, Magdelain, p.61, 1977.

, Carlà, p.606, 2015.

, Pour les aspects institutionnels liés aux assemblées, on soulignera les contributions suivantes : Mommsen 1891-1896, VI, 1909.

D. Martino, Nicolet, vol.1, issue.2, 1972.

. Cassola, Labruna, 1991.

, Sur l'assemblée curiate en général, cf, pp.3-5, 1909.

. Palmer, , pp.1-2, 1970.

A. , , pp.103-123, 1901.

. Byrd, , 1995.

, Nous reprendrons le discours sur la lex curiata dans le point concernant les magistrats et les rituels d'entrée en charge

, Mommsen 1892, pp.279-285

. Van-haeperen, , pp.88-91, 2012.

A. , , pp.354-355, 1901.

, Les lois qui ne peuvent être présidées que par des magistrats supérieurs sont rares à la fin de la République, on soulignera les mesures qui nécessitaient de conserver une certaine solennité, comme le retour d'exil de Cicéron, en 57 av, pp.13-84, 1966.

, Sur ces questions, nous renvoyons à la récente analyse de Fiori, pp.119-169, 2014.

, Sur l'histoire du Comitium au fil du temps et sur les modifications architecturales de ce complexe, cf. l'article de F, Coarelli et ses nombreuses références bibliographiques ainsi que les figures connexes dans Steinby, p.469, 1983.

. Varro, Comitium ab eo quod coibant eo comitiis curiatis. L'archéologie semble confirmer cette utilisation : Coarelli, vol.5, pp.101-105, 1983.

, Pour l'histoire, la topographie et les caractéristiques structurales au fil du temps de ce temple, on renverra aux articles de G. Tagliamonte et S. De Angeli et aux figures dans Steinby, pp.437-438, 1996.

. Cic and . Lael,

. David, patribus curam iniecerant ne aut consulem tum maxime res agentem a bello auocarent aut in annum consules deessent. optimum uisum est, quamquam extra Italiam esset, Valerium potius consulem ex Sicilia reuocari, p.74, 2000.

M. Broughton, , p.323

. Liv, 31, 49, 8 : C. Aurelius consul cum ex prouincia Romam comitiorum causa uenisset

. Liv, Neque ipse consul memorabile quicquam gessit, comitiorum causa Romam reuocatus, vol.32

. Liv, Res ex campestri certamine in senatum peruenit, vol.32

M. Broughton, , p.330

. Liv, Sex. Aelius consul ex Gallia comitiorum causa Romam cum redisset, creauit consules C. Cornelium Cethegum et Q. Minucium Rufum, vol.32

. Liv, L. Valerius consul, cum post fusos circa Litanam siluam Boios quietam prouinciam habuisset, comitiorum causa Romam rediit et creauit consules P. Cornelium Scipionem Africanum iterum et Ti. Sempronium Longum, vol.34, pp.2-3

. Liv, 1 : Scipionem alii coniuncto exercitu cum collega per Boiorum Ligurumque agros populantem isse, quod progredi siluae paludesque passae sint, scribunt, alii nulla memorabili re gesta Romam comitiorum causa redisse, vol.34

, Valerius Messala qui quitta la Ligurie pour revenir effectuer cette tâche 676, En 183, le consul M. Marcellus fut rappelé d'Histrie

, Cum alii atque alii nuntii bellum instare adferrent, ad rem pertinere uisum est consules primo quoque tempore creari. Itaque senatus consultum factum est, ut M. Fuluius praetor litteras extemplo ad consulem mitteret quibus certior fieret senatui placere prouincia exercituque tradito legatis Romam reuerti eum et ex itinere praemittere edictum quo comitia consulibus creandis ediceret, Liv, vol.35, pp.1-3

. Liv, Les deux consuls qui furent retenus par les élections, Marcus Valerius Messala et Caius Livius Salinator seront cités par la suite par Tite Live. Le premier en tant que préteur en 193 et, 38, 35, 1 : M. Fuluius, quia iam in exitu annus erat, comitiorum causa profectus Romam creauit consules M. Valerium Messalam et C. Liuium Salinatorem

. Liv, Exitu prope anni M. Valerius consul ex Liguribus ad magistratus subrogandos Romam uenit nulla memorabili in prouincia gesta re, ut ea probabilis morae causa esset, quod solito serius ad comitia uenisset, vol.38

. C'est-À-partir-de-ce-chapitre-et-jusqu'à-liv-;-excepté-liv, que Tite Live suivrait les sources annalistiques de manière exclusive, pour exposer non seulement les événements des années 187-186, de Rome mais aussi ceux des provinces occidentales, vol.38, p.175, 1982.

, Sur les sources de Tite Live et en particulier sur l'attribution de certains paragraphes à Antias ou à Quadrigarius dans le récit de cette campagne contre la Ligurie, on soulignera la contribution de Mezzar-Zerbi, pp.333-334, 1960.

. Liv, 39, 56, 3 : Ex Histria reuocatus M. Marcellus exercitu dimisso Romam comitiorum causa rediit

. Liv, M. Baebius comitiorum causa Romam reuocatus, vol.40, pp.1-2

. Liv, Alter consul Postumius consumpta aestate in recognoscendis agris, ne uisa quidem prouincia sua comitiorum causa Romam rediit, Consules C. Popilium Laenatem P. Aelium Ligurem creauit. praetores exinde facti C. Licinius Crassus M. Iunius Pennus Sp. Lucretius Sp. Cluuius Cn. Sicinius C. <Memmius> iterum, vol.42

. Liv, Seruilius primo quoque tempore ad comitia habenda ueniret. senatus consultum Sulpicius praetor ad consulem? post paucos dies recitauit, quibus <in> ante diem? in urbem uenturum. et consul maturauit et comitia eo die, qui dictus erat, sunt perfecta. Pour les intégrations de ce texte altéré, Iam in exitu annus erat, et propter Macedonici maxime belli curam in sermonibus homines habebant, quos in annum consules ad finiendum tandem id bellum crearent. itaque senatus consultum factum est, ut Cn, vol.44, p.155, 1976.

C. , Ab urbe condita, cinq cas qui expliciteront ce point. Le premier se déroule en 216 av, Nous avons ainsi identifié dans l', vol.213

. Liv, 39, 6, 1-2 : Iam consularium comitiorum appetebat tempus ; quibus quia M. Aemilius, cuius sortis ea cura erat, occurrere non potuit, C. Flaminius Romam uenit

. Tribun-militaire-en-grèce, Adam 1994, chap. 23, nt. 1, souligne une confusion de Tite Live entre les deux frères. Le Padouan indiquerait que Ap. Claudius fut élu préteur, Il combat en Grèce comme légat jusqu'en 191 (Béotie en 196 : Liv, vol.32, p.367

. Liv, Iam comitiorum appetebat tempus. prior tamen Claudius quam Sempronius, cui sors comitia habendi obtigerat, Romam uenit, quia P. Claudius frater eius consulatum petebat, vol.39

. Liv, Id cum ad senatum rettulisset, boue perlitare iussus. De prouinciis deinde consultus senatus Pisas et Ligures prouincias consulibus decreuit ; cui Pisae prouincia obuenisset, cum magistratuum creandorum tempus esset, ad comitia reuerti iussit, vol.41, pp.8-9

. Liv, 1 : Consules eo anno agro tantum Ligurum populato, cum hostes exercitus numquam eduxissent, nulla re memorabili gesta Romam ad magistratus subrogandos redierunt, vol.45

, Live souligne là aussi que les deux consuls, Q. Fabius Maximus et Ti

. Gracchus, Quelques lignes plus loin, il précise qu'ils furent rappelés ensuite à Rome, pour prendre leurs fonctions 703, En 211 aussi, les consuls, M. Claudius Marcellus et M. Valerius Laevinus furent nommés alors qu'ils

, Jusque-là, comme nous avons pu le voir dans les autres épisodes, rien n'est anormal. C'est en effet la suite qui est atypique. Tite Live précise que cet édile exerça sa charge en étant absent 706, Cornelius Lentulus, vol.705

É. Le-dernier, que nous avons relevé, présente deux cas de figure. Nous sommes en 199, et deux édiles curules avaient été désignés par les comices mais ils ne pouvaient entrer en charge immédiatement, p.707

. Liv, Dictator de se pauca ac modice locutus in magistrum equitum Ti. Sempronium Gracchum magnam partem gloriae uertit comitiaque edixit, quibus L. Postumius tertium absens, vol.23

. Liv, 24, 43, 5 : creati consules ambo absentes, Q. Fabius Maximus, consulis filius, et Ti. Sempronius Gracchus iterum

. Liv, , vol.24

. Liv, En ce qui concerne l'absence du premier, Tite Live aurait ou changé sa source en suivant Appien qui soutenait que Marcellus dès son retour de Sicile se serait rendu en Espagne, ou voulu préciser qu'il n'était pas présent au Champ de Mars. Quant à M. Valerius, il était à Corcyre (Liv., 26, 26, 1) avec sa flotte, au commencement du printemps, puis se rendit à Naupacte pour poursuivre jusqu'à Anticyra où on l, 26, 22, 13 : M. [Marcellum] Claudium, fulgentem tum Sicilia domita, et M. Valerium absentes consules dixerunt

C. and C. Lentulus, consul commandant la flotte en 201. Il s'opposa à la paix avec Carthage (Liv., 30, 43, 1) et verra son commandement prorogé jusqu, vol.22, pp.6-13

, 2-12), et sa qualité de membre du collège des augures de 217 à sa mort, son statut de délégué particulier auprès de Philippe V, vol.32, p.283

. Liv, , vol.29

, absens creatus absens eum honorem gessit

, 7 alors que son envoi en Espagne n'a pas été évoqué par Tite Live, vol.31

, 27, 8, 4), en 209. La dernière attestation de ce personnage est dans l'organisation des jeux romains au côté de L, Il aurait été élu flamen dialis contre sa volonté (Liv, vol.32

, Cette interdiction est énoncée par Gell., 10, 15, 4 ; Fest. 921L ; Plut, p.44

. Liv, Comitiis aediles curules creati sunt forte ambo qui statim occipere magistratum non possent, vol.31, pp.6-10

N. C. Cornelius-cethegus-absens-creatus-erat, ;. C. Cum-hispaniam-obtineret-prouinciam, and . Valerius-flaccus, quem praesentem creauerant, quia flamen Dialis erat iurare in leges non poterat ; magistratum autem plus quinque dies, nisi qui iurasset in leges, non licebat gerere. Petente Flacco ut legibus solueretur, senatus decreuit ut si aedilis qui pro se iuraret arbitratu consulum daret, consules si iis uideretur cum tribunis plebis agerent uti ad plebem ferrent. Datus qui iuraret pro fratre L.Valerius Flaccus praetor designatus ; tribuni ad plebem tulerunt plebesque sciuit ut perinde esset ac si ipse aedilis iurasset. Et de altero aedile scitum plebi est factum : rogantibus tribunis quos duos in Hispaniam cum imperio ad exercitus ire iuberent

. App, . Bell, and G. ;. Civ, ??????? ?? ?????? ???? ??? ???? ?????? ????????? ??? ?? ??? ?????? ????? ???????????? ?????? : « c'était César, au lieu des Décemvirs, qui leur distribuerait l'argent, et on lui permettrait de briguer le consulat sans être à Rome, vol.3, p.83, 2010.

, On préférera à l'improbabilité des dires de Dion Cassius, la version d'Appien qui est plus cohérente avec les mesures précédemment prises par le Sénat, vol.46, p.232, 2008.

, Il s'agira donc en ce lieu de reprendre brièvement les courants principaux, en utilisant le résumé, très convaincant, de F. Van Haeperen. Trois tendances ont été identifiées pour définir cette loi 716 . La première est représentée par ceux qui, à la suite de Mommsen

, La loi, selon cette vision, n'ajoute rien au pouvoir des magistrats mais le confirme 717

S. Dans-la, nous retrouvons ceux qui considèrent que la lex curiata apporte au magistrat une partie ou la totalité de ses pouvoirs (imperium et imperium militiae 718

, Tout en proposant d'étudier la lex curiata sous un nouvel angle, F. Van Haeperen souligne, à l'instar de T. Mommsen et A. Magdelain, que cette dernière et préside l'assemblée, la prise d'auspices du nouveau magistrat au sujet de sa charge (le signe positif de Jupiter, pris aux premières heures du jour, permet l'entrée en fonction) et l'octroi à l'élu du magistratus iustus, et/ou auspicium 719 , auspicium militia 720 ), p.283, 2015.

. Van-haeperen, , pp.72-73, 2012.

, Mommsen 1887, pp.183-200, 1909.

D. Martino, , pp.155-159, 1972.

, Heuss, 1944.

, Von Lübtow, pp.49-51, 1952.

, Staveley, 1956.

, 400 : « un caractère de la loi curiate, où elle semble étroitement associée à une forme supplémentaire de reconnaissance. Si celle-ci n'est pas -comme nous l'avons vu -indispensable au pouvoir, il est des contextes particuliers qui semblent réclamer ce surplus de légitimité, pp.50-51, 1967.

. Van-haeperen, , p.74, 2012.

, Le troisième épisode, celui de 170, rappelle que les consuls A. Hostilius Mancinus et A. Atilius Serranus, au début de leur charge, avaient accompli des devoirs civils et religieux dans la ville et autour de cette dernière, comme il était de coutume pour les consuls, pour ensuite partir pour leurs provinces. Tite Live n'évoque pas le Capitole ici

, Appien dans son discours rapporté de César en 49 av. J.-C. souligne lui aussi l'existence de cérémonies d'usage lors de l'installation consulaire 738 . Au sujet d'Octavien, il évoque des sacrifices d'usage pour la dignité consulaire 739

. Liv, 1 : Quo die magistratum inierunt consules, senatus in Capitolio est habitus, vol.24

, Tite Live semble donc faire une confusion en disant que l'un des consuls était M. Aemilius Lepidus, Il s'agit des consuls Q. Mucius Scaevola et Sp. Postumius Albinus Paullulus, p.403

. Liv, Capitolio nuncupatis in prouincias profecti sunt. Ex iis M. Aemilio?, vol.41

. Liv, 1 : Per hos forte dies P. Licinius consul uotis in Capitolio nuncupatis paludatus ab urbe profectus est, vol.42

. App, . Bell, and . Civ, 53 : ?????, ??? ???????? ??????? ???? ????????? ? ???? ?????? ??? ?????? ???????? ?????. « Allons-y, tandis que Pompée pense que je passe aussi mon temps dans les quartiers d'hiver, vol.2

. App, . Bell, and . Civ, Elu lui-même consul avec celui qu'il souhaitait -Quintus Pedius, qui lui avait fait présent de sa part de l'héritage de César -, il rentra de nouveau dans la Ville en qualité de Consul et offrit des sacrifices : douze vautours étaient apparus, autant que Romulus en avait vu, à ce qu'on dit, quand il fondait la cité. A l'issue de ces sacrifices, il fit renouveler son adoption selon la loi curiate, ??? ??? ?????? ????????, ????? ?????????????? ??????? ????????. ???????? ?? ????? ??? ? ??? ???????? ?????? ?????, ?? ?? ????? ???? ???????? ??? ???????? ???????????, ?? ??? ????? ????? ?? ?????? ?????, ??? ????, ?????? ?? ????? ????????, ????? ???? ??? ?????? ??? ????? ????????? ???????, vol.3, p.82, 1978.

, Mommsen 1887, pp.133-156

, Magdelain, pp.36-73, 1968.

, Pour un développement critique de cette doctrine, pp.63-68, 2014.

. Le-pomerium-de-manière-symbolique, Ce dernier serait

F. Drogula and . Lui, partie de ceux qui soutiennent l'inexistence d'un imperium domi et l'existence d'une potestas pour définir les pouvoirs civils d'un magistrat 754 . L'imperium ne serait donc, selon lui, que militaire 755 . Il argumente sa thèse à travers l'étude de trois institutions républicaines, le triomphe

. Liou-gille, , p.103, 1993.

. Liou-gille, , p.105, 1993.

, Rüpke, pp.51-52, 2004.

. Drogula, , vol.87, 2007.

, résume ainsi sa théorie : « I believe we must accept that imperium, although commonly used in a figurative or metaphorical manner, was (in the technical sense) strictly a military power that normally did not exist within the pomerium? imperium was not necessary within the pomerium, because potestas provided all he power and authority magistrates needed to perform the duties of their offices, Drogula, p.422, 2007.

, 55 qui soutient le caractère fondamental des théories de Mommsen et de Magdelain : « Il recentissimo contributo di Drogula 2007, che pure si segnala per l'ampiezza e l'acutezza dell'analisi, nella sua tesi di fondo -che cioè il termine imperium designi a Roma unicamente il comando militare -è senza dubbio da respingere : l'infondatezza di questa tesi è dimostrata, se non altro, dalla possibilità di definire con questo termine la potestà superiore dei magistrati locali -certamente privi di competenze militiae (cfr. infra) -nella colonia di Urso (lex Coloniae Genetivae, capp. 18, 125, 128 : l'idea che il termine, in queste clausole, sia utilizzato "in a very casual manner to signify the general idea of power" -Drogula, 421 -è semplicemente inaccettabile, stante la natura ufficiale del documento), p.371, 2007.

, Claudius Marcellus pour qu'il nomme dictateur l'élu du peuple 811 . En 208, le consul T. Quinctius Crispinus, envoya une lettre à Rome annonçant la mort de son collègue M. Claudius Marcellus et soulignant qu'il ne pourrait pas présider les comices car blessé, il se dirigeait vers Capoue 812 . On décida d'envoyer Q. Fabius 813 , à l'armée de Venusia, quitta Rome pour la Sicile 810 . Le Sénat rappela donc l'autre consul, M

. Liv, Haec recitata a consule ita mouere senatum ut non exspectanda comitia consuli censeret, sed dictatore comitiorum habendorum causa dicto extemplo in prouinciam redeundum. Illa disceptatio tenebat quod consul in Sicilia se M. Valerium Messallam qui tum classi praeesset dictatorem dicturum esse aiebat, patres extra Romanum agrum -eum autem Italia terminari, vol.27, pp.14-15

. Liv, Lucretius tribunus plebis cum de ea re consuleret, ita decreuit senatus ut consul priusquam ab urbe discederet populum rogaret quem dictatorem dici placeret, eumque quem populus iussisset diceret dictatorem ; si consul noluisset, praetor populum rogaret ; si ne is quidem uellet, tum tribuni ad plebem ferrent. Cum consul se populum rogaturum negasset quod suae potestatis esset, praetoremque uetuisset rogare, tribuni plebem rogarunt, plebesque sciuit ut Q. Fuluius, qui tum ad Capuam erat, dictator diceretur, vol.27, pp.16-18

. Liv, destitutique patres litteras ad M. Claudium mittendas censuerunt ut desertae ab collega rei publicae subueniret diceretque quem populus iussisset dictatorem, vol.27

. Liv, 2-3 : ipse cum legionibus suis Capuam profectus uix lecticae agitationem prae grauitate uolnerum patiens, Romam litteras de morte collegae scripsit quantoque ipse in discrimine esset : se comitiorum causa non posse Romam uenire quia nec uiae laborem passurus uideretur, vol.27

, Il est le fils du Cunctator. Il fut préteur en 214 et consul en 213, RE 103

S. Liv, On lui avait assigné la province de Sicile, au début de l'année (Liv, pour substituer L. Cincius Alimentus. Il est donc surprenant qu'il soit à Rome, vol.29, pp.3-9

, Ce personnage ne se retrouve nulle part ailleurs

, Sûrement propréteur en Sicile, l'année d'avant. Il sera envoyé comme légat auprès du consul Crispinus grièvement blessé, Liv, vol.29

, Au sujet du triomphe de Scipion en 201 av. J.-C., Tite Live souligne que ce fut le plus beau, jamais vu auparavant, qui entra dans la ville 844 . En

. Liv, Praesidio Perusiae imposito, legationibus Etruriae amicitiam petentibus prae se Romam ad senatum missis consul praestantiore etiam quam dictator uictoria triumphans urbem est inuectus. Selon Bastien, vol.9, pp.86-89, 2007.

. Liv, Dictator triumphans in urbem rediit, vol.10

. Liv, Romam peruenit triumphoque omnium clarissimo urbem est inuectus, vol.30

. Liv, 1-2 : Per idem tempus L. Cornelius Lentulus pro consule ex Hispania rediit. Qui cum in senatu res ab se per multos annos fortiter feliciterque gestas exposuisset postulassetque ut triumphanti sibi inuehi liceret in urbem, vol.31

L. and C. Lentulus, 38, 1 ; 29, 11, 12), était en Espagne en 206, en tant que proconsul pour remplacer Scipion et alors qu'il est absent de Rome en 205, il fut édile curule, comme nous avons vu précédemment (Liv, vol.28, p.12

C. Marcellus--À-qui, armée -évoquant des faits contradictoires par rapport à ce qui avait été dit par le consul, le Sénat ne voulut pas se prononcer. Tite Live souligne que L. Cornelius persistait à demander d'entrer, triomphant, dans la ville 848 . Pour l'année 191 av. J.-C., c'est au tour de M. Fulvius Nobilior de recevoir le triomphe pour ses succès en Espagne, en tant que préteur 849 . Il fit donc son entrée dans la ville 850 . En 187 av

M. La and . Fulvius, pour ses exploits en Etolie et sur l'île de Céphallénie. Tite Live souligne qu'avant de faire son entrée dans la ville, il distribua dans le cirque de Flaminius des récompenses militaires 852 . En 185 av, L. Manlius entra

. Liv, 20, 6 : ex senatus consulto L. Lentulus ouans urbem est ingressus, vol.31

. Liv, Cum pergeret nihilo segnius referre ut supplicationes decernerentur triumphantique sibi urbem inuehi liceret, vol.35

M. and F. Nobilior, Il fut prorogé dans son commandement en 192 (Liv, vol.33, p.47

. Liv, Per eosdem dies et M. Fuluius Nobilior, qui biennio ante praetor in Hispaniam erat profectus, ouans urbem est ingressus ; argenti bigati prae se tulit centum triginta milia et extra numeratum duodecim milia pondo argenti, auri pondo centum uiginti septem, vol.36, pp.10-11

. Liv, Scipio non in Capitolio modo, sed per totam Vrbem omnia templa deum cum populo Romano circumiit. Celebratior is prope dies fauore hominum et aestimatione uera magnitudinis eius fuit quam quo triumphans de Syphace rege et Carthaginiensibus urbem est inuectus. Pour l'année de son triomphe en 201, vol.38, pp.2-7

. Liv, Multos eo die, priusquam in Vrbem inueheretur, circo Flaminio tribunos praefectos equites centuriones Romanos sociosque donis militaribus donauit, vol.39

. Liv, Medius tamen honos Manlio habitus, ut ouans Urbem iniret, vol.39

.. , Fulvius Flaccus qui revenait d'Espagne se vit accorder le triomphe. Quelques jours après, il entra triomphalement dans la ville 854 . Ces épisodes, comme nous pouvons le remarquer

J. ,

. Sénat, pour le jour de l'ovation, l'imperium à ce proconsul. La veille de cette cérémonie, celui-ci avait obtenu sur le mont Albain les honneurs du grand triomphe qui se serait déroulé le lendemain dans la ville 856 . La description de Tite Live sur le triple triomphe de l'année 167 av

, En effet, selon l'annaliste, le Sénat décerna le triomphe au proconsul L. Aemilius Paullus et aux propréteurs L, Anicius Gallus et

, de demander aux tribuns de la plèbe de présenter une loi pour accorder à ces magistrats l'imperium, le jour où ils entreraient triomphalement dans l'Urbs 858 . Ainsi, si les autorités s'occupent de doter d'imperium les promagistrats, c'est que ces derniers le perdent automatiquement une fois l'enceinte urbaine franchie et que l'on considère qu'il est nécessaire pour triompher d'en posséder un

. Liv, et post paucos dies cum militibus, quos secum deduxerat, vol.40

M. Broughton, Sur cet épisode, cf, pp.273-275, 2007.

. Liv, eum quasi debellato triumphare cum exercitus testis meriti atque immeriti triumphi abesset, medium uisum ut ouans urbem iniret. Tribuni plebis ex auctoritate senatus ad populum tulerunt ut M. Marcello quo die urbem ouans iniret imperium esset. Pridie quam urbem iniret in monte Albano triumphauit, vol.26, pp.4-6

M. Broughton, , p.434

. Liv, Tribus iis omnibus decretus est ab senatu triumphus mandatumque Q. Cassio praetori, cum tribunis plebis ageret, ex auctoritate patrum rogationem ad plebem ferrent, ut iis, quo die urbem triumphantes inueherentur, vol.45

. Cic and . Att, Sed erit cum Pomptino Appius consul. Cato tamen adfirmat se uiuo illum non triumphaturum. Id ego puto ut multa eiusdem ad nihilum recasurum. Appius sine lege suo sumptu in Ciliciam cogitat. Les textes ne précisent pas quels sont les comices qui s'occupent de cette charge. M. Tarpin, souligne qu'il pourrait s'agir des comices curiates étant donné que la présidence est donnée à un préteur. Tout en relevant la compétence évidente des comices curiates en matière d'imperium et sur d'autres sujets, il y ajoute les lois portées pour des triomphes de promagistrats ainsi que celles sur l'imperium de ces promagistrats. Ce seraient donc ces derniers qui auraient contribué au retour -quoique discret -de la loi curiate dans le décor politique, Pomptinus uult a. D. IIII Non. Nouembr. Triumphare. Huic obuiam Cato et Seruilius praetores ad portam et Q. Mucius tribunus, vol.16, p.270, 2015.

, Officier de Crassus durant la révolte de Spartacus, préteur en 63, il reçut ensuite le commandement de la Gaule, vol.73, pp.174-175, 1974.

D. Cass, ?? ??? ?????? ??? ??????, ??????? ?? ???????? ????, ??? ??? ???????? ????????. « C'est alors que se déroula le triomphe de Caius Pomptinus pour sa victoire sur les Gaulois ; jusqu'alors comme personne ne le lui accordait, il resta en dehors du pomerium, 39, 65, 1 : ??? ????? ??? ? ????????? ? ????? ?? ???????? ?? ??? ??????? ???????, pp.269-271, 2011.

, postulasset ut ob eas diis immortalibus honos haberetur sibique triumphanti Vrbem inuehi liceret, contradixerunt pars maior [?] ; <si> pro felicitate mea exercitusque mei, quod tantam nationem sine ulla militum iactura deuicimus, postularem uti diis immortalibus honos haberetur et ipse triumphans in Capitolium ascenderem, unde uotis rite nuncupatis profectus sum, negaretis hoc mihi cum diis immortalibus

. Postero-die and . Cognati-amicique-cn, Manlii summis opibus adnisi sunt, et auctoritas seniorum ualuit, negantium exemplum proditum memoriae esse ut imperator, qui deuictis perduellibus, confecta prouincia, exercitum reportasset, sine curru et laurea priuatus inhonoratusque urbem iniret

, On retrouve le récit de sa campagne en 39, 21, 6-10. Tite Live en utilisant le terme de proconsul désignerait indifféremment les magistrats qui étaient prorogés dans leur commandement en Espagne, préteurs ou proconsul (cf, vol.38, pp.366-367, 1950.

L. , Quinctius Crispinus ne lui permet pas de conclure la guerre et l'oblige à rentrer à Rome sans son armée. Ces deux conditions l'empêchent d'obtenir le triomphe. La première règle a été énoncée initialement lors de la demande de triomphe

C. Marcellus and . De, On retrouve la même application à des généraux dotés d'un imperium proconsulaire mais qui n'avaient pas revêtu de magistratures curules

, En revanche, l'obligation du général à ramener son armée n'a pas toujours été respectée au début du II ème siècle (en 190, M. Acilius Glabrio, vol.37

, Après ce premier triomphe en 178, il fut consul, en 177, avec pour collègue C. Claudius Pulcher et reçoit un second triomphe, en 175, pour sa campagne en Sardaigne (Liv, vol.220, p.28

, Aulus, est consul, il y restera jusqu'en 179. Cf. Broughton, MRR I, p. 395-396 pour sa charge de proconsul et la demande de triomphe avec Ti. Sempronius Gracchus. Consul en 173, il échoue à la censure, en 169, (Liv., 43, 14, 1) et participe à la bataille de Pydna, vol.168

. Liv, 41, 6, 4 : Per eos dies Ti. Sempronius Gracchus et L. Postumius Albinus ex Hispania Romam cum reuertissent, senatus iis a M. Titinio praetore datus in aede Bellonae ad disserendas res, quas gessissent, postulandosque honores meritos <et> ut diis immortalibus haberetur honos

. Liv, 1-2 : triumphi deinde ex Hispania duo continui acti. prior Sempronius Gracchus de Celtiberis sociisque eorum, postero die L, vol.41

. Liv, Priusquam proficiscerentur consules, C. Cicereio, <praetori> prioris anni, ad aedem Bellonae senatus datus est, vol.42

, qui reprend l'histoire de ce temple, de sa construction à sa redécouverte lors des différentes campagnes de fouilles. Voir aussi dans le même volume fig. 30-33, pp.222-223, 1989.

. Délos and . Dans-la-mythologie-sa-mère-léto-avait-parcouru-la-mer-egée, Pour finir avec cette catégorie, nous possédons trois épisodes qui attestent que pour demander le triomphe, les généraux sont reçus hors de la ville mais à l'inverse des cas précédents

, Nous retrouvons pour l'année 179, un épisode qui nous avait été utile pour la première catégorie. Il s'agit du proconsul Q. Fulvius Flaccus qui revint d'Espagne. Tite Live précise qu'il resta hors de la ville, pour attendre le jour de son ovation. Il souligne, en outre, que ceci ne l'empêcha pas d'être nommé consul 896 avec L. Manlius Acidinus 897 et quelques jours après, il triompha 898 . Notre dernier épisode se déroule en 177. Le consul C. Claudius Pulcher était venu, Quinctius Flamininus 894 eut une audience devant le Sénat, hors de la ville pour faire le récit de ses exploits et demander le triomphe 895

. Bonnefond-coudry, 152 souligne à juste titre que le temple d'Apollon accueillait exclusivement des promagistrats alors qu'au sein de celui de Bellone pouvaient se dérouler des séances consacrées aux promagistrats et des réunions convoquées par les magistrats. Elle rejette le rapport établi entre cette divinité et la victoire, faute d'indices qui l'attesteraient et insiste sur les raisons topographiques plus que symboliques de ce choix, pp.155-156, 1989.

M. Broughton, , p.344

. Liv, 3 : postquam Romam uentum est, senatus extra urbem Quinctio ad res gestas edisserendas datus est triumphusque meritus ab lubentibus decretus, vol.34

. Il, . Broughton, and . Mrr-i, Contrairement à ce qui se passa pour César, en 60 av, vol.389, p.387

, Tite Live n'évoque pas la situation remarquable qui tendait à se créer cette année-là. Les deux consuls étaient frères de naissance. L. Manlius Acidinus avait été donné en adoption et avait alors pris ce nom, p.123, 1955.

. Liv, 4 : Q. Fuluius Flaccus ex Hispania rediit Romam cum magna fama gestarum rerum. Qui cum extra urbem triumphi causa esset, consul est creatus cum L. Manlio Acidino, vol.40

, La troisième attestation est de l'année 199 av. J.-C. et concerne la demande de triomphe du proconsul L. Manlius Acidinus 907 . Le Sénat avait accepté qu'il reçût l'ovation pour ses victoires remportées en Espagne

, Les deux derniers épisodes rapportent des ovations sur le mont Albain quand le triomphe n'est pas accordé aux généraux 910 . En 197 av, le Sénat refusa les honneurs du triomphe au consul Q. Minucius Rufus. Ce dernier spécifia qu'il

.. , Cicereius 913 triompha sur le mont Albain, Tite Live précise que cet usage s'était répandu et que l'on n'avait pas besoin d'une autorisation officielle 914

, Ville, les cas que nous avons vu supra montrent qu'il existait un lieu précis

, Sur sa nomination, voir Liv, Proconsul de 205 à 200 en Espagne pour remplacer Scipion (cf. Broughton, MRR I, vol.303, p.7

M. Broughton, , p.327

. Liv, Sub idem tempus L. Manlius Acidinus ex Hispania decedens, prohibitus a P. Porcio Laeca tribuno plebis ne ouans rediret, cum ab senatu impetrasset, priuatus urbem ingrediens sex milia pondo argenti, triginta pondo ferme auri in aerarium tulit, vol.32

, A ce sujet, cf, pp.265-268, 2007.

. Liv, 23, 3 ; 8 : Q. Minucius temptata tantum relatione, cum aduersum omnem senatum uideret, in monte Albano se triumphaturum et iure imperii consularis et multorum clarorum uirorum exemplo dixit, vol.33

Q. , Minucius consul de Liguribus Boisque Gallis in monte Albano triumphauit

. Liv, is triumphus, ut loco et fama rerum gestarum et quod sumptum non erogatum ex aerario omnes sciebant inhonoratior fuit, vol.33

M. Broughton, , p.412

. Liv, Is expositis, quas in Corsica res gessisset, postulatoque frustra triumpho, in monte Albano, quod iam in morem uenerat, ut sine publica auctoritate fieret, vol.42, p.865, 1966.

, Cette oratio nous intéresse grandement, du fait qu'elle offre de nombreux détails utiles à notre sujet. Il commence par dire que Paul Emile, au lendemain de cette cérémonie, redeviendrait un simple citoyen 919 . Il évoque, lui aussi, le mont 915 Pour l'épisode en entier, Servilius Pulex Geminus qui avait été maître de cavalerie, en 203, et consul, en 202 918, vol.45, pp.35-42

. Liv, , vol.45, pp.3-5

M. Broughton, , p.434

M. Broughton, , p.315

. Liv, 4 : sed postero die quam triumphatum esset, priuatum cum uisurus esset, nomen deferret et legibus interrogaret, vol.45, p.158, 1979.

M. , Aemilius Lepidus 938 de l'affaire et ce peuple obtint gain de cause 939

, furent expulsés 943 et Tite Live en précise les modalités 944 . S'agissant d'alliés, ils peuvent rentrer dans Rome. Le statut d'étranger n'est pas un critère alors que celui d

, Liv. 39, 2). Scullard 1973, p. 143, parle d'un motif politique au sujet de cette intervention

. Liv, Id Cenomani conquesti Romae apud senatum reiectique ad consulem Aemilium cui ut cognosceret statueretque senatus permiserat, magno certamine cum praetore habito obtinuerunt causam. Arma reddere Cenomanis, decedere prouincia praetor iussus. Le dénouement final tend à montrer le respect dont les Romains font preuve face aux traités et aux alliés de Transpadane (Luraschi, Cette décision reflète aussi l'intérêt que les Romains portaient aux Cenomans qui avec les Insubres et les Vénètes étaient les garants des confins alpins de l'Italie, pp.627-629, 1965.

, Il pouvait s'agir des Latini prisci mais aussi des Latins des colonies (cf., la généralité du terme toto undique ex Latio)

, Tite Live n'évoque pas la raison pour laquelle les Latins demandaient aux Romains que leurs compatriotes installés à Rome rentrent dans leurs patries. Pour l'année 177, cette « omission » n'est plus de mise et Tite Live souligne que la réclamation des Latins avait pour raison la difficulté de, Les Latins avec le ius migrationis pouvaient venir résider à Rome et postuler pour la citoyenneté romaine. Ils étaient donc recensés comme citoyens et sont alors des cives romani, vol.116, pp.112-113, 1978.

. Liv, His querentibus magnam multitudinem ciuium suorum Romam commigrasse et ibi censos esse, Q. Terentio Culleoni praetori negotium datum est ut eos conquireret et quem C. Claudio M. Liuio censoribus postue eos censores ipsum parentemue eius apud se censum esse probassent socii, ut redire eo cogeret ubi censi essent. Hac conquisitione duodecim milia Latinorum domos redierunt. Cette décision n'avait sans doute pas eu les effets escomptés du fait qu'en 177, les Latins réitèrent leur demande, Legatis deinde sociorum Latini nominis qui toto undique ex Latio frequentes conuenerant, senatus datus est, vol.39, pp.9-12

, En 183, les Gaulois se soumirent au consul M. Claudius Marcellus mais

, En 171, des députés de certains peuples des deux provinces d'Espagne furent reçus au Sénat où ils se plaignirent des magistrats romains

M. Broughton, Etant Flamine de Jupiter, il avait été nommé préteur pérégrin (Liv, vol.4, p.45

. Liv, Introducti in senatum a C. Valerio praetore exposuerunt se, superante in Gallia multitudine, inopia coactos agri et egestate, ad quaerendam sedem Alpis transgressos, quae inculta per solitudines uiderent, ibi sine ullius iniuria consedisse ; oppidum quoque aedificare coepisse quod indicium esset nec agro nec urbi ulli uim adlaturos uenisse, Marcellus nuntium praemisit ad L. Porcium proconsulem ut ad nouum Gallorum oppidum legiones admoueret. Aduenienti consuli Galli sese dediderunt. Duodecim milia armatorum erant, plerique arma ex agris rapta habebant ; ea aegre patientibus iis adempta quaeque alia aut populantes agros rapuerant aut secum attulerant, vol.39, pp.17-19, 1987.

. Liv, 39, 54, 7 : se certam etsi non speciosam pacem quam incerta belli praeoptantis, dedidisse se prius in fidem quam in potestatem populi Romani

. Liv, orare se senatum populumque Romanum ne in se innoxios deditos acerbius quam in hostes saeuirent, vol.39

. Réponse-du-sénat and . Dans-le-récit, Tite Live insiste sur le fait qu'ils étaient considérés comme des alliés

, Durant cette même guerre, en 169, l'assemblée d'un roi de la Gaule

, des Rhodiens 961 entrèrent après, pour négocier la paix pour le roi Persée 962 . Tite Live rapporte, en outre, que des ambassadeurs de nations étrangères furent reçus par les

. Liv, Maenius praetor respondit, quae bene meritos sese et ante et in eo bello, quod geratur, de populo Romano dicant, ea et scire uera eos referre senatum et perinde ac debeant grata esse. Quae facta <a> C. Lucretio fierique ab L. Hortensio praetoribus Romanis querantur, ea neque facta neque fieri uoluntate senatus quem non posse existimare, qui sciat bellum Persei et ante Philippo, patri eius, intulisse populum Romanum pro libertate Graeciae, non ut ea a magistratibus suis socii atque amici paterentur ? Litteras se ad L. Hortensium praetorem daturos esse, Senatus iussu Chalcidensibus Q, vol.43, pp.4-7

, L'adjectif « transalpin » renvoie certainement à la région au-delà des Alpes Carniques, comme la Carinthie, p.148, 1976.

. Liv, Dum bellum in Macedonia geritur, legati Transalpini ab regulo Gallorum -Balanos ipsius traditur nomen ; gentis ex qua fuerit, non traditur -Romam uenerunt pollicentes ad Macedonicum bellum auxilia, vol.44, pp.1-2

, Gratiae ab senatu actae muneraque missa, torquis aureus duo pondo et paterae aureae quattuor pondo, equus phaleratus armaque equestria

, Il évoque une dispute entre Eumène et les ambassadeurs d'Antiochus, en 188, au sujet de la possession de cette région qui était séparée en deux par le fleuve Taurus. La décision renvoyée à Rome est inconnue mais il semblerait que la Pamphylie signa un traité d'amitié avec Rome, en tant que région « libre, Les ambassadeurs de cet épisode viendraient des villes d'Aspendos, vol.38

. Liv, Secundum Gallos Pamphylii legati coronam auream ex uiginti milibus Philippeorum factam in curiam intulerunt, petentibusque iis, ut id donum in cella Iouis optimi maximi ponere et sacrificare in Capitolio liceret, permissum ; benigneque amicitiam renouare uolentibus legatis responsum et binum milium aeris singulis missum munus, vol.44, pp.3-4

, XVI et suivantes). Polyb., 28, 2, 1, situe l'arrivée de l'ambassade à Rome, représentée par Hagésiloque (fils de Nicagora et Nicandre) à la fin de l'été 169. Cette dernière poursuit trois intérêts, reprendre les relations amicales, Tite Live aurait cessé d'utiliser Polybe à partir du chapitre 14 et sans nul doute jusqu'au chapitre 22, 1976.

. Liv, Tum ab rege Prusia et paulo post ab Rhodiis de eadem <re> longe aliter disserentes legati auditi sunt. Vtraque legatio de pace reconcilianda cum rege Perseo egit, vol.44, pp.5-6

, En 168, l'armée ennemie avait été battue, le roi Gentius était prisonnier et

M. Fils-de, Masgaba 969 , envoyé à Rome par son père

. Liv, Interea legationes exterarum nationum audiri posse. Primi Alexandrini legati ab Ptolemaeo <et> Cleopatra regibus uocati sunt. Sur la polémique autour des dates de cette ambassade, cf. l'explication claire et synthétique de Jal, vol.44, pp.158-160, 1976.

, Polybe en fait sans doute partie car les paragraphes 3 à 8 s'inspirent fortement de lui (cf, Polyb, vol.29, pp.1-11

, Il semble donc qu'ils soient restés à Rome durant plus d'un mois. Agissaient-ils de leur propre chef, désireux de suivre l'évolution de la situation à Rome ou s'agissait-il, comme Tite Live le laisse entendre, de la décision du Sénat de les retenir, Nous avons déjà évoqué la confusion chronologique (nt. 961) du récit livien sur l'ambassade rhodienne reçue à Rome, fin mai 168

. Liv, 3 : Tradidere quidam legatos Rhodios nondum dimissos post uictoriam nuntiatam uelut ad ludibrium stolidae superbiae in senatum uocatos esse, vol.45

. Liv, eumque haud secus quam deorum imperio legatorum Romanorum iussis paruisse ; gratulati dein de uictoria sunt, quam ope <sua>, si quid imperatum foret, adiuturum regem fuisse. Ptolemaei legati communi nomine regis et Cleopatrae gratias egerunt : plus eos senatui populoque Romano quam parentibus suis, plus quam diis immortalibus debere, per quos obsidione miserrima liberati essent, regnum patrium prope amissum <recepissent. Responsum> ab senatu est Antiochum recte atque ordine fecisse, quod legatis paruisset, gratumque id esse senatui populoque Romano : regibus Aegypti, Ptolemaeo Cleopatraeque, si quid per se boni commodique euenisset, id magno opere senatum laetari, daturumque operam, ut regni sui maximum semper praesidium positum esse in fide populi Romani ducant. Tite Live soutient que cette ambassade avait été envoyée par Ptolémée Evergète et sa soeur, comme en mars de la même année, Post ipsorum regum legati uenerunt : Antiochi legati referentes omni uictoria potiorem pacem regi, senatui quae placuisset, uisam, vol.45, pp.2-7

. Liv, Et ab Eumene et ab Attalo et ab Athenaeo fratribus communis legatio de uictoria gratulatum uenit. Polyb., 30, 1, 1 évoque lui aussi cette ambassade, en 168. Athéné, l'un des trois frères d'Eumène avait lui aussi participé à la guerre contre Persée, en 171, souligne que la plupart des commentateurs sont d'accord pour assimiler cette ambassade à celle dont Tite Live, vol.45, p.97, 1979.

, Sur le choix éditorial d'adopter cette orthographe, p.97, 1979.

L. Le-questeur, Manlius 970 qui le conduisit à Rome. Dès son arrivée, il obtint une audience au Sénat 971, En 167, des ambassadeurs de Cotys, le roi de Thrace

, Dans ces douze attestations, nous pouvons remarquer que les délégations pouvoir romain, le féliciter de récentes victoires, renouveler l'alliance ou/et offrir un sacrifice. C'est le cas en 187, pour les Latins et les Cenomans, vol.171

, Ce questeur pourrait être l'un des deux Manlii Acidini qui, vol.171

M. Broughton, , vol.428, p.419

. Liv, Puteolis naue egresso praesto fuit obuiam missus cum pecunia L. Manlius quaestor, qui Romam eum publico sumptu perduceret. Aduenienti extemplo senatus datus est, Et Masgabae, regis Masinissae filio, vol.45, pp.12-13

. Liv-;-legati-ab-cotye and T. Rege, Eis in senatum introductis et id ipsum argumenti praetendentibus orationi, non sua uoluntate Cotyn bello iuuisse Persea, quod obsides dare coactus esset, orantibusque, ut eos pretio, quantum ipsi statuissent patres, redimi paterentur. Même idée chez Polyb., 30, 17, 1. Cotys fut d'ailleurs le seul roi thrace dans le camp de Persée. Il semblerait qu'il devait son trône à Philippe V (Meloni, vol.45, p.90, 1953.

, On pourrait être surpris par cette indication car les Romains avaient sûrement encore en mémoire l'affligeante défaite subie, en 188, par Manlius Vulso contre les Thraces. Cette amitié remonterait donc à l'année 190, lorsque Philippe V fit profiter Scipion de son influence sur la région, 1936.

. Liv, Obsides datos crimen, non criminis defensionem esse, cum Thracum genti ne quietus quidem Perseus, nedum bello Romano occupatus timendus fuerit. Ceterum, etsi Cotys Persei gratiam praetulisset amicitiae populi Romani, magis, quid se dignum esset, quam quid merito eius fieri posset, aestimaturum, filium atque obsides ei remissurum. Beneficia gratuita esse populi Romani ; pretium eorum malle relinquere in accipientium animis quam praesens exigere. Tite Live en insistant sur cette sorte de clémence sans condition des Romains prouve qu'il suit une autre source, celle annalistique, et non Polybe qui offre une version moins idéalisée. En effet, dans Polyb., 30, 17, 2-4, les Romains trouvent inutile de prolonger le conflit avec Cotys alors que la guerre contre Persée est finie. On peut donc penser que ne craignant en aucun cas le roi, responsum ex auctoritate senatus est populum Romanum meminisse amicitiae, quae cum Cotye maioribusque eius et gente Thracum fuisset, vol.45, p.581, 1970.

, les deux provinces d'Espagne, en 170, pour la Grèce et l'Asie, en 169 pour la Gaule, la Pamphylie, l'Egypte, Pergame et Carthage

D. Les-représentants-d&apos;antiochus and . Rhodes, ou ceux de Prusias et de Rhodes, en 169, ou de nouveau ceux de Rhodes et d'Antiochus, en 169. Ceux qui se soumettent et se repentent comme les Gaulois, vol.189

. Ici, rédigé à la suite d'une proposition de M. Acilius Glabrio 981 , qui 'Acilius, alors promagistrat, les deux versions sont très proches. La suite, quant à elle

. Latins, Il finit par évoquer sa crainte à considérer l'événement vrai

, ) avec une indemnité qu'ils ne peuvent payer. Ils ne peuvent donc opter que pour la première option et l'exemple désastreux de la ville d'Héraclée (Liv, vol.36, pp.27-28, 1958.

. Liv, Per aliquot dies cum certatum esset, postremo neque dari neque negari pacem placuit ; duae condiciones iis latae sunt : uel senatui liberum arbitrium de se permitterent, uel mille talentum darent eosdemque amicos atque inimicos haberent. Exprimere cupientibus quarum rerum in se arbitrium senatui permitterent, nihil certi responsum est. Ita infecta pace dimissi urbe eodem die, vol.37, pp.5-6

. Liv, 1 : Aetoli legati in senatum introducti, cum et causa eos sua et fortuna hortaretur ut confitendo seu culpae seu errori ueniam supplices peterent, vol.37

. Liv, Interrogati ab uno senatore permitterentne arbitrium de se populo Romano, deinde ab altero habiturine eosdem quos populus Romanus socios et hostis essent, nihil ad ea respondentes, vol.37

, Consul l'année précédente, il triompha des Etoliens et d'Antiochus, vol.357, p.352

. Liv, 7 : senatus consultum in M. Acilii sententiam, qui Antiochum Aetolosque deuicerat, factum est, ut Aetoli eo die iuberentur proficisci ab urbe et intra quintum decimum diem Italia excedere, vol.37

. Liv, Illyrii uocati in senatum ; qui cum legatos se esse missos ab rege dicerent ad purganda crimina, si qua de rege Issaei deferrent, quaesitum est, quid ita non adissent magistratum, ut ex instituto loca, lautia acciperent, sciretur denique uenisse eos et super qua re uenissent ? haesitantibus in responso, ut curia excederent, dictum, vol.42, pp.4-6

. Liv, Insidiarum Eumeni factarum crimen et maxima cura et minime tamen probabiliter -manifesta enim res erat -defensum ; cetera deprecatio erat. Il s'agit des ambassadeurs Solon et Hippias qui étaient arrivés à Rome, à la fin du mois d'octobre 172. Les sénateurs ne les reçurent sûrement qu'au printemps, en février ou en mars 171. On notera que cet épisode fait partie des nombreux doublets du livre 42. En effet, Tite Live a déjà fait allusion à cette ambassade (Liv., 42, 36, 1-8). Nous avons décidé d'étudier cette première version dans un second moment, His praeparatis, quamquam ad bellum consilia erant destinata, senatum tamen praeberi legatis placuit, vol.42, pp.1-2

. Liv, Sed non eis animis audiebantur, qui aut doceri aut flecti possent. Denuntiatum, extemplo moenibus urbis Romae, Italia intra tricesimum diem excederent. Dans la première version (Liv, vol.42

, Sur cette tribune, cf. la description de F. Coarelli dans Steinby, p.373, 1995.

. Liv, Inter multas Asiae Graeciaeque legationes Rhodiorum maxime legati ciuitatem conuerterunt. Nam cum primo in ueste candida uisi essent, quod et gratulantis decebat, et, si sordidam uestem habuissent, lugentium Persei casum praebere speciem poterant, postquam consulti ab M. Iunio consule patres stantibus in comitio legatis, an locum, lautia senatumque darent, nullum hospitale ius in iis esse seruandum censuerunt, egressus e curia consul, cum Rhodii gratulatum se de uictoria purgatumque ciuitatis crimina dicentes uenisse petissent, ut senatus sibi daretur, pronuntiat sociis et amicis et alia comiter atque hospitaliter praestare Romanos et senatum dare consuesse : Rhodios non ita meritos eo bello, vol.45, pp.4-8

, Nous étudierons ces épisodes, pour comprendre les raisons pour lesquelles, elles sont reçues hors de Rome, en essayant aussi de déterminer les lieux utilisés pour ces rencontres entre le Sénat et les représentants des peuples étrangers

, Le premier cas se déroule en 203, lorsque les Carthaginois étaient venus pour

S. Africanus and . Ti, Sempronius Longus commencèrent leur consulat, deux ambassadeurs de Nabis arrivèrent à Rome. Ils furent reçus à l'extérieur de la ville, dans le temple d'Apollon, par le Sénat. Ce dernier ratifia la paix qui avait été concordée avec T. Quinctius 996, En, vol.171

. Rome, Il fut décidé de ne pas les laisser rentrer dans la ville car

, Tite Live, la guerre contre les Macédoniens et leur roi avait été décrétée par le Sénat

. Liv, cum Carthaginiensium legatos de pace ad senatum uenientes Puteolis uisos inde terra uenturos allatum esset, reuocari C-Laelium placuit ut coram eo de pace ageretur. Q Fuluius Gillo legatus Scipionis Carthaginienses Romam adduxit ; quibus uetitis ingredi urbem hospitium in uilla publica, vol.30, pp.11-12

. Liv, 1 : Legati ex Africa Romani simul Carthaginiensesque cum uenissent Romam, senatus ad aedem Bellonae habitus est, vol.30

T. Polybe, Live avaient déjà souligné que ces ambassades avaient été prévues (cf. Polyb., 18, 39, 5 ; Liv, vol.33, p.13

. Cette-«-maison-publique,

, Breui post legati et ab T. Quinctio et ab rege Philippo uenerunt. Macedones deducti extra urbem in uillam publicam ibique iis locus et lautia praebita et ad aedem Bellonae senatus datus, Liv, vol.33

. Liv, Principio anni quo P. Scipio Africanus iterum et Ti. Sempronius Longus consules fuerunt, legati Nabidis tyranni Romam uenerunt. Iis extra urbem in aede Apollinis senatus datus est, Pax quae cum T. Quinctio conuenisset ut rata esset petierunt impetraruntque, vol.34, pp.1-2

. Liv, Appien (App., Mac., 11, 5) évoque lui aussi deux ambassades, mais la première ne fait qu'enregistrer les plaintes romaines qui se réfèrent au discours d'Eumène. En outre, il ne parle d'expulsion que pour la seconde. Une expulsion qui advient chez cet auteur, Per idem tempus legati ab rege Perseo uenerunt. Eos in oppidum intromitti non placuit, cum iam bellum regi eorum et Macedonibus et senatus decresset et populus iussisset. In aedem Bellonae in senatum introducti, vol.42, p.506

M. Broughton, , p.418

. Liv, Romam quod praeterea mitteret, non esse ; nemini enim eorum per Italiam ire liciturum. Ita dimissis P. Licinio consuli mandatum est, intra undecimum diem iuberet eos Italia excedere, et Sp. Caruilium mitteret, qui, donec nauem conscendissent, custodiret. Polybe (27, 6, 3), Diodore (30, 1) et Appien (Mac., 11, 9) soutiennent tous les trois que le délai était de trente jours. Ce chiffre n'est adopté par Tite Live que dans sa seconde version (Liv, consulem P. Licinium breui cum exercitu futurum in Macedonia esse : ad eum, si satisfacere in animo esset, mitteret legatos, vol.42, pp.5-6

, On soulignera que ces épisodes sont repris par A. Viscogliosi dans Steinby, p.295, 1993.

R. De-son, Le la sortie du territoire romain et de l'Italie. Dans le cas d'une ville proche de Rome, comme Capoue, l'ordre est de quitter le territoire romain le jour même. Quand il s'agit de villes d'Etats plus lointains, le non-respect des règles de présentation des ambassades

, Cette interdiction peut aussi être applicable au futur. Dans tous les cas, l'ambassade ennemie est logée hors de Rome et celle amie à l, Macédoine, les ambassadeurs peuvent avoir quinze jours ou trente jours pour quitter l'Italie

, Les peuples concernés par un refus d'accueil au sein de la ville sont en guerre avec Rome 1004 . Ils sont reçus à l'extérieur de la ville

, Dans tous les cas, comme l'a bien résumé Appien dans le dernier épisode que nous avons étudié, l'importance du repentir dans la considération romaine des peuples qui ne peuvent être qualifié d'amis

, L'état de guerre était l'une des raisons d'exclure les ambassadeurs étrangers, cf, p.220, 1961.

. Stouder, qui souligne que les règles d'utilisation de ces deux lieux étaient rigides, jusqu'à la fin de la République. Elle soutient que cette solidité viendrait de la signification idéologique religieuse et politique dont sont porteurs ces lieux situés près du pomerium à cause de la place tenue par la guerre à Rome. Une constatation plus que justifiée bien qu'il ne nous semble tout de même pas nécessaire d'insister sur la relation de ces deux lieux avec, p.160, 1989.

, avons remarqué tout au long de notre analyse, la notion d'ennemi

. Ainsi, dans ce chapitre nous avons pu voir de quelle manière les fonctions politico-religieuses interagissent avec la territorialité. Les cas que nous avons étudiés montrent la nécessité d'être à Rome pour l'accomplissement de nombreuses tâches politico-religieuses, comme rassembler le peuple

, Les lieux de réunion des différentes catégories d'assemblée étaient liés à leurs

, Dans les domaines judiciaire et législatif, les actes qui avaient un rapport avec la mort, avec l'extérieur, avec l'éloignement de la communauté ou avec le cens et l'organisation des centuries étaient traités hors de la ville

C. Le-souligne and . Stouder, les historiens antiques n'attestent aucun régime spécial pour la réception d'ambassades, hors les murs, pour des ambassadeurs étrangers, mais seulement pour des ambassadeurs ennemis. La limite du pomerium serait devenue peu à peu un moyen de trancher entre le statut d'amis ou d'ennemis des Romains, cf. Coudry, Nous soulignons ici aussi que dans les textes la limite est celle de la ville, pp.537-544, 2004.

. Stouder, , p.29, 2012.

, 42 : « la représentation est tout autant affaire d, 2012.

, Appien App., Bell. Civ. : livres, vol.1, issue.3, p.5

I. Cic and . Pis,

. Denys-d&apos;halicarnasse-plin, Nat. Hist

P. Plut, . Quaest, and . Ro, Ant. Polybe Polyb : livres, vol.3, issue.9

, Properce Prop, vol.4, pp.73-80

, Servius Serv., Aen. : livres, vol.3, issue.4

, Liber gromaticus : édition Lachmann, Berlin, 1848. Silius Italicus Sil., Pun. Strabon Strab, Siculus Flaccus Sic. Flac, p.14

L. Tite-live, Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, vol.44, p.1894

. Ii, Les sources secondaires

. Encyclopédies, dictionnaires et code CODE CIVIL Code civil, 1979.

D. Saglio-c.-v.-daremberg and E. Saglio, Dictionnaire des Antiquités, p.1896

M. Ernout, , 1951.

A. Ernout and A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Histoire des mots, 1951.

, Grand Larousse encyclopédique 1962

L. Littré, , 2007.

, Commentaires et études critiques ABBOTT 1901

F. Abbott, A History and Description of Roman Political Institutions, 1901.

G. Achard, . Tite-live, X. Histoire-romaine.-tome, X. Livre, and T. Établi, , 1982.

R. Adam, Tite-Live. Histoire romaine. Tome XXVIII. Livre XXXVIII. Texte établi et traduit par R. A., Paris, Les Belles Lettres, 1982.

A. Adam and . Le, Aquilée avant la fondation de la colonie, Antichità Altoadriatiche, vol.35, pp.13-30, 1989.

A. Adam, H. Tite-live, . Romaine, X. Tome, and X. Livre, Texte établi et traduit par A, Les Belles Lettres, 1994.

J. Aldhuy, ?. Au-delà-du-territoire, and G. Dans, , pp.35-42, 1974.

A. Alföldi, Die Struktur des Voretruskischen Römerstaates, 1974.

A. , A. Lépide, and L. Triumvir, , 2001.

G. Amiotti and M. Sordi, Il pensiero sulla guerra nel mondo antico, pp.101-108, 1981.

C. Ampolo, «La città arcaica e le sue feste: due ricerche sul Septimontium e l'Equus October », dans Archeologia laziale 4 ( Quaderni del Centro di Studio per l'archeologia etruscoitalica 5), pp.233-240, 1981.

. Ampolo-manfredini, , 1988.

C. Ampolo, M. Manfredini, and P. Le-vite-di-teseo-e-di-romolo, , 1988.

M. Andreussi and . Pomerium, ANTAYA, pp.96-105, 1980.

R. Antaya, The Etymology of Pomerium, vol.101, pp.184-189, 1978.

A. E. Astin, Cato the Censor, 1978.

M. Augé and L. Dieu, , 1988.

C. Auliard, Victoires et triomphes à Rome. Droit et réalités sous la République, 2001.

. Cl and . Auliard, De la fondation à la fin des guerres samnites (753-290 av, 1958.

E. Badian, Foreign Clientelae, pp.264-70, 1958.

E. Badian, The family and early career of T. Quinctius Flamininus, vol.61, pp.102-111, 1971.

B. Badie, La fin des territoires, 1967.

J. P. Balsdon, «. T. Quinctius-flamininus, ». Dans, and P. , , vol.21, pp.177-190, 1967.

L. Bastien, Le triomphe romain et son utilisation politique à Rome aux trois derniers siècles de la République, 1973.

R. A. Bauman, « The Hostis Declaration of 88 and 87 B.C. », dans Athenaeum 61, pp.270-293, 1965.

J. Bayet and T. Live, Histoire romaine, tome 1, livre 1, Texte établi par J. B. et traduit par G, Baillet, appendice rédigé par M. R. Bloch, Paris, Les Belles Lettres, 1965.

J. Bayet, Croyances et rites dans la Rome antique, 1971.

M. Beard, The Roman Triumph, 2007.

D. Becker, , 2012.

A. Becker and N. Drocourt, Ambassadeurs et ambassades au coeur des relations diplomatiques Rome -Occident médiéval -Byzance (VIIIe s. avant J.-C. -XIIe s. après J, 1989.

A. P. Belikov, Les événements d'Épire de 167 av. n.é. », dans Vestnik Leningraskogo Universiteta Istoriia iazyk literatura 1, pp.88-91, 1984.

M. Benabou, ». Rémus, and . Dans-analisi-dell&apos;istituto-universitario-orientale-di-napoli, Sezione archeologica, vol.6, pp.103-116, 1923.

H. Bennett, Cinna and his times : a critical and interpretative study of roman history during the period 87-84 B. C., Chicago, 1923.

A. Bérenger-;-dans and Y. L. Bohec, État et société aux deux derniers siècles de la République romaine, Ambassades et ambassadeurs à Rome aux derniers siècles de la République, pp.65-76, 2010.

D. Berthelet and . Rosa, , 2015.

Y. Berthelet and A. Rosa, Une lecture critique », dans Revue historique de droit français et étranger 93, n°2 (avril-juin), Summum imperium auspiciumque, pp.267-284, 1987.

N. Berti, Il Rubicone, confine religioso e politico, e l'inizio della guerra civile tra Cesare e Pompeo », dans M. Sordi, Il confine nel mondo classico, pp.212-233, 1987.

A. Bertrand, « Y a-t-il un paysage religieux colonial ? Entre prescription, mimétisme et adaptation : les mécanismes de l'imitatio Romae. », dans Revue de l'histoire des religions, pp.591-608

F. Bertrand, , 2014.

E. Bertrand, V. Fromentin, and D. Cassius, Histoire romaine, Texte établi et traduit par E. B. et V. F., Paris, Les Belles Lettres, vol.47, 2010.
URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01536961

M. Bettini, L. Racconti-romani-;-dans, M. Ferro, M. Monteleone, and . Romani, , pp.5-29, 1953.

E. Bikerman, Notes sur Polybe », dans Revue des études grecques 66, pp.479-506, 1953.

L. Blanco, , 1960.

A. Blanco, G. Lachica, . De, and . Illiturgis, , vol.33, pp.193-196, 1959.

A. Di-blasio, Nota storica sulle antiche citta sannitiche : Fulfulae, Melae, Cominium Ceritum, 1959.

J. Bleicken, Zum Begriff der römischen Amtsgewalt: auspicium, potestas, imperium », dans Nachrichten der Akademie der Wissenschaften zu Göttingen 9, pp.255-300, 1981.

. Bonnefond-coudry, , 1987.

M. Bonnefond-coudry and «. Mythe-de-sparte, , pp.81-110, 1987.

. Bonnefond-coudry, , 1989.

M. Bonnefond-coudry, Le Sénat de la République romaine de la guerre d'Hannibal à Auguste : pratiques délibératives et prise de décision

G. W. Botsford, The Roman Assemblies from their Origin to the End of the Republic, 1909.

J. Boulogne and . Les, Questions Romaines" de Plutarque », dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt 2, 33, 6, 1992, pp.4682-4708, 2015.

S. Bourdin, S. Pré-urbain, M. Bourdin, A. Paoli, and . Reltgen-tallon, urbain : les agglomérations et les archéologues, pp.353-363, 1960.

A. Brelich and . Quirinus, Una divinità romana alla luce della comparazione storica», dans Studi e materiali della storia delle religioni 31, pp.63-119, 1960.

T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, 1976.

D. Briquel, Les jumeaux à la louve et les jumeaux à la chèvre, à la jument, à la chienne, à la vache », dans R. Bloch, Recherches sur les religions de l'Italie antique, pp.72-97, 1976.

D. Briquel, . Trois, and . Sur-romulus, A) Rémus élu et réprouvé. B) Les trois arbres du fondateur. C) Les guerres de Romulus, dans R. Block, Recherches sur les religions de l'antiquité classique, pp.267-346, 1980.

D. Briquel, « Introduction » dans Tite Live, pp.7-35, 2007.

G. Brizzi, , 2018.

. Broch-i-garcia, , 2004.

A. Broch and . Garcia, , pp.7-29, 1964.

.. M. Chr and . Bulst, Cinnanum tempus, a reassessment of the dominatio Cinnae », dans Historia 13, pp.307-337, 1964.

R. Byrd, The Senate of the Roman Republic : Addresses on the History of Roman Constitutionalism, 1976.

P. Cabanes, L. &apos;epire, and R. De-pyrrhos-À-la-conquête, , pp.272-167, 1976.

P. Cabanes and «. , organisation de l'espace en Épire et Illyrie méridionale à l'époque classique et hellénistique », dans Dialogues d'histoire ancienne 15, n°1, pp.49-62, 1989.

P. Caire, , 2006.

E. Caire and S. Pittia, Guerre et diplomatie romaines. IVe-IIIe siècles av, 2006.

. Canali-de-rossi, , 1997.

F. Rossi, Le ambascerie del mondo greco a Roma in età repubblicana, 1997.

. Canali-de-rossi, , 2000.

F. Rossi, Le ambascerie romane ad Gentes, 2000.

. Canali-de-rossi, , 2005.

F. Rossi, L. Di, and R. , , vol.I, 1993.

G. Capdeville, Les institutions religieuses de la Rome primitive d'après Denys D'Halicarnasse », dans Pallas 39, pp.153-172, 1993.

P. Carafa, Il Comizio di Roma dalle origini all'età di Augusto (Bullettino della Commissione Archeologica Comunale di Roma, 1998.

P. Carafa, . Mura-del-palatino, ». Di-fondazione, A. Iii-;-dans, A. Carandini et al., Dal ratto delle donne al regno di Romolo e Tito Tazio, vol.4, pp.307-309, 2000.

A. Carandini, ;. Variazioni-sul-tema-di-romolo, A. Dans, R. Carandini--r.-capelli, and . Romolo, Remo e la fondazione della città. Catalogo della mostra, pp.95-150, 1998.

. Carandini-2006a,

A. Carandini, La leggenda di Roma I. Dalla nascita dei gemelli alla fondazione della città, 2006.

A. Carandini, , 2006.

A. Carandini, L. Di, and R. , Dal ratto delle donne al regno di Romolo e Tito Tazio, vol.II, 2010.

F. Carla, . Pomerium, and . Romanus, Understanding Rome's "First Boundary" », dans Latomus 74, CARSANA, pp.599-630, 2013.

C. Carsana, Discours vrais ou inventés ? Le cas d'Appien », dans Dialogues d'histoire ancienne 39/2, n°2, pp.103-123, 2013.

L. Cassola, , 1991.

F. Cassola and L. Labruna, Linee di una storia delle istituzioni repubblicane, 1991.

A. Castiello-;-dans, F. Calzolaio, E. Petrocchi, M. Valisano, and A. Zubani, Esplorazioni attorno all'idea di confine, Il pomerium e l'identità romana : un legame più forte del sangue, pp.23-46, 1960.

P. Catalano, Contributi allo studio del diritto augurale, 1960.

P. Catalano, Appunti sopra il più antico concetto giuridico di Italia, vol.96, pp.198-228, 1961.

P. Catalano, . Mundus, . Latium, and ». Italia, , vol.II, pp.452-479, 1978.

G. A. Cecconi and . Res, historiae, observationes a tema militare e la legittimazione dei principi: passato e presente in Plinio il Vecchio, pp.313-339, 2007.

C. B. , Champion, « Livy and the Greek Historians from Herodotus to Dionysius : Some Soundings and Reflections », dans B. Mineo, A Companion to Livy, pp.190-205, 2014.

M. Charpentier, Les frontières du sauvage dans l'Antiquité », dans Cahiers des études anciennes 52, pp.7-18, 2011.

C. Chillet, Limites de la ville et symboles du pouvoir à Rome. Les ambiguïtés des jardins de Mécène, vol.31, pp.151-170, 1999.

C. Chivallon, « Fin des territoires ou nécessité d'une conceptualisation autre ? », dans Géographies et Cultures 31, pp.127-138, 1999.

. Ciancio and . Rossetto, , 1993.

P. and C. Rossetto, Restauro del portico dei templi di Bellona e di Apollo », dans Bullettino Comunale 95, pp.199-201, 1993.

. Cimolino-brebion, , 2014.

E. Cimolino-brebion, Scipion l'Africain chez Tite-Live : remarques sur le portrait d'un jeune général exceptionnel, pp.104-121, 1976.

G. Clemente, . Gli, and . Ambasciatori, , vol.54, pp.319-352, 1976.

J. Clenet, Représentations, formation et alternance, 1998.

R. Cluett, R. Women, and T. Politics, B.C. », dans Echos du monde classique /Classical Views 42, n.s. 17, pp.67-84, 1965.

F. Coarelli and . Di-bellona, , pp.37-72, 1965.

F. Coarelli, I. Romano, and P. Arcaico, , 1983.

F. Coarelli and . Iside-capitolina, Clodio e i mercant i di schiavi in Alessandria e il mondo ellenistico-romano, pp.461-475, 1984.

F. Coarelli, Periodo repubblicano e augusteo, Il Foro Romano, vol.2, 1985.

F. Coarelli, , 1954.

J. Collart, . Varron, and L. De-lingua, Livre V. Texte établi, traduit et annoté, Les Belles Lettres, 2013.

G. Colonna, ». Sacriportus, and . Dans-studi-romani, , vol.61, pp.3-10, 2013.

. Combes-dounous, , 1994.

J. Combes-dounous, C. Voisin, P. Torrens, L. Appien, . Guerres-civiles-À-rome et al., Les Belles Lettres, 1970.

E. Condurachi, . Kotys, and A. Rome, Latomus, vol.29, pp.581-594, 1995.

P. Corcuff, Les nouvelles sociologies. Constructions de la réalité sociale, 1995.
URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01813581

C. Sanchez, , 1975.

R. , C. Sanchez, «. La-segunda-guerra-púnica-en, and L. Bética, dans Habis : filología clásica, historia antigua, pp.213-240, 1975.

C. Cosentini, Lezioni di esegesi delle fonti del diritto romano, Catania, 1995.

R. Cosi and . Ottavia, Dagli accordi triumvirali alla corte augustea, dans M. Pani, Epigrafia e territorio. Politica e società, pp.255-270, 1996.

M. Coudry, Contrôle et traitement des ambassadeurs étrangers sous la République romaine », dans C. Moatti, La mobilité des personnes en Méditerranée de l'Antiquité à l'époque moderne. Procédures de contrôle et documents d'identification (Collection Ecole française de Rome 341, pp.529-565, 2004.

T. Cresswell, ». Place, N. Thrift, and R. Kitchen, International Encyclopedia of Human Geography, vol.8, pp.169-177, 1992.

. Ph and . Culham, Plutarch on the Roman siege of Syracuse : the primacy of science over technology, pp.179-197, 1991.

D. Alessio, , 2006.

M. T. D&apos;alessio, «. Fratelli-/-gemelli-tra-cooperazione-e-conflitto, ». , A. Ii, A. Dans et al., La leggenda di Roma I. Dalla nascita dei gemelli alla fondazione della città, pp.469-476, 2006.

D. Rosa, , 2011.

A. Rosa-;-dans, J. Richardson, and F. Santagelo, Priests and state in the Roman world, Dominating the Auspices : Augustus, Augury and the Proconsuls, vol.33, pp.243-269, 2011.

G. Dareggi, . Sulle, . Di-fulvia, ». Antonio, and G. Dans,

A. Bonamente and . Perusia, Studi storici e archeologici sull'epoca del bellum Perusinum, pp.107-115, 1964.

G. Daux, Concours des Titeia dans un décret d'Argos, vol.88, pp.569-576, 1964.

J. David-«-i-luoghi-della-politica-dalla-repubblica-all&apos;impero, ». Dans, and A. Giardina, Storia di Roma dall'antichità a oggi, Roma antica, pp.57-83, 2000.

. De-carlos, , 2015.

P. Carlos, dans Le savoir historique à l'épreuve des représentations sociales : l'exemple de la préhistoire et de Cro-Magnon chez les élèves de cycle 3, Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation, sous la direction de Béatrice Mabilon-Bonfils, soutenue le 03-11-2015 à Cergy-Pontoise , dans le cadre de École doctorale de droit et sciences humaines, La représentation : un concept emprunté à la psychologie sociale, pp.32-68, 1955.

A. Degrassi and F. Capitolini, , 1955.

D. Delia, ». Fulvia-reconsidered, and D. Pomeroy, Women's History and Ancient History, Chapel Hill, pp.197-217, 1991.

. De and . Nuccio, , 1995.

M. De-nuccio and «. Bellona, Archeologia Laziale, vol.12, issue.1, pp.71-77, 1995.

D. Ponte, , 2004.

R. Del-ponte, «. Santità-delle-mura-e-sanzione-divina, ». Dans-storia, and @. Diritto, , 2004.

F. Delrieux, , 2010.

F. Delrieux, M. Ferriès, and C. Le-siège-de-rhodes-par, Cassius Longinus en, vol.42

J. , Faudrerre, I. Pimouguet-Pedarros, Les sièges de Rhodes de l'Antiquité à la période moderne, Rennes, pp.175-199, 2010.

D. E. Martino, , 1972.

F. Martino, Storia della costituzione romana, vol.1, 1972.

E. Deniaux and R. , de la cité-Etat à l'Empire. Institutions et vie politique, 2001.

S. Depeau, De la représentation sociale à la cognition spatiale et environnementale. La notion de " représentation " en psychologie sociale et environnementale », texte issu d'un séminaire organisé le 13 mars 2006 à Rennes par l'UMR ESO sur la notion de représentation, vol.25, pp.7-16, 2006.

. De-sanctis, , 2007.

G. D. Sanctis, . Solco, and . Muro, , vol.119, pp.503-526, 2007.

. De-sanctis, , 2012.

G. D. Sanctis and «. Ubigonia, Sulle tracce di Romolo e del suo aratro », dans I Quaderni del Ramo d'Oro on-line, pp.105-135

. De-sanctis, , 2014.

G. D. Sanctis, ». Lo-spazio, M. Bettini, W. M. Short, and C. I. Romani,

, Un'antropologia della cultura antica, pp.143-165, 2014.

. De-sanctis, , 2015.

G. D. Sanctis, La logica del confine. Per un'antropologia dello spazio nel mondo romano, 2015.

. Des-courtils, , 2003.

J. and D. Courtils, Xanthos en Lycie : nouvelles données sur la romanisation d'une ancienne cité indigène, dans Revue des Études Grecques, vol.116, pp.1-16, 1977.

R. Develin, « Lex curiata and the Competence of Magistrates », dans Mnemosyne, vol.30, pp.49-65, 1977.

R. Develin, The Roman Command Structure and Spain 218-190 B. C. », dans Klio 62, pp.365-368, 1980.

J. Dortier, Le dictionnaire des sciences humaines, 2004.

F. Drogula, Imperium, potestas, and the pomerium in the Roman Republic », dans Historia : Zeitschrift für Alte Geschichte, pp.419-452, 1972.

P. Drossard and . La-mort-de-rémus-chez-ovide, dans Revue des Etudes Latines, vol.50, pp.187-204, 1972.

P. Ducrey, La porte de l'ouest à Erétrie et les opérations navales romaines de 200-198 av, pp.16-17, 2001.

P. Ducrey and E. , Guide de la cité antique, 1974.

G. , La religion romaine archaïque, 1898.

E. Durkheim, Représentations individuelles et représentations collectives », dans Revue de Métaphysique et de Morale VI, mai 1898, édition électronique réalisée le 26 février 2002 par, pp.3-22, 2014.
DOI : 10.1522/cla.due.rep1

URL : http://classiques.uqac.ca/classiques/Durkheim_emile/Socio_et_philo/ch_1_representations/representations.pdf

A. M. Eckstein and . Livy, Polybius, and the Greek East (Books 31-45) », dans B. Mineo, A Companion to Livy, pp.407-423, 2009.

C. Eilers, Diplomats and Diplomacy in the Roman World, Leyde, 1983.

J. Engel, Tite-Live, Histoire romaine. Livre XXXVII. Texte établi et traduit par, J. M. E, 1983.

. Etienne-duplessis, , 2013.

M. Etienne-duplessis, A. Histoire-romaine.-tome, X. Livre, and X. , Guerres civiles, Livre V, Texte établi et traduit par M. E-D, Paris, Les Belles Lettres, 2013.

J. Fabre-serris and A. Keith, Antiquity, 2004.

S. Fachard and «. , Erétrie : un état de la question, Antike Kunst, vol.47, pp.91-109, 1962.

L. Febvre and L. Febvre, Pour une histoire à part entière, vol.14, 1928.

F. Vishnia, , 2007.

R. and F. Vishnia, The delayed carrer of the " delayer " : the early years of Q. Fabius Maximus Verrucosus, the " cunctator " », dans Studi Classici Isr, vol.26, pp.19-37, 2007.

H. Fernoux, « Les ambassades civiques des cités de la province d'Asie envoyées à Rome au I er siècle av, législation romaine et prérogative des cités », dans N. Barrandon et Fr. Kirbihler, Les gouverneurs et les provinciaux sous la République romaine, pp.77-99, 1988.

J. Ferrary, P. , and R. , , 1988.

J. Ferrary, ». Sénat-romain, J. Dans, M. Caillet, and . Sot, L'audience : rituels et cadres spatiaux, pp.113-122, 2007.

M. Ferriès, Les partisans d'Antoine, 2007.

R. Fiori and . La, dans Zeitschrift der savigny-stiftung für rechtsgeschichte. Romanistische abteilung 131, pp.60-176

C. Flaceliere, , 1978.

R. Flacelière, E. Chambry, and P. ,

. Dion--brutus, R. F. Texte, and E. C. , Les Belles Lettres, 1957.

R. Flacelière, P. Vies, I. Tome, . Thésée-romulus, . Lycurgue-numa et al., Les Belles Lettres, p.1957

. Flamerie-de-lachapelle, , 2007.

G. Flamerie-de-lachapelle, Le sort des villes ennemies dans l'oeuvre de Tite-Live : aspects historiographiques », dans Revue de philologie, vol.81, pp.79-110, 1999.

E. Fontani, Il filellenismo di Antonio tra realtà storica e propaganda politica : le ginnasiarchie ad Atene e ad Alessandria, vol.12, pp.193-210, 1999.

G. Forsythe, L. , and E. Rome, A Study in Historical Method and Judgment, 1989.

E. Foulon and X. Polybe, 2-20 : la prise de Carthagène par Scipion », dans Revue de philologie, de littérature et d'histoire anciennes 63, pp.241-246, 1989.

E. Foulon, Polybe. Histoires. Livre X. Texte établi et traduit par Éric Foulon, Paris, Les Belles Lettres, 1990.

E. Foulon, . Un, and . De-poséidon, dans Revue des études grecques 111, pp.503-517, 1994.

P. François, Tite-Live. Histoire romaine. Tome XIX. Livre XXI, Texte établi et traduit par P.F. Paris, Les Belles Lettres, 1994.

A. Fraschetti, , 1994.

A. Fraschetti, Romolo il fondatore, 2002.

H. Freyburger and . Cordier, , 2002.

M. Freyburger-galland, F. Hinard, P. Cordier, and D. Cassius, Histoire romaine. Livres XLI et XLII (Années 49-47), 1981.

E. Frézouls, . Rome, and . Les, , pp.115-132, 1932.

H. Frisk, ». Celetrum, S. Dans, and . Osloenses, Norwegian journal of Greek and Latin studies, vol.11, pp.64-68, 1932.

K. Fritz, « Pompey's Policy before and after the Outbreak of the Civil War of

B. C. , dans Transactions and Proceedings of the American Philological Association 73, pp.145-180, 1942.

S. Fromentin, , 1990.

V. Fromentin and J. Schnäbele, Denys d'Halicarnasse. Les origines de Rome, I-II, Les Belles Lettres, 1956.
URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01769956

E. Gabba, Appiano e la storia delle guerre civili, 1956.

E. Gabba, I. Studi-su-dionigi-d&apos;alicarnasso, and . Di-romolo, GABBA, vol.38, pp.175-225, 1960.

E. Gabba and . Lo-svolgimento-militare-della-guerra-di-perugia, dans Revue des Études Latines 47 bis, pp.215-223, 1969.

E. Gabba and . La, storia di Roma Arcaica " di Dionigi D'Alicarnasso », dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt 2, pp.799-816, 1982.

E. Gabba, Introduzione alla storia di Roma, 1999.

E. Gabba and R. Arcaica, Storia e storiografia, 2000.

E. Gabba, Storia e letteratura antica, 2000.

S. Gadal, R. Jeansoulin, ;. Borders, and C. Dans, Histoire de la Géographie, Didactique, document 125, mis en ligne le 01 mars, Epistémologie, 1994.

C. Gafforini, . Le, and A. Di, , vol.128, pp.109-134, 1974.

J. Gagé, « Remarques sur le triomphe romain et sur ses deux principales origines, Revue Historique, vol.100, pp.1-28, 1974.

. Gaillard-goukowsky, , 2015.

D. Gaillard-goukowsky, H. R. Appien, X. I. Tome, X. Livre, G. Civiles et al., , 1947.

A. Garzetti, Appio Claudio Cieco nella storia politica del suo tempo », dans Athenaeum 25, pp.175-224, 1947.

P. Gatti, , 2008.

S. Gatti, M. Picuti, and . Fana, Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) -1 : Regio I: Alatri, 1993.

C. Geertz, The interpretation of cultures : selected essays, Religion as a cultural system », dans C. Geertz, pp.87-125, 1986.

R. Gelsomino, Ferentinum nel sistema viario romano (primo secolo a.C.-quarto secolo d.C). (Università degli studi di Siena, dipartimento di teoria (sez. scienze dell'antichità), Collana di studi e testi, vol.2, 1986.

D. Gentili, ». Confini, L. Della-democrazia, and . Internazionale, , pp.16-18, 2006.

P. George, Dictionnaire de la géographie, 2006.

M. Geraci, , 2016.

G. Geraci, A. Marcone, and S. Romana, , 1995.

A. Giardina and . Seneca, dans Alla Signorina. Mélanges offerts à Noëlle de La Blanchardière, 1995.

A. Giardina and L. Romana, Storie di un'identità incompiuta, 1997.

A. Giardina, ». Perimetri, and . Dans-id, Storia di Roma dall'antichità a oggi. Roma antica, GIARDINA, pp.23-34, 2000.

A. Giardina, dans Thesaurus cultus et rituum antiquorum 8, Los Angeles, pp.290-303, 1983.

A. Giovannini, Consulare imperium, vol.16, 1983.

, GIRARDET 1987

.. M. Kl and . Girardet, Die lex Iulia de provinciis (46 v. Chr.). Vorgeschichte -InhaltWirkungen », dans Rheinisches Museum für Philologie 130, pp.291-329, 1979.

R. Girod, . Rhéthorique, ». Histoire-chez-tite-live, R. Dans, and . Chevallier, Colloque sur la rhétorique, pp.61-70, 1979.

. Gomez-espelosin, , 1989.

F. Gómez-espelosín, Un balance político de las relaciones entre Roma y la confederación etolia, Política griega y maniobras romanas, vol.48, p.p, 1989.

C. Gouillard, H. R. Tite-live, X. Tome, X. L. Livre, and C. G. , , 1986.

H. Goukowsky, , 2008.

P. Goukowsky, F. Hinard, and A. , Histoire romaine. Tome VIII. Livre XIII. Guerres civiles. Livre I. Texte établi et traduit par P. G., annoté par Fr, Les Belles Lettres, 2008.
URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01490422

P. Goukowsky, . Appien, X. Histoire-romaine.-tome, and X. V. Livre, Guerres civiles, Livre III, Notes de Ph. Torrens, Texte établi et traduit par P. G, 1995.

J. Grainger, « The Campaign of Cn. Manlius Vulso in Asia Minor, Anatolian Studies, vol.45, pp.23-42, 1991.

A. Grandazzi, La fondation de Rome. Reflexions sur l'histoire, 1990.

P. Grattarola, I cesariani dalle Idi di Marzo alla costituzione del secondo triumvirato, 1987.

A. Grilli, . Aquileia-in, and . Livio, Antichità Altoadriatiche, vol.30, pp.15-25, 1959.

P. Grimal and «. L&apos;enceinte-servienne-dans-l&apos;histoire-urbaine-de-rome, dans Mélanges d'archéologie et d'histoire 71, pp.43-64, 1959.

E. S. Gruen, T. Dolabellae, and ». Sulla, dans American journal of philology, vol.87, pp.385-399, 1966.

E. S. Gruen, The Last Generation of the Roman Republic, 1974.

R. Haesbaert and . Le-mythe-de-la-déterritorialisation, Géographies et Cultures, vol.40, pp.53-75, 1967.

N. G. Hammond and E. , The geography, the ancient remains, the history and the topography of Epirus and adjacent areas, 1967.

N. G. Hammond, A History of Macedonia : Historical geography and prehistory, 1972.

M. H. Hansen, The Battle Exhortation in Ancient Historiography. Fact or Fiction ? », dans Historia, vol.42, pp.161-180, 1990.

F. Hartog, ». Préface, V. Fromentin, and J. Schnäbele, Denys d'Halicarnasse. Les origines de Rome, I-II, 1972.

E. Hermon, « La loi agraire de Saturninus de 100 avant J.-C et la colonisation latine de la Narbonnaise », dans lura, vol.23, pp.67-103, 1972.

E. Hermon, « La place de la loi curiate dans l'histoire constitutionnelle de la fin de la République romaine, pp.297-307, 1944.

A. Heuss, Zur Entwicklung des Imperiums der römischen Oberbeamten », dans Zeitschrift der Savigny-Stiftung, vol.64, pp.57-133, 1944.

F. Hinard, Les proscriptions de la Rome républicaine, 1985.

F. Hinard, ;. Rome-dans-rome, M. Dans-id, and . Royo, La Ville définie par les procédures administratives et les pratiques sociales, pp.31-54, 1930.

M. Holleaux, M. Le-consul, . Fulvius, and . Le-siège-de-samé, Étude de chronologie) », dans Bulletin de correspondance hellénique 54, pp.1-41, 1930.

D. Hoyos, «. Rome, C. In-livy, ». Dans, and B. Mineo, A Companion to Livy, pp.369-382, 1978.

M. Humbert, Municipium et civitas sine suffragio. L'organisation de la conquête jusqu'à la guerre sociale, 1978.

M. Humbert and . La, Normativité des plébiscites selon la tradition annalistique », dans Mélanges à la mémoire de André Magdelain, pp.211-238, 1998.

M. Humbert, Institutions politiques et sociales de l'Antiquité, 1996.

M. Humm, Appius Claudius Caecus et la construction de la via Appia, vol.108, pp.693-746, 1996.
DOI : 10.3406/mefr.1996.1958

URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00600490

M. Humm, M. Le, . Gaillard, and . Id, représentations symboliques de l'espace de la cité, Histoire urbaine, vol.10, pp.43-61, 2004.

M. Humm, Silence et bruits autour de la prise d'auspices », dans M.-T. Schettino, S. Pittia, Les sons du pouvoir dans les mondes anciens, pp.275-295, 2012.

M. Humm, « The Curiate Law and the Religious Nature of the Power of Roman Magistrates », dans O. Tellegen-Couperus, Law and Religion in the Roman Republic, Leyde-Boston, pp.57-84, 2012.

M. Humm, Il Comizio del Foro e le istituzioni della repubblica romana

L. Corti, Atti dell'Osservatorio Permanente sull, pp.69-83, 1993.

F. Hurlet, La dictature de Sylla : monarchie ou magistrature républicaine ? Essai d'histoire constitutionnelle, 1943.

M. Jacobelli, Cominium " distrutta nel 293 av, 1943.

P. Jal, H. R. Tite-live, X. Tome, X. Livres, and P. J. , Les Belles Lettres, 1971.

P. Jal, H. R. Tite-live, X. Tome, X. Livres, and P. J. , Les Belles Lettres, 1976.

P. , Texte établi, traduit et commenté par, Tite-Live. Histoire romaine. Tome XXXIII. Livre XLV. Fragments, 1979.

P. , Place et rôle des legati et legationes dans le récit livien, pp.118-131, 1985.

P. , Tite-Live. Histoire romaine. Livre XXVI. Texte établi et traduit par, Les Belles Lettres, 1991.

P. , Tite-Live. Histoire romaine. Tome XVIII. Livre XXVIII. Texte établi et traduit par, Les Belles Lettres, 1930.

E. Janne and «. , Amphitryon de Plaute et M. Fulvius Nobilior », dans Revue belge de philologie et d'histoire 12, pp.515-531, 1933.

M. Labrousse and . Le-pomerium-de-la-rome-impériale, dans Mélanges d'archéologie et d'histoire 54, pp.165-199, 1937.

. Lachenaud-coudry, , 2011.

G. Lachenaud, M. Coudry, and D. Cassius, Histoire romaine. Livres XXXVIII à XL (Années 59-50), Texte établi par G. L., traduit et commenté par G. L. et M. C., Paris, Les Belles Lettres, 2011.

L. E. Bohec, , 1989.

Y. , L. Bohec, and L. Le-haut-empire, , 1989.

L. E. Glay, , 1987.

M. , L. Glay, «. Sur-l&apos;implantation-des-sanctuaires-orientaux-À-rome, ». Dans, and L. , Actes du colloque international de Rome du 8-12 mai 1985 (Publications de l'École française de Rome, 98), pp.545-562, 1987.

J. Lesinski, Q. Verrucosus, ;. Bc-?-»,-dans, T. Derda, J. Urbanik et al., Euergesias Charin : Studies Presented to Benedetto Bravo and Ewa Wipszycka by Their Disciples, Journal of Juristic Papyrology Supplements), pp.131-158, 1993.

D. S. Levene, Religion in Livy, 1993.

. Levi-strauss, , 1958.

C. Lévi-strauss, Anthropologie structurale, 1958.

J. Lévy, « A-t-on encore (vraiment) besoin du territoire ? », dans Espaces-Temps 51-52, pp.102-143, 1991.

J. Lévy, Dictionnaire de la géographie et de l'espace des sociétés, 2013.

J. Lévy, A. Szary, M. Fourny, and . Frontière,

J. Linderski, The augural law », dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt II, pp.2146-2312, 1986.

J. Linderski, Les Relations Internationales. Actes du Colloque de Strasbourg 15-17 juin 1993 (Université des Sciences Humaines de Strasbourg. Travaux du Centre de Recherches sur le Proche-Orient et la Grèce Antiques 13, pp.453-478, 1965.

A. Lintott and . Trinundinum, The Classical Quarterly, vol.15, pp.281-285, 1965.

A. Lintott, The Constitution of the Roman Republic

B. Liou-gille and . Le-pomerium, Museum Helveticum, vol.50, pp.94-106, 1971.

A. Magdelain, Remarques sur la " perduellio " », dans Jus imperium auctoritas. Études de droit romain, pp.499-518, 1977.

A. Magdelain and «. , inauguration de l'urbs et l'imperium », dans Mélanges de l'Ecole française de Rome, Antiquité, vol.89, issue.1, pp.11-29, 1977.

A. Magdelain and L. Loi-À-rome, Histoire d'un concept, 1978.

A. Magdelain and . Le, dans Jus imperium auctoritas. Études de droit romain, vol.133, pp.155-191, 1972.

M. Malaise, Les conditions de pénétration et de diffusion des cultes égyptiens en Italie (Études préliminaires aux religions orientales dans l'Empire romain 22, 1972.

D. Mantovani and D. E. Gabba, Introduzione alla storia di Roma, pp.171-280, 1989.

R. Marache, L. N. Aulu-gelle, T. I. Attiques, X. Livres, and T. R. , Les belles Lettres, 1989.

J. Marincola-;-dans and J. Marincola, A companion to Greek and Roman historiography, pp.118-132, 1980.

R. Marino, Tradizione storiografica sull'introduzione del trionfo a Roma », dans Studi romani 28, pp.161-171, 1980.

M. Martin, « Mutation idéologique dans les figures de héros républicains entre 362 et 299 av, dans Revue des études latines, vol.60, pp.139-152, 1982.

A. Mastrocinque, Romolo la fondazione di Roma tra storia e leggenda, 1993.

I. Mastrorosa, Annibale fra il Rodano e le Alpi: ratio bellica e propaganda antimperialistica in Liv, vol.21, pp.2041-2053, 1983.

S. Mazzarino, Il pensiero storico classico 3, Roma, 1953.

P. Meloni, Perseo e la fine della monarchia Macedone, 1953.

. Mezzar-zerbi, , 1960.

G. Mezzar-zerbi, . Le, and . Di-livio-nelle-guerre-combattute-contro-i-liguri, Rivista di Studi classici, vol.8, pp.329-340, 1960.

C. Milani, Il confine : note linguistiche » dans M. Sordi, Il confine nel mondo classico, pp.3-12, 1987.

T. Mommsen and . Die-remuslegende, Hermes, vol.16, pp.1-23, 1881.

T. Mommsen and R. Staatsrecht, , vol.3, pp.1887-1891

T. Mommsen, Le droit public romain, trad. française, pp.1891-1896, 1990.

E. Montanari, Mito e storia nell'annalistica romana delle origini, 1990.

P. Montlahuc, Qui a tué Sextus Pompée ? Enquête sur les interprétations politiques d'un assassinat à l'époque triumvirale, pp.577-598, 2007.

F. Mora, Nuclei d'interesse e strategie interpretative nelle Quaestiones Romanae di Plutarco », dans Geriòn 25, vol.1, pp.329-370, 1997.

C. Moreschini, « Religione e morale di Livio », introduction et notes à Livio, Storia di Roma dalla sua fondazione, pp.105-110, 1997.

P. Moret, Les Ilergètes et leurs voisins dans la troisième décade de Tite-Live » dans Pallas, vol.46, pp.147-165, 1997.

. Morstein-marx, , 2011.

R. Morstein-marx, «. Consular-;-dans, H. Beck, A. Duplá, M. Jehne et al., Consuls and Res Publica : Holding High Office in the, vol.88, pp.259-278, 1961.

S. Moscovici, La psychanalyse, son image et son public, 1961.
DOI : 10.3917/puf.mosco.2004.01

S. Moscovici, Des représentations collectives aux représentations sociales », dans D. Jodelet, Les représentations sociales, pp.62-86, 1967.

J. Nicholls, The Content of the Lex Curiata, vol.88, pp.257-278, 1967.

R. Nicolai, . Polibio, and . Di-tucidide, la teoria dei discorsi », dans Seminari romani di cultura greca 2, pp.281-301, 1999.

R. Nicolai, ». Polibio-e-la-memoria-della-parola-:-i-discorsi-diretti, R. Dans, and . Uglione, Scrivere la storia nel mondo antico: atti del convegno nazionale di studi, pp.75-107, 1976.

C. Nicolet and L. Métier-de-citoyen, , 1976.

C. Nicolet, Rome et la conquête du monde méditerranéen (264-27 av, J.-C.) I, 1977.

C. Nicolet, Il mestiere di cittadino nell'antica Roma, 1980.

C. Nicolet, Strutture dell'Italia romana (secoli III-I a. C.), Roma, 1980.

D. Nizza, ». Di-zama, and R. Dans, , vol.114, pp.85-88, 1980.

J. North, The Constitution of the Roman Republic, 1932.

J. Oliver, The Augustan Pomerium », dans Memoirs of the American Academy in Rome 10, pp.145-182, 1932.

B. Pagnon, Le récit de l'expédition de Cn. Manlius Vulso contre les Gallo-Grecs et de ses prolongements dans le livre 38 de Tite-Live », dans Les Etudes Classiques, vol.50, pp.115-128, 1982.

Y. Pagola, , 2005.

E. Pagola and J. S. Yanguas, Diplomacia y autorrepresentación en la Roma antigua, 1920.

E. Pais, Fasti triumphales populi Romani, 1920.

E. Pais, Storia di Roma dalle origini all'inizio delle guerre puniche I, Roma, 1926.

R. E. Palmer, The Archaic Community of the Romans, 1970.

T. Pani, , 2008.

M. Pani, E. Todisco, and S. Romana, Dalle origini alla tarda antichità, 1986.

M. Pasquinucci, Contributo allo studio dell'ager Mutinensis », dans Athenaeum 64, pp.55-74, 1962.

R. Payne, The Roman Triumph, 1962.

A. Petrucci, Il trionfo nella storia costituzionale romana dagli inizi della repubblica ad Augusto, 1995.

V. Pfeifer-;-dans, G. Freyburger, and L. Pernot, Du héros païen au saint chrétien : actes du colloque organisé par le Centre d'analyse des rhétoriques religieuses de l'Antiquité, vol.154, pp.53-60, 1974.

G. Piccaluga, Terminus. I segni di confine nella religione romana, 1974.

F. Piejko, The treaty between Antiochus III and Lysimachia ca. 196 B.C. », dans Historia, vol.37, pp.151-165, 1988.

G. Pliakou-;-dans, G. De-sensi, M. Sestito, and . Intrieri, Searching for the seat of Aeacids : ????????? ?? ???????? ?? ?????????, ????? ??? ??????????, pp.89-108, 2011.

A. Podlech, La représentation : une histoire du concept », dans Trivium, vol.16, 2014.

J. Poe, The Secular Games, the Aventine, and the Pomerium in the Campus Martius, vol.3, pp.57-81, 1984.

G. Poma and L. Romano, , 1965.

W. K. Pritchett, Studies in Ancient Greek Topography, part I, 1965.

. Radcliffe-brown, , 1972.

A. R. Radcliffe-brown, Structure et fonction dans la société primitive, 1972.

C. Raffestin, Pour une géographie du pouvoir, 1980.

E. Raimond and . Patara, un foyer religieux aux Ier et IIe millénaires a.C. », dans R

P. Lebrun, Asie Mineure pré-chrétienne : premier colloque Louis DelaporteEugène Cavaignac, pp.195-215, 1997.

F. Remotti, U. Fabietti, and D. Di-antropologia, , 1997.

P. Ricoeur, L'écriture de l'histoire et la représentation du passé », dans Annales

, Sciences Sociales, 55? année, vol.4, pp.731-747, 1992.

J. Roddaz and . Imperium, nature et compétences à la fin de la République, pp.189-211

R. Vio, , 2013.

F. , R. Vio, and F. , Una matrona tra i « signori della guerra, 2013.

R. Vio, , 2015.

F. Rohr-vio, ;. M. Lucchelli, F. R. Vio, and V. Militares, Dux femina : Fulvia in armi nella polemica politica di età triumvirale

, Rappresentazione e propaganda tra Repubblica e Principato, pp.61-89, 1991.

R. Rossi, Romani e non Romani nell'Italia nord-orientale », dans Preistoria e protostoria dell'alto adriatico, vol.37, pp.201-217, 1990.

J. Rüpke, Die religiöse Konstruktion des Krieges in Rom, 1990.

J. Rüpke, La religione dei Romani, trad. italienne, Torino, 1995.

J. Saez, Identités, cultures et territoires, 1909.

E. Samter and S. V. Flamen, , pp.2484-2492, 1909.

K. Sandberg, Magistrates and Assemblies : a Study of Legislative Practices in Republican Rome, 2001.

A. Sanz, Ambassadeurs et ambassades au coeur des relations diplomatiques Rome-Occident médiéval-Byzance (VIIIe s. avant J.-C. -XIIe s. après J, pp.31-56, 1973.

F. Sartori, . Cinna-e-gli, and . Schiavi, dans Actes du colloque 1971 sur l'esclavage. Besançon 10-11 mai 1971, pp.151-169, 1973.

M. Scapini, « Literary Archetypes for the Regal Period », dans B. Mineo, A Companion to Livy, pp.274-286, 1998.

J. Scheid, La religion des Romains, 1998.

J. Scheid, « Les questions romaines de Plutarque : une promenade imaginaire dans la vieille Rome », dans Religion, institutions et société de la Rome antique, cours consulté sur internet : www.college-de-france.fr, pp.653-673, 2012.

J. Scheid, À Rome sur les pas de Plutarque, 2012.

A. Schiavone, Diritto privato romano. Un profilo storico, 1960.

R. Schilling and . Romulus-l&apos;élu-et-rémus-le-réprouvé, dans la Revue des Etudes Latines, vol.38, pp.182-199, 1960.

R. Schilling, . Rites, and . De-rome, , 1979.

A. Schwegler and R. Geschichte,

H. Scullard, Charops and Roman policy in Epirus », dans The Journal of Roman studies, pp.58-64, 1945.

H. Scullard, Roman politics 220-150 B.C., Oxford, 1937.

H. Siber, Die ältesten römischen Volksversammlungen », dans Zeitschrift der SavignyStiftung, vol.57, pp.233-271, 1937.

A. Simonelli, Considerazioni sull'origine, la natura e l'evoluzione del pomerium, vol.75, pp.119-162, 1993.

J. Sirinelli, Les enfants d'Alexandre. La littérature et la pensée grecque (334 av. J.-C.-519 ap, 1993.

S. Sisani, La colonizzazione romana come chiave interpretativa della Roma delle origini, New perspectives from archaeology and ancient history, pp.357-404, 1980.

D. Slabochová and . Tite, Live traducteur et adaptateur de Polybe », dans Acta Universitatis Carolinae Graecolatina Pragensia 8, pp.24-40, 1980.

M. Sordi, ». Silla-e-lo-ius-pomerii-proferendi, and . Dans-id, Il confine nel mondo classico, pp.200-211, 1987.

B. Stasse and . La-loi-curiate-des-magistrats, dans Revue internationale des droits de l'antiquité, vol.52, pp.375-400, 1956.

E. S. Staveley and . Forschungsbericht, The Constitution of the Roman Republic, pp.75-122, 1940.

E. S. Staveley, Greek and Roman voting and elections, 1972.

E. Steinby, Lexicon Topographicum Urbis Romae, vol.1, 1993.

E. Steinby, Lexicon Topographicum Urbis Romae, vol.2, 1995.

E. Steinby, Lexicon Topographicum Urbis Romae, vol.3, 1996.

E. Steinby, Lexicon Topographicum Urbis Romae, vol.5, 1912.

W. Sternkopf, Die Verteilung der römischen Provinzen vor dem mutinensischen Kriege, vol.47, pp.321-401, 1912.

S. Marino, , 1999.

A. S. Marino, Numa e Pitagora, 1999.

G. Stouder, « Création de l'espace diplomatique à Rome à l'époque médio-républicaine, vol.26, pp.173-185, 2009.

G. Stouder, Des manuels de diplomatie à l'usage du légat romain ?

. Drocourt, Ambassadeurs et ambassades au coeur des relations diplomatiques Rome-Occident médiéval-Byzance (VIIIe s. avant J.-C. -XIIe s. après J, pp.11-29, 2012.

M. Tarpin-;-dans and F. , Morale ou droit ? La capture des objets sacrés à Rome

M. Delrieux and . Ferriès, Spolier et confisquer dans les mondes grec et romain, 2013.
URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00863997

M. Tarpin and . Imperium, Promagistrats et triomphe au Ier siècle av, C. : quelques affaires », dans Cahiers Glotz 26, pp.261-288, 2015.

M. Tarpin and «. , Oppidum secondaire " et " agglomérations secondaires " : continuités et discontinuités entre des structures urbaines et " infra-civiques " mal définies, dans La construcción del imperio : transformación e integración de las comunidades indígenas, colloque international, pp.61-88, 2017.

. Tassi-scandone, , 2017.

E. Tassi-scandone, T. Sacer-e-sanctus.-quali-rapporti-?-»,-dans, L. R. Lanfranchi, and . Taylor, Autour de la notion de sacer (Rome, 4 avril, Disponible sur Internet, vol.44, pp.238-250, 1966.

L. and R. Taylor, Roman voting assemblies from the Hannibalic war to the dictatorship of Caesar, 1966.

J. Texier, Nabis et les Hilotes », dans Dialogues d'histoire ancienne 1, pp.189-205, 1974.

J. Texier, Nabis, 1975.

J. Texier, « Un aspect de l'antagonisme de Rome et de Sparte à l'époque hellénistique : l'entrevue de 195 av, entre Titus Quinctius Flamininus et Nabis », dans Revue des Études Anciennes 78-79, pp.145-154, 1972.

A. Tovar, Sobre algunas cuestiones de la conquista romana de Hispana », dans Anales de historia antigua y medieval 17, n°1, pp.141-147, 1965.

A. Toynbee, Hannibal's legacy, TRIANTAPHYLLOPOULOS, 1965.

J. Triantaphyllopoulos, «. C. Cicereius-;-dans, and R. Chevalier, prêteur de la Sardaigne en l'an 173 avant J.-C. et la gens Cicereia, Mélanges d'archéologie et d'histoire offerts à André Piganiol, pp.859-874, 1966.

. Ungern-sternberg, , 2014.

J. Ungern-sternberg, «. Livy, ». The-annalistic-tradition, B. Dans, and . Mineo, A Companion to Livy, pp.167-178, 1986.

G. Vaccai, L. Di, and R. Antica, , 1986.

. Van-haeperen, , 2007.

F. Van-haeperen-;-dans, J. M. Cauchies, and F. Van-haeperen, « Les rites d'accession au pouvoir des consuls romains : une part intégrante de leur entrée en charge, vol.9, pp.31-45, 2005.

. Van-haeperen, , 2012.

F. Van-haeperen, « Auspices d'investiture, loi curiate et légitimité des magistrats romains », dans Cahiers Glotz 23, pp.71-112, 2012.

. Van-wonterghem, , 1983.

F. Van-wonterghem, Un Mundus (Cereris) a Corfinium », dans Historia, vol.32, 1983.

C. Venturini, Processo penale e società politica nella Roma repubblicana, 1996.

F. J. Vervaet, The Scope of the Lex Sempronia Concerning the Assignment of the Consular Provinces », dans Athenaeum 94, pp.625-654, 2006.

F. Vervaet, The High Command in the Roman Republic. The Principle of the summum imperium auspiciumque from 509 to 19 BCE, 1972.

R. Vianoli, S. L. Carattere-e-tendenza-della-tradizione, ». Paolo, and M. Dans,

C. Sordi and . Dell, Istituto di storia antica, vol.I, pp.78-90, 1972.

H. Vincent, Les représentations en question », dans Recherches en Education, n°17, Octobre, 1994.

C. Virlouvet, ». Fulvia-la-pasionaria, A. Dans, and . Fraschetti, , pp.71-93, 1984.

J. Voisin and . Tite-live, Capoue et les Bacchanales », dans Mélanges de l'Ecole française de Rome. Antiquité 96, n°2, pp.601-653, 1984.

. Von-lübtow, , 1952.

U. Lübtow, Die lex curiata de imperio », dans Zeitschrift der Savigny-Stiftung 69, pp.154-171, 1952.

P. G. Walsh, ». Livy, T. A. Dans, and . Dorey, Latin Historians, pp.115-142, 1966.

J. Walsh, Titus Quinctius Flamininus in Greece. 197-194 B.C., Austin, 1988.

V. M. Warrior, The Chronology of the Movements of M. Fulvius Nobilior (cos

B. C. Dans-chiron, , vol.18, pp.325-356, 1988.

V. M. Warrior, Intercalation and the Action of M.' Acilius Glabrio

B. C. )-»,-dans and C. Deroux, Studies in Latin Literature and Roman History, vol.6, pp.119-144, 1982.

R. Weil, . Polybe, V. Histoires, and R. W. Texte, , 1982.

E. Foulon and R. Weil, Polybe. Histoires. Tome VIII. Livre X. Texte établi et traduit par R. W., Paris, Les Belles Lettres, 1990.

E. Foulon, R. Weil, P. Cauderlier, and P. Histoires, Livres XIII-XVI. Texte établi par E.F. et traduit par R.W. avec la collaboration de P.C, Les Belles Lettres, 1995.

T. P. Wiseman, Remus : A Roman Myth, 1982.

G. Zecchini and M. Cn-;-dans, Manlio Vulsone e l'inizio della corruzione a Roma

. Sordi, Politica e religione nel primo scontro tra Roma e l, pp.159-178, 1982.

.. .. Résumé,

.. .. Remerciements,

.. .. Sommaire,

I. , Problématique et perspectives de cette étude

, Autour des notions de territoire et de territorialité : le concept de structures territoriales

, Sacralité des limites et valeur paradigmatique du culte de Terminus aux origines de Rome

.. .. ,

I. :. Chapitre,

. Enceinte-urbaine and . .. De-rome, 34 1. Pomerium et auspices urbains dans la lexicographie romaine, vol.46

, Pomerium et enceinte : aux origines de la communauté

, Templum : auspices, fondation de la ville et construction de la communauté ??????????????????????????, vol.74, p.82

I. :. Chapitre,

.. .. Communauté,

, L'interdiction du franchissement des murailles de la ville : une conséquence de la sacralité du pomerium ?, p.102

, Le statut des murs et des portes dans les sources antiquaires et juridiques

, Enceinte et communauté dans les attestations historiographiques sur des cas de prises de villes de l'époque républicaine

, 'entrée dans l'espace urbain et la fin de la communauté

.. .. Se-rendre-maître-d&apos;une-ville, 153 3. Capitulation après la prise de la ville : chute des murs

, Réactions atypiques : différentes perceptions de la communauté et des murs

, Réactions des assiégés : cas d'acceptations et cas de résistances

I. :. Chapitre,

.. .. Territorialité,

L. Assemblées and .. .. ,

, Les lieux de fonctionnement des différentes catégories

.. .. ,

, Les magistrats : élection, prise de charge et franchissement

.. .. Lieu,

. .. , Lieu d'affichage des symboles de la fonction : faisceaux, haches, paludamentum, p.251

, Magistrats et promagistrats : le franchissement de l'enceinte urbaine 257

. Le-triomphe and .. .. La-ville, 261 a. La présence dans la ville du triomphateur et de son armée

, L'attente hors la ville et la réception des vainqueurs par le Sénat

A. .. Bellona,

.. .. Le,

, 279 b. La déclaration d'hostis et l'obligation de quitter Rome et l'Italie, La réception des étrangers : statuts des ambassadeurs et lieu d'accueil 278 a, p.287

, Les hostes : accueil à l'extérieur de la ville

.. .. Conclusion,

.. .. Bibliographie,

, Les recueils juridiques, épigraphiques, prosopographiques et fragmentaires

.. .. Encyclopédies,