M. Riffaterre, Contraintes intertextuelles », Textes et intertextes, études réunies par E. Le Calvez et M.-C Canova-Green, p.36

A. Gignoux, «. De-l'intertextualité-À-la-récriture, ». , and C. De-narratologie, , 2017.

B. Dominique and C. Jean-charles, L'écriture et son apprentissage à l'école élémentaire, sous la direction de Sylvie Plane. P.141 nous manquera toujours d'avoir été des jeunes gens. Il est perdu pour nous, ce temps précieux pendant lequel nous pouvons apprendre l'équilibre de la voix, du geste à l'habitude de la liberté, de la femme, Un autre regard sur les écrits des élèves : évaluer autrement. » Repères, recherches en didactique du français langue maternelle, p.74, 2002.

. «-ce-n', depuis trois ans, une vie où le geste, comme l'impassibilité, s'empreint d'un caractère d'intensité ou de contention religieuses. C'est une vie où l'on finit par croire à la gravité de tout, même à la gravité de ne point aimer, p.75

«. Ceux-qui-ne-savent-pas-ce-que-c, est que l'existence des jeunes hommes de la guerre, tremblants, exaltés , sceptiques et résignées, exigeants, privés de tout, lourds d'une vieillesse amère, et étayés d'une foi enfantine, ignorent aussi que ce petit ''goût de l'arrière'' nous gâte nos brefs retours à notre vie ancienne, à nos villes, à nos biens, à nos femmes, vol.2, pp.15-16, 1976.

, en rentrant dans ma chambre, je griffonnai quelques notes, puis n'y pensai plus (?) Les hasards d'un déménagement en Suisse, en août dernier, firent remonter en surface des feuillets jaunis. Entre-temps des ouvrages très complets sur Chanel avaient paru, au lendemain de sa mort

. Le-premier-chapitre-intitulé-seule, , pp.17-18, 1996.

, ce soir, c'est à Saint-Moritz, face à la Barnina ; ce n'est pas dans la noire maison où fut, un jour, recueillie, sans élan ni chaleur, une fillette orgueilleuse et fermée, que je commence à vous raconter ma vie passée ; c'est dans un hôtel illuminé, où les riches prennent leur plaisir et leur repos laborieux. Mais pour moi, dans la Suisse d'aujourd'hui comme dans l'Auvergne d'autrefois, je n'ai jamais trouvé que la solitude. A six ans, je suis déjà seule. Ma mère vient de mourir. Mon père me dépose, comme un fardeau, chez mes tantes, et repart aussitôt vers une Amérique d'où il ne reviendra jamais, vol.4, 1997.

, La description des conditions de travail de « la mère, pp.14-15

. La-journée-commence, De surcroît, au printemps et en été, tu entretiens le jardin, ramasses les légumes. En hiver, tu fends du bois, dois balayer et pelleter la neige. Le soir, après un rapide repas le plus souvent pris debout, tu te penches sur leurs devoirs, leur fais réciter leurs leçons. Puis elles montent se coucher. Mais pour toi, la journée n'est pas encore finie. Une règle jamais énoncée, mais à laquelle aucune de vous dans le village n'oserait se soustraire, veut que les femmes ne restent jamais inoccupées. Le travail, le travail. L'ancestrale, la millénaire obsession de la survie, le besoin farouche de faire reculer la misère, d'enrichir si peu que ce soit le maigre avoir qu, Le ménage, les repas, les vaisselles, le linge à laver et repasser, l'eau à aller chercher pour vous et parfois les bêtes, les lourds bidons de lait à porter à la « fruitière », les lapins, la volaille, les cochons

. Guan-chun, Après le silence un peu, je commence lui raconter mes histoires. Quand j'étais petite, j'habitais à la campagne avec ma famille. Ma manifique grande maison était en contraste violent avec une nappe verte de blés devant chez moi. On était censé fortuné à ce moment-là. Ma mère est morte de métrorrhagie après avoir m'enfanté. Je n'avais aucune impression de ma mère. Mon père m'aimait tendrement mais il rentrait une fois par an à cause de faire du commerce. Chaque fois qu'il rentrait, il a me rapporté beaucoup de livres. En l'absence de lui, j'aimerais bien lire ces livres et assimiler des connaissances ou des idées. Ces livres laissaient-moi penser que mon père m'accompagnait toujours. J'étais très seule parce qu'il n'y avait pas autre enfant de mon âge dans la grande maison. Il ne restait que un gestionnaire de la maison et quelques femmes de ménage. Mon seul ami, Charles, était un fils du paysan près de chez moi. Charles avait trois ans de plus que moi. Tous les jours, on s'amusait et grimpait sur un arbre ensemble, Les lumières du soleil pénètrent par la portefenêtre dans le bureau. Ma mignonne petite fille porte un vieux grand livre dans ses bras en entrant le bureau et me demande "Mamie, qu'est-ce que ce livre? Pourriez-vous m'accompagner la lecture

, Au revoir!" à Charles. Depuis ce jour-là, je ne le rencontrais plus. Après la guerre, j'étais oblige de me marier avec un riche commerçant. Selon son âge, il pouvait être comme mon oncle. Bien qu'il ait été très riche et généreux, il n'acceptait pas trop d'éducation. Je me suis fait sentir qu'il m, Un beau matin, il m'a mené à notre base secrete. Sur une colline, il y avait un grand arbre et elle est pleine de lilas. Le souffle du vent qui passait les herbes vertes portait le parfum suave de fleur. J'étais si contente de tourner en rond en riant

J. , Heureusement, je ne m'inquiétais pas de la vie, je pouvais vendre des livres d'occasion à loisir. Tous les jours, j'amais bien être vêtu simplement et observer les allants et les venants tranquillement. Les clients étaient peu et rare mais à tous les trios heures de l'après-midi, il y avait toujours un homme qui ouvrait la porte et entrait régulièrement. Il s'asseyait dans un coin et lisait calmement. Son visage lateral était si joli que j'ai fixé mes yeux sur lui automatiquement. Son temperament était si inimitable qui m'attirait beaucoup

A. Avoir-fermé-le-bouquiniste, Les franges sur le pan de la jupe se balançaient avec la mélodie. J'ai fume un cigare, j'ai bu du vin, j'essayais d'employer tous les moyens pour dissimuler la solitude. C'était ma vie nocturne. Un soir du jour, j'assistais à la partie comme d'habitude. J'ai vu un jeune homme qui était assiégé par plein de filles à la mode. Ils faisaient une grande clameur. Cependant, le jeune homme semblait que je le connais de vue, mais je ne parviens pas à me rappeler qu'il était accidentellement. Je ne pouvais pas détacher mes regards de son visage. Il se semblait que je le regardais. J'ai détaché mes yeux de lui tout de suite et feint comme si de rien n'était, mais mon coeur vibrait. Je ne pensait pas qu'il ait délaissé les filles pour m'inviter de danser. Avec la musique, on a dansé distraitement. Il m'a dit sa fortune et sa réussite sans s'arrêter. Mais je ne le les intéressais pas du tout. Je m'ennuyais de plus en plus. Apès la conservation, j'ai trouvé que le jeune homme devant moi était Charles. Toutefois, il semblait qu, mon mari toujours aimait avoir beaucoup de partie fastueux dans la maison. En écoutant du jazz, j'ai dancé avec l'étranger maintes et maintes fois

, En le voyant, j'avais des battements de coeur. Dans sa conversation, il avait plein d'idées. Ses yeux brillaient de confiance en racontant des histoires. Il se répandait un témperament charmant en bavardant avec moi. Mon mari savait gagner de l'argent mais il ne savait pas se parler à coeur ouvert et encore il ne me comprenait pas. Néanmoins, j'étais ravie d'un homme mystérieux. Avec sa description vivante, il semblait que je pouvais apprécier et comprendre tout ce qu'il avait vu et qu'il avait entendu. Ces choses intéressantes m'ont fait rire. J'étais très heureuse de discuter avec lui. Après avoir le fini, il m'a dit que j'étais sa confidente. J'ai fait au revoir de la main en riant mais il y avait un peu de sens de perte dans mon coeur. Je suis rentée à la maison, bien que mon mari ait trouvé ma frustration, il ne m'a rien dit et il a demandé à la domestique de me verser du thé. C'était le thé de la rose que j'aimais boire d'ordinaire, Et après, je suis allée dans un bar et j'ai pris un verre seule. Le bar émettait le jazz désinvolte, je méditais profondément sur tout ça

, En feuilletant les nouveux livres d'occasion, j'ai supposé comment leur dernier possesseur était. J'espérais que le carillon éplien sur la porte a sonné à trois heures de l'après-midi. L'homme venait quotidiennement, avant de partir, on faisait la causette superficielle. Il partagait des nouvelles choses récentes avec moi. Je lui recommandait quelques nouveux livres qui étaient digne de lire, Les jours se suivent, j'allais encore dans mon bouquiniste tous les jours

, Je pense que j'étais comme le renard que le petit prince avait rencontré. Il m'avait apprivoisée graduellement. Je savais qu'il serait parti un jour mais je ne pouvais pas m'empêcher d'être éprise de lui

U. Sonné, mais il a apporté le message du depart. L'homme a ouvert la porte comme d'ordinaire, il n'a pas lu le livre, mais il est allé vers moi et m'a dit qu'il venait de sortir en navire du jour. J'étais tellement désemparée que je l'a regardé avec les yeux embués de larmes. Il a souri , il m'a regardé tendrement en essuyant les larmes de moi, il a touché mes nez délicatement, il m'a mené la main dans la mains et m'a dit "Allez! Tu n'étais pas heureuse de rester ici. Allons-y!" Il riait

, Tout le monde écoutait de la musique jazz en buvant la bière, les filles comme juste les hommes. J'ai choisi un bon siège avec une boisson non alcoolisée. Le bar était plein d'un air charmeur, avec les chansons. ''Ciao, ma chérie! '' un homme a entamé une conversation avec moi, mais je ne l'ai connu pas. Son attitude désinvolte m'impatiente. Cependant qu'il parlait, j'étais intéressé à lui. Il a parlé de son entreprise et sa pensée. Ensuite, à mon tour, j'ai parlée de mon rêve mais aussi ma pensée. Je n'ai jamais été si content. Après le concert, je suis rentrée chez moi. J'ai pensée à lui le jour et nuit. J'ai vraiment voulu rencontrer lui encore. Quelques mois après la nuit nous avons connu, nous rencontrions à Paris. On est tombé amour immédiatement. On parlait de la vie, la musique, la famille et l'amour en mandeant les desserts j'aimais. Mais, bonheur n'a pas duré longtemps. Un jour, il a eu un accident de voiture, et il a été mutilé dans l'accident. Le médecin a coupé son bras, que j'ai dormi sur ça. Je n'ai pas su que je peux faire. Et lui, il s'est écroulé totalement. Il a bu du vin et fumé beaucoup tous les jours. Il a perdu la confiance et il est quitté sa famille avec grande douleur. Il n'a jamais contact avec moi, mon coeur a sûrement été brisé. J'ai su que il est allé au lieu sensual. il n'a rien mais de l'argent et c'était de lieu besoin seulement de l'argent. Pendant six mois, j'ai vécu ma vie dans le but. J'ai coupée mes cheveux courte, j'ai mis les boucles d'oreilles et les robes noires, Huei-xin Après la guerre, notre vie était paix et heureux. Avec l'éducation universel, j'étais capable de apprendre nouvelles choses quoi j'ai envié beaucoup d'années. Les femmes ont acquis une autonomie, elles sont comme elles sont. J'ai trouvé que amasser des connaissances a pourvu apportez-moi un autre monde

, Je pense à lui parfois, il est brave mais aussi timide. Bien que il est parti moi et ta famille parce que de l'accident, il est brave à choisir sa vie. Je suis content à ma vie maintenant, j'ai ma famille, mes amis, et mon amour. Il est un gentleman, sympa et de la plus importance, il n'a pas un bras aussi. Il a perdu son bras pendant la guerre. Il est pleine d'espoir et il travaille pour lui-même

. Lin-chen-quand-j'étais, Et en 1924, Jeux Olympiques aura lieu à Paris. C'est ma chance ! Je souhaiterais participer au jeux olympique au tennis. A cette époque, tout le monde aime faire la fête, les filles souhaitent un travail et un copain, ces sont les rêve. Mais pas moi, j'ai une vie heureuse. J'aime mon mari, je le suis très reconnaissante. Il ne me empêche jamais de faire les choses que j'aime. Je trouve toujours que ce suffit, mais je sais que si je ne participe aux jeux je regretterai. J'ai parlé à Jérôme des jeux. Il a me ri et dit "Arrête ton cinema

. Le, Je le dis que je ne rentre pas depuis longtemps, donc je veux rentrer seule pour quelque mois, ou même une année. Il n'ai pas content mais il m'approuve. Enfin, je vais au camp d'entraînement. Le moment j'arrive le camp, je vois une personne connue, c'est Nicolas ! Je suis très surprise que il soit ici. Il me voit et dit :' Salut ! Renée ! Pourquoi tu apparais ici ? Je m'étonne de te voir, mais je suis très heureux, On trouve que je suis très énergique. Un an plus tard, après je me entraîne, je dois aller au camp d'entraînement. Donc je dis à Jérôme, 1924.

. Le, Jérôme me manque, nous nous envoyons chaque semaine. Mais il sait pas du tout quelle stressé je sois. Je rêve que je puisse lui dis. Ce moment, je dois m'adonner au jeu

, Ils ont eu un combat, et alors, Mélanie a quitté en conduisant. Malheureusement, elle a heurté une femme sur la route, et elle a trouvé que cette femme était celle qui avait resté avec Antoine la nuit-là. Lorsqu'elle était impuissant, Jean est apparu! Jean lui a dit, t'avais écrit tous les jours pendant un an, et toi, tu n'avais jamais répondu! Tu étais très heureuse sans moi

. Je-m'appelle-corrine and . De-la-france, Un jour, il m'a invitée à donner unereprésentation. Grâce à cette chance, je me suis exercée dure. J'ai porté la corset noire et la robe à étages noire sur la représentation. J'étais très belle à ce moment, Après cette representation, tous les étudiants m'ont connue bien. Il y avait beaucoup de garçons qui m'aimaient. Mais, la plupart des garçons m'aimaient silencieusement

, Celui me faisais plaisir. Mais, dans peu, je m'ennuyais parce que je n'ai eu rien à faire. La femme de chambre faisait tous les ménages tous les jours. J'ai juste pris les repas, écouté de mon marie, lu la presse et regardé le paysage pareil par la fenêtre. J'ai trouvé que je n'aimais plus mon marie, Un garçon riche m'a adressée et nous nous avons été en société. Après avoir eu terminé nos études, nous nous sommes mariés favorablement

, Je l'ai abordé. Elle s'appelle Pauline. Ensuite, je lui ai donné rendez-vous fréquemment. Nous avons parlé de quelque choses banales, nous sommes promenées dans la forêt et avons regardé le beau paysage sur le précipice. J'étais heureuse et décontractée quand j'étais avec Pauline. J'écrivais mon journal tous les jours. Il a consigné mon moral de l'amour pour Pauline. Mais, je savais que j'étais juste une amie pour Pauline. Car j'ai sorti toujours, mon marie trouvait bizarre. Il a commencé farfouiller mes choses sur la table quand j'étais absente. Il a trouvé mon journal de l'amour et il l'a lu. En même temps, 'Je dois partir ici parce que je vais me marier avec mon copain. Au revoir, ma amie chérie, Un jour, quand je traversais la route, j'ai regardé une belle fille qui a porté la robe pailletée et brodée et quelques bijoux pour cheveux. Elle a été tellement belle que je suis tombée amoureuse

, Tu devrais avoir honte de ce que tu fais.' il m'a dite. La famille était très célèbre dans ce quartier car ce scandale a été juste entre nous soit dit. 'J'espére que tu enfante un petit garçon pour perpétuer mon nom

, Pour me tuer, d'abord, j'ai couvert mon visage avec un sac en jute pour n'avoir pas peure de l'haut de précipice. J'ai pu me souvenir de le temps que avais passé avec Pauline en avancant. Ensuite, j'ai porté un costume noir car j'ésperais devenir le copain de Pauline. Et puis, j'ai mis un bande de papier qui a écrit ' Je suis une homosexualité. ' et j'ai porté mon journal de l'amour. J'ai voulu dire à tout le monde 'L'homosexualité est innocent

, et mon père était très célèbre pianiste pendant le début du 20ème siècle. Grâce à ma mère faisait beaucoup attention à ma capacité dans la musique quand j' étais petite, de plus j'ai hérité du talent musical de mon père, j'étais ce qu'on appelle la génie de musique

, Presque chaque nuit, il rarement rentrait chez la maison pour accompagner avec nous, voire a eu l'air de flâner sans but dans les rues, donc a flétri sa réputation. Même s'il est rentré, il a couvert avec une odeur désagréable de l'alcool, et incapable de contrôler son humeur, puis nous a battu comme plâtre. Cette douleur enterré profondément dans mon coeur, je n'ai plus joué le piano. Ma mère n'a pas pu tenir la répétition d'une telle situation que m'a pris déménager de Paris à la campagne, Nous nous y plaisions et nous nous sommes vite réadapté à la vie très libre

J. Un and . De-nouvelle, Lors de la discussion, il m'a dit qu'après la Première Guerre mondiale il a eu un grand nombre de jeunes amérciains avaient envie de vivre une vie d'exil auto-imposé à Paris dans les années 1920, parce qu'ils ont commencé à douter et être confus de le monde autour d'eux. Soudain, il a sorti sa trompette et improvisé une chanson. Ce fut mon premier contact du jazz, je me suis mis à avoir suscité un grand intérêt dans ce type de musique. Puis il m'a demandé comment aller la capitale pour assister à un concert de jazz, qu'il s'était énervé. Je l'ai regardé en émoi, en pensant il ne serait pas certain que je rencontre mon père quand je revienne à Paris. Après a expliqué l'intention à ma mère et nous sommes quittés

. Après,

À. Toutefois and . Ma-grande-surprise, monde, les ports des femmes étaient au-delà que j'ai pu imaginer. Tous les gens se plongeaient dans un tourbillon de divertissements, en particulier la vie nocturne. Comme ma curiosité pour le jazz

. Dans-le, Avec un grand intérêt, j'ai commencé à apprendre comment jouer du piano à la perfection du jazz. Donc je suis revenue à l'étreinte de la musique, et j'ai reçu beaucoup d'enseignements d'un maître. Six mois plus tard, je servais en tant que pianiste dans un groupe de jazz avec Joseph dans certains boîtes de nuit. Il avait décidé de rester à Paris comme stagiaire qui me sentait très contente. Étant donné que la passion de la musique ainsi que les efforts acquis, ma visibilité dans le jazz accroyait graduellement

U. Néanmoins and . Jour, Je pensais qu'il avait eu un tel comportement au passé, peutêtre il a eu une raison pour cela! En fait, sur cette coutume populaire si hardi, il m'a changé, qu'en ma personnalité ou mentale. Autant plus avec le courage de rêver

. Wen-wei, Grand-mère Anne, dis moi la histoire à propos de la raison pour laquelle vous vous mariez avez Grand père Pete devant d'aller me coucher. '' dit Alex. ''Ben, c'est une longue histoire

, Son père était très riche, il était occupé, donc il n'y avait le temps accompagner sa fille. Anne a aimé bien article de luxe. Elle aimait suivre la mode et vouloir les yeux des hommes, Anne était une jolie fille qui était issue d'une famille aisée

, Entre ces hommes, Anne aimait Yvan plus, il lui a donné de l'argent et des vêtements chers. Elle a met la robe fluides, le décolleté en V et le bijoux pour cheveux. Par exemple, quand il y avait un parti, Yvan a souvent acheté plusieurs robes décolletée pour Anne de choisir. Grace à Yvan, Anne a eu une chance de poursuite la tendance du jour. À cause de l'amour. Sur l'autre sens, Anne a joui de s'attacher à variété de riche homme. Les hommes a offert de l'argent, beaucoup de bijoux superbes et tout ce qu'elle a voulu

. Cependant, Ils allaient à Paris parce qu'il y a beaucoup de amis d'Yvan voici. Anne a ouvert une usine de vêtements pour la haute société, elle a vendu beaucoup de tenue de la mode, c'est populaire entre les dames. Anne a réussir une grande fortune en ce moment. Pour cette raison, Anne avait une plus grande droit de décisions économiques, elle aimait bien ce travail et elle avait bien remercié Yvan. Sans Yvan elle ne serait pas réaliser son rêve. Elle a commencé à penser à ce que la voulait plus. L'argent, les amis, la famille ou l'amour ? Pour Anne, elle a décidé de poursuivre son véritable amour. Elle savait que Yvan bien traitée, mais elle ne l'aimait pas de la profondeur de coeur. Anne était capable de gagner de l'argent par ellemême, de sorte qu'elle voulait rompre avec son mari. Yvan l'aimait bien, il a dit : Je t'aime et je voulais que tu sois heureux. Grace à lui, Anne est retourné à être seule, Anne ne voulait pas se marier à l'homme parce qu'elle se voulait marier avec Yvan. Mais, sa mère n'aimait Yvan du tout. Après une salve de contestation intense

, Anne pensait qu'il lui était Mr. Right, il lui a donné beaucoup de surprise et de fleurs. Anne était heureux, mais il a constaté très occupé, parfois, elle ne pouvait même pas contacter avec lui. C'est très bizarre. Un jour, Anne est allé a une cafétéria, elle a constaté que son petit ami était juste là avec une petit fille. Dans le même temps, cette petite fille a appelé une jolie femme 'maman'. En rupture de son étonnement, cette petite fille était sa fille ! Anne savait qu'il était lui mentir, Le premier homme chanceux a été un homme d'affaires, son travail a été la vente de bijoux. II était aussi très riche et beau. Pour le début

, Jusqu'à ce qu'un jour, il y avait un homme est venu à sa vie. Il était pas riche du tout. II était un boulanger, qui a nommé Pete. II apportent souvent du pain à Anne parce qu'il savait que Anne aimait gâteaux. Pete aimait Anne de la première fois quand Anne est venu à sa boulangerie. Depuis ce temps, il a décidé de la protéger. Mais il avait peur de son effrayer

, Mais elle ne croyait pas en l'amour, et elle ne pensait pas que Pete l'aimerait. Jusqu'à ce qu'un jour, Pete a décidé de dire Anne qu'il l'aimait. II a faut un gros gâteau et cette faveur était le préféré de Anne

, Dit Anne. ''Grandmère, je l'espère que pouvoir trouver mon véritable amour.'' dit Alex ''Dors, mon cher. Vous serez, Anne est devenu de plus en plus heureux, et elle a constaté que l'amour pouvait être très belle

. Yi-ting, Quand sa mère habillait Charlotte en drapée et élégante, elle prenait involontairement. Elle n'aimait pas porter des bijoux. Pendant les période d'étude, je ne entendais pas que Charlotte faire mention de tes amants, mais je regardais plusieurs des lettres d'amour pour sa amante Morgane. Dans toute la phrase, elle révélait son sentiment réel. Je pensais et je souhaitais que ces jeune couple beaucoup de bonheur. Pourtant une accident, il emporte tout ce qui est beau. Morgane s'est endormie dans cela. La mort est la douleur atroce. Je ne l'ai jamais vu que ouvrir à son coeur. Le temps passait très vite, sous la chance elle est allée à Paris pour participer à la mariage de membres de la famille. Dans une somptueuse villa, les gens écoutaient la jazz, buvaient l'alcool.Tout le monde jouait de la vie luxueux, il n'conduisait pas très morale. Il avait réjouissances toute la nuit, le spectacle bruyant répétait continuellement. Je pansais que ce la nuit soit passer pâle mais ont été également un intéressant épisode a eu lieu. Charlotte a rencontré une femme. Elle se assoyait à la chaise haute sans sourire, La lumière du soleil avait de plus en plus. L'été commençait, mais aussi à la saison des vendanges. Moi, Je m'appelle Madeleine. J'étais une gouvernante de la famille Ravons depuis 20 ans. Je suis maintenant devenu une femme gâteux. La famille Ravons. Elle ne habitait pas à Paris. Monsieur Rovons avais été un professeur. À cause de réussir en affaires. Il a gagné beaucoup d'argent. Madame Ravons aussi avait accès à l'éducation, mais je n'aime pas sa attitude arrogante

, Il était salace et ivrogne. Pour Charlotte, elle semblait impossible de se passer de lui, mais pourquoi? Peut-étre pour sa fille ou le fardeau de la mariage conventionnel. Tournant la porte, j'entendrais une querelle d'amoureux de temps en Deux ans après le mariage d'entre la fille et l'homme, la fille avait vingt ans et le plus attendu de la journée est arrivé! Mais cette fois, la visite de la fille parisienne était un cauchemar pour la fille. La fille parisienne est apparue et tenu son mari par la main, son seul espoir a disparu, son seul amour a resté loin d'elle! La fille a été dans une grande dépression, elle a souvent frappé son coeur douloureusement et ne fait rien

, Le Mari de la fille est désolé parce que la fille a eu un grand changement, bien qu'il l'aimait beaucoup, mais il ne l'a pas compris du tout. Après une réflexion, il a finalement décidé de redonner la liberté de sa femme

, elle a porté la robe léger et était bronzé, il y avait beaucoup d'oeuvre d'art sur la table, la fille a peinturé sans arrêt, bien qu'elle n'a pas eu des inspirations, mais de l'enfance à la présente, ce moment est le plus bon moment pour elle. La fille avait un rêve depuis l'enfance, c'est le défilé de mode de paris, et maintenant, elle était très heureuse que le rêve peut-être réalisé. Soudain, la porte du bistro a été ouvré, une femme aux cheveux courts et portait des vêtements sportives a marché devant la fille et alors assis. La fille a arrêté la peinture pour regardera à la femme, ils ont souri à l'autre. Ils savaient bien que la

. Xi-rong-c'était-un and . Été, Au fait, je l'ai dis on a aimé exrimer quelque superficiels, mais il faut clarifier que on n'est frivole pas du tout, au moins il n'est pas. En moment de l'été finira, il lui faut revenir à l'universitaire, il prenait le cours de littérature. Et moi ? Ma père me dit toujours que je vais se le marier, mais je n'ai prêt pas du tout du tout ! John est aimable, c'est vrai, mais je grandissais avec lui. Il est seulement mon gentil frère. C'est tous. Le jour là, mon amie, Cassie m'a invité chez elle pour un petit fête. Elle m'a dit « Ce sera trop de merveilleux personnes, Vien ! Tu seras amuser bien ! » J'ai porté le vêtement que je l'aime bien en pensant c'est juste un petit fête, il n'a besoin de porter quelque exagéré. C'est un robe longue avec les faux plis, le robe couvre mes jambe jusqu'au cheville, selon la parole de ma mère, c'est plus approprié. Je n'avait supporsé jamais comment cette nuit m'a changé, les plus chaud été depuis l'an qui je suis né. John et moi, on s'est promené au marché aux puces en New York, celui qui apparâit seulement dans le week-end. On a léché la glacé à la vanille en commentant les bijoux fantaisie et s'est exprimés quelque superficiels commentaires

J. Eu-peur-de-parler-À-les-autre-excepté and C. , je n'ai pas encore vu quelque intéressant. » C'est mal élevé que une mademoiselle adresse comme ça ! Je lui ai répondé « Rien spécial, mais je suis né en cette ennuyée ville, je vous excusé pour le défaut. » Elle m'a souri « Je suis désolé, mais je veux juste vous parler, espère que vous ne me dérange pas. C'est vraiment une extraodinaire ville. Je m'appelle Amber. Et vous ? » « Charlotte. » J'ai considéré Amber secrètement, elle a les cheveux rouge vraiment à court, comme un garçon. Elle a porté les pontalons, une chmise sans manches, découvert ses bras. C'est étonnant mais attachant,non ? Nous avons bavadé et bu innombrable champagne, chaque personne a tenu une cigarette, on a discuté tous type de quelque choses, du Jazz au opéra, de la littérature à la philosophie. Je me sens libre parmi ces gens, même si je me suis comporté comme une fille stupide de la commencer. La nuit-là m'a changé beaucoup, mais ce été premier fois que j'ai pensé à quelque chose sur la société. Avant, je m'avait inquiété pour le mariage, le vêtement, Je suis coincé avec elle pendant un certain temps. Enfin elle est fatiguée avec moi et elle a dit «Allez-vous trouver un homme bon ou quelqu'un que vous pouvez parler, je vais me trouver un peu de vin. » Ainsi, j'ai bu mon champagne moi-même et regardé par la fenêtre. Quelqu'un a marché derrière moi, elle m'est démandée « Que est-ce que vous regarde ? J'ai y habité depuis cinq ans

». Suivez-moi, Cette nouvelle,ça vient trop vite que je ne peux pas réagir. « Je vais partir dans trois jours, si tu considères bien, viendras à cette maison, j'y reste avant que je quiterai. » Elle m'a embrasée, encore une fois. Ah ! Tu es le toxique ! Tu me fais craquer ! Je suis revenu chez moi et commencé à emballer les bagage. Comme les gens disent « L'amour a son instinct, il sait trouver le chemin du Coeur comme le plus faible insecte marche à sa fleur avec uneirrésistible volontée. » Amber, même si nous ne nous connaisons pas longtemps, il se sens on se comprend puis que je étais enfant. Tout à coup, John envahit dans ma chambre, il semble qu'il est plus calme qu'avant. Il m'a questionné « Est-ce que tu iras avec elle ? C'est vrai ? Je te souhaite que tu peut considère un peu plus temps. » « C'est ma vie, je pourrais choisir la façon dont je veux vivre. » « Mais, pense à ton famille, ce que les gens diront ? » « Je le sais. Je sais ce qu'ils discutent, pourtant c'était ma vie, dit les gens j'irai à la Paris pour travailler pour la mode. La femme est mon patron.» « Je te comprend, de tout façon, bon chance ! » Il est parti sans regarder derrière soi. Je suis revenu à le grand maison, attendu d'elle et pensé de comment je ferai pour se recevoir. J'attends du midi à l'après midi, elle ne paraît pas. Je suis tout panique que je ne sache rien. Est-ce qu'elle me abandonée? Je n'est sais pas. Enfin, il y a un gaçon apparaît, il me dit « Je suis désolé, elle ne peux pas vous voir. » « Pourquoi ? » Je suis abasourdi de son paroles. « Elle est déjà parti, son bateau est déjà sorti du quai. » En ce moment, j'ai réalisé que je ne peux pas revenir à l'ancienne vie sobre. J'ai coupé mes cheveux longue en, Est-ce que tu es disposé à venir avec moi, on ira à la Paris ! La ville de la mode ! » Elle m'a demandé de tout son coeur. « Attende !Je besoin d'un peu de temps pour réfléchir

, Je ne leur parle pas du tout. Parce qu'ils n'écoutent jamais mes mots. Je veux joindre dans le mouvement des femme ; mais je reste à la maison et je broder seulement, Je veux bien rechercher mon amour idéal

, Beaucoup de femmes, comme moi, n'ai pas la liberté. Nous désirons qu'il y ait le droit de vote pour les femmes. Et nous sommes désireux d'égalité du social et de la culture

, Je ne peux pas endurer cette condition. La femme a besoin d'un travail car sa famille n'a pas assez de l'argent. Pourquoi est-ce qu'elle est humiliée par l'employeur ? Je veux sortir pour le mouvement des femme, mais mes parents disent à moi que si je sors, ils ne me laissent plus aller a l'extérieur. Ils ne comprendent pas du tous. Je suis à moitié folle. Je n'ai pas d'ami qui discute avec moi ou suppporte avec moi. Et mon mari indifférent et impitoyable sait seulement travailler pour l'argent. Sur égalité entre hommes et femmes, il dit il s'en fiche. Je veux bien le battre avec ma main. Je ne mange rien maintenant. Je ne sais pas quoi de faire pour féminisme. Nous encore ne peux pas travailler ; nous encore ne peux pas voter

. Yong-qi, Je ne pourrai jamais oublier ce jour-là. Je l'ai rencontrée la première journée d'éblouissement

, Elle avait le corps maigre et la peau blanche. Elle avait les yeux verts avec des sourcils clairs. Ses yeux pétillants comme une émeraude brillante, Qui était-elle? Vous voyez, elle n'était pas grande ni petite

, Autour d'elle, un par un les femmes ont été courageuses pour vivre le vrai. Katherin était très confuse. Elle voulait trouver son rêve. Mais elle ne savait pas qu'est-ce qu'elle voulait vraiment. Elle a pensé qu'il était de sa vie

, Mais en ce moment, une femme est apparue devant Katherine. Parce que la vue était floue par la pluie, Katherine n'a vu que d'une paire de yeux brillants d'elle. Cette femme a demandé, avec sa voix douce neutre: "Bonsoir, mademoiselle. Avez-vous besoin d'aider?" "Oui, oui, j'ai besoin d'aide!!! J'ai perdu et ma voiture est tombée en panne, Ce fut une nuit de fortes pluies. Katherine est allée dans la ville pour acheter des articles ménagers

, Katherine a hésité encore s'elle doit accepter. Parce que, après tout, Elaina était une personne inconnue. Mais enfin Katherine a pris une décision audacieuse

, Au début, Katherine était un peu nerveuse. Mais comme le temps passait, elle a attiré progressivement sur le humour d'Elaina. Les personnalités de Katherine et Elaina sont tout à fait différentes. Elaina était comme une représentante des années 1920 des nouvelles femmes. Elle avait ses propres idées. Elle sait clairement ce qu'elle veut. Elle avait le charme fou et la confiance. Elles ont parlé toute la nuit. Les prochains jours, Elaina avec Katherine jouaient partout dans la ville. C'était inclus une salle de bal et tavernes. Elaina est comme son nom, comme une flamme brillante. Katherine a été profondément attirée par elle

, Ceci est probablement la chose la plus courageuse qu'elle a fait dans sa vie. Katherine était petits inquiete que ses parents n'aient pas pu accepter leur amour

. Mais and . Dit, Bien sûr, ma chérie. Pourquoi pas? Je crois que tu as le droit de poursuivre ton bonheur si l'objet est mâle ou femelle

, Katherine était très reconnaissant à ses parents. Et puis, elle était reconnaissant ce magnifique, 1920.

. Yi-ling, La salle est bruyante et tous les gens bavardent heureusement. Cela me rapelle le premier jour où je t'ai vu

C. Edgar, . Quand, and . Frappé, Il y avait des gens qui buvaient en bavardant et il y avait des hommes et des femmes qui s'embrassaient en dansant le tango. Mais c'était toi qui laissait mes yeux arrêter. Tu embrassais avec une femme dans le coin, puis, tu fumais le cigare. c'était pourquoi je te regardais. Tu avais des cheveux courts et tu mettais des bandeaux avec des plumes sur sa tête. Tu portais beaucoup de maquillage et des longues boucles d'oreilles à géométriques. Pour les vêtements, tu mettais la robe en genou longueur et des gants de perles de nacre. Ta robe noir sans manches est en satinées avec un décolleté en V assez profond

. Initialement and . Au-centre-de-la-salle, Tu as crié : ¨Commencer !¨ Après, tout le monde était excité et avait cessé de te regardais. Ensuite, tu as commené à danser le charleston. Tu étais une bonne danseuse

, Parce que je ne pouvais pas accepter tes actes--profitais de frayer avec une femme et fumais. Mais j'ai su que j'avais tort après j'ai vu la solitude dans tes yeux. Cela me rendais de vouloir en savoir plus de toi. Je me suis dirigé vers Edgar. Puis, j'ai signalé à elle et demande Edgar :¨La femme qui dansait le charleston au centre, tu connaissais ?¨ Il a détourné son regard à contrecoeur et il m'a répondu :¨Oui, elle était la meilleuse danseuse à Paris.¨Je n'étais pas surpris de cette nouvelles, Je me suis alors demandé :¨Tu savais son histoire ? Elle respirait isolement et cela m'a

A. Dix-minutes, Un jour, sa mère et son amant ont tué son père. Le lendemain, ils ont jeté Alice et ils sont allés loin avec tout l'argent. Malheureusement, ils sont morts sur l'accident. Un peu de temps, tout le monde savait ce scandale. Alice souffrait ridiculiser par les gens des cercles sociaux de Paris. Bien qu'elle a hérité de l'immense domaine, elle n'était pas heureux. De plus, elle ne croyait plus en l'amour. C'était pourquoi elle était très proches avec les femmes. De plus, elle commençait à fumer de la marijuana. ¨Après avoir entendu ton histoire, j'étais très angoissé et je voulais faire quelque chose pour toi. C'était pourquoi j'ai été fouiner ton trajet quotidien autour de la salle, ¨C'était une histoire très longue et triste. Elle s'appellait Alice

. Avantageusement, Je marchais à ta table et puis, je commençais à te parler :¨Bonjour, je m'appellais David. Je t'avais vu dans la soirée chez Edgar. Tu étais une très bonne danseuse. ¨¨Eh, merci. Enchantée, je m'appellais Alice¨ Tu m'as répondu froid. J'ai senti que tu ne voulais pas bavarder avec moi plus

. Le-surlendemain, Au fait, pouvais-je obtenir mon prix? J'avais très faim. ¨Elle a répondu mignonnement. ¨D'accord, on irais.¨ On est allé au restaurant. Puis, nous avons pris le menu à 100 francs et j'ai commandé une bouteille de vin de Bordeaux. Nous mangions et bavardions en écoutant de la musique jazz. Initialement, je partageais les choses intéressantes qui ont passé pendant mon avant voyage. Tu écoutais en souriant. Mais après une heure, tu as bu trop beaucoup. Ensuite, tu m'as dit ce qui se cachait à l'intérieur de toi: ¨ Quand j'étais petite, je pensais que mes parents s'aimaient. Je ne pensais jamais qu'un jour ma mère aurait un amant et ils tueraient mon père. Mais ce qui me rendait désespérée était que ma mère m'a abandonné. Je ne savais pas pourquoi elle a choisi son amant et m'a quittée. Bien qu'ils sont morts à cause de l'accident, je n'étais pas heureux. Parce que je ne serais jamais avoir la chance de demandé sa réponse. Ces années, je n'étais pas heureux comme tous les gens savaient tous les choses qui se sont passées dans ma famille. Ils se moquaient de moi. A cause de la vacuité de mon coeur, j'ai décidé de changer la façon dont je vivais-je me réveillais jusqu'à 14 heures, ensuite, j'allais au bar pour buvais et écoutais de la musique jazz. A la fin, j'allais aux soirées et fumais de la marijuana avec ma copine.¨ J'étais triste quand je t'ai vu pleurer, donc je promets dans mon coeur: Je ne pouvais pas changer ta passé mais je pouvais laisser ton avenir différent et plus heureux! Les jours suivants, Je courais pour toi à cheval en hurlant :¨Salut Alice! Quelle coincidence! Je ne pensais pas à te rencontrer ici. Tu aimais faire de l'équitation aussi? ¨¨Oui, je jouissais de faire l'équitation, parce que ça me calme quand je couvais au vent. Voulais-tu rivaliser avec moi?¨ Parlais de ton hobby, tu as détendu et tu es devenue plus bavarde

J. , Puis, chaque fois que je t'ai vu sourire, mon coeur battait très intense. Je trouvais que je suis tombé en amour à toi. Mais, je ne voulais pas dire je t'aime à toi

, Je savais qu'il vaut mieux que tu sortes de la vie sans signification. C'était pourquoi je t'ai suggeré d'utiliser l'argent que vos parents t'ont quitté pour ouvrir une galerie d'art. Tu as accepté mon suggèrent et tu travaillais dur pour fonctionner sa galerie. A mon grand plaisir, tu n'allais plus à la soirée. Mais tu profitais ta vie et faisais ta galerie d'art de mieux en mieux. Un an après, j'ai trouvé que tu ne résistais plus l'amour. Donc je me suis décidé à te demander d'être ma femme. Je t'ai invité chez moi et je nous ai fait un diner. Après le diner, je t'ai dit :¨Je ne pouvais pas changer ta passé, mais je voudrais accomplir ta vie avec mon amour, pourrais-tu me donner la chance?¨ Tu souriais avec des larmes dans tes yeux et m'as répondu :¨ Absolument oui ! Je te voyais déjà que mon mari. Je n'avais pas pu passer tous ces mauvais souvenirs sans toi. C'était toi qui me donnait la force de vivre, Un jour quand nous avons diné, je t'ai dit : ¨Pourquoi pas monter une galerie d'art? Je savais que tu avais un sens aigu de l'art.¨

, Je ne peux pas attendre pour dire mon serment : Que de temps perdu pour rien, ne rêvant que de toi ma reine. Pensant que ca me ferait du bien, de t'aimer plus que moi-même. Moi qui croyais te connaitre, moi qui t'aimais tant. A qui mon coeur bat nuit et jour, à qui mon âme veille toute la nuit. Je te présente tout mon amour, tous mes veaux et mes envies. Et je voyage sans retour, avec toi pour toute la vie. Tu es la seule qui me secoure, de toutes mes peurs et mes ennuis. Et à entendre tes discours, j'en serais toujours ravi

. Enfin and B. De-mariée, qui couverte de motifs de fleurs et de la gaze translucide. Tu mets la volie qui est longue pour la surface. Tu es la plus jolie femme dans mes yeux. Tu marches vers moi et mets ta main dans ma main. Nous sourions parce que nous savons que nous ne serons jamais lâcher la

. Yi-wen-c'etait-une-soire, Crystal et sa soeur Stéphanie ont participées une fête , elles ont rencontrées à Adrian, Crystal c'est la femme de Monsieur Henry , ils sont mariées Yu-xuan Je me suis retrouvé différents. Je suis assis ici, mais mon esprit continue à tourner. Je ne peux m'empêcher de penser que

, Je me souviens du temps quand j'étais petit

, Et on a s'arrêté notre voiture, puis a passé toute la nuit dans un cafétéria bavarder avec des artistes ou écrivains. Parfois, nous avons rencontré des stars de cinéma si nous avons eu la chance ce soir-là. J'étais fou de films! J'ai même coupé mes cheveux comme Louise Brooks, super court mais fantastique. J'étais jeune. Je jouais et se mettais à rire tous les soirs. Mon père fait aussi. Mais je ne savais pas pourquoi j'ai pu trouver quelque chose de tristesse dans ses yeux, n'importe comment dur il a se mit à rire. J'ai juste senti la douleur de poupée sur lui. J'ai deviné que c'était à cause de la guerre. Mais j'étais trop petite pour le sentir. Et mes parents ont me protégé très bien donc je ne pourrais pas dire que ce qui a été changé après la guerre. Parfois, j'ai essayé de demander à mon père, mais il a toujours ignoré ma curiosité, mes parents. La vie était riche et plein d'espoirs. Moi et papa a aimé faire un tour en sa Peugeot

. Oui, il est mort de maladie cardiaque avec tristesse. Mais je pense que je suis mort plus tôt

, Mais je ne voulais pas à blâmer lui. Parce que je pourrais faire la même chose si j'avais su que ma vie serait un désastre. Après ces effets graves, mon père était malade. Et toutes les choses ont changé rapidement. Nous avons déménagé dans un petit village. C'était le lieu de que mon père a grandi. J'ai pris soin de lui chaque jour jusqu'à sa mort. Je l'aimes beaucoup, mais je n'ai pas versé toute seule larme, Trois mois avant qu'il était mort, nous avons déclaré faillite

, Il avait l'air très timide. « Pardon? » « Votre père a mis en place toutes les choses pour vous avant qu'il... qu'il est mort

, J'étais trop fatiguée pour penser et poser ou lui refuser. Et j'ai dit: « Bon, emportezmoi.» J'ai suivi ce garçon de la campagne sans même demander son nom

L. «-suzanne, Son nom est Marcel. Il vivait avec ses parents et ses frères dans une grande maison. C'est pourtant assez grand pour ce village. Ils élèvent des animaux de ferme et les vendent au marché local. Famille Bouvier n'est pas super riche mais la vie est assez stable. Au moins, ils n'ont à se soucier des repas. Marcel sait que j'était venu de Paris et n'avais aucune expérience de travail, afin qu'il m'a laissé faire quelques tâches. Cela signifiait que je n'ai pas besoin de les aider dans la ferme. Bien sûr que sa mère n'était pas content de ce sujet. Mais Marcel a toujours insisté pour elle. Je suppose que c'était la première fois, il a dit non à sa maman. Il a dit NON pour moi, vous marier à Marcel Bouvier comme votre mari et être fidèle à lui pour toujours? » « Oui.» Oui, j'ai épousé le gars qui m'a ramené après le funérailles de mon père

. C'est-un-garçon and . Marcel, Et je ne savais rien sur l'agriculture donc je ne pouvais pas lui donner de réponse. Après la naissance de notre fils, nous avons commencé avoir une petite conversation plus. Mais très vite, j'ai réalisé que ça ne suffisait pas. J'ai besoin de parler à quelqu'un beaucoup plus souvent. J'ai pensé que Marcel remarqué alors il m'a demandé si je tiens à les aider à vendre les oeufs

, Je n'aurais pas fait ce travail

J. , Il était maigre, mais très beau. Il a acheté toujours deux oeufs et une bouteille de lait. J'ai commencé discuter avec lui. Puis j'ai découvert qu'il était très intelligent! Il a étudié très dur parce qu'il voulait aller au Collège à Paris. Nous avons eu beaucoup d'intérêts mêmes en littérature et en art

, Avant que je suis mort encore une fois

, Moi et Fernand, le jeune homme intelligent, a rencontré secrètement chaque semaine. Il n'a pas besoin de se battre pour notre pays parce que sa famille avait le privilège. Mais la situation a été de me tuer. La vie est devenue plus difficile. J'ai détesté le donjon de maman de Marcel m'envoie-t-il des oeuvres. J'ai détesté pour s'occuper de mon fils

, « Marcel va rentrer bientôt. » dit la maman de Marcel

J. , Non pas à cause de Marcel revenir mais la vie pourrait aller retour normale

, Mais je me trompais

, Et ses frères. J'ai donc eu beaucoup plus de travail qu'avant. Marcel est devenu passif et irritable. Nous avons souvent avancé avec l'autre. J'ai parlé à Fernand Marcel et moi. Je lui ai dit que je ne supportais plus. Puis, Fernand a promis de m'emmener loin de là

, Nous avons eu un grand combat plus tôt et il a semblé vouloir rompre le silence. « Dont?, « Je dois assister à un funérailles demain. » a déclaré Marcel

, Son vieux père était assez pauvre avant. Maintenant il a perdu ce petit garçon. » « Ne sont pas de leur riche et de bonne réputation? » "Quoi? Non. Ils sont agriculteurs. Mais ils n'ont pas beaucoup de terres. Et Fernand n'a jamais aidé son père travailler. Il était faible et malade. Il a toujours rêvé d'aller au Collège à Paris mais en fait il a seulement est diplômé de l, « Je pense que nous avons un seul Fernand dans notre village

, Donc il n'a même pas de prendre part à la guerre. » Voix de Marcel s'envola. J'ai pensé que mon coeur et mon âme s'envola trop. Je ne m'endors depuis cette nuit, « Tu veux dire comment il est mort ? Il avait été malade pendant ans

, Il n'y a aucune raison pour moi de rester ici plus

. «-je-veux-aller-À-paris, Je ne peux pas rester ici sans plus. Je veux partir. Ce n'est pas la vie que je veux, Tu es fou?! » Marcel m'a répondu. «Je suis sérieux

, » J'ai parlé d'elle légèrement. J'ai essayé d'être tendre. Je veux résoudre ce problème doucement

. «-impossible, Et j'ai obtenu la réponse froide et dure

«. Ma-mère-m'a-laissé-quelques and . Bijoux, Bon, alors nous séparer. Je ne veux pas porter vous ou votre fils avec moi à Paris. Je déteste tout ici, y compris votre famille. Si le divorce est la seule façon alors je l'ai aurait choisi sans aucun doute

«. Tu-as-dit-quoi?-»-marcel-a-parlé-d'une-voix-horrible, Et mon mari peut seulement parler de cochons et de vaches et de toutes les merde. J'ai besoin de quelqu'un à qui parler Hemingway ou Picasso avec moi ! Je veux quitter! » J'ai gardé pleurer mais ne pouvais pas arrêter de crier. Marcel lentement se approchait progressivement. Je me suis senti effrayé. Il a voulu me tuer ! Oui, il allait me tuer

, voulu attaqué son bras gauche, mais il a s'éloigné. J'ai écharde dans son coeur

. Il, Il saignait. Je suis tombé aussi. Les ciseaux ont abandonné ma main

J. , Ses yeux ne désemplissait pas de panique et de tristesse

S. «-je-t'aime, . .. Je-voudrais-t'embrasser, and . Désolé, D'accord? » Je suis assis ici, mais mon esprit continue à tourner je ne peux m'empêcher de penser que

, Eh, Yoël, tu sais, j'ai déjà assisté à plusieurs entrevue, et ce n'est pas pour mon âge, c'est parce que je suis une femme! Même, j'ai pensé à aller à lécole d'art de Yaël comme un modèlee! '' ''Non, je ne suis pas d'accord! Et, ce que tu cherche quels travails?'' '' Le éditiur de journaux et de journaliste, puis, ingénieur chargé de l'entretien, je crois que je peux bien faire!'' Yoël a secoué sa tête, assis en face de Yanna, placé sa main sur les frêles épaules maigres de Yana, Ellie est une femme qui est né dans les années vingt en France. Elle avait juste vingt ans. Elle avait les cheveux courts et noirs, les yeux limpides, les lèvres rouges. Elle ''Quand es

. Sur, Quels Américains fous!'' Yanna a souri, rentré seul à la boulangerie, voulait faire quelque dessert pour remplir l'estomac. Quand elle a mis la plat dans le four, elle s'est retourné et vu un grand homme regarder sa face sur la fenêtre en verre. Si ce n'était pas pour le cool,belle face et le très jolie nez, elle a déjà appelé la police, Yanna a été amenée par les collègues au bar en face de boulangerie. C' était un peu nerveux pour une adolescente

. L'homme-se-gratte-sa-tête and . Sourir-timide, Cet home est très différent que les typique arrogant parisiens! Yanna a bavardé avec le grand bel homme avec amusant. Elle a appris que il est Xavier, il a 26 ans mais il a déjà obtenu le diplôme doctorat et maintenant, il donne des cours dans l'université de Yoël! Yanna a folle. Elle aime la personne qui est intelligente et humble, et cet homme, il a une belle, doux voix ! Depuis toujours, Yanna n'a pas le fantasme comme une fille ordinaire. Elle voudrait vivre sur leur propre l'avenir, sans aider d'autrui. Et puis, elle a une réalisation que elle peux nourrir sa famille et même laisser tout le monde la connaît. La présentation de Xavier a perturbé la coeur calme. Comment faire? La plan de vie est aucun de homme! Mais elle veut vraiment avoir cet homme qui bavarde avec elle déjà trois heures sans fatigués ! Peut-être il trouve que Yanna n'est pas concentrer, Xavier a arrêté de parler et regarda fixement à Yanna. ''À mon université, demain. Le premier salles de classe de bâtiment de littérature, 14h.''fini de parler, Xavier s'est penché et baisé Yanna sur la joue. Les yeux deviennent une ligne à cause de sourir. Il se levé sur la porte. Il a fermé la porte et ensuite regardé à Yanna, qui cacher le visage sur le main

L. Zong-han-moi, . Femme-d'un-banquier, and . Né-en-1896-en-midi-pyrénnées, Je parle un peu d'espagnol parce qu'on est près de l'Espane. Comme tous les filles à la campagne, je garde chevux longs, ma peau noire comme nos ramoneurs, et bien sûr, le sourire reste accroché à mes levres toujours. À cause des études, je suis venue à Paris quand j'étais 15 ans. Paris, pour une fille qui vient de la campagne, toutes les choses sont fraîches. 3 ans plus tard

. Heureusement, je suis entrée dans une banque ou je rencontrais mon mari. Mon mari, Louis, vient d'une famille aisée, il était tres travailleur, donc il a un haut standing. La deuxieme année je travaillais a la banque, une soirée, dans un bar jazz, j'ai reconnu Louis, alors on a dansé ensemble et puis il m'a proposé un rendez-vous on s'est aimé a mesure qu

. Au-début-de-la-marriage and . Louis, Mais quand Maël avait 5 ans, il était tombé malade, moins de un mois, le medicine nous est informé la mort de l'enfant. C' était 1929, le Krach américane. J'ai passé des années de la souffrance de l' âme. Deux ans plus tard, je m'ai presudé de partir de frustration par enfanter un autre bébé. Mais Louis, il n'a pas pu

. Ensuite, Plus éxagérée, il a commencé s'alcooliser, je ne supportais jamais la vie d'endurer une douleur immense, je voulais lui faire la conversation, mais il ne m'a repondu pas. N'avais aucune moyen praticable, je l'ai averti que je veux rentrer en Midi-Pyrenees, malgré l'opposition de sa mère, elle a cru c'est une scandale pour la famille, il a accedé a ma requête. Il sait c'est malheureusement pour moi que je reste sur place. Son visage montrait aucune emotion quand je lui ai dit au revoir, peut-être qu'il a enduré beaucoup de pression, mais comme un homme, il n'a pas osé le montrer. J'ai épourvé une douleur que j'allais quitter cet homme que j'aime et tout le monde m'a reproché, mais je n'ai pas pu supporter la coexistence étrange entre nous. Je cherchais la liberté, peut-être je ne se marier plus jamais, cette marriage a devenu étrange, chaque fois il rentrais chez nous, on gardait le silence. Des années plus tard, le Krach influençait la vie des français