. Voir-la-liste-dressée-par and . Mccusker, Yale French Studies, 2000., l'ardente défenseure de la liberté littéraire, qualifie de mystification le discours des écrivains antillais et fustige une littérature du « bric-à-brac » (164) révolutionnaire qui s'asservit au mythe du héros libérateur directement issu du roman européen, et qui, ce faisant, en vérité protège les lecteurs contre une vision lucide de la réalité, La position contestataire de Condé à l'égard des revendications de la Créolité, qu'ont observée dans ses romans des lecteurs tels que Lydie Moudileno, Dawn Fulton ou Chris Bongie (voir Moudileno. « Stéréotypes et Préjugés dans L'Espace Créole: Maryse Condé et les "Voisins Haïtiens, p.15, 2006.

. Condé and . Cottenet-hage,

. Condé, Order, Disorder, Freedom

. Jatoe-kaleo, ;. Portrait-de-francis-sancher, and . O'regan, Sur cette question d'authenticité, nous remettons également en question l'affirmation d'O'Regan' selon laquelle: "from the female character's autonomy to tell their stories in the first person, the reader infers that, for Condé, the authentic, worthy storytellers of Antillean reality are, in fact, women, Crosta. "Narrative and Discursive Strategies, p.147

M. Condé-a-réfuté-le-qualificatif-de-«-féministe, Language and literary form, p.174. 463 "The subtle use of narrative voice, free indirect discourse and punctuation expose the verbal trappings of the social discourse prevalent in the speech of the male characters" Crosta, Narrative and Discursive Strategies, p.150

. Solibo, De 'nous' il n'y a pas, sinon camouflé sous l'autorité d'un 'on' et d'un 'ils', incertains et anonymes. La substance mise à nu de la parole commune n'est qu'une reconstitution de « on dit » : On n'avait pas fini de se moquer, surnommant Carmélien par dérision 'Doktè', quand il avait fait creuser deux bassins au flanc des terres de son père et s'était mis à élever des ouassous. (22) On se borna à murmurer sournoisement (35) On riait, Condé éclaire la vérité de ce 'nous' qui, de manière significative, dans la langue parlée elle-même revendiquée par Chamoiseau, se dit 'on'

. Le-pluriel-se-convertit-en and . Singulier, On' fait référence à un sujet défini autant qu'à la vacance du sujet. Ce que la linguistique appelle le 'ON-locuteur' 476 relève en même temps du sujet anonyme et de la communauté linguistique définie

A. ?. La-résidence and . Hantée, infréquentable : Enfants et adultes qui s'y aventurèrent prirent leurs jambes à leur cou, grelottant, bredouillant, incapables d'expliquer clairement ce qu'ils avaient ressenti

, Le bébé mort-né ? La faute au mauvais oeil de Sonny

L. Glissant and . Discours,

A. Le-on-locuteur, une entité aux multiples visages. » Dialogisme et polyphonie : approches linguistiques. Centre culturel international, p.244, 2005.

, Au lieu de nous effrayer de notre double, nous ne l'avions tout simplement, -Mach et moi, -tous les deux

F. D'une-part and . Sancher, Il provoque l'inquiétude d'une communauté qui se sent menacée par son étrangeté : Les histoires les plus folles se mirent à circuler. En réalité, Francis Sancher aurait tué un homme dans son pays et aurait empoché son magot. Ce serait un trafiquant de drogue dure (?), les esprits s'enfiévraient. Ce qui était sûr, vol.139, p.105

, Condé elle-même insiste sur ce statut d'« étranger marginalisé, rejeté par tout le monde sauf deux femmes, Mira et Vilma. » 501 Héritier probable de la résidence Alexis abandonnée depuis longtemps, Sancher est pourtant un enfant du pays. En réalité, il serait devenu étranger, comme Maryse Condé elle-même qui mentionne dans ses commentaires sur

P. Condé, suite des circonstances extérieures, de même que toutes ces décisions réprimées de la volonté qui ont produit l, Entretiens avec Maryse Condé, p.105

, Ainsi l'attraction sexuelle qu'exerce Sancher souligne une dimension érotique de l'inquiétante étrangeté qui n'est pas sans rappeler la puissance troublante du film Théorème de Pasolini. Semblable au mystérieux visiteur sans nom du film 506 , l'étranger est un amant la rencontre : Malgré moi, j'ai pensé: --Bon Dieu ! Avoir ce morceau d'homme nuit après nuit dans son lit ! A ce moment précis, il a tourné la tête vers moi et ses yeux ont plongé dans les miens comme s'il lisait mes pensées

, Depuis des années, j'avais oublié à force que j'étais une femme et j'ai eu peur des désirs qui brutalement reprenaient feu en moi

, Je suis rentrée à toute vitesse à la maison. Mais le même soir, à travers portes et fenêtres closes, il est venu me rejoindre, pp.105-106

, Le style facile de cette rencontre amoureuse s'épargne des dépenses ornementales pour dire l'événement simple qu'est la satisfaction de besoins longtemps frustrés. Les rencontres successives du visiteur avec Mira et Vilma, plus développées puisqu'il s'agit d'incarner des figures fantasmatiques plus héroïques (le sauveur, le vengeur), révèlent la même propension à ébranler des désirs enfouis. Sans nul doute, c'est sa faculté à briser le cercle clos qui abrite les névroses des familles bourgeoises qui

, Terence Stamp de Rivière-au-Sel. Refoulés, réprimés, travestis, les désirs qu'il ébranle 505 Ibid

, Terence Stamp incarne le séduisant visiteur qui agit comme un miroir révélateur des désirs non-dits pour tous les membres d'une famille bourgeoise dans l'Italie des années 1960 dans le film Théorème de Pasolini. Lorsque le visiteur s'en va, chacun se retrouve seul face à son destin, bouleversé, p.247

, Ainsi, de façon significative, en écho à son rêve de délivrance par un « inconnu, solide comme un pié-bwa » (54), Mira se libère de l'inceste avec son frère en désirant Sancher : Jusque-là, réveillent les consciences de leur force impérieuse (et croissent dans la rumeur comme les palétuviers dans la mangrove

, De l'autre côté de l'eau. Il n'était pas né dans notre île à ragots, livrée aux cyclones et aux ravages de la méchanceté du coeur des Nègres. » (63) Il incarne l'éminente désirabilité d'un autre vraiment Autre et pourtant familier, celui des possibles rêvés. Dans les mots de Ridon : Sancher représente aussi la promesse d'un espace de liberté, il traîne avec lui la trace des pays et continents qu'il a traversés : l'Amérique, l'Afrique, Cuba. En ce sens, Elle-même ne tarde pas à reconnaître qu'elle a été attirée par Sancher « parce qu'il venait d'Ailleurs. D'Ailleurs

, Although Condé's transnational intervention does not provide an for an "Elsewhere," for cross-racial, cross-national, crossgender, or cross-sexual identifications or moments of solidarity

, Les consciences en souffrance sont certes animées d'un désir de tangente sous l'impulsion de l'étranger, besoin de fuir ou de recommencer, qui conclut chacun des chapitres attribués aux personnages. « Partir. Oui, mais cette fois vers quelle Amérique ?

. Moïse, Dinah, guère plus précise : « Moi, ma résolution est prise

R. Au and S. , Je chercherai le soleil et l'air et la lumière pour ce qui me reste d'années à vivre. » (109) Quant à Dodose, un long voyage l'attend également : Désormais, je prendrai soin de lui [Sonny]. (?) J'irai au bout du monde s'il le faut, Je laisserai Emmanuel

. Roman-met-en-oeuvre-le-processus-d'émergence-du and . Refoulé, Si l'étranger inquiétant/séduisant peut opérer la médiation, c'est parce qu'il fonctionne comme un double intérieur, soudain rendu visible, pour la communauté habitée par ses non-dits et ses interdits (peurs et désirs 509 )

, Et s'il est vrai que « le fantôme représente la dimension d'un non-dit » 510 , il serait fautif de ne voir dans ce fantôme qu'une figure du passé venue hanter le présent. Condé élabore un point 508 Foster, Small Axe, 2014.

, Désirs qui ne se limitent pas aux désirs charnels puisque Moïse projette en Sancher l'ami qu'il n'a jamais eu, Rosa le confident dont elle a besoin, Man Sonson un compagnon de cueillette, Lucien la muse de son livre

.. Ridon, . Condé, and . Le-fantôme, , p.220

, de jonction entre le passé et l'avenir, l'origine et le devenir, apte à désactiver la force néfaste d'un présent malade. Pour un autre étranger, Désinor l'Haïtien, c'est sa fermeture qui rend la communauté

, ?) assez fermé, retiré, pour décourager le zèle de la police » les secrets sont bien gardés. « On sentait que ceux qui vivaient là ne devaient pas voir plus loin que le bout de leur nez

, Sous ce règne du même identitaire dont l'image de l'haleine dit mieux qu'aucune autre l'air raréfié et l'endogamie, comment l'intrusion de l'étranger-familier prend-elle une valeur thérapeutique et interrompt l'engrenage de la violence sociale et psychologique que chacune 511

, Que Sancher se dise victime d'une malédiction dont on ignore presque tout dirige mourir bientôt sous le coup d'une vengeance ancestrale, là même où beaucoup disent souhaiter sa mort. De la malé-diction à la mé-disance ne semble opérer qu'un glissement de sens : dire le mal et mal dire se renvoient l'un à l'autre comme des maux de la parole propres à affecter tous ceux qui en participent. Nerf central de l'intolérance, le ricanement lui donne un véhicule social efficace (qui n'aime pas rire ?) et facilite sa propagation : Faut-il le dire ?

, A l'exception de Sonny, enfant handicapé mental, dernière victime de la chaîne de violence

, Ce présent incongru (« discute encore ») qui renvoie le lecteur au présent de l'auteur donne soudain au bar « Chez Christian » une réalité inattendue qui signale ironiquement un au-delà du texte où la rumeur est « encore » un mal social épidémique. L'image de la « plante malfaisante de la médisance

. Le-roman-ne-se-complaît-pas-néanmoins-dans-le-nihilisme-généralisé and . Solibo, Alternative à l'acte manqué réussi du marqueur de paroles qui se lamente brillamment de ne pouvoir écrire l'oralité. 512 , le paradoxe de la parole est tout autre chez Condé -quoiqu'il s'inscrive également dans l'héritage d'Edouard Glissant. En effet, à la médisance des villageois et à la sagesse du conteur, Condé oppose la pratique créole du « déparler » : inconnu du français métropolitain, le mot « déparler » relève du vocabulaire créole et se traduit par « dire n'importe quoi, déblatérer » mais aussi « délirer » dans le sens familier du mot. Il qualifie « le discours du délirant (quelqu'un pris d'une forte fièvre), du fou, ou simplement du bavard : 'telman i ka palé, i ka dépalé' (A force de parler, il dit n'importe quoi.). » 513 Sous l'apparence du délire verbal, le déparler sert à dire ce qu''on' n'ose pas dire, à se confier ou à faire des révélations, Pour Lydie Moudileno

. Francius, . Parler, . Malparler, . Déparler?-en-parler, and . Potomitan,

L. Est and . Nuit, hanté par des cauchemars, il hurle « des phrases sans signification » (41). « Tout ce blabla » (97) n'est qu'un « verbiage, Pour Vilma

. Pourtant, étranger se glisse, à trois reprises, un vers de Saint-John Perse, vol.517

L. Rois, . Vers, and . Dit, Sans rentrer dans une lecture détaillée du poème de Perse dont seul ce vers figure dans le roman, nous supposons que celui qui dit 'je' dans ce vers est le poète voyageur, auteur des éloges et ami du Prince (« ô Prince par l'absurde »). Bien que ridiculisé par les villageois, le poème intrigue, à commencer par le lecteur. Pourquoi et à qui Francis Sancher annonce-t-il le retour du poète avec un perroquet ? Cette citation non identifiée fonctionne comme un refrain, Je reviendrai chaque saison, avec un oiseau vert et bavard sur le poing, p.251

, « répété encore et encore » (251) pour tous, l'annonce du retour finit par résonner dans les consciences fatiguées à l'aube de la veillée : Alors personne ne prêtait attention à ses paroles qui se perdaient dans

. «-je-reviendrai-chaque-saison, » : ce qui s'affirme dans la répétition de ce vers c'est la répétition même, celle du retour et celle de la parole, selon une mise en abîme du poème par le personnage du roman qui débarrasse le poème de son autotélisme

E. Perse, , p.80, 1956.

, Sancher ne dit-il rien d'autre qu'un retour du même ? quel salut les habitants peuvent-ils trouver dans la réapparition de ce qu'ils voulaient expulser ? Post-mortem

. Le-christ-de-la-résurrection, Mais s'il inquiétait tant de son vivant, c'est qu'il représentait le retour du refoulé, comme le revenant de Freud. Le vers de Perse change donc de sens en ce que le 'je' qui l'énonce dans Traversée, arraché au poète antillais, ne dit pas son nom. Retour de la médisance, de la malédiction, retour du refoulé, retour de l'enfant du pays? ce qui revient dérange, et fascine. Lisant Freud, Sarah Kofman explique « L'inquiétante étrangeté peut donner un plaisir de type masochiste

, un plaisir aussi qui relève de la pulsion de mort parce que lié au retour et à la répétition, vol.518

, Face à son double, la communauté est ainsi forcée de faire face à ses mécanismes répressifs -ceux-là même peut-être qui, dans Solibo Magnifique, faisaient d'une police très créole la première force de répression de la créolité

, Ainsi Sancher n'est-il pas l'unique revenant de Rivière au Sel, ni l'unique revenant à susciter haine et fascination. Le personnage de Xantippe, dont les habitants ne cessent de relater l

. Misérable, personne ne comprend sa parole ; les raisons de sa présence de même que l'histoire de ses malheurs demeurent obscurément liées à la mort tragique de sa famille. Pourtant, loin de déparler, silencieux ou incompréhensible dans les mots des autres, Xantippe se confère dans ses propres mots le pouvoir de nommer : J'ai nommé tous les arbres de ce pays

C. , Siguine grand bois. Jasmin bois. (?) J'ai nommé les roches au fond de l'eau et les poissons gris comme les roches. En un mot, j'ai nommé ce pays, p.241

, Unique personnage masculin adulte à bénéficier du monologue intérieur, Xantippe est donc l'auteur des mots que Condé déclare avoir réappris pour « habiter » son pays : Habiter ce pays a donc été d'abord le nommer

, Et puis aller vers les côtes de la Guadeloupe, les côtes à sable volcanique gris noir, les côtes à sable blanc

, En faisant de Xantippe l'énonciateur premier des mots qu'elle se réapproprie, Condé rend hommage à la puissance démiurgique des ancêtres 520 plus qu'à la langue vernaculaire elle-même

. Condé, Habiter ce pays. » Chemins critiques, pp.6-8, 1989.

, Nous trouvons dans l'Hégésippe de Mahagony l'inspiration peut-être de cette figure originelle. Hégésippe est un esclave lettré en secret qui mène notamment une réflexion sur les noms. Glissant, Mahagony, p.41

, et ne pénètre pas dans la langue narrative résolument française. Placer un lexique local ne suffit pas à faire un « français guadeloupéen » en dépit des intentions déclarées de l'auteure : « Comme je suis brave, j'écris quand même et le livre que j'écris, il s'appuie sur deux effectue un retour, retour des mots au premier véritable « habitant », comme un geste de justice qui voudrait « rendre à César ce qui est à César », établissant en même temps le refus de toute affectation et le projet d'une confrontation sincère avec ce qui, Notons que le créole apparaît en citation, au discours direct, toujours de façon typifiante (la vieille Man Sonson, les enfants, les amis d'Emmanuel Pélagie)

, avec l'inventivité qui lui est propre, des « native foreigners », expression désignant une personne qui revient dans son pays natal après avoir séjourné longtemps ailleurs. Leah Hewitt y voit un statut emblématique de l'écrivaine qui lui permet de « moduler son commentaire » sur la culture antillaise, d'« être à la fois à l'intérieur et à l'extérieur (?) critique et joueuse, combinant des impératifs éthiques et des envolées de fantaisie littéraire » 522 . Car Condé, autant que Sancher, porte sur le village sédentaire son regard nomade. Habité d'autres langages et d'une solitude irrémissible

C. Foster-d'une-«-politique-de-la-traversée, The retention of third person narrative and the multiple voices allow her to modulate her commentary on Antillean culture, to be both inside and outside it. Ultimately, we recognize Conde's paradoxical status as 'native foreigner' exemplary of the writer, both critical and playful, combining ethical imperatives and flights of literary fancy, Il faut rappeler à cet égard que Djebar elle aussi se disait « étrangère de l'intérieur » : Asholt, Calle-Gruber, vol.522, p.19, 1987.

. Foster, The Queer Politics of Crossing

, On ne peut mieux définir la puissance libératrice d'une littérature « pensive », terme que l'on entend ici dans le sens de Rancière 527 , lorsqu'il projette l'indétermination de l'oeuvre dans la pensée du spectateur/lecteur, condition sine qua non d'un art de l'émancipation qui ne peut anticiper son effet sous peine de perdre son pouvoir 528, subjectivités et de l'oppression subie, mais à son insu, hors de tout projet

, ne parachève-t-il pas ce diagnostic ? Son mouvement de retour n'est pas le retour aux sources historiques de Djebar, ni le retour à une créolité à l'agonie de Chamoiseau, c'est un retour à la fonction critique de la littérature, à cet humanisme antisocial qui en fait l'alliée de la prise de conscience individuelle contre

, Traversée lui-même devrait se comprendre comme roman « unheimlich », apte à déclencher la pensée du lecteur. Mais pourquoi Sancher, « alter ego de l'auteur » 529 est-il condamné à mourir ? Pourquoi Condé choisit-elle « de lui interdire d'écrire Traversée de la mangrove ?, p.530

, Si la mort de Francis Sancher intrigue davantage, c'est d'abord parce que l'auteur en laisse vide le sens ultime

, Au lieu de sens, Condé lui prête des effets. Cette mort agit sur chacun des participants à la veillée funéraire, désolant, pacifiant, purifiant, libérant, en tout cas transformant les esprits 531

, Plutôt que de Roland Barthes dont la définition du « texte pensif, OEuvres Complètes, édité par Marty, 1994.

L. Voir-rancière and . Spectateur-Émancipé,

, Lionnet, Postcolonial representations, p.484

. Ibid, , p.65

, peut-il entrer dans le monde clos -sacré -de l'écrit, comment, auteur sans autorité, prétendrait-il ajouter une parole, strictement individuelle, à l'Autre Parole, l'ancienne, l'effroyablement ancienne, celle qui couvre, comprend, englobe toutes choses, tout en demeurant dérobée au fond du tabernacle où il se peut qu'elle ait disparu, parole pourtant infinie, qui a toujours tout dit à l'avance et sur laquelle, comment, littérateur sans mandat

. Messieurs-de-la-parole, qu'à la garder en la répétant et aux autres à l'écouter en l'interprétant ? Ecrivain, il lui faut allerc'est l'exigence irréductible -jusqu'à la source de l'écrit, car il ne commencera d'écrire que s'il réussit à engager avec la parole originaire un rapport direct : mais, pour approcher de ce haut lieu, il n'a d'autre moyen que de déjà parler

, mais dont la distance et l'étrangeté donnent sa trajectoire à la parole de l'écrivain. L'invocation de cette parole première sert à couvrir l'illégitimité du « littérateur sans mandat ». C'est là une vision de la littérature encore très marquée par le romantisme. Mais avec ce que nous appelons les « romans de la cause de l'autre », à cette parole originaire sacrée, nous voyons se substituer un discours profane : le refus éloquent d'un père protecteur et de sa fille spoliée, le 'slam' mémorable d'un conteur regretté, les 'on-dit' médisants de villageois isolés, La vision sacrée de la parole originaire qui parcourt l'oeuvre de Blanchot déploie une écriture lancée vers une Autre Parole qu'elle n'atteindra pas, p.193

, A dictionary of sociolinguistics, Références bibliographiques, 2004.

. L'oeuvre-de-maryse and . Condé,

. L'harmattan, , 1997.

M. Abbès, Islam et politique à l'âge classique, 2009.

M. Abbès, « La pensée politique islamiste, Esprit, pp.85-97, 2014.

E. Accad, Assia Djebar's contribution to Arab women's literature: rebellion, maturity, vision, World Literature Today, vol.70, p.801, 1996.

. Al-asqalani, Ibn Hajar. Tadrib al-Rawi, vol.1

A. and J. Stephen, Romancero aux étoiles; contes. Gallimard, 1960.

Z. Ali, Féminismes islamiques. la Fabrique Éd, 2012.

J. Amselle, Branchements : anthropologie de l'universalité des cultures

. Flammarion, , 2001.

J. Amselle, Occident décroché : enquête sur les postcolonialismes. Stock, 2008.

J. Amselle, Logiques métisses : anthropologie de l'identité en Afrique et ailleurs, vol.776, 2010.

J. Anscombre and . On-locuteur, une entité aux multiples visages. » Dialogisme et polyphonie : approches linguistiques. Centre culturel international, pp.75-94, 2005.

L. Aristote, . Poétique, and . Seuil, , 1980.

A. Arnold and . James, The Novelist as Critic, World Literature Today, vol.67, issue.4, pp.711-716, 1993.

B. Ashcroft, The Empire Writes Back: Theory and practice in post-colonial literatures, 1989.

W. Asholt, Assia Djebar : littérature et transmission. » Presses Sorbonne nouvelle, 2010.

J. Authier-revuz, Hétérogénéité montrée et hétérogénéité constitutive : éléments pour une approche de l'autre dans le discours. » DRLAV. Documentation et Recherche en Linguistique Allemande Contemporaine, pp.91-151, 1982.

J. Authier-revuz, Hétérogénéité(s) énonciative(s), » Langages, vol.19, issue.73, pp.98-111, 1984.

S. Bachi, . Le-silence-de-mahomet, and . Gallimard, , 2008.

A. Badiou and J. Ranciere, La politique des poe?tes : pourquoi des poe?tes en temps de de?tresse? A. Michel, 1992

M. M. Bakhtin, M. Et, and . Holquist, The dialogic imagination : four essays, vol.1, 1981.

M. Bakhtine and . La-poétique-de-dostoïevski, Éditions du Seuil, 1970. Collection Pierres vives

M. Bakhtine, Esthétique et théorie du roman. Gallimard, 1978. Bibliothèque des idées

A. Banfield, Où l'épistémologie, le style et la grammaire rencontrent l'histoire littéraire : le développement de la parole et de la pensée représentées. » Langue française, pp.9-26, 1979.

A. Banfield, Phrases sans parole. Théorie du récit et du style indirect libre translated by Cyril Veken, 1995.
URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01995791

A. Banfield, Unspeakable sentences : narration and representation in the language of fiction, 1982.

R. Barthes, Leçon : leçon inaugurale de la chaire de sémiologie litteraire du Collège de France prononcée le 7 janvier 1977, 1978.

R. Barthes, . S/z.-»-oeuvres, and . Complètes, Éditions du Seuil, vol.II, pp.555-742, 1994.

C. Bavoux, « Fin de la 'vieille diglossie' réunionnaise ? » GLOTTOPOL Revue de sociolinguistique en ligne, 2003.

S. Beckett, , 1972.

R. Bensmaia and A. Waters, Experimental Nations, or the Invention of the Maghreb, 2003.

J. Bernabé, Eloge de la créolité, Gallimard/Presses universitaires créoles, 1989.

J. Bernabé, Eloge de la Créolité : édition bilingue français-anglais, praise of Creoleness. translated by M.B. Taleb-Khyar, Gallimard, 1993.

B. Berrichi, Assia Djebar : une femme, une oeuvre, des langues : bio-bibliographie, 1936.

J. Bessière and . Patrick, Chamoiseau et les récits de l'inédit, poétique explicite et poétique implicite. » Poétiques et imaginaires, Francopolyphonie littéraire des Amériques, L'Harmattan, pp.279-292, 1995.

D. Bickerton, The Nature of a Creole Continuum, Language, vol.49, issue.3, pp.640-669, 1973.

M. Blanchot, De Kafka à Kafka. Gallimard, 1981. Collection Idées 453

. Bokhari, Authentique tradition musulmane, 1964.

C. Bongie, Friends and enemies : the scribal politics of post/colonial literature, vol.3, 2008.

C. Bongie, Islands and Exiles : The Creole Identities of Post/colonial Literature, 1998.

R. Boudjedra, La répudiation. Denoël, Collection Folio, vol.1326, 1994.

E. Bouju, Presses universitaires de Rennes, 2010. Collection « Interférences

P. Boulez, Relevés d'apprenti. Éditions du Seuil, 1966.

C. Bourget, De l'inscription à la réception : l'intertexte islamique chez Mermissi, Djebar, Chraibi et Ben Jelloun, 1997.

C. Bourget, Islam dans Loin de Médine d'Assia Djebar. » Re?e?criture des mythes : l'utopie au fe?minin, pp.83-93, 1997.

Y. Bozon-scalzitti and . La, Mort de Francis Sancher ou l'adieu aux armes de Maryse Condé dans Traversée de la mangrove. » Women in French studies, vol.6, pp.65-75, 1998.

J. Bray, Speech and thought presentation in stylistics, The Routledge handbook of stylistics, pp.222-236, 2014.

G. Bridet, . Universalité, . W. Edward, and . Said, Réflexions sur l'exil et autres essais, Critique, 1935.

C. E. Britton, P. Glissant, and . Theory, Strategies of Language and Resistance, 1999.

C. Britton, Language and literary form in French Caribbean writing, Contemporary French and francophone cultures, vol.31, 2014.

C. Britton, The sense of community in French Caribbean fiction, vol.10, 2008.

V. Broichhagen, Feasting on words : Maryse Conde?, cannibalism, and the Caribbean text, 2006.

J. Bronckart, . Et-cristian, and . Bota, Bakhtine démasqué : histoire d'un menteur, d'une escroquerie et d'un délire collectif. Droz, Titre courant, vol.45, 2011.

N. Brossard, N. Mises-en-scène-d'écrivains-:-assia-djebar, M. Brossard, F. Gagnon, and . Théoret,

R. D. Burton, Le roman marron : études sur la littérature martiniquaise contemporaine. L'Harmattan, 1997.

M. Calle-gruber, Assia Djebar, nomade entre les murs : pour une poétique transfrontalière, 2005.

M. Calle-gruber, Assia Djebar, ou la résistance de l'écriture : regards d'un écrivain d'Algérie. Maisonneuve et Larose, 2001.

M. Calle-gruber, Ecrire de la main morte ou l'art de la césure chez Assia Djebar, Esprit Créateur, vol.48, issue.4, pp.5-14, 2008.

N. Carruggi and . Maryse-condé, Rébellion et transgressions. » Karthala, 2010.

M. Certeau and . De, Gallimard, 1990. Collection Folio/essais, vol.1, p.238

A. Césaire, . Cadastre, and L. De-moi,

L. Seuil, , 2006.

A. Césaire, Cahier d'un retour au pays natal, 1983.

A. Césaire, Cahier d'un retour au pays natal

P. Africaine, , 1983.

P. Chamoiseau, Biblique des derniers gestes. Gallimard, 2002.

P. Chamoiseau, Écrire en pays dominé. Gallimard, 1997.

P. Chamoiseau, P. Entretien, and . Chamoiseau, , 2011.

P. Chamoiseau, Hypérion victimaire : Martiniquais épouvantable. Elb Éditions la Branche, 2013.

P. Chamoiseau, avec un entre-dire d'Edouard Glissant. Gallimard, 1997.

P. Chamoiseau, Solibo Magnificent. translated by Rose-Myriam Réjouis et Val Vinokur, 1997.

P. Chamoiseau, . Solibo-magnifique, and . Gallimard, , vol.2277, 1991.

P. Chamoiseau, . Solibo-magnifique, and . Gallimard, , 1988.

P. Chamoiseau and . Texaco, , vol.2634, 1994.

P. Chamoiseau, . Un-dimanche-au-cachot, and . Gallimard, , 2007.

P. Chamoiseau, Une enfance créole. Gallimard, Collection Folio, pp.2843-2844, 1996.

P. Chamoiseau and E. Glissant, Chronique des sept misères. Gallimard, p.282, 1988.

P. Chamoiseau and K. M. Balutansky, Reflections on Maryse Condé's Traversée de la Mangrove, Callaloo, vol.14, issue.2, pp.389-395, 1991.

P. Chamoiseau and M. Chavanne, Créer une argile verbale, vol.19, 2002.

P. Chamoiseau and . Confiant, Lettres créoles : tracées antillaises et continentales de la littérature, pp.1635-1975, 1991.

D. E. Chancé and . Glissant,

D. Chancé, Marqueur de paroles ou auteur antillais? » Guadeloupe : temps incertains, pp.197-207, 2001.

D. P. Chancé and . Chamoiseau, , vol.82

B. Chikhi, Les romans d'Assia Djebar. Office des publications universitaires, 1990.

D. Chraïbi, . L'homme-du-livre, and . Balland, , 1995.

V. Clark, Je me suis réconciliée avec mon île": une interview de Maryse Condé, pp.86-133, 1989.

J. Clerc, Assia Djebar : écrire, transgresser, résister. L'Harmattan, 1997. Classiques pour demain

D. Cohn, Transparent minds : narrative modes for presenting consciousness in fiction, 1978.

D. Combe and . La, Chambre d'échos. » Assia Djebar : littérature et transmission, Presses Sorbonne nouvelle, pp.279-288, 2010.

D. Combe, Les Genres littéraires. Hachette Supérieur, 1995. Collection « Contours littéraires

D. Combe, Les littératures francophones : questions, débats, polémiques. Presses universitaires de France, 2010.

D. Combe, Poétiques francophones. Hachette Livre, 1995. Collection Contours littéraires

A. Compagnon, La seconde main, ou : Le travail de la citation, 1979.

M. Condé, Habiter ce pays. » Chemins critiques, vol.1, pp.1-14, 1989.

M. Condé and . «-l'héritage-de-caliban, , 1992.

M. Condé, Notes sur un retour au pays natal. » Conjonction, no. 176 supplément 1987, pp.7-23, 1987.

M. Condé, Order, Disorder, Freedom, and the West Indian Writer, pp.151-165, 2000.

M. Condé, Traversée de la mangrove, 1989.

M. Condé, The voyager in, the voyager out, Editions Autrement, pp.250-259, 2001.

, Collection Monde HS

M. Conde, Cahier d'un retour au pays natal : Ce?saire : analyse critique. Hatier, 1978. Profils d'une oeuvre

M. Conde, An Interview With Maryse Condé, 2008.

M. Condé and M. Cottenet-hage, , 1995.

M. Condé and F. Pfaff, Entretiens avec Maryse Condé : suivis d'une bibliographie complète. Editions Karthala, 1993.

R. Confiant, Aime? Ce?saire : une traverse?e paradoxale du sie?cle, 1993.

M. Cooke, Women Claim Islam: Creating Islamic Feminism Through Literature

. Routledge, , 2001.

M. Crépon, Collection La philosophie en effet, Langues sans demeure. Galilée, 2005.

S. Crosta, Narrative and Discursive Strategies in Maryse Condé's Traversée de la Mangrove, Callaloo, vol.15, issue.1, pp.147-155, 1992.

P. Crowley, Algerian Letters: Mixture, Genres, Literature Itself, pp.129-146, 2011.

P. Crowley and J. Hiddleston, Postcolonial poetics: genre and form, Francophone Postcolonial Studies New series, vol.2, 2011.

E. Curry and . Page, « Parole plurielle, parole duelle : une étude de la polyphonie dans les romans les plus récents d'Assia Djebar : L'amour, la fantasia ; Ombre sultane, 1991.

B. Dartigues, L. Roman-d'un-acteur, and M. , , 2008.

J. Dash and . Michael, The other America : Caribbean literature in a New World context, New World studies, 1998.

K. Debra, The appeal to memory: Marguerite Duras and Assia Djebar, from the urgent narrative to the 'monumental' text, Journal of Romance Studies, vol.9, issue.3, pp.60-72, 2009.

J. Déjeux, Assia Djebar : romancière algérienne, cinéaste arabe, Collection « ALF, vol.4, 1984.

G. Deleuze and F. Guattari, « 20 novembre 1923 -Postulats de la linguistique, pp.95-139, 1980.

G. Deleuze and F. Guattari, Kafka : pour une littérature mineure. Éditions de Minuit, 1975. Collection « Critique

G. Deleuze and F. Guattari, , 1980.

J. Derrida and . L'écriture, Éditions du Seuil, 1967.

A. Djebar, Ces voix qui m'assiègent : ... en marge de ma francophonie. A. Michel, 1999. Collection « L'identité plurielle

A. Djebar, Femmes d'Alger dans leur appartement, 2002.

A. Djebar, Figlie di Ismaele nel vento e nella tempesta, 2000.

A. Djebar, « Filles d'Ismaël dans le vent et la tempête. » La pensée de midi, vol.2, pp.46-53, 2001.

A. Djebar, L. F. L'amour, and . Lattès, , 1985.

A. L. Djebar and J. Beauté-de, , 1998.

A. Djebar and . La, Femme en morceaux (conte). » Oran, langue morte Actes Sud, pp.163-215, 2001.

A. Djebar, La femme sans sépulture, 2002.

A. Djebar, . Le-'loin, and . De, Assia Djebar, nomade entre les murs : pour une poétique transfrontalière, 2005.

A. Djebar, Le Blanc de l'Algérie. 1995. Le Livre de Poche, 2002.

. Djebar, Assia. Les nuits de Strasbourg. Actes Sud, 1997.

A. Djebar, Loin de Médine. Filles d'Ismaël. Albin Michel, 1991.

A. Djebar, . J. Ombre-sultane, and . Lattès, , 1987.

A. Djebar and . Oran, Actes sud, vol.26, 1997.

A. Djebar, Vaste est la prison, 1995.

. Djebar, Assia «Celle qui dit non à Médine, » Algérie-Actualités, vol.14, pp.27-29, 1990.

A. Djebar and D. S. Blair, She who says 'no' to Medina, Mediterraneans, vol.2, issue.2, 1992.

L. Dolézel, Possible worlds of fiction and history: the postmodern stage, 2010.

A. Donadey, Overlapping and Interlocking Frames for Humanities Literary Studies: Assia Djebar, Tsitsi Dangarembga, Gloria Anzaldúa, College Literature, vol.34, issue.4, pp.22-42, 2007.

A. Donadey and . Postcolonialism, Women Writing Between Worlds. Heinemann, 2001.

A. Douaire, Contrechamps tragiques : contribution antillaise à la théorie du littéraire. Presses de l, 2005.

O. Ducrot, Dire et ne pas dire

O. Ducrot, . Le-dire, and . Minuit, , 1984.

O. Ducrot and J. Schaeffer, , 1995.

B. Dupriez and . Gradus, Les procédés littéraires (Dictionnaire). 10/18, 1984.

H. Elsayed, . Coran, and . Dans-le-silence-de-mahomet, The French Review, vol.88, issue.2, pp.89-102, 2014.

H. Elsayed, Silence' and Historical Tradition in Assia Djebar's Loin de Médine, Research in African Literatures, vol.44, pp.91-105, 2013.

F. Fanon, Les damnés de la terre, pp.27-28

F. Fanon, Peau noire, masques blancs, 1952.

W. Faulkner and M. E. Gorra, As I lay dying : authoritative text, backgrounds and contexts, criticism, 2010.

M. Fernandes, Les Ecrivaines francophones en liberté : Farida Belghoul, Maryse Condé, Assia Djebar, Calixthe Beyala : écriture de l'hybridité postcoloniale et métaphores cognitives. L'Harmattan, 2007.

J. Fignolé, , 1990.

M. Fludernik, The fictions of language and the languages of fiction : the linguistic representation of speech and consciousness, 1993.

. Fludernik, Monika et Ebooks Corporation. An Introduction to Narratology, 2009.

C. Forsdick and D. Murphy, Postcolonial thought in the French-speaking world, vol.4, 2009.

C. Foster and . Ian, The Queer Politics of Crossing in Maryse Condé's Crossing the Mangrove, Small Axe, vol.18, issue.1, pp.114-124, 2014.

M. Foucault and G. Canguilhem, L'ordre du discours, 1971.

G. Francius, . «parler, . Malparler, .. .. Déparler, . En-parler et al., , 2009.

S. Freud and . «-l'inquiétante-Étrangeté, Essais de psychanalyse appliquée, Idées NRF, vol.263, pp.163-210, 1971.

D. Fulton, Signs of dissent: Maryse Condé and postcolonial criticism, New World studies, 2008.

F. Gadet and R. Ludwig, Le Franc?ais au contact d'autres langues, 2014.

H. Gafaïti, La Diasporisation de la littérature postcoloniale : Assia Djebar, Rachid Mimouni. Harmattan, 2005. Critiques littéraires

P. Gaitet, Political Stylistics: popular language as literary artifact, 1992.

G. Marquez and G. , Chronique d'une mort annoncée. Grasset, 1981.

J. Genet, Notre-Dame des Fleurs. L'Arbalète, 1948. Folio

G. Genette, . Figures, and . Iii,

G. Genette, Palimpsestes : la littérature au second degré, vol.257, 1992.

C. Géry, Autour du skaz : N. S. Leskov et ses héritiers. Institut d'études slaves, Bibliothèque russe de l'Institut d'études slaves, vol.117, 2008.

E. Glissant, Le Discours antillais. Gallimard, 1997. Folio. Essais, vol.313

É. Glissant, Imaginaire des langues. Entretien avec Édouard Glissant

, /3 « L'Amérique entre les langues, Études françaises, vol.28, issue.2, 1992.

É. Glissant and . Mahagony, , 1987.

É. Glissant, Poétique de la relation, 1990.

B. Grunig, A. Et, and . Rabatel, L'Effacement énonciatif dans les discours rapportés et ses effets pragmatiques. » Langages, vol.38, pp.3-17, 2004.

M. Hartner, Multiperspectivity" The Living Handbook Of Narratology, 2014.

M. Hazaël-massieux, Ecrire en créole : oralité et écriture aux Antilles

. Harmattan, , 1993.

M. Hazaël-massieux and . Bertrand, Langue et identité narrative dans les littératures de l'ailleurs : Antilles, vol.10, 2005.

A. Hébert, Les fous de Bassan. Editions du Seuil, Points Série Roman, vol.141, 1982.

Y. Helm and . Malika-mokeddem, , 2000.

D. Herman, Routledge encyclopedia of narrative theory, 2005.

L. D. Hewitt, Condé's Critical Seesaw, Callaloo, vol.18, issue.3, pp.641-651, 1995.

L. D. Hewitt, Inventing Antillean Narrative: Maryse Condé and Literary Tradition, Studies in 20th & 21st Century Literature, vol.17, pp.79-96, 1993.

N. Hewlett, . Badiou, and . Balibar, Rancière: rethinking emancipation, Continuum studies in Continental philosophy, 2007.

J. Hicks, Mikhail Zoshchenko and the poetics of skaz, Astra, 2000.

J. Hiddleston, Assia Djebar: Out of Algeria, Contemporary French and francophone cultures, vol.6, 2006.

A. Hornung and E. Ruhe, , vol.20, 1998.

V. Hugo, Les contemplations. Autrefois, pp.1830-1843, 2009.

E. Ionesco, . Théâtre, and . Gallimard, Vols 3-4: Collection Soleil, vol.123, p.186, 1954.

F. Jameson, The Political Unconscious. Narrative as a Socially Symbolic Act, 2006.

B. Jatoe-kaleo, F. Portrait-de, and . Sancher, European Scientific Journal, vol.9, p.171, 2013.

Y. Kateb, , 1984.

Y. Kateb and . Le-polygone-Étoilé, , 1966.

Y. Kateb, Nedjma : roman. Éditions du Seuil, 1996. Points, vol.247

R. Khanna, Algeria cuts: women and representation, 1830 to the present, 2008.

A. Kilito, Auteur et ses doubles. Essai sur la culture arabe classique. Le Seuil, 1985.

A. Kilito, Actes sud; Sindbad, 2009. La bibliothèque arabe Hommes et sociétés

P. Klossowski, Les lois de l'hospitalité. Gallimard, 1965.

S. Klychkov, Le Livre de la vie et de la mort, 1981.

W. Knepper and . Patrick, Chamoiseau: a critical introduction, 2012.

S. Kofman and . Le, Double e(s)t le diable. L'inquiétante étrangeté de L'Homme au sable (Der Sandmann). » Quatre romans analytiques, E?ditions Galileé, pp.135-181, 1973.

M. Kundera, Beau comme une rencontre multiple. » L'Infini, vol.Eté, pp.50-62, 1991.

A. Kurosawa, . Rashomon, and . Voyager-company, , p.291, 1989.

K. Lachman, The Allure of Counterpoint: History and Reconciliation in the Writing of Edward Said and Assia Djebar, Research in African Literatures, vol.41, pp.162-186, 2010.

K. M. Lachman, The Music of Voice: Transnational Encounters Between Music, Theory and Fiction, Ph, 2008.

C. Lamiot, A Question of Questions Through a Mangrove Wood, Callaloo, vol.15, issue.1, pp.138-146, 1992.

S. Larcher and P. Chamoiseau, Les identités dans la totalité-monde, entretien avec Patrick Chamoiseau. » Cités, p.125, 2007.

M. Laroche, La Double scène de la représentation : oraliture et littérature dans la Caraïbe, 2000.

M. ;. Lazreg, G. N. Leech, M. Et, and . Short, Style in fiction: a linguistic introduction to English fictional prose, 1981.

F. Lionnet, Counterpoint and Double Critique in Edward Said and Abdelkebir Khatibi: A Transcolonial Comparison, 2011.

F. Lionnet, Postcolonial representations: women, literature, identity, 1995.

R. Ludwig, Ecrire la parole de nuit : la nouvelle littérature antillaise : nouvelles, poèmes et réflexions poétiques. » Collection Folio/essais, Gallimard, 1994.

D. Maingueneau, Problèmes d'ethos. » Pratiques, vol.113, 2002.

C. Maximin, Littératures caribéennes comparées. Jasor, 1996.

M. Mccusker, Authorising a tradition: Theory, criticism and (self-)canonisation in French Caribbean writing, French Cultural Studies, vol.24, issue.1, pp.77-92, 2013.

M. Mccusker and . Patrick, Chamoiseau : recovering memory, Contemporary French and francophone cultures, vol.8, 2007.

B. Mchale, The Living Handbook of Narratology, 2011.

F. Mernissi, Le Harem politique : le Prophète et les femmes, 2010.

S. Mervin, Histoire de l'islam : fondements et doctrines. Nouvelle édition, vol.951, 2010.
URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-01862688

W. Micaux and . Le, Lexique des "marqueurs de parole" antillais Patrick Chamoiseau et Raphaël Confiant, Etudes Créoles, vol.XX, issue.2, pp.59-69, 1997.

G. Miláo, Lecture et pratique de l'histoire dans l'oeuvre d'Assia Djebar. PIE-Peter Lang, Collection « Documents pour l'histoire des francophonies, p.11, 2007.

R. H. Mitsch, Maryse Condé's Mangroves, Research in African Literatures, vol.28, issue.4, pp.54-70, 1997.

M. Mortimer, Edward Said and Assia Djebar: A Contrapuntal Reading, Research in African Literatures, vol.36, issue.3, pp.53-67, 2005.

M. P. Mortimer, Journeys through the French African novel. Heinemann

J. Currey, Studies in African literature, 1990.

L. Moudileno, . Stéréotypes, and . Préjugés-dans-l'espace-créole, Maryse Condé et les "Voisins Haïtiens, vol.4, pp.147-158, 2006.

L. E. Moudileno, L'Ecrivain antillais au miroir de sa littérature : mises en scène et mise en abyme du roman antillais, 1997.

L. Moudileno and F. Higginson, Portrait of the Artist as Dreamer: Maryse Condé's Traversée de la Mangrove and Les Derniers Rois Mages, Callaloo, vol.18, issue.3, pp.626-640, 1995.

J. Moura and . Bessière, Littératures postcoloniales et francophonie, 2001.

M. N'zengou-tayo, Littérature et diglossie : créer une langue métisse ou la 'chamoisification' du français dans Texaco de Patrick Chamoiseau. » TTR : traduction, terminologie, rédaction, vol.9, pp.155-176, 1996.

R. Nainsouta and D. Chancé, Ecrits créoles (1941-1948). Karthala, 2004. Collection Monde caribéen

P. Naylor and . Chiviges, France and Algeria: a history of decolonization and transformation, 2000.

N. Nesbitt, Caribbean critique: Antillean critical theory from Toussaint to Glissant, Contemporary French and francophone cultures, vol.26, 2013.

W. Ngugi and . Thiong'o, Decolonising the Mind. The Politics of Language in African Literature, 1986.

. O'riley and F. Michael, Postcolonial haunting and victimization: Assia Djebar's new novels

P. Lang, , 2007.

D. O'regan, Postcolonial echoes and evocations: the intertextual appeal of Maryse Condé, vol.46, 2006.

J. Ogden and . Alexander, The Impossible Peasant Voice in Russian Culture: Stylization and Mimicry, Slavic Review, vol.64, issue.3, pp.517-537, 2005.

B. Ormerod, The Boat and the Tree: Simone Schwarz-Bart's: The Bridge of Beyond, pp.108-131, 1985.

F. Ozon, , vol.8, 2002.

M. Pagnol and F. Jean-de,

F. Le-cercle-du-livre-de, , 1963.

S. Palatin, Petit dictionnaire insolite des cultures et des langues créoles, 2013.

A. Palmer, Fictional minds, Frontiers of narrative, 2004.

A. Palmer, Theory and interpretation of narrative, 2010.

O. Panaité, « Poétiques de récupération, poétiques de créolisation, Littérature, issue.151, pp.52-74, 2008.

P. Pasolini and . Paolo, Teorema, Koch Lorber Films, 2005.

M. Patel and . Les-chroniques-de-tabari, , vol.12, 2006.

D. Perret and . La, Parole du conteur créole : Solibo magnifique de Patrick Chamoiseau, The French Review, vol.67, issue.5, pp.824-839, 1994.

S. Perse, Bilingual edition. translated by Louise Varèse, Eloges, and other poems, 1956.

R. Philip, ;. Gabriel, and . Watts, Jacques Rancière, History, Politics, Aesthetics, 2009.

M. Plumecocq and P. Chamoiseau, « Entretien avec Patrick Chamoiseau autour de Solibo Magnifique, pp.125-135, 1999.

H. Pousseur and . Musique, Collection Mutations, orientations, vol.19, 1972.

M. Proust, Contre Sainte-Beuve; suivi de Nouveaux mélanges, 1954.

L. Prudent and . Félix, Diglossie ou continuum ? Quelques concepts problématiques de la créolistique moderne appliqués à l'Archipel Caraïbe. » Théories et pratiques de la sociolinguistique, vol.1

. France, , 1978.

A. Rabatel, Homo Narrans : pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit, 2008.

J. Rancière, Aux bords du politique. Gallimard, vol.434, 2004.

J. Rancière, La Mésentente : politique et philosophie. Galilée, 1995. Collection La philosophie en effet

J. Rancière, La Parole muette : essai sur les contradictions de la littérature, 1998.

J. Rancière, Le concept d'anachronisme et la vérité de l'historien. » Inactuel, pp.53-69, 1996.

J. Rancière, Le fil perdu : essai sur la fiction moderne, 2014.

J. Rancière, Le Partage du sensible : esthétique et politique. La Fabrique, 2000.

J. L. Rancière, . Spectateur-Émancipé, and . Fabrique, , 2008.

J. Rancière, Les hommes comme animaux littéraires, entretien avec Jacques Rancière. » Pensées critiques : dix itinéraires de la revue Mouvements, pp.49-68, 1998.

J. Rancière, Les Mots de l'histoire : essai de poétique du savoir, 1992.

J. Rancière, Politique de la littérature. Galilée, 2007.

A. Rea and . Le-roman-enquête, Les Fous de Bassan, un modèle pour Traversée de la mangrove ? » L'OEuvre de Maryse Condé : à propos d'une écrivaine politiquement incorrecte, L'Harmattan, pp.127-143, 1997.

N. Redouane, Les Ecrivains maghrébins francophones et l'Islam : constance dans la diversité, 2013.

R. Réjouis, Veillées pour les mots : Aimé Césaire, Patrick Chamoiseau et Maryse Condé. Karthala, 2004.

A. Rice and . Polygraphies, Francophone Women Writing Algeria, 2012.

J. Ridon, « Maryse Condé et le fantôme d'une communauté inopérante. » Francophonies et identités culturelles, pp.211-226, 1999.

R. Roded, Bint Al-Shati's "Wives of the Prophet": Feminist or Feminine?, British Journal of Middle Eastern Studies, vol.33, issue.1, pp.51-66, 2006.

R. Roded, Recreating Fatima, Aisha and marginalized women in the early years of Islam: Assia Djebar's Far from Medina, Hawwa, vol.6, issue.3, pp.225-253, 1991.

R. Roded, Women in Islam and the Middle East: a reader, 2008.

J. Roumain, Bois d'ébène : suivi de Madrid, vol.3, 2003.

U. Rubin, The Eye of the Beholder: the life of Mohammad as viewed by the early Muslims : a textual analysis, Studies in late antiquity and early Islam, 1995.

E. W. Said and . Orientalism, , 1994.

S. Schwarz-bart, Pluie et vent sur Télumée Miracle, Ed. du Seuil, 1972.

D. Schyns, Le butin de guerre et la tunique de Nessus: traduire le rapport au français chez Malika Mokeddem et Assia Djebar. » Cadernos de Tradução, vol.2, pp.31-46, 2010.

M. Simons, Dutch Group Calls Off An Opera After Muslim Pressure Cast, The New York Times International, 2000.

H. Smyth, Roots beyond Roots': Heteroglossia and Feminist Creolization in Myal and Crossing the Mangrove, Small Axe, vol.6, issue.2, 2002.

G. Spivak and . Chakravorty, Can the subaltern speak? : reflections on the history of an idea, pp.21-77, 2010.

G. Spivak and . Chakravorty, Ghostwriting, Diacritics, vol.25, issue.2, pp.65-84, 1995.

G. Spivak and . Chakravorty, The Rani of Sirmur: An Essay in Reading the Archives, History and Theory, vol.24, issue.3, pp.247-272, 1985.

C. Stolz, Polyphonie et genres littéraires. » Fabula: Atelier de théorie littéraire, 2002.

B. Stora, Algeria 1830-2000: A short history, 2001.

B. Stora, Histoire de l'Alge?rie depuis l, p.298, 2004.

B. Stora, La guerre invisible : Algérie, années 90. Presses de sciences po, 2001.

J. Suk, Postcolonial paradoxes in French Caribbean writing : Césaire, Glissant, Condé. Clarendon, 2001. Oxford modern languages and literature monographs

M. B. Taleb-khyar, An Interview With Maryse Condé and Rita Dove, Callaloo, vol.14, issue.2, pp.347-366, 1991.

A. Tcheuyap, Creolist Mystification: Oral Writing in the Works of Patrick Chamoiseau and Simone Schwarz-Bart, Research in African Literatures, vol.32, issue.4, p.44, 2001.

A. Thibaudet, Gustave Flaubert, sa vie. Gallimard, 1935. Leurs Figures

A. Thierry, . Le-proce?s-de-madame, and . Bovary, Cour d'appel d'Amiens, discours prononce? a? l'audience solennelle de rentre?e du 16 septembre 1964, C. R. D. P, 1966.

M. Tilims?n? and S. T. Schwartz, Counterpoints: Edward Said's Legacy, 2010.

T. Todorov and E. Boris, Théorie de la littérature. rev, vol.467

N. Ueckmann, . La-langue-de-l'autre-dans-l'oeuvre-autobiographique-d'abdelkebir-khatibi, P. De, and . Chamoiseau, Repenser le Maghreb et l'Europe : hybridations, métissages, diasporisations, edited by Alfonso de; Zekri Toro, Khalid; Bensmaïa, Réda; Gafaïti, Hafid, Etudes transnationales, pp.263-285, 2010.

R. Vallury, Novel: An Incalculable Rupture? The Aesthetics and Politics of Postcolonial Fiction Novel, Novel, vol.2, issue.47, pp.242-260, 2014.

P. Verlaine, .. L. Jadis, and . Vanier, , p.1891

F. Viala and . Maryse, Condé et l'île qui se répète; poétique tragique postcoloniale dans Traversée de la mangrove, » Francofonia, issue.61, pp.125-140, 2011.

S. Vincenot, Patrick Chamoiseau and the limits of the aesthetics of resistance, Small Axe, issue.30, pp.63-73, 2009.

V. Vinokurov, Talking Fiction: What is Russian Skaz, Late Summer Early Fall, pp.169-179, 2002.

V. Voloshinov and . Bakhtine, Marxisme et philosophie du langage : les problèmes fondamentaux de la méthode sociologique dans la science du langage, 2010.

A. Wadud, Qur'an and Woman: rereading the sacred text from a woman's perspective, 1999.

O. Welles and C. Kane, , 2011.

W. Woodhull, Feminism and Islamic Tradition, Studies in 20th Century Literature, vol.17, 1993.

V. Woolf, To the Lighthouse, 1927.

C. Zimra, Comment peut-on être musulmane. Assia Djebar repense Médine. » Notre librairie : revue du livre : Afrique, Caraïbes, Océan Indien, pp.57-63, 1994.

C. Zimra, Hearing Voices or Who You Calling Postcolonial? The Evolution of Djebar's Poetics, Research in African Literatures, vol.35, pp.149-159, 2004.

C. Zimra, Not so Far from Medina: Assia Djebar Charts Islam's 'Insupportable Feminist Revolution', World Literature Today, vol.70, issue.4, pp.823-834, 1996.

C. Zimra, When the Past Answers Our Present

, Assia Djebar Talks About Loin de Médine, Callaloo, vol.16, issue.1, pp.116-131, 1993.

V. E. and C. , She completed her M.A. in French Literature and Semiotics at the University of Sorbonne-Paris IV. Publications Articles Cappella Emilie, « Loin de Médine. Donner lieu de parler, Expressions Maghrébines, dossier « Ecrivains d'Algérie », vol.14, p.1, 1978.

, Selected Non-Academic Publications

C. Emilie, ». Charmante, . Preface, and . Californie, By Jules Huret. Magellan & Cie, 2012.

C. Emilie, « New York de haut en bas

. Magellan-&-cie, , 2012.

C. Emilie and . Jeunes, riches et sportifs ». Preface. Hué. By Pierre Loti

C. Emilie and . Le, Rif pendant la crise marocaine

. Magellan-&-cie, , 2007.

C. Emilie, Inde baroque d'un idéaliste ». Preface. Bénarès, 2007.

C. Emilie and . Frères, Preface. Opium. By Jules Boissière, 2007.

C. Emilie and «. Galante, Preface. Madrid. By the Baronne d'Aulnoy

. Magellan-&-cie, , 2006.

C. Emilie, « Voyage romantique en pays hostile, Preface. Majorque. By George Sand. Magellan & Cie, 2006.

C. Emilie, Fils modèle et bon touriste ». Preface. Le

. Magellan-&-cie, , 2006.

C. Emilie, . Le-'pays-de-la-liberté'-».-preface, and . Le-laos, By Isabelle Massieu. Magellan & Cie, 2005.

C. Emilie, . Lumières, and . Le-chaos-politique, Preface. La Cour du Maroc. By Jules Potocki. Magellan & Cie, 2005.

C. Emilie, La saison des pluies dans le Laos birman ». Preface. Le Mékong. By Louis de Carné. Magellan & Cie, 2005.

C. Emilie, . Paresse, ». Sensualité, and . Preface, Le Nil : lettres. By Gustave Flaubert

. Magellan-&-cie, , 2005.

C. Emilie and . Fèz, Une mise en scène de Pierre Loti, Preface. Fès. By Albert Londres

. Magellan-&-cie, , 2005.

C. Emilie and J. Huret,

. Magellan-&-cie, , 2005.

C. Emilie, L. Sahara-sous-le-zénith, ». Preface, and . Le-sahara,

. Magellan-&-cie, , 2005.

C. Emilie, « Un voyage diplomatique sur fond de guerre, 2005.

C. Emilie, Athènes au tournant d'une vie ». Preface. Athènes. By Lamartine

. Magellan-&-cie, , 2004.

. Magellan-&-cie, , 2004.

C. Emilie and A. Marcella, , 2004.

R. Lucia, Moi, Cézanne : le torrent du monde dans un pouce de matière. Magellan & Cie, 2006.

R. Lucia, Moi, Ingres : pur et large, voilà le dessin, voilà l'art. Magellan & Cie, 2006.

C. Emilie, E. Moi, and . Carrière, le poème adorable et tragique des tendresses humaines. Magellan & Cie, 2006.

, Traces et Fragments, 2004.

C. Emilie, Sauver sa peau, novel, Agnès Pareyre, 2002.