, Quarante années se sont écoulées, (?) c'était pourtant l'heure des sorciers, p.26

, Il fallait bien que nous entrions dans la danse ! p, p.27

, pleuré (?) Il est temps que nous rentrions, (?) je n'ai rien dit, les femmes n'ont point baissé, Tous ont hérité leur charme, p.32

, Jamais mon peuple et moi n'avons été hors de l'histoire, Nous avons marché (?), nous y sommes écroulés (?) nous y avons goûté, p.32

, Celui-là qui n'était pas à Boribana (?), sommes-nous revenus à la vie, j'ai vu, Le suivaient Koffi Kpékpé?qu'ils soient célébrés, mourut grand, vol.34, p.38

, crachèrent sur son âme, (?), vous sachiez redire, j'ai vu souffler sur Accra, j'ai tressailli, j'ai juré j'ai craché le malheur qui déjà me prenait p, p.39

, Sept fois j'ai craché (?), j'ai craché (?), tous sont morts (?), p.40

, je savais qu'il avait le mollet maigre, Ses reins d'enfant supportaient, il chantait, lui, ma terre inspirait son âme toute de vaillance, son glaive n'en voulait qu'aux flibustiers d'Occident (?), était borgne (?), il bravait encore, Mon soleil s'est effondré (?), le dernier de mes mages a lancé au grand désespoir (?) je savais qu'agilement Kwamé dansait (?), p.42

, Est mort, est mort qui danse, est mort, vous l'avez assassiné, votre coeur est assis, fus nourri, p.44

. Mourut, , p.45

. Rêvèrent, Diéna mit, traîna, ont crié, rugit, pouvait, brandirent, luttèrent, défièrent, sapèrent, ravageaient, vis, traçait, mourut, mourut, p.48

, Sont venus, sont venus, sont venus, hurlaient, frémissaient, hurlait, p.67

, Il s'est caché et j'ai forgé, j'ai su, j'ai su la sculpter, p.86

, Je crus, découvrais ce personnage, n'était point, avait tenu, était pourtant moins haut, voulait p.88. S'il voulait seulement se taire, p.95

, S'est caché, j'ai forgé, j'ai su, le voulut, savait, Il régnait, dévorait, régnait, folâtrait, rayonnait, p.116

. Disait, A cligné, a plissé, p.121

, Dis, redis, veillons, est, veux, rentre, ont, trépignent, ruissellent, caches, p.28

. Entrons, , p.32

, se dilatent, s'ouvre, p. 63. Nomment, sait, vient, p. 64. Tient, p. 65. Faut, p. 66. Tanguent, redisent, sait, p.68

. Tanguent, , p.73

. Voit, , p.77

, Ils ont des dents, veulent mordre, tiennent, jurent, mordent, mordent, mordent, ont des dents, je suis le crabe réserve, ils ont des dents, dévisage, surnagent, dévisage, ceinture, étreignent, p.105

. Dansent, , p.107

. Nomme, Ils s'acharnent, s'acharnent, c'est, roucoule, p.112

R. Fait, S'annonce, mire, tiens, délectez, p. 114. Prétend, c'est, m'écoutent, vient, purgent, rongent, p.117

. Roule, , p.119

. Danse, Prétend, je me proclame, p.122

. Calcinerait, Vainement s'assembleront les peuples pour débrouiller les mailles, p.28

, La nuit mourrait de n'être pas belle si leur langue s'avérait, Qui refuserait, marchera quiconque, ne saurait, qui m'enjamberait moi la terre ventrue, p. 29. Ta voix séduirait, celui-ci mourra de trop, p.31

, Viendra la chanson des sanctuaires secrets, et qui déliera tes sens obstrués, p.34

. Étranglerez, Dispenserait, saurait, m'enjamberait, passerait, p. 94. J'irais jusqu'au centre, p. 96. Feraient, p. 116. Hurleront, brailleront, aura clamé, Je forgerai, p.122

T. Tiens, , p.19

. Prenons-la, , p.20

. Dominons, Prends, prends-y, porte, évide, rythme, rythme,-le, p. 23. Portez, portez, Saluons, p.26

. Scrute, , p.63

. Enseigne, , p.64

. Scrute, , p.73

!. Marchez, Porte au loin, savourez, p. 96. Va, me balafre, p.99

. Chante, , p.101

. Allons, Dites, Allons voir, Allons voir, Allons voir, p.122

. Fut and . Révélé, Élevèrent, p. 26. A grossi, a construit, sont dépravés, p.39

. Entreprirent and . Tracés, , p.42

, Je me dois, se démontre pas, n'est point, est, p. 23. Vient, s'assemble, trouve, p.24

. Approche, Sèment, dites, sont, p. 26. Taisez, refusez, sèment, p.27

. Vole, , p.28

. Est, Dois, périssent, p.34

. Démontre, , p.35

. Est, , p.41

. Aiment, Crachent, fonde, est, démontre, démontre, ferment, est, est, démontre, démontre, p.42

. Ont, Sont, dirigent, dirigent, distingue, est, est, sont, voile, fondent, p.45

R. Reconnaitrez, Diront, reconnaitrez, p.28

, Viendront, éprouvera, seront tourmentés, seront, sera, seront divisées, multiplieront, accentuera, p.30

, Reconnaîtront, battront, sera, domineront, seront échangés, sera échangée, sera devenu, soufflera, sera conduite, p.31

, Séviront, viendront, chantera, danseront, dira, seront abandonnés, cisèleront, mourront, transmettront, recevront, p.32

. Tarira and . Oubliés, proliféra, fera, pleureront, sera, creuseront, travailleront, propageront, p.33

. Propageront, Je restaurerai, je ressusciterai, auront, rougiront, p.41

. Abritera, , p.42

. Apparaîtra, , p.44

, Dites à, Cessez de vous tourmenter, p.24

, Dites à, faisons l'arche, p.26

. Grossissez, Réveillons-nous, mettons-nous ; construisons, faisons, faisons, contemplons, p.42

. Contemplons, Réveillons-nous, mettons-nous, construisons, p.45

, Ex, vol.25, pp.20-21

, Dt, vol.10, pp.1-5

, Jr, vol.3, pp.16-17

, 19-20), qui ne respecte pas les objets cultuels (1 Ch 13, 9-10), qui ne la remet pas au bon endroit (1 S 5, 8-9) et suscite la peur de sanctions au sein du peuple qui la reçoit par mégarde, Ap 11, 19. La divinité inflige des sanctions au peuple qui commet des actes de, vol.1, pp.10-11

E. Certes-chez, nulle mention des dimensions ni du caractère de l'alliance et ou du témoignage, mais l'arche construite touche le ciel et est le lieu de la demeure

, Gn, vol.9, pp.9-17

, Ex 25, 22, vol.40, p.21

, Nb, vol.10, pp.33-35

, Le mot est composé de l'article employé ici au féminin singulier (h?) et du mot ???u?, DHAB, p.272, 1991.

, « angle » évoqué aux lignes 22, vol.24

, et devenue la principale, celle de l'angle 764 », péricope que l'on peut rapprocher du passage d'Es 28, 16 et de Ps 118, 22 et Pr 21, 9, un mot qui, dans la Bible, renferme une forte symbolique relative à la place de choix qu'occupe l'angle. Le sens littéral et spirituel ne peuvent être occultés dans ce chant à l'analyse des mots employés par Eno qui, Mt 21, 42 et Ac 4, 11 « la pierre rejetée par vous, les bâtisseurs

, Si les figures de sens, les symboles, les temps verbaux, le lyrisme et la portée spirituelle qu'Eno donne à son texte, alludent des changments sociaux dénoncés et préssentis par les ouevres, il s'agit maintennat de dévoiler les configurations génériques des changements sociaux

. Le, suivi du mot ?????? (??????? ??????) recouvre le sens de clé de voute à relier à son équivalent hébreu, p.303, 2000.

, HUILLERY, pp.55-70, 2008.

, Voir le discours prononcé par Nicolas Sarkozy, p.168, 2008.

, Voir le Code noir (réédition de 2006)

, POURCHASSE, p.170, 2009.

. Voir-vidéo-de-tidiane-n'diaye-intitulée-«-le-génocide-voilé-ou-la-traite-négrière-arabomusulmane-»-sur-le-site, Un artiste est un artiste. Il est pour tout le monde. La dénonciation n'est pas sa préoccupation. Il doit faire son métier de produire du beau son, de la belle musique : Aujourd'hui, j'ai pris mon chemin tout seul. Je me sens le mal-aimé. On me reproche de n'avoir pas pris le micro pour décrier telle ou telle chose, tel ou tel président. Houphouët-Boigny ne m'a pas aidé alors que je l'aimais beaucoup, mes parents étaient tous PDCI, Bédié ne m'a pas aidé non plus. Gbagbo même qui est un frère Bété ne m'a pas aidé, il n'a aidé que les chanteurs qui étaient de Gagnoa. Je ne peux pas juger aujourd'hui le régime actuel en Côte d'Ivoire. On verra à la fin, J. S. : Non, pas du tout. Moi, je ne fais pas de politique

, Les jeunes musiciens du zouglou peuvent être tenus pour ceux qui, sans compétence avérée, ont concocté et offert à la Côte-d'Ivoire une musique exportable qui, à défaut de réunir tous les suffrages, est clairement estampillée « Made, p.1047

, TSCHIGGFREY, p.71, 1995.

. Ibid,

. Ibid,

. Ibid,

, KONATÉ, p.778, 2002.

. Ibid, Il signifie aussi ce qui manque d'initiative et rime avec la bêtise. Momo Louis, est plus précis dans la définition qu'il nous donne du zouglou. Il révèle l'expression, d'où est extraite le nominal « zouglou » « bé ti lè zouglou » 1048 que l'on peut traduire par : « ils sont entassés comme des ordures ». Le choix du terme « zouglou » par les étudiants ivoiriens pour qualifier ce phénomène musical est lourd de conséquence. D'abord « zouglou » reflète l'image que ces étudiants ont d'eux-mêmes et de la misère soutenant leur quotidien, qui d'ailleurs les rapproche naturellement des ordures. Ils se considèrent dès lors comme des rebus de la société, Issu d'une expression Baoulé ? langue vernaculaire du centre de la Côte d'Ivoire ? le zouglou concorde à merveille avec les ordures, p.794

, Effectivement, l'inquiétude qui perçait dans les thèmes des premières chansons n'était rien d'autre que la face immergée de la désespérance qui, dans les quartiers, les villes et les villages obstruaient l'horizon du futur des jeunes, p.1050

, Ce symbole est un réquisitoire contre une société injuste et bancale qui nie l'avenir de la nation ? qu'est la jeunesse ?. Cette jeunesse se sent exclue et se considère dès lors comme un parasite n'apportant aucune contribution au développement. En persiflant quelque peu, Yacouba révèle : La prise en main du zouglou par les jeunes déscolarisés reproduit en quelque sorte la conjonction entre l'incertitude des futures élites

. Mais, il nous semble que la société ivoirienne n'a pas pris le juste pouls de cette ironie, elle n'a retenu que le burlesque qui caractérise l'expression. Pour nous, il faut bien faire la

. Annexe, , p.72, 1995.

, KONATE, p.778, 2002.

. Ibid,

L. Travers-de-cette-chanson, font une description très précise du mot (« coco » / côcô) le déclinant en de diverses fortunes qui ne font qu'enrichir le récepteur-auditeur. Le coco est « scientifique, stratégique, naturel, régional ». Revisitons ce dialogue entre une jeune fille-côcô et l'artiste Yodé qui l'éconduit sagement, le côcô devenant une charge et mieux une sangsue pour les autres

P. Yodé, je moyen côcô sur ton dos ce soir non ! Ah ! Maman, ce soir ça réussit pas parce que moi-même je n'ai pas gagné ce soir pour manger Çà moyen réussit petit ! Mais y a quoi ? Les côcôs comme ça, ça me charge. Depuis que le zouglou est créé, tout réussit pour nous. C'est que pour moi là

, Le zouglou en se nourrissant du nouchi participe à une vraie dynamique linguistique que reprend Germain-Arsène Kadi dans cette anthologie : Le nouchi est présenté par le président Diouf comme un facteur d'enrichissement de la langue française. La reconnaissance institutionnelle de ce français ivoirien par l'ancien secrétaire général de l'OIF

, Si l'apparition de certains mots nouchi dans le Larousse 2017 confirme la démocratisation et son importance, faut-il décrire la situation sociale de ses actants pour dire les problèmes que soulève le zouglou ? 1056 Voir Annexe, p.237

, Autant d'éléments signalétiques qui renforcent l'idée de l'extrême dénuement de cette frange de la population marginalisée. Si l'image de la sangsue rend compte de la souffrance

, En effet, en Côte d'Ivoire, dans les villages et les quartiers populaires, les jeunes gens se bagarrent souvent, et l'un des coups reçus, appelé « kata », les plus embarrassants consiste à coincer la tête de l'adversaire entre les cuisses de celui auquel il s'oppose. Dans la langue Bété, cette action se nomme « quélè ». En général, c'est le plus fort qui emprisonne l'adversaire entre les cuisses. L'idée de la strangulation qui en découle montre encore que le pôle dominant est la galère et pôle dominé l'artiste. Cet anthropomorphisme de la galère annonce la défaite d'emblée du sujet qui lutte, mais surtout qui suffoque et dont la mort est planifiée dans ce processus. Or la strangulation ou l'étranglement est l'action de serrer l'avant du cou pour comprimer les artères ou la trachée. Elle entraîne l'évanouissement puis la mort par asphyxie, la tête entre les cuisses de la galère 1091 » dénote une allusion culturelle importante

, J'ai la tête entre les cuisses de la galère 1092

, Cet anthropomorphisme fonctionne comme une synecdoque du tout qui happe la partie sans aucun espoir de survie. In fine, il en ressort que la maladie n'est plus la cause de l'affaiblissement du corps entraînant la mort, mais plutôt la galère, p.196

. Ibid,

. Maladie-tant-elle-est-Âpre.-«-c'est-la-galère-qui-est-notre-maladie, Si la galère est une maladie silencieuse qui tue, force est de constater que la rareté des denrées alimentaires empêche les protagonistes de se nourrir correctement. La faim, également, les traque quotidiennement « J'ai la dalle 1093 ». « Si j'ai luck 1094 ce que je trouve c'est ça je mange, p.1095

. Se-nourrir-ne-dépend-ni-de-leur-initiative and . Volonté, mais des forces qui les transcendent, ce qui explique la formule divinatoire : Lancer cauris. L'incertitude qui plane sur le fait de se nourrir est d'autant plus grande que le texte nous en donne des précisions alarmantes. Les protagonistes sont contraints à se sustenter en ne prenant qu'un seul repas par jour, On peut lire dans Abidjanais : Garba 50 ça nous envoie à 18h

, La souffrance est également décrite par la mention du nombre des occupants dans les différentes habitations, évoquant le surnombre, p.1097

, triste réalité ivoirienne a débouché sur un redéploiement des locataires dans les maisons. Ainsi, le salon initialement prévu pour recevoir des hôtes s'est substitué en chambre. Mieux, cet espace est saturé par le nombre de locataires au point où les résidents ne disposent plus d'espace pour se mouvoir

, On perçoit la misère dans l'apparence physique de ces artistes, la maigreur, signe de la paupérisation n'est plus à cacher : Nous, on est trop mince 1098

, L'expression J'ai la dalle signifie en nouchi recouvre le sens de j'ai faim

, Luck désigne la chance

, Lancer cauris signifie consulter un médium

. Annexe, , p.209

. Ibid,

. Annexe, On dirait Drogba a marqué But oh ! Maintenant année blanche te suit, Tu es devenu chauve en amphi 1105, p.238

, Si les universités ivoiriennes sont des portes flambeaux de la décadence sociale, les transports publics ne sont pas en reste

, Cet échange lexical vise à mettre en lumière un calcul algorithmique bus = aller en guerre. Or, la guerre entraîne la destruction morale et physique donc

, La victoire consiste à éviter ce moyen de transport, qui, au fond, n'est qu'une mascarade

, Celui qui emprunte le bus, pratique de façon imagée une compétition sportive de haut niveau. Le bus, c'est un sport public, p.1107

, Les efforts qu'exige la prise du bus se justifient par le très grand nombre de récipiendaires

, Les nombre de candidats bravant cette aventure périlleuse se décline par l'affluence sur les quais, la queue sur le trottoir. Il faut arriver au quai le monde, On dirait la fin du monde. On fait rang pour aller en enfer C'est un petit Gbagbo qui t

, Ceux-ci n'ont pas d'autres choix que d'emprunter ces transports en commun dans de telles conditions, les autres moyens de transport étant onéreux pour eux. L'affluence des passagers combinée aux retards des bus et aux incertitudes d'arriver à destination constituent autant d'éléments qui indiquent l, p.229

. Ibid,

. Ibid and . Nègres, «Ils te préfèrent en cadavre ?.. Ils t'ont débranché, ils t'ont éteint 1114, p.111

, La mission assignée aux sorciers est la destruction de tous ceux qui sont dans leur collimateur. Ainsi, on n'est pas surpris par une présence massive des verbes de mouvements qui sont toujours employés à contre-courant, dans un sens opposé, Toutes ces images ou groupes de phrases présentent la sorcellerie sous un angle très péjoratif si tant est que l'on puisse y percevoir des aspects positifs

. Le and . Monter, Ce déplacement décrit par les verbes de mouvement s'effectue dans un espace inféré. Car le texte ne nous dit pas où le personnage veut monter. Cependant, ce contexte permet à l'usager de la langue française de comprendre qu'il s'agit d'une ascension sociale. Cette aspiration à un bien-être social est inhibée par le verbe « descendre » qui relève surtout de l'ordre du brisement ou encore de ce que Zadi Zaourou a nommé le nivellement par la base 1116 . Les pays anglophones, notamment le Ghana, qualifient la sorcellerie de PHD africain dont le sigle signifierait « Pull Him Down ». Nous allons nous servir des notions de « statique » « cinématique et de « dynamique » introduites par Desclés 1117 afin de décrire ces verbes de mouvement. Pour ce chercheur, dans la cinématique, il n'y a pas d'agent qui soit responsable du mouvement ou qui le contrôlerait, a contrario, dans la dynamique l'on trouve bien un agent responsable du mouvement qui le contrôle. Ici, les mouvements décrits (monter/descendre, traverser/noyer, brancher /débrancher, allumer/ éteindre) expriment un changement qui s'opère dans la, décrit une direction vers le haut (orientation verticale) et « descendre » une autre direction vers le bas

, Toute l'imagerie collective africaine a toujours condamné cette pratique qui, d'ailleurs, est en net recul dans l'Afrique moderne, dans la mesure où d'une part ces pratiques sorcières visaient à détruire et d'autres part, les influences de la religion chrétienne et musulmane ont participé, aérienne, terrestre et aquatique est placée sous son total contrôle au regard des pouvoirs qui lui sont propres

, Nous avons choisi d'ajouter les deux verbes « brancher » et « allumer », verbes que nous avons d'ailleurs soulignés

, ZADI, 1998.

, CHOLEWA, pp.129-138, 2011.

, nous assistons à un christianisme qui ne laisse aucune plage à la prospérité de la sorcellerie qui d'ailleurs est son premier ennemi. Il faut vaincre les puissances des ténèbres en proclamant la suprématie de Christ-Roi. Essentiellement urbaines, ces églises auraient aujourd

, Si ce thème se désolidarise de toute l'oeuvre, il rend compte tout de même des mutations spirituelles qui traversent l, Afrique contemporaine

, Ivoire dès les années 90, subit une mutation étiologique pour devenir en terre éburnéenne un art élitiste. D'ailleurs les premiers groupes de rap en Côte d'Ivoire sont constitués des enfants de Cocody 1120 . Ils n'ont aucune propension à dénoncer si ce n'est de chanter l'amour, VIII-3/ Garba 50: un rap de rupture et proximité Le rap phénomène reçu en côte d

, Yves Zogbo Junior, les RAS sont des porte-flambeaux d'une musique de petits bourgeois

, Plus récemment Almighty et Stezo, eux, pratiquent un rap très urbain, très bourgeois. Ils sont

, Jeune Afrique n°2768, p.25, 2014.

, Ce sont les enfants de la petite bourgeoisie ivoirienne. animés par le souci d'être de vrais calques du rap américain dans sa forme. Dès lors, ils produiront un hip hop conventionnel qui n

, De plus, voici comment ce groupe ivoirien définit son originalité donc sa rupture : En étant nous-mêmes, le choix des mots nouchi, les tchai de la rue. La rue parle, la rue a son langage et nous intégrons ce langage dans notre rap, Garba 50 produit un rap de rupture. Ces jeunes rappeurs veulent sortir le rap des carcans classiques et conventionnels tels que pratiqué par les américains et rompre en visière de ce fait d'avec le déjà existant

, Ce groupe confirme son désir de s'écarter des sentiers battus par le rap africain, que des critiques juxtaposent à un type de folklore. Il produit un rap intégré en terre ivoirienne et rendant compte de toutes les turpitudes de la vie urbaine ; ce ne sont donc plus les réalités afro-américainnes, les réalités d'immigrés d'Europe ou encore des jeunes des banlieues parisiennes qui sont mis en valeur. Il s'agit bien d'un rap estampillé, des réalités socio-linguistiques ivoiriennes, de la dénomination du groupe 1122 confortent le primat de l'intériorité sur l'extériorité

, L'appropriation du rap dans une langue du terroir est une réalité que nous retrouvons aussi bien chez les rappeurs sénégalais et cette idée est reprise par

I. Annexe, , p.71

, La mal bouffe", apparue en début de la décennie 90, est devenue, avec la crise économique

. !!-hésitation-!!!, Nous ne sommes pas proches du Zouglou, mais nous sommes proche des gens avec notre manière d'être

L. Enfin and . Rap, ne peut plus être une question marginale, tout le monde doit être un « rappophobe ». Que le plus commun des citoyens, du professeur à l'université en passant par l'ouvrier, l'étudiant ou encore la ménagère qui vit de sa petite activité au marché

. Il and . Dans-le-rap, on a écouté les Américains, les Français, nous nous sommes dit qu'il fallait apporter notre spécificité en disant quelque chose qui va concerner les gens qui ne sont pas de la mouvance rap, Que la tantie qui est au marché dans sa fumée ou dans un gbaki 1128

, qui écoute nos sons s'y reconnaisse et qu'après avoir écouté on puisse lui dire que c

, PETETIN, pp.797-808, 2009.

, N'avoir pas fait d'études universitaires qu'on qualifie dans le français populaire ivoirien « papier longuer » en d'autres termes de longues études universitaires

, Annexe, vol.50, p.72

. Ibid, , p.73

, Gbaki signifie vaquer à ses occupations quotidiennes

, Annexe, vol.50, p.72

, VIII-4/ Slam, règne d'une poésie urbaine déclamée

, Nés aux États-Unis, le rap et le slam, ces deux manifestations urbaines se caractérisent par la violence dont l'écho est reçu par le récepteur comme une frappe. Étymologiquement « slam » provient de l'argot américain qui signifie « claquer ». Catherine Duval, quant à elle, fait ressortir une définition se rapportant à un dispositif, le chelem (slam en anglais signifiant tournoi 1133 ). Le terme chelem consacre la démocratisation et la vulgarisation de la poésie. Le primat d'une vision de la poésie confinée les livres et les manuels scolaires, se trouve dépassée. La poésie est désormais sur les planches comme l'art théâtral. Dès lors, la parole utilisée à des fins créatives, s'accompagne de rimes, d'images et d'autres expressions poétiques. La créativité langagière devint, de ce fait, le fondement d'un art nouveau prospérant dans les grandes métropoles américaines. Initié par Mark Smith à Chicago, Contrairement au rap, le slam ne fait pas partie de la mouvance hip-hop et n'est soumis à aucune contrainte rythmique

C. Toujours-selon-le-texte-de, . Duval, and . Le-mode-d'emploi, Les rencontres de slam et de poésie sont ouvertes à tous et à toutes, sans distinction de sexe, d'âge, d'âge, de couleur, de religion, de préférence sexuelle, d'apparence et de capacité physique ou intellectuelle. Les poètes peuvent traiter de n'importe quel sujet dans n'importe quel style. Prenez soin de vous pré-inscrire au près du présentateur avant le commencement de la slam session Pas d'instrument de musique ou musique pré-enregistrée. Pas d'accessoires. La performance repose sur le texte du poète et sa relation avec le public

, Le dispositif oratoire mis en place correspond à un spectacle expressif et dynamique qui n'exclut personne : 1133 Grand slam de Poésie, p.10, 2007.

. Ibid, , p.12

, On peut noter l'allusion à la mort dans les expressions suivantes : « crime aux gènes », « ne pas se faire dja 1138 »,« se retrouver six pieds sous terre où les vers font la fiesta dans les viscères, La symphonie funèbre des rafales de leurs balles

, Ce sont Lumumba, assassiné le 17 janvier 1961 et considéré comme un « héros national » au Congo et Steve Biko, symbole de la résistance noire face à la cruauté de l'Apartheid, Ces textes commencent par les noms de plusieurs héros africains, des porte-flambeaux de luttes féroces et anti-impérialistes

. Enfin and . Sankara, assassiné, selon les témoignages de la veuve de Sankara, par le Président Blaise Compaoré le 15 octobre 1987. Le thème de la mortassassinat est omniprésente dans ces textes, martelé, scandé dans le but d'insister, nous semble-t-il, sur la survenance rapide de la disparition de tels hommes illustres. Nous constatons que tous ces héros, à l'exception de Mandela

, Nous pouvons citer : « Ils ont le crime aux gènes ». Le vocable « gênes » est une séquence d'acide désoxyribonucléique (ADN) qui spécifie la synthèse d'une chaîne de polypeptides ou d'un acide ribonucléique (ARN) fonctionnel. On peut également définir un gène comme une unité d'information génétique. Un gène détermine les divers caractères héréditaires d'un être vivant. On dit ainsi que l'ADN est le support de l'information génétique, Leur mort s'explique par le fait qu'ils ont franchi une ligne rouge. Ils ont osé briser la censure sociale et politique refusant le moule du conformisme

, Le mot dja signifie se faire tuer ou se faire assassiner en nouchi

. Annexe, véhiculée n'a aucun fondement crédible, puisqu'il est le produit de l'imagination d'un quidam. La titrologie a pour compagne le mensonge. Tout y est faux. Elle enfante notamment la manipulation, la perversion, la déformation, l'exploitation, la délation, la démagogie, la frustration 1141, p.184

, Dans cette métaphore in presentia, le poète écrit : La titrologie acide ronge toute opinion 1142

, L'acide corrode toute matière qu'elle touche, de même que, tout individu écoutant les titrologues se voit détruit par les conséquences du dépôt reçu. Dans ce décor, où nous constatons les dégâts d'une presse aussi coupable que les titrologues eux-mêmes, force est de constater que les valeurs morales qui consolident une société s'estompent. C'est pour cette raison que la décomposition de cette société ivoirienne s'étend également à tous les secteurs d'activités, à toutes les classes sociales. Comme si les maux qui frappent la nation ivoirienne ne suffisaient pas, s'ajoute un autre fléau, celui de la corruption généralisée qui la frappe de plein fouet, L'effet dévastateur de la titrologie est révélé par le nominal acide dont les conséquences au contact d'un corps ne sont plus à démontrer

, Ils ne débouchent plus sur un emploi, mais plutôt sur une corruption. Si tu veux obtenir un emploi, il faut que tu corrompes les employeurs avec de l'argent. Le délitement et la déliquescence des moeurs morales sont devenus une norme. Tout s'obtient par la corruption. Si la société ivoirienne en particulier et la société africaine en général

. Annexe, , p.193

. Annexe, , p.182

, Le cerveau est moteur de la connaissance et le continent noir en a besoin pour parfaire son décollage économique. Mais il est malheureusement négligé en Afrique

. De-fait and . De-la-crise-socio-Économique, du fait des politiques totalitaires démasquées en démocratie à l'ivoirienne, la Côte d'Ivoire par exemple est dépeinte par ces slameurs comme un enfer. La ruée des jeunes désemparés vers les pays développés est devenue une solution adhoc au mal être ivoirien. Ceci est perçu comme une conséquence des changements sociaux qui s'opèrent en Afrique et pour lesquels les états africains sont par moment impuissants

L. , altérité occidentale justifie la dimension épique de l'aventure occidentale dont des drames lors des traversés de l'océan ou du désert subsaharien sont relayés par les médias. La fascination de l'Occident par les Africains se vit également par l'adoption des formes nouvelles d'écriture que sont le slam

/. Zouglou, Rap et Slam: prédominence des faits de l'oralité L'oralité considérée comme une des sources d'inspiration de la littérature africaine, a été » 1149 et d'autres éléments esthétiques

. L'oralité, oralité a été une des sources d'alimentation des auteurs francophones, y voyant également une forme de rattachement à la tradition africaine. Les romanciers africains comme 1147 BAUMGARDT, DÉRIVE, p.5, 2013.

, Ainsi la poésie de Zadi est le champ d'une véritable intertextualité : épopée, satire, lyrisme, théâtre, Le refus d'appartenir à des écoles occidentales a motivé le choix des poètes néo-oralites dont les oeuvres sont iconoclastes

, Contrairement à certains critiques qui soutiendraient que la poésie a tiré sa révérence parce que totalement dévoyée, nous dirons que la poésie n'est pas en train de disparaître, « elle a changé de gîte ». Elle a fait ses adieux à son milieu naturel pour s'encanailler avec le premier venu fût-il le récit, le théâtre, le mythe, le roman ou autre. Point n'est besoin pour cela d'avoir un accent mélancolique, voire nostalgique. « La poésie a pris un autre visage comme le souligne ALAIN MABANCKOU : Elle est récit, avec une organisation thématique à laquelle aucun Poète ne pourra plus se soustraire. Elle accompagne la prose, La séduit, la rend grave, profonde, sinueuse mais virulente Afin de traverser le marasme dans lequel s'est Empêtré le roman contemporain un désordre institutionnalisé, renchérit Zadi, Nous empruntons cette expression à Kouadio Nguettia Martin. sienne 1155 . À l'instar d'une maison comportant plusieurs pièces, la poésie est passée dans la pièce d'à côté dixit Péguy 1156

. Si, elle ne fait que rendre service à un genre dont les publications sont devenues plutôt confidentielles. La poésie se lit moins, mieux, elle intéresse un public qui se rétrécit de jours en jours. Comme Antée, la poésie se revigore quand elle se réconcilie avec son origine première ou avec sa genèse c'est-à-dire la parole

, Souvenons de la modernité française amorcée par Aliyosus et développée par Baudelaire qui rapatria la poésie dans la prose, rompant en visière avec la conception très traditionnelle de ce genre qui s'était perpétué depuis l'antiquité dans les vers jusqu'à la récente modernité

, Ses recherches le conduisent jusqu'à un certain « Henry Scott Holland », chanoine anglais (1847-1918). Eric Thiers, autre Péguyste mobilisé dans cette affaire, complète. Selon ses sources, ce texte est extrait d'un sermon sur la mort intitulé « The King of Terrors », prononcé le 15 mai 1910 à la Cathédrale St Paul de Londres, peu après le décès du Roi Edouard VII. La version originale du texte est la suivante, p.10, 2000.

. Roche, La posture de Denis Roche et ses adeptes n'accordent aucune importance au texte, à sa forme, si ce n'est que l'acte de création. Nous pensons qu'untel positionnement annulerait la spécificité même de la poésie pour faire le lit à un désordre planifié, p.9, 1995.

. Ibid,

, Afallemagne, un néologisme que nous avons inventé en nous fondant sur le néologisme « Afrance

, BONI, p.159, 2004.

. Ibid,

, CONCLUSION GÉNÉRALE Le sujet portant sur les grands courants poétiques de la Côte, BAKAYOKO, p.323, 2014.

. Ainsi, éveilleurs de conscience par la voix des maîtres de l'oralité. Pour remplir cette fonction, le poète fait 'oralité : Le griot était un homme de-grand savoir pour l'époque ; un érudit. La société exigeait en effet de lui, en plus de son talent d'artiste, de très vastes connaissances en histoire, en musique et en droit ; il devait aussi s'affirmer comme fin psychologue et politicien averti. Il ne pouvait évidemment, dans ces conditions, n'être qu'homme formé dans l'action. Le griot faisait de longues et difficiles études avant d'être couronné, Belen Tigui

I. De-l'oralité, Si ces poètes, maîtres de l'oralité, étaient des « hommes-savoir » talentueux comme nous avons pu le démontrer dans le corps de notre étude, il faut y adjoindre la puissance imaginative qui fonde leur production comme le confirment les propos de Kipré Blé : La force de l'artiste, déclare Kipré Blé, poète ivoirien

. C'est, cette capacité qui lui permet de déshabiller complètement un homme en assemblée, de le rendre totalement transparent. Il est semblable au voyant. Au contraire, s'il le loue, il te rend plus compact que jamais. Les artistes savent aussi beaucoup de choses ; c'est pourquoi ils sont effrayants

, Cette force solidifie la puissance de la poésie appelant à l'existence des choses qui ne sont pas, tout en leur conférant un sens. Mais il serait intéressant d'évoquer la dimension métaphysique que ces poètes attachent à leur art, Ceux-ci n'hésitent pas à convoquer les 1166 ZADI, p.335, 1981.

. Ibid, , p.285

, Les Quatrains du dégoût servent justement de transition entre ces deux courants poétiques : les oralistes et les néo-oralites, par l'utilisation de l'ironie comme forme nouvelle d'expression. Si Zadi est resté très critique à l'égard du Zouglou 1172 et du rap, force est de constater que dans sa dernière oeuvre, il semble jeter un pont entre lui et les néo-oralistes dans un humour cinglant, Quant à la satire, elle n'a pas non plus été oubliée dans ce contexte des bouleversements dynamiques

, Ne prophétisait-il pas sur le devenir de la poésie ivoirienne ? Le poète ivoirien n'entrevoyaitil pas ainsi la voie nouvelle qu'emprunterait la poésie de demain ?

. Iv/-les, . Poétiques, and . Le-slam,-n'ont-rien-d'inouï, Dès le début de ce siècle, des auteurs comme Beckett et Ionesco ont utilisé, par exemple, un langage totalement désorganisé pour traduire l'absurdité de la vie. La dérive du monde s'est confirmée par les deux guerres mondiales où des milliers de personnes ont perdu la vie, deux guerres qui ont montré la déshumanisation paroxystique des sociétés. Les poètes, témoins de cette horreur, ne pouvaient traduire leur dégoût que par un langage particulier. C'est dans ce contexte que ce langage désorganisé et sans aucune logique apparaît en revêtant une forme « didigaesque » 1174 . Et les écrivains ont nommé ce courant « le courant de l'absurde » en raison de l'absurdité de la vie, une vie vidée de son essence et de son sens, Les formes poétiques nouvelles que sont les écrits d'Ebony inspirés du dadaïsme

. Annexe, , p.27

, DÉRIVE, p.401, 2011.

, La notion « didigaesque » provient du terme didiga

, le structuralisme, lui, soutient que seul le groupe est le moteur de l'action historique et, dès lors, toute tentative de compréhension de l'oeuvre, en dehors du groupe, est vouée à l'échec. L'oeuvre acquiert son importance lorsqu'elle entretient un rapport significatif avec le groupe. Et Marcien Towa d'ajouter : c'est donc par la confrontation, la mise en parallèle de la structure

, Le global serait (la nation, classes sociales ?..) de l'oeuvre d'art, la structure globale de l'oeuvre, des thèmes particuliers. Le but est de voir s'il existe entre la structure interne de l'oeuvre et les autres structures globales des rapports d'homologie ou d'autres relations significatives. C'est seulement en intégrant l'oeuvre littéraire dans son milieu social et historique qu'on peut la rendre intelligible, parce que les problèmes soulevés ont leur origine principale dans la société

, Comme nous avons choisi de fonder notre positionnement sur des thèses inclusives, nous avons pu constater que la poésie des maîtres de l'oralité a suscité des polémiques pour lesquelles nous voudrions apporter notre éclairage

, de cette poésie orale a révélé son enracinement dans le terroir et une prédominance des faits de l'oralité. L'ancrage culturel de celle-ci a donné naissance à un courant de pensée qui soutient, pour cette raison, que, les textes oraux relèvent d'une spécificité littéraire africaine 1182 . Bien des poéticiens africains ont fini par considérer les éléments de l'oralité comme une spécificité africaine

, TOWA, p.9, 1983.

, Le terme spécifique est trop « hard », surtout quand il s'agit de l'histoire des peuples. Ce que l'on considère comme spécifique peut se retrouver sous d'autres cieux avec une nomination différente. Nous pensons qu'à l'heure actuelle, La spécificité que réclament les poéticiens africains suscite des interrogations au vu des brassages culturels qu'il est donné de voir dans notre monde aujourd'hui

L. Travaux-de-michel, . Hausser, J. De, . Dérive, and . De-kobenan-kouadio-martin-etc,

, ont montré les limites d'un tel angle d'attaque, en démontrant que le rythme est universel

I. Africaine, Bâtir une poétique africaine, comme l'appelait Bernard Zadi Zaourou 1185 de tous ses voeux consisterait à adopter une démarche essentiellement culturelle de l'objet africain considéré. Or, les critiques qui prétendent que la poétique africaine existe 1186

, En outre, la poétique africaine qu'ils prétendent défendre obstinément arrive si tardivement dans leur démarche qu'un problème de méthodologie se pose. Nous convenons avec Aboubakar Ouattara pour soutenir qu'il serait plus fécond de parler de la culture africaine dans l'activité poétique, puisqu'au fond, la poétique africaine et la poétique générale ne s'excluent pas, au contraire, elles s'interpénètrent

, En outre, il serait plus approprié aux défenseurs de la poétique africaine d'élaborer et de parachever une théorie de la culture africaine. Or, nous ne retrouvons aucun élément qui relève d'un tel système dans le domaine de la culture africaine ni chez Zadi Zaourou, ni chez Atsain N'cho 1187 . Il nous parait donc anachronique, voire infondé d'évoquer la poétique africaine sur la culture africaine sans bâtir une théorie de la culture africaine

, IV-1/ Positionnement essentialiste et positionnement existentialiste : fondement d'un débat entre anciens et modernes

, La polémique débattue entre les défenseurs de la poétique africaine et les détracteurs de l'existence de cette poétique rappelle deux courants dans l'histoire de la pensée occidentale. Le positionnement essentialiste -représenté par des philosophes comme Platon, Saint Augustin ? consiste à affirmer le primat de l'essence sur l'existence. Les essentialistes refusent toute dynamique interne aux êtres au seul motif que l

L. Recherches-de-martin-kouadio and N. , Adiaffi et Ebony Noël que le rythme est universel

B. Zadi, Zaourou soutient dans sa thèse d'état la mise en place d'une poétique africaine, qui permettrait aux Africains de relever la spécificité de leurs textes et la forme qui les accompagnent

, ATSAIN, p.30, 2010.

, Ces deux chercheurs ivoiriens ont produit des travaux soutenant la mise sur pied d'une poétique africaine pour le premier et la défense de la poétique africaine pour le second. Malesherbes note de son côté : Un bon poète n'est pas plus utile à la société qu'un bon joueur de quilles

, Du point de vue étiologique, le rapport entre la poésie et la société est pertinent et il semble que la poésie est par essence révolutionnaire. Tous les poètes le disent et le soutiennent, y compris les grands critiques. En l'affirmant, ils infèrent que la poésie subvertit, travestit la langue. Elle n'existerait pas si elle-même n'imposait pas à la langue un constant bouleversement et une constante mutation. Le réel qu'expriment les mots, La problématique soulevée reste avant tout liée à l'utilité ou non d'un genre littéraire taxé d'emblée d'inutile. Parmi le chapelet des griefs qu'on lui fait

, Quand on prend l'axe du sens, le mot n'est pas rivé à une réalité, il désigne telle chose, il exprime ceci, cela?.l'axe du sens est comme habité par une pesanteur. Le procès poétique, p.31, 2015.

, PLATON, pp.1216-1223, 1999.

Z. Séminaire-de-stylistique-animé-par-le-professeur, Et maintenant Koussa, fais tes adieux à la ville C'est le temps du « grand départ, 1197.

. Mais, . De-ce, and . Qu,

. La-lutte-de-tchicaya,

, Chez Zadi, aussi, la position qu'il concède à la poésie reste claire

, Toute la poésie de Dadié respire l'anti-colonialisme. Césaire dans Le Cahier fustige l'esclavage. Que ce soit la colonisation, l'esclavage, les dictatures, ces maux sont contraires à

D. Henry-pageaux-soutient-dans-le-séminaire and D. , Ain chams que les littéraires 1198 ne bénéficient pas du même privilège que les disciplines scientifiques, juridiques. Pour cette raison, il renchérit encore en affirmant : il me semble que nous devrions, nous littéraires, nous efforcer de présenter un front uni, p.1199

, Il faut inclure les oeuvres dans le grand dialogue entre les hommes, engagé depuis des lustres et dont chacun d'entre nous, aussi minuscule soit-il, participe encore. C'est dans cette communication inépuisable, victorieuse des lieux et des temps que s'affirme la portée universelle de la littérature, écrivait Paul Benichou. À nous de transmettre aux nouvelles générations cet héritage fragile, ces paroles qui aident à mieux vivre avec nous-même et avec l'altérité 1200

, ZADI, p.129, 2008.

, PAGEAUX, p.14, 1999.

, TODOROV, p.90, 2007.

. Eno and L. Bélinga, , 1975.

. Zadi-zaourou-bernard, . Fer-de-lance, P. Paris, and . Oswald, , 1975.

B. Zadi-zaourou, les quatrains du dégoût, Abidjan, néi-ceda, 2008.

D. U. Ii/-littérature-de-côte-d'ivoire, . Continent, L. A. De, . Diaspora, and . Ii, 1/ Poésie ivoirienne AKIN Louis, 1983.

. Dadie-bernard-binlin, Afrique Debout, 1950.

. Dadie-bernard-binlin, La Ronde des jours, 1956.

. Dadie-bernard-binlin, Hommes de tous les continents, 1965.

C. Miezan-bognini-joseph, P. , and P. Africaine, NOKAN Zégoua, La voix grave d'Ophimoï, 1960.

P. Nokan-zégoua-gbessi-;-paris and . Oswald, Cris rouges, précédé de La Traversée de la nuit dense, 1972.

, / Quelques productions poétiques issues du continent africain et de la diaspora noire CÉSAIRE Aimé, Moi laminaire, 1982.

L. Césaire-aimé, P. Paris, and . Africaine, CÉSAIRE Aimé, Le cahier d'un retour au pays natal, 1956.

. Damas-léon-gontan, Black-Label, 1956.

. Damas-léon-gontan, , 1937.

. Depestre-rené, , 2006.

D. Diop, Coups de pilon, 1956.

T. Niane-djibril, Soundjata ou l'épopée Mandingue, 1973.

L. Sedar-senghor, TITINGA Pacéré, Ça tire sous le sahel, 1976.

;. Titinga-pacéré and . Oswald, TITINGA Pacéré, Refrains sous le sahel, 1976.

I. Ivoirienne, C. , N. Et, and . Contemporaines,

P. Kouadio-n'guettia-martin, . Paris, . Harmatan, and . Jean, , 2012.

«. Zadi-zaourou-bernard and . Qu, est-ce que le Didiga ?, pp.143-147, 1986.

B. Zadi-zaourou, Notes brèves sur l'art et le beau »in revue de l'Institut de littérature et d'esthétique négro-africaines, n°1, 1977.

, / Sur la littérature négro-africaine et sa critique ADOTEVI Stanislas Spero K, Négritude et négrologues, Unions Générale d'Éditions, 1972.

. Blachere-jean-claude, Négritudes. Les écrivains d'Afrique noire et la langue française, 1993.

. Bauer-martine and . Paul, , 1983.

. Baumgardt-ursula, J. Dérive, L. Africaine, and . Oralité, , 2013.

. Cauvin-jean, Comprendre la parole traditionnelle, CHEVRIER Jacques, Littérature nègre, 1980.

J. Chevrier, Littérature d'Afrique noire de langue française, 1999.

J. Chevrier, Anthologie africaine d'expression française, vol.II : la poésie, 1988.

A. Combe-dominique and . Césaire, Cahier d'un retour au pays natal, 1993.

. Conde-maryse, Cahier d'un retour au pays natal : Césaire, n°63, 1978.

A. Confiant-raphaël and . Césaire, , 1991.

D. Delas, Poèmes de Léopold Sédar Senghor, 1989.

D. Hamidou, Poètes d'Afrique et des Antilles d'expression française : de la naissance à nos jours, 2002.

. Eno and . Samuel-martin, GNAOULE Oupoh Bruno, La littérature ivoirienne, Comprendre la littérature orale africaine, 1978.

. Gourdeau-jean-pierre, La littérature négro-africaine d'expression française, 1966.

. Kesteloot-lilyan, Les Écrivains noirs de langue française : naissance d'une littérature, 1977.

. Kesteloot-lilyan, Anthologie négro-africaine, Verviers, Marabout université, 1978.

. Kesteloot-lilyan, Histoire de la littérature négro-africaine, 2001.

. Kouadio-n'guettia-martin, , 2010.

. Makouta-m'boukou-jean-pierre, Les Grands traits de la poésie négro-africaine : histoire, Poétiques, significations, 1985.

. Mateso-locha, La Littérature africaine et sa critique, 1986.

. Mveng-engelbert and . Benjamin, Théologie, libération et cultures africaines, 1996.

N. Georges, Aimé Césaire, un homme à la recherche d'une patrie, 1975.

L. Rombaut-marc and . Poésie, négro-africaine d'expression française, 1976.

L. Sedar-senghor, Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française, 1948.

L. Sedar-senghor, , 1984.

. Sedar-senghor-léopold, B. Roger, . Sourcier, and . Sorcier-de-la-négritude,

. L'autre, H. Ailleurs, R. Bastide, . Paris, and . Berger-levrault, TOWA Marcien, Poésie de la négritude, 1976.

B. Zadi-zaourou, Césaire entre deux cultures : problèmes théoriques de la littérature négro-africaine d'aujourd'hui, 1978.

. Aquien-michel and . Jean-paul, Le Renouvellement des formes poétiques au XX e siècle, 1997.

. Bergez-daniel, Introduction aux critiques pour l'analyse littéraire, Paris, Dunod, 1999. BESSIERE Jean, La littérature et sa rhétorique, 1999.

. Bessière-jean, Quel statut pour la littérature ? Paris, PUF, 2001.

. Bessière-jean, Principes de la théorie littéraire, 2005.

. Bouby and L. Jacques, essai sur la poésie visuelle, Boutures, vol.1, pp.44-55, 2001.

. Bourdieu-pierre, Les Règles de l'art : genèses et structure du champ littéraire, 1992.

. Bourdieu-pierre, La domination masculine, 1998.

. Breton-andré, Manifestes du Surréalisme, (coll. Folio essais), Paris, Gallimard, 1979. BRIOLET Daniel, Lire la poésie française du XX e siècle, 1995.

. Cailler-bernadette, Propositions poétiques : une lecture de l'oeuvre d'Aimé Césaire, 1976.

L. Canadis-serge and . Poète, Surface et intériorité, vol.12, 1998.

. Casajus-dominique and H. Retour-sur-le-dossier, dans Paroles nomades, 2005.

. Chalumeau-jean-luc, Les Théories de l'art : philosophie, critique et histoire de l'art de Platon à nos jours, 1994.

C. Chelebourg and L. Littéraire, Des archétypes à la poétique du sujet, 2000.

«. Chenier-alev-marion and . Dans-le-théâtre-contemporain,

V. Guyotat, J. Novarina, D. Fosse, . Danis, K. Sarah et al., Éditions universitaires européennes, vol.576, 2010.

. Christin-anne-marie, COLLOMB Michel, Voix et création au XX e siècle, 1997.

. Durozoi-gérard, L. Bernard, and . Surréalisme, , 1972.

. Fabre-serris-jacqueline, Élégie et épopée dans la poésie Ovidienne (Héroïdes et Amours) Simone Viarre, Université Charles-de-Gaulle (UL3), vol.3, 1999.

L. Fontaine-david and . Poétique, FRONTIER Alain, La poésie, introduction à la théorie générale des formes littéraires, vol.1, 1992.

L. Hodrmentová, Les réseaux d'isotopies dans le petit prince, Masarykova univerzita, 2010.

. Hubat-blanc-anne-marie, Poésie et poétiques, Amiens, Centre Régional de Documentation Pédagogique de l'Académie d'Amiens, 1998.

L. Iliffe-john and . Africains, Histoire d'un continent, (coll. Champs histoire), Flammarion, (édition revue et augmentée), 2009.

M. Jousse, Le style oral rythmique et mnémotechnique chez les verbo-moteurs, 1981.

D. Leuwers, Introduction à la poésie moderne et contemporaine, 1990.

;. Lombez-christine, «. Magdelaine-andrianjafitrimo-valérie, and . Madagascar, Courants et méthode, Paris, éd. Du Temps, 1999.

L. Maingueneau-dominique and . 'énonciation-française, , 1994.

H. Meschonnic, Célébration de la poésie, 2001.

. Meschonnic-henri, . Hugo, . Paris, . Maisonneuve, and . Larose, , 2002.

G. Molino-jean and . Joëlle, Introduction à l'analyse de la poésie I, vers et figures, 1982.

H. Morier, Dictionnaire de poétique et rhétorique, Paris, 4 e éd, 1989.

L. Pageaux-daniel-henry and . De, Ain Chams, une introduction à la littérature générale et comparée, 2008.

P. Daniel-henry, Sobhi Habchi ou la poésie comme exercice spirituel, 2012.

G. Politzer, Éditions sociales, 1961. RABAU Sophie, L'intertextualité, 2002.

. Raymond-marcel, P. De-baudelaire-au-surréalisme, and J. Corti, , 1972.

P. Ricoeur, Du texte à l'action. Essai d'herméneutique poétique, RIFFATERRE Michael, Sémiotique de la poésie, 1982.

. Rivoire-christian, Les moyens poétiques d'une reconquête du narratif dans l'oeuvre de saint John Perse, 1995.

G. Tertulian-nicolas and . Lukács, Étape de sa pensée esthétique, traduit par Bloch Fernand

. Todorov-tzvetan, TODOROV Tzvetan, La littérature en péril, éd. Café Voltaire Flammarion, 2001.

C. Tournade, Les critiques de notre temps et Apollinaire, 1971.

L. Verdier, Introduction à la poésie moderne et contemporaine, 2001.

. Jakobson, Un épisode de l'histoire de la culture européenne, Gadet Françoise et Sériot Patrick (éd.), dans Cahiers de l'Institut de Linguistique et des Sciences du Langage (l'ILSL) / Cahiers Roman Jakobson, n°9, pp.1915-1939, 1997.

. Iv/-thèses, . Dictionnaires, E. Bibles, and . Et-revues,

L. Araujo-ana, BAKAYOKO Adja Bintou, Les africanismes dans la littérature d'Afrique noire francophone. D'un concept colonial à une esthétique littéraire, 2007.

. Roy-nathalie, De l'ironie romantique au roman contemporain : l'esthétique réflexive comme philosophie dans la trilogie Soifs de Marie-Claire Blais, thèse de doctorat en sémiologie, 2007.

. Huillery-Élise, Histoire coloniale, développement et inégalités dans l'ancienne Afrique occidentale française, thèse de doctorat en analyse et politique économiques, 2008.

. Lavigne-sophie, De la négritude à la migritude : une analyse sociologique de la littérature de l'Afrique francophone, thèse de doctorat en sociologie, 2011.

. Monginou-léonie, La violence envers la femme et la violence exercée par la femme, à travers les sources mésopotamiennes, hittites, bibliques, grecques et juives, thèse de doctorat, 2015.

. Monnet-agnès, Chants et chansons en pays Akyè, valeur expressive, valeur didactique, 1985.

N. Hélène, Nouvelles tendances de la poésie écrite en Afrique noire francophone de, 1970.

B. Zadi-zaourou, , 1981.

, IV.2/ Dictionnaires

L. Larousse-de-la-langue-française and . Larousse, Dictionnaire historique de la Suisse, p.1732, 1977.

. Dictionnaire-d'hébreu-et-d'araméen-bibliques, . Reymond-(ph, L. Paris, and . Cerf, Hebrew and English Lexicon of the Old Testament, GESENIUS, p.1907, 2004.

P. Brunel, Dictionnaire des mythes littéraires, 1998.

, Dictionnaire Latin français GAFFIOT, nouvelle édition revue et augmentée sous la direction de Flobert Pierre, 2001.

. Dictionnaire-grec-français-du-nouveau-testament and S. V. Biblio, IV.3 Bibles Biblia hebraica stuttgartensia, Kahle (P.) éd. Stuttgart, Württembergische Bibelantstalt, 1997.

, Le Code noir et autres textes de lois sur l'esclavage, éd. Sépia, 2006.

«. Doay-soublin-françoise and . Rhéthorique, , vol.5138, 1981.

, SEPHIA-Afrique-Caraïbe-Océan indien, revue culturelle et pédagogique francophone n°15, 1994.

. Delafosse-maurice, Les Noirs d'Afrique, 1922.

, Histoire générale de l'Afrique. L'Afrique au XIX e siècle jusque vers les années 1880, 1996.

L. Diop-anta-cheikh, Afrique noire pré-coloniale, 1987.

. Frobenius-leo, . Paris, and G. Nrf, e édition), dans la traduction française, 1936.

P. Frobenuis-léo and . Gallimard, 3 e édition dans la traduction, J. Gibelin Vrin, 1936.

/. Sur-la-philosophie-connell-raewyn and R. , Masculinité enjeux de l'hégémonie, 2014.

L. Hegel, P. , and J. Vrin, , pp.75-79, 1963.

. Herodote.-l'enquête, V. Livres-i-À, and . Barguet-(a, , 1985.

. Vi/-approche, . Linguistique, P. Stylistique, and S. Et-formaliste,

. Benveniste-Émile, Problèmes de linguistique générale 1, 1966.

. Benveniste-Émile, Problèmes de linguistique générale 2, 1974.

. Bruffard-moret-brigitte, Introduction à la stylistique, 2004.

. Delas-daniel, L. Jacques, and L. Paris, DÉPRETTO Catherine, Le formalisme en Russie, éd. Institut d'études slaves, DESSONS Gérard, 1973.

. Dessons-gérard, Approche des théories de la littérature, 2000.

. Dessons-gérard, Introduction à la poétique, Approche des théories de la littérature, 2001.

J. Dubois, , 1970.

J. Dubois, , 1977.

J. Dürrenmatt, Stylistique de la poésie, 2005.

. Jakobson-roman, Essais de linguistique générale 1. Les fondations du langage

. Minuit, , 1991.

. Jakobson-roman, Huit questions de poétique, 1977.

M. Jean, Poétique des textes, 2014.

. Moeschler, . Jacques, and A. Antoine, Introduction à la linguistique contemporaine, 2009.

, La linguistique de Bernard Pottier, Bilan, critiques, perspectives, Rennes, éd. Presses Universitaires de Rennes, OUATTARA Aboubacar (direction), 1996.

. Ravoux-rallo-Élisabeth, Méthodes de critiques littéraires, 1993.

. Saussure-ferdinand-de, Cours de linguistique générale, 1969.

H. Scepi, Théorie et poétique de la prose, 2012.

. Schaeffer-jean-marie, Qu'est-ce qu'un genre littéraire ? Paris, éd. Seuil (Poétique), 1989. TADIE Jean-Yves, 1987.

. Vii/-article, . Et, and . Vii, 1/ Sur la néo-oralité

A. Aboa-abia and . Laurent, Le nouchi a t-il un avenir ? », dans la Revue électronique internationale de sciences du langage, p.16, 2011.

, Consulté le 06 janvier 2015 sur le site

A. Aboa-abia and . Laurent, Langue française et identité culturelle ivoirienne », dans Éthiopiques n°93, pp.2-2014

. Abomo-maurin-marie-rose, «. Jean-pierre-bi-essam, U. Tchicaya, and . Tam, Si le poète de la souffrance, dans Notre Librairie n°137, 1999.

M. Ahua-blaise, Élaborer un code graphique pour le nouchi : une initiative précoce ? », dans Le français en Afrique, n°22, pp.183-198, 2007.

, Consulté le 5 janvier 2015 sur, p.3

M. Ahua-blaise, Mots, phrases et syntaxes du nouchi », dans Le français en Afrique, n°23, pp.135-150, 2008.

, Le lexique illustré du nouchi ivoirien : quelle méthodologie ? », dans Le français en Afrique, vol.24, pp.99-117, 2009.

, Consulté le 05 janvier, 2015.

A. Jean-baptiste, Les verbes du nouchi (parler argotique ivoirien) : pour une analyse morphosyntaxique, pp.1-16

. «-«-migritude,

. Chenetier-marc and . Écriture-engagée, dans Pensée et écritures engagées aux États-Unis, Revue française d'Études Américaines, vol.29, pp.215-228, 1986.

. Derive-jean and . Marie-jo, Les insultes : approches sémantiques et pragmatiques, sous la direction de Dominique Lagorgette et Pierre Larrivée, Processus de création et valeur d'emploi des insultes en français populaire de, vol.144, pp.13-34, 2004.

. Dérive-jean, « Place et rôle de l'oralité dans la critique littéraire africaniste », Communication donnée au colloque « La critique littéraire africaine existe-t-elle ?, 2007.

, Représentation des actes de parole et frontières de la littérarité dans les sociétés africaines de cultures orales » in Littératures orales africaines

. Konate-yacouba, Génération Zouglou », dans Cahier d'études africaines, vol.168, pp.777-798, 2002.

N. Kouadio-kobenan, . Martin, N. Le-rap-en-côte-d-;-kouadio-kobenan, and . Martin, Ivoire : la désarticulation du code français et les significations d'une poésie urbaine chantée, Essai d'analyses stylistique et poétique d'une poésie urbaine chantée de Côte d'Ivoire : texte, contexte et significations » dans En-Quête, vol.22, pp.41-55, 2009.

. Simard-yves, ». Le-français-de-côte-d'ivoire, and . Dans-langue-française, Procédés morphologiques de néologue dans un corpus de chansons zouglou en français », dans Linx, n°33, vol.104, pp.71-78, 1994.

, / Sur l'histoire et sur la littérature africaine ACHODE Codjo, « The negro renaissance from america back to africa : a study of the harlem

. Alexandre-pierre, . Un, and . De-zwè-nguéma, chant épique fang recueilli par H. Pepper réédité par P. et P. De Wolf », dans L'Homme, t. 14, n°1, pp.88-89, 1974.

A. Mpala-lutebele-maurice, Bilan et tendances de la littérature négro-africaine », Presses universitaires de Lubumbashi / Université Marc Bloch / Communauté française de Belgique, Littérature africaine francophone du XX e siècle Une dynamique de décolonisation bradée, pp.42-65, 1960.

. Ancet-jacques, . La, ». Le-passage, . Dans-le-nouveau, and . Recueil, , vol.35, pp.115-129, 1995.

. Anyinefa-koffi and . Scandales, dans Cahiers d'Études africaines, vol.191, pp.1-21, 2008.

, Consulté le 16 mars, 2015.

. Chalendar-pierrette and . Gérard, « le vécu nègre une lecture de « Pigment » de Léon Gontran Damas, Ethiopiques, n° 30, Revue socialiste de culture négro-africaine

. Dérive-jean, oralité un mode de civilisation, dans Littératures orales africaines

. Diop-ibrahima and . Léopold, Sedar Senghor ou de l'influence allemande en Afrique noire francophone : l'exemple de Goethe, dans Ethiopiques, n°92, pp.1-20, 2014.

. Dérive-jean and . Multiculturalisme, Colloque ALA Multiculturalism and cultural hybridity, pp.25-39, 1998.

, GOES Jan, « Littératures francophones d'Afrique noire, pp.12-24, 2004.

. Graziano-benelli, écriture des libertés », dans Césaire ou l'athanor d'un alchimiste. Actes du Colloque sur l'oeuvre littéraire d'Aimé Césaire, 1987.

. Hytier-jean, Autour d'une analogie valéryenne, Cahiers de l'Association internationale des études françaises, n°17, pp.171-189, 1965.

, Consulté le 27 novembre, 2016.

. Hourantier-marie-josé, . La-parole-poétique-du-didiga-de-zadi, and . Zaourou, , 1987.

«. Imorou-abdoulaye and . Oralité, Acta Fabula, vol.10, pp.1-5, 2009.

, IMOROU Abdoulaye « La littérature-monde dans l'évolution des French studies. Vers des Transnational French studies ? », notes de lecture, 2012.

, VII.3/ Sur les changements sociaux, sur la critique littéraire et la poétique

. Arena-richard and . Nathalie, La théorie évolutionniste du changement économique de Nelson et Winter une analyse économique rétrospective », dans la Revue économique, vol.54, pp.329-354, 2003.

. Baroni-rahaël, Généricité ou stéréotypie ? », dans Cahier de narratologie, n°17, éd. EHESS, p.1

,. Barreau-hervé and . Jacob, Avec la collaboration de Pierre Caussat et Robert Nadeau, dans Revue Philosophique de Louvain. Quatrième série, t. 72, n°14, pp.357-359, 1974.

. Coquery-vidrovitch-catherine and . De,

&. Hommes and . Libertés, , vol.153, pp.45-47

. Basto-maria-benedita, Une poétique africaine est-elle nécessaire ? », n°181, éd. EHESS, pp.179-198, 2006.

J. Berbanabe, , 1993.

. Blouin-katherine, Les boucs s'y mêlent aux femmes" : bestialité sacrée et risque fluvial dans le nome mendésien au cours de l'Antiquité

. Blum-françoise, indépendance sera révolutionnaire ou ne sera pas. Étudiants africains en France contre l'ordre colonial », n°126, pp.1-16, 2015.

. Boni-tanella and . Le-poète-n, est pas appelé à être militant propagandiste », Entretien avec Tahar Bekri, pp.1-3, 2004.

H. Bonnard, Verbe et temps », dans L'Information Grammaticale, vol.38, pp.3-6, 1988.

. Boni-tanella, « Femmes en négritude : Paulette Nardal et Suzanne Césaire », n°83, éd. Collège international de philosophie, pp.62-76, 2014.

. Breton-andré, ». Grand-poète-noir, and C. Dans, , pp.77-87, 1947.

. Brou-diallo-clémentine, Influence des variétés de français présentes en côte d'ivoire sur la norme académique du français en vigueur chez les enseignants des lycées et collèges d'Abidjan », dans Revue Analyses, vol.12, pp.17-41, 2008.

B. Boutin-akissi, Le flamboyant et l'exilé : l'horizon persien de Léopold Sédar Senghor », dans Colloque international Postérités de Saint John-Perse, pp.4-6, 2000.

, Aimé Césaire ou l'athanor d'un alchimiste, Actes du premier colloque international sur l'oeuvre littéraire d'Aimé Césaire, Paris, éd. Caribéennes et A. C. C. T, 1987.

C. Vincent and . Lukács, , pp.1-17

, La particularité de Lukács », dans HAL/Archives ouvertes, 2012.

, Consulté le 05 mars 2014 sur le site

P. Et-gérard and C. ,

. Charpentier-florence and . Meschonnic, Pour la poétique, dans Revue belge de philologie et d'histoire, vol.51, pp.667-671, 1973.

J. Chevallier, Politiques publiques et changement social », dans Revue française d'administration publique, vol.115, pp.383-390, 2005.

R. Connell-raewyn, M. James, and W. Hegemonic, Masculinity: Rethinking the Concept », in Sociologists for women society, Consulté le 10 mai 2015 sur le site, pp.829-858, 2005.

. Coquet-michèle, . Abiodun, . Rowland, . Drewal, and J. Henry, The Yoruba Artist. New Theoretical Perspectives on African Arts », dans Cahiers d'Études africaines, vol.36, pp.287-289, 1996.

. Cros-edmond, ». La-sociocritique, and É. L'harmattan, , pp.7-14

C. Dépretto, Quelques traits spécifiques du symbolisme russe », dans Cahiers du monde russe, n°45, pp.579-590, 2004.

. Dérive-jean and . Daniel, Pour lire la poésie d'expression française », dans Le Français Aujourd'hui, vol.366, pp.61-76, 1981.

. Dérive-jean and . Oralité, , p.369

, Bayreuth African Studies, Série, vol.3, pp.5-36, 1985.

. Dérive-jean and . De-l'héroïque-au-lyrique, Poésie africaine, Notre Librairie, n°137, pp.12-25, 1999.

. Djiman-kasimi and . La, , vol.25, pp.27-39, 2010.

. Dmitrieva-ekaterina and . Heinrich, Wölfflin en Russie De la découverte de l'Italie et de l'art baroque russe à la conception de la méthode formaliste et structuraliste dans la critique littéraire, Cahiers du monde russe, éd. EHESS, vol.51, pp.507-520, 2010.

C. Duchet, « Pour une socio-critique ouvariations sur un incipit, pp.1-13

, Consulté le 05 mai 2014 sur le site

. Durand-gilbert, Univers du symbole » dans la Revue des Sciences Religieuses, tome 49, fascicule 1-2, 1975. Le symbole, pp.7-23

D. Carine, Introduction à la sémantique interprétative, pp.1-34

. Sur-le-site, Introduction aux méthodologies de l'imaginaire, Paris, ellipses / édition marketing sa, Consultéle17 mars, 1998.

. Ebony-noël, écris contre le chaos » interview réalisé par Boubacar Boris Diop pour la revue Waraango, n°10, article cité par Frédéric Grah Mel dans, Noël Ebony, pp.385-387

C. Ehora-effoh, La coexistence concurrentielle de l'oralité et de la scripturalité : pour une poétique de l'hybride dans le roman africain », dans la Revue baobab, n°12, pp.207-217, 2013.

M. Fernandez-fraile, . Eugénia, and J. Suso-lopez, Aux origines de la francophonie. La notion de civilisation », Documents pour l'histoire du français langue étrangère ou seconde, pp.77-100, 2008.

. Fouchard-jean and (. C. James, Toussaint Louverture et la Révolution de Saint-Domingue, Les Jacobins noirs, pp.235-236, 1984.

, Consulté le 18 mars 2015 sur le site

. Gerval-arouff-jeanne and J. Edouard, Grand prix de la francophonie », dans l'Express et retranscrit sur le site, 2014.

. Girard-rené and . Le,

. Glayman-dominique, « Sociologie et changement social, pp.2011-2012

, Consulté le 25 juin, 2015.

P. Jespers, « Parler aux morts, parler aux ancêtres (Minyanka, Mali) », dans Système de pensée en Afrique noire, n°11, pp.1-19, 1991.

». Jourde-pierre, . Dans-de-l'irreprésentable-en-littérature, L. Paris, and . 'harmattan, , pp.147-176, 2001.

. Kane-mohamadou, Afrique subsaharienne francophone, dans Études littéraires, vol.24, pp.9-28, 1991.

. Keba, ». Jacques, and C. Dans, La littérature africaine et sa critique » dans Études Littéraires, vol.24, pp.124-126, 1960.

A. Kerbache, Les isotopies sémantiques et leur fonctionnement dans un épitexte éditorial en quatrième de couverture », dans Synergie Algérie, vol.11, pp.127-137, 2010.

S. Kindo-aïssata, Senghor : de la négritude à la francophonie, dans Éthiopiques, n°69, pp.1-15, 2002.

. Labelle-micheline, Étude sur les définitions opérationnelles relatives aux racismes et aux problèmes connexes », Université, 2006.

. Lafage-suzanne, Le français des rues, une variété avancée du français abidjanais », dans Faits de langue, Les langues d'Afrique subsaharienne

. Petetin-véronique and . Slam, , pp.797-808

. Lafage-suzanne, argot des jeunes ivoiriens, marque d'appropriation du français ? », dans Langue française, n°90, Parlures argotiques, sous la direction de Denise François-Geiger et Jean-Pierre Goudaillier, Consulté le janvier 2015 sur, pp.95-105, 1991.

. Lajri-nadra and . Senghor, , pp.143-153, 1989.

R. Langui-konan,

. Lantz-pierre, . La, ». Henry-lefebvre, and . Dans-l'homme, , vol.104, pp.111-120, 1992.

. Laplantine-françois, « Penser anthropologiquement la religion, pp.1-16, 2003.

. Lapointe-jean and . Guy, Notes sur un paradigme fonctionnel pour l'étude du changement social », dans la Revue française de sociologie, vol.15, pp.379-392, 1974.

. Lavigne-sophie, ». La-migritude-:-une-errance-identitaire-et-littéraire, and É. Dans, , pp.1-6, 2007.

. Laye-barnabé, ». Que, and A. Dans, , vol.24, 2000.

. Ledoux-sébastien and ». Le-devoir-de-mémoire, fabrique du postcolonial ? Retour sur la genèse de la « loi Taubira », dans Cahiers d'histoire, Revue d'histoire critique, n°118, pp.1-12, 2012.

. Mabanckou-alain, « Indépendance tchacha », dans Libération, 2008.

M. Fréderic, Problématique définitionnelle et esthétique de la littérature africaine francophone de l'immigration », dans CAUCE, Revista international de filologia y su didactica, n°29, pp.273-293, 2005.

. Mariko-ntji-idriss and . Amadou, Amadou Hampâté Bâ homme de science et sagesse. Mélanges pour le centième anniversaire de sa naissance, Nouvelles éditions maliennes / Karthala, 2005.

J. N. Marque and «. A. Mahiou, L'avènement du parti unique en Afrique noire. L'expérience des États d'expression française, dans Revue internationale de droit comparé, vol.21, p.449, 1969.

. Mathieu-colas, Dictionnaire des noms de divinités », dans Hal-archives ouvertes.fr, pp.1-102, 2013.

. Matucci-mario and . De, Baudelaire à Rimbaud : le chemin de la voyance, dans Cahiers de l'Association internationale des études francaises, vol.36, pp.239-251, 1984.

, Consulté le 5 mars 2015 sur le site

. Meschonnic-henri and . La, , 1998.

, Consulté le 15 mai 2015 sur le site

H. Meschonnic, « Problèmes de la poésie française contemporaine », conférence prononcée le 29 mars 2002 à l'école normale supérieure rue d'Ulm sur l'invitation de la revue Parages

. Mendras-henri and . Michel, Le changement social, tendances et paradigmes », dans Revue française de sociologie, vol.26, pp.726-720, 1985.

. Mongo-mboussa-«, La littérature des Africains de France, de la post-colonie à l'immigration », dans H & M, n°1239, p.67, 2002.

W. G. Moniot-henri and «. Randles,

S. Économies and C. , , pp.334-335, 1977.

M. Janine, André Malraux ministre : une nouvelle vision de la France, une idée certaine de la culture, pp.19-33

. Mouralis-bernard and J. Chevrier, Le lecteur d'Afriques » dans Cahiers d'Études africaines, vol.185, pp.178-180, 2007.

, Consulté le 13 mars 2015 sur le site

. Mwatha, «. Ngalasso, and . Écrire-en-langue-seconde, Le discours des écrivains africains francophones », dans Cahiers de l'association internationales des études françaises, n°59, Consulté le 13 mars 2015 sur le site, pp.109-126, 2007.

N. Kouadio, Le français : langue coloniale ou langue ivoirienne ? », dans La découverte /Hérodote, n°126, pp.69-85, 2007.

N. Kouadio and . Le-français-en-côte-d, Ivoire : de l'imposition à l'appropriation décomplexée d'une langue exogène. », dans Documents pour l'histoire du français langue étrangère ou seconde, n°40/41, pp.1-12, 2008.

. Ndaywel-É-nziem-isidore, Aux origines de l'éveil politique au Congo belge : une lecture du manifeste conscience africaine (1956) cinquante ans après », Présence africaine, vol.173, pp.127-144, 2006.

N. Koffi, Littérature et « champ symbolique » essai pour une théorie de l'écriture actuelle en Afrique francophone, thèse de doctorat des universités de Cergy-Pontoise et d'AbidjanCocody, 2005.

, Consulté le 26 mai 2015 sur le site

. Odo-layé-«, Éloge de la vie-fleuve Perspectives africaines sur le patrimoine culturel », dans Communication inaugurale / keynote address par, Délégué permanent du Benin auprès de l'UNESCO

, Consulté le 02 mai 2015 sur le site

C. Ondo-angèle, Mvette ekang : formes et sens L'épique dévoile le sens », dans Études africaines, éd. L'harmattan, pp.7-19, 2014.

D. Peschanski, Aragon, « réaliste socialiste ». Les usages d'une étiquette littéraire des années Trente aux années Soixante », dans Sociétés & Représentations, n°15, pp.229-246, 2003.

P. Pascal, « Les grands courants de la pensée russe contemporaine, Cahiers du monde russe et soviétique, vol.3, pp.5-89, 1962.

. Pinhas-luc, Aux origines du discours francophone, pp.69-82

S. Pollicino, « La notion de rythme entre poésie et musique », n°4, Synergies Espagne, pp.35-41, 2010.

, La sociocritique. Définition, histoire, concepts, voies d'avenir », dans Anthropologies de la littérature, pp.1-36, 2011.

. Pourchasse-pierrick, Consulté le 25 mars 2014 sur le site, Entre poétique et politique Aimé Césaire et la négritude, dans Sociétés contemporaines, n°44, éd. Presses de Sciences Po, vol.5, pp.1-26, 2001.

, Les parlers mixtes en Afrique francophone subsaharienne, pp.277-291, 2007.

. Rastier-françois, ». La-sémantique-des-textes, and H. Dans, Consulté le 15 mars, L'isotopie sémantique, du mot au texte », dans L'information grammaticale, vol.16, pp.33-36, 1985.

«. Rastier-françois and . L'immanentisme-en-sémantique, Consulté le 03 mars 2015 sur le site, dans Cahiers de linguistique française 15, pp.1-23, 1994.

. Ricard-alain, « Karin Barber I could speak until tomorrow, Oriki, women and the past in a yoruba

. Ricard-alain, Comptes rendus. Afrique. », dans Annales. Histoire, Sciences sociales, 64 e année, pp.923-976, 2009.

». Ricard-alain, . Dans-afrique, . Histoire, and . Verdier, , vol.2, pp.171-192, 2004.

. Rombaut-marc and . Poésie, Nouvelle poésie négro-africaine : la parole noire, Janvierjuin, vol.1, 1976.

. Sartre-jean-paul and . Orphée-noir, , pp.13-14, 1948.

L. Sedar-senghor, Comme les lamantins vont boire à la source », dans Poèmes, pp.153-166, 1974.

. Sedar-senghor-léopold, ». La-négritude-métisse, P. Dans-poèmes-d'edouard-maunick, and . Africaine, , pp.299-326, 2001.

«. Sedar-senghor-léopold and . Qu, est-ce que la négritude », dans Conférence à l'université de Montréal, pp.90-101, 1966.

. Simon-oikawa-marianne, Une poétique du blanc, vol.11, 2010.

, Consulté le 5 mars, 2014.

. Tabard-rené, Un défi à la formation théologique, Religions et cultures traditionelles africaines, vol.84, pp.191-205, 2010.

. Testart-alain, . Doit-on-parler, and . De, TODOROV Tzevetan, « La mémoire devant l'histoire », n°25, éd. De la maison des sciences de l'homme, La poésie sans le vers », dans Les Genres du discours, pp.101-112, 1978.

T. Bi and T. Emmanuel, La prophétie de Joal de Samuel Eno Bélinga : de la réécriture d'un mythe africain à la réinvention du continent », dans Revue le Didiga, n°7, 2012.

. Tremoulinas-alexis, ». Introduction, L. Dans-sociologie-des-changements-sociaux, and . Découverte, Consulté le 25 juin sur le site, Procédés morphologiques de néologie dans un corpus de chansons zouglou en français, vol.33, pp.71-78, 1995.

«. Tuqoui-jean-pierre and . En, l'armée française réprimait violemment l'insurrection malgache », 29 mars, 1947.

,. Vidal-daniel and . Bourdeau, Les trois états. Science, théologique et métaphysique chez Auguste Comte, dans Archives des sciences sociales des religions, vol.138, pp.avril-juin, 2007.

. Wénin-andré, ». Méfiez-vous-des-faux-prophètes, S. E. Dans, and . Études, , vol.400, pp.351-360, 2004.

. Wirth-laurent, . Histoire, and . Mémoire, dans Bulletin de liaison des professeurs d'histoiregéographie de l'Académie de Reims, vol.26, pp.1-5, 2002.

C. Wondji, Résistances africaines noires à la colonisation, pp.30-34

N. Yala-kisukidi, Souleymane Bachir et Nadia Yala Kisukidi « Senghor et la question qui se pose toujours », dans Théorèmes, n°4, 2013.

B. Zadi-zaourou, Langue et critique littéraire en Afrique noire », dans Césaire entre Deux cultures, pp.26-28, 1960.

, La négritude : approche diachronique et glottopolitique », dans Glottopol, 2004.

M. Wilmet, Le temps linguistique » dans L'Information Grammaticale, vol.38, pp.6-10, 1988.

. Touratier-christian, Récit et temps verbaux » dans L'Information Grammaticale, vol.41, pp.3-5, 1989.

A. Francis, « Racines des crises socio-politiques en Côte d'Ivoire et sens de l'histoire, pp.25-61, 2004.

. Cottereau-gilles and . Côte, Ivoire: l'impossible alternance pacifique » dans Annuaire français de droit international, vol.57, pp.23-55, 2011.

. Viii/-vidéothèque,

, Amadou Hampâté Bâ Vidéo écoutée le 15 décembre, 2014.

N. Vidéo-de-tidiane, Diaye intitulée « Le Génocide Voilé ou La Traite Négrière Arabo-Musulmane

, À propos des préjugés racistes relatifs au Noir : article consulté le, vol.18, 2015.

, « Facteurs et acteurs du changement social. Quelques courants de la sociologie

, de la post-colonie à l'immigration », n°1239, pp.67-74, 2002.

.. V. Histoire-générale-de-l'afrique.-l'afrique and O. B. , , 1999.

. «-côte-d'ivoire, reperes-historiques « Dispositions diverses communes à différentes collectivités d'Outre

». «-pour-la-glottopolitique and G. Dans, Consulté le 14 mars, La lettre ouverte de Joëlle Ursull à François Hollande du 31 janvier 2015 sur le site : Consulté le 04 avril 2015 sur le site, p.1, 2003.

, tendant à la reconnaissance de la traite et de l'esclavage en tant que crime contre l'humanité

. Article and . Laurent-gbagbo, , pp.3-75

. Article, ». Dieu, and G. Le, Groupe de recherche sur les médiations littéraires et les institutions), « La Sociocritique : enjeux théorique et idéologique. La problématique du champ littéraire africain », sous la direction de Samake Adama, pp.5-16, 2013.

, « Chapitre 6. Approches fonctionnelles et culturelles, pp.121-149

, Voir l'« Appel à contributions : la critique africaine existe-t-elle ?, Consulté le 15 mars 2014 sur le site

, Revue de Géohistoire intitulée « L'Afrique au temps des colonies De la conquête française aux indépendances 1850-1960 », n°24, p.2016