons ordinaires de parler, écoute, là, « monde », et pense qu'il y a conclusión de que el mundo fue creado por la palabra luz o por la entonación con la que Dios dijo la palabra luz. Si hubiera dicho otra palabra y con otra entonación, el resultado no habría sido la luz, habría sido otro, Pointons la logique de l'extrait. Les oncles du personnage lui avaient dit, quand il était encore enfant, qu'il ne fallait pas descendre au sous-sol, p.4

J. L. Borges and «. El-aleph-»-el-aleph, Emecé Editores, p.623, 1923.

L. «-meine-sätze-erläutern-dadurch-;-» and . Wittgenstein, dass sie der, welcher mich versteht, am Ende als unsinnig erkennt, wenn er durch sie -auf ihnen -über sie hinausgestiegen ist. Er muss sozusagen die Leiter wegwerfen, nachdem er auf ihr hinaufgestiegen ist, Logisch-philosophische Abhandlung, Klassiker des modernen Denkens, p.128, 1988.

G. Evans, « Things Without the Mind -a Commentary upon Chapter Two of Strawson's Individuals », Collected Papers, 1996.

G. Berkeley, The Principles of Human Knowledge. Three Dialogues between Hylas and Philonous, 1978.

G. Berkeley, Three Dialogues between Hylas and Philonous -in opposition to sceptics and atheists, trad. fr. Geneviève Brykman et Roselyne Dégremont, trad. Fr. Trois Dialogues entre Hylas et Philonous, 1998.

G. Cantor and .. F. Marotte, Sur les fondements de la théorie des ensembles transfinis, p.1899

G. Martínez, The Oxford Murders, Abacus, 2006.

G. Martínez, . Borges-y-la, and . Matemática, , 2006.

J. Bouveresse, Le mythe de l'intériorité : expérience, signification et langage privé chez Wittgenstein, 1976.

J. Alazraki and . Tlön-y-asterión, Narrativa y crítica de nuestra hispanoamérica, pp.21-33, 1978.

J. Rest, El laberinto del universo -Borges y el pensamiento nominalista, 2009.

, Concepts : introduction à l'analyse, 2013.

J. Benoist, Logique du phénomène, 2015.

J. Benoist, Elements de philosophie réaliste : réflexions sur ce que l'on a, 2011.

, John McDowell, Mind and World, 1994.

J. L. Borges and A. Carrizo, Borges el memorioso [textes d'entretiens diffusés sur Radio Rivadavia de Buenos Aires en août 1979, 1982.

J. L. Borges, Borges oral, 1980.

J. Borges, , 1923.

J. L. Borges, Siete noches & Nueve ensayos dantescos, 1996.

J. L. Borges, O. Complètes, .. R. Caillois, P. Verdevoye, . Paris et al., , 2010.

J. Nuño, L. Borges, R. Barcelona, and . Ediciones, , 2005.

(. ????-????-?????????? and . ?????, , 2011.

L. Wittgenstein, Cours sur les fondements des mathématiques, 1939.

L. Wittgenstein, Über Gewißheit, trad. fr. Danièle Moyal-Sharrock, De la certitude, 2006.

L. Wittgenstein, L. Le-cahier-brun, N. , and E. Gallimard, , 1996.

L. Wittgenstein and L. Cours-de-cambridge, , 1930.

L. Wittgenstein, Editions TER bilingue, 2000.

L. Wittgenstein, Remarques sur les couleurs, Editions TER bilingue, 1997.

L. Wittgenstein, Recherches Philosophiques, 2004.

L. Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus, trad. fr. Gilles-Gaston Granger, Mesnil-sur-l'Estrée, Editions Gallimard, 1993.

L. Wittgenstein, Tractatus Logico-Philosophicus, Logisch-philosophische Abhandlung, Klassiker des modernen Denkens, 1988.

L. Wittgenstein and Ü. Gewißheit, , 1970.

L. Wittgenstein, Wittgenstein's Lectures : Cambridge 1932-1935

C. Rigal and . De-cambridge, , 1932.

M. Panza, « The twofold role of diagrams in Euclid's plane geometry, Synthèse, vol.186, pp.55-102, 2012.

M. Gabriel and . Fields-of-sense, New Realist Ontology, 2015.

M. Blanco and . Arqueologías-de-tlön, Borges y el Urn Burial de Browne, Variaciones Borges, nro. 15, pp.19-46, 2003.

M. Blanco and . Borges-y-la-métafora, , vol.29, 2000.

M. Blanco, La parabole et les paradoxes. Paradoxes mathématiques dans un conte de Borges » in Poétique, nro. 55, septembre, pp.259-281, 1983.

P. Deussen, Allgemeine Geschichte der Philosophie, vol.1, 1920.

P. Strawson, Individuals : an Essay in Descriptive Metaphysics, p.1959

. F. Peter-strawson, P. Shalom, . Drong, and . Sons, Les individus : essai de métaphysique descriptive, 1973.

P. Hamou, Voir et connaître à l'âge classique, 2002.

R. Piglia, Los dos hilos : análisis de las dos historias », Formas breves, 1986.

S. Laugier and . Règles, formes de vie et relativisme chez Wittgenstein, Noesis, Sciences du vivant et phénoménologie de la vie, pp.41-80

S. Laugier, ». Le, and I. Psychanalyse, ERES, vol.4, issue.3, 2005.

Q. Thomas-de, The Poetry of Pope », Collected Writings, vol.XI, p.1897

W. Van-orman-quine, , 2008.