Z. Pancol and . Pirzad,

. Ne-disait-rien, ne montrait pas grand-chose mais il était suffisant que j'entre dans la pièce où elle se trouvait pour que son visage s'éclaire, que son front se déplisse, que tous ses soucis disparaissent. Elle ne me tendait pas les bras, elle ne m'embrassait pas, mais elle me jetait un tel regard d'amour que je le recevais en

, Malgré cette distance que l'on peut qualifier de physique

-. Mah, Monir ne redevenait mère que lorsqu'il s'agissait de torturer la conscience de sa fille

, Toute petite, quand elle avait commencé à parler, Arezou s'était un jour écriée ''Maman !

, Mais Mah-Monir l'avait reprise : ''Non, pas « Maman », tu dois dire : « Monir djan »623, p.624

. De-même, Henriette préfère qu'on l'appelle par son prénom

, Même si elle veut pas qu'on l'appelle comme ça ! Tout le monde appelait Henriette par son prénom, elle refusait qu'on la nomme ''Mamie'' ou ''Grand-mère

. De-rien and . Moi, On ne m'écoutait pas, on ne me disait pas que j'étais jolie, intelligente, drôle. Ça ne se faisait pas, à l'époque. _Mais on le disait à Iris? _Iris était tellement plus belle que moi. Je me suis vite effacée derrière elle. Maman la citait toujours en exemple. Je sentais bien qu'elle était fière d'elle et pas de moi? _Et ça dure encore, n'est-ce pas ? _On n'a pas suivi le même chemin. Mais c'est vrai qu'elle est plus? _Mais aujourd'hui, Jo ? l'interrompit Philippe. Aujourd'hui? _Mes filles me donnent un sens

, Quand je suis en train d'écrire, parce que quand je me relis? non ! Je pourrais tout jeter ! yeux ou des cils d'Iris. Elle l'exhibait, la faisait tourner, rectifiait un pli de robe, une mèche de cheveux. Elle l'admirait comme si Joséphine n'existait pas. En revenant aux souvenirs d'enfance, Joséphine se rappelle que qu'un jour, Écrire me donne un début d'existence

, Quand on était petites et qu'on nous prenait en photo, maman insistait toujours pour qu'on voie bien Iris. Les yeux d'Iris

, S'il y avait un mot qui semblait avoir été fabriqué spécialement pour Hortense, c'était bien celui de ''distance

, Zoé levait un visage éperdu de confiance et d'amour vers sa mère qui ne résista pas et la serra contre elle en disant : ''Mais oui, mais oui, chérie douce, ma toute belle, mon bébé, p.632

A. Zoe, Elle est tres proche de sa maman et a encore besoin de beaucoup d'affection et de tendresse. Ayant vécu durement le sentiment d'être ignorée par sa mère, Joséphine protège Zoé, qui de plus semble moins belle que sa grande soeur. Elle s'efforce de lui rendre confiance en elle : _Je peux faire le bébé ?

, Ce n'est plus du tout un bébé ! C'est une belle jeune fille avec de beaux cheveux, Une belle jeune fille dont, bientôt, tous les garçons vont être fous d'amour. Tous les garçons du monde entier vont venir poser leur échelle sur la tour du château où habite Zoé Cortès pour recevoir un baiser

, A ces mots, Zoé éclata en sanglots

, est pas vrai, tu mens, je suis pas une belle jeune fille et y a pas un garçon qui veut poser son échelle sur moi !

J. Ah-!-nous-y-voilà, Le premier chagrin d'amour. J'avais dix ans, moi aussi. Je me tartinais les cils de gelée de groseille pour les faire pousser. C'est

, Joséphine veut éviter qu'Hortense et Zoé vivent ses mauvaises expériences d'enfance

. Ibid, Ce sont des préférait l'effacer de sa vie, et au lieu de la secourir, la repoussait constamment plus loin. C'est d'ailleurs ce qui est un jour arrivé au sens propre, en mer. De même, Iris ne se sent nullement responsable de son fils unique, Alexandre. Alexandre était dans sa chambre, p.239

, Quand ils se voyaient, tous les deux, et qu'il parlait de ce qu'il avait fait à l'école, elle faisait semblant d'écouter. Elle hochait la tête, sans rien dire, pour ponctuer les phrases de son fils d'un semblant d'attention

, On dirait que, pour Iris, avoir un enfant, c'est un peu comme compléter sa panoplie d'accessoires, finaliser sa féminité

, Elle avait glissé ses achats sous son manteau pour les protéger. [?] son téléphone sonna et elle décrocha. _Oui, Alexandre chéri, qu'est-ce qu'il y a ?

, Il attendait devant l'école depuis une heure qu'elle vienne le chercher 'enfant qu'il ne vaut rien, qu'il est mauvais, qu'il sent mauvais, qu'il est laid, ridicule, petit, bon à rien et repoussant, etc. 636 Dans Les Yeux jaunes des crocodiles, les agressions verbales d'Henriette vis-à-vis de Joséphine relèvent de ce type d'attitude : « ''Comment ai-je pu mettre au monde une fille pareille ?

Y. Haesevoets, Traumatismes de l'enfance et de l'adolescence : un autre regard sur la souffrance psychologique, op. cit., p. 16. d'aujourd'hui. Trop désarmée, ma pauvre enfant ! 640

E. Or and . Fait, Joséphine dans ses études et son travail était très brillante

. Quand-elle-Était-revenue-de-france, elle avait habité un certain temps chez ses parents avant de leur annoncer qu'elle allait chercher un appartement pour elle et sa fille. Mah-Monir en avait fait tout un plat : ''Tu veux faire vivre ma petite-fille dans un minuscule appartement ?'' [?] Arezou avait alors prétexté que la maison était loin de l'agence, à quoi Mah-Monir avait répondu en colère : ''Mais qui t'a demandé de travailler ?

, Même si Mah-Monir parle toujours de son boulot avec mépris, Arezou parvient, grâce à ce

. Arezou and . De-son-enfance, compare le comportement qu'a eu sa mère avec elle et plus tard celui qu'elle a adopté avec sa petite-fille. Evidemment, Arezou n'est pas jalouse de sa propre fille, mais l'attitude complètement contraire que montre sa mère pour Ayeh

, On s'y fera 265, Adat, vol.218

Y. Haesevoets, A la saison, la jeune Arezou se retrouvait sous l'arbre, cueillait les mûres et les mangeait, ce qui faisait rire son père. [?] quand elle ressortait de dessous l'arbre, Mah-Monir criait : ''Ne t'approche pas ! Une tache de mûre et je peux dire adieu à ma robe ! Nosrat ! Va lui laver les mains et la figure.'' Son père embrassait en riant ses mains et son visage écarlates, Traumatismes de l'enfance et de l'adolescence : un autre regard sur la souffrance psychologique, p.14

!. Dieu and . Qu,

, Ayeh avait collé son visage rieur sur l'épaule de sa grand-mère, maculant de taches de confiture sa robe blanche. Mah-Monir l'avait embrassée

, Elle ne pouvait pas nous sauver toutes les deux, peut-être, mais elle a choisi Iris. Elle l'a calée sous son bras, l'a remorquée jusqu'à la plage, me laissant seule, buvant des bols et des bols d'eau salée, me cognant aux vagues, rebondissant comme un galet. Quand j'ai compris qu'elle m'avait abandonnée, j'ai essayé de nager jusqu'à elle, de l'agripper, elle m'a rejetée. D'un coup d'épaule. Je ne sais plus comment j'ai fait pour reprendre pied, pour me poser sur le rivage

, Je sais que j'ai failli me noyer

, Je suis morte, ce jour-là. Je suis devenue une morte qui porte le masque d'une vivante. J'agis, sans jamais établir de lien entre ce que je fais et moi, Ce jour-là, elle m'a barrée de sa vie

, Dès lors, le succès de son roman, la réussite de sa thèse, ses brillantes études universitaires

, dans notre étude plus précisément la mère, ne montrent aucune affection à l'égard de leur enfant et ne lui accordent ni attention, ni soutien, l'ambiance émotionnelle reste froide. L'enfant, privé de toute nourriture affective et émotionnelle, dépérit et son développement reste bloqué. Nous pouvons même dire que ce rejet, D'après Traumatismes de l'enfance et de l'adolescence, vol.648

, que Luca comme les autres ne l'entende pas, car ses paroles sont celles d'une morte, disparue depuis longtemps. « Je n'ai aucun droit, rien ne m'appartient puisque je n'existe pas, vol.649

Y. Haesevoets, Traumatismes de l'enfance et de l'adolescence : un autre regard sur la souffrance psychologique, p.24

, Je n'ai besoin ni de ses conseils, ni de son argent, ni de l'amour qu'elle croit donner et qui n'est en fait qu'abus d'autorité. Tu crois qu'elle m'aime, ma chère mère ? Tu le crois vraiment ? Moi, je ne le crois pas, je pense qu'elle a fait son devoir en nous élevant mais qu'elle ne nous aime pas. Elle n'aime qu'elle et l'argent. Toi, elle te respecte parce que tu as fait un beau mariage, qu'elle parade en parlant de son gendre merveilleux, de ton grand appartement, de tes amis, de ton train de vie mais moi? elle me méprise, Des tortues, p. 84. d'éviter sa mère. _Donc vous n'êtes pas près de vous revoir? _Je vis très bien sans elle

, Si Joséphine met en question l'amour de sa mère

, « _Tu permets que je pose une question stupide ? [?] Est-ce que ta mère t'aimait ?, p.651

, Trois générations de femmes : grand-mère, mère et petite-fille

, est-ce qu'elle a dit ? _Que ça l'étonnait pas. Que c'était déjà un miracle que tu te sois trouvé un mari, alors que tu le gardes tenait du super-miracle. _Elle a dit ça ! _Mot pour mot? et elle a pas tort. Tu t'y es prise comme un manche avec Papa ! Parce que, claire, nous avons choisi de citer ci-après un passage des Yeux jaunes des crocodiles : _Et qu

. Mah-monir-préfère and . Qu, Ayeh vive avec son père irresponsable en France plutôt qu'avec Arezou en Iran

L. De-sa-petite-fille, &. Le-''pauvre-hamid, and . Lui, Puis elle avait lancé à sa fille, sur un ton furieux : ''Pourquoi ne te montres-tu pas plus raisonnable ?'' Le regard perdu vers les montagnes, Arezou songeait : ''Mettons qu'Ayeh soit une enfant qui ne comprenne rien à rien

, Zoya Pirzad suggère souvent cet éloignement entre Mah-Monir et Arezou en montrant la complicité qui existe entre Mah-Monir et Ayeh sans jamais la décoder explicitement. Par exemple, en transmettant l'effet bien différent que produit le comportement de Mah-Monir chez Arezou et chez sa fille

«. Elle, Arezou détestait déjà quand elle était toute petite et qui faisait dire à Ayeh : ''Bonne-Maman est dans son trip de séduction

L. Princesse and . Ma-grand-mère, Quand je dis ma grand-mère, n'allez pas croire qu'elle soit vieille. En fait, c'est une femme super : grande, svelte, incroyablement belle. Quelquefois, dans nos soirées familiales, elle se met à danser avec nous sur un rythme d'enfer. Mais attention, ne vous figurez pas que je sois d'une famille aristo, hein ! Evidemment

, Adat 19, On s'y fera 24

, On s'y fera 165. elle vous dira que sa grand-mère était la femme d'un roi Qajar. Ma mère, elle vous dira que la grand-mère de ma grand-mère était l'une des trois ou quatre cents concubines d'un des trois ou quatre cents princes de la huitième branche, une sorte de sous-Qajar, avec pour fonction principale de pondre comme une lapine. Mais quoi qu'il en soit, Adat, vol.135

, De même dès la première apparition d'Henriette dans le récit

, Elle se leva et alla se poster près de la fenêtre, le plus loin possible de sa mère et de sa soeur

, Madame, mère a beau essayer de se hisser au niveau de sa fille aînée, elle sera toujours une parvenue. Son chignon est trop serré, son rouge à lèvres trop épais, son sac à main trop verni et pourquoi ne le pose-t-elle pas, p.656

L. , Elle avait tout orchestré au détail près : les fleurs blanches en grandes gerbes jetées sur le cercueil, une marche funèbre de Mozart, le choix des textes lus par chaque membre de la famille. Henriette Plissonnier avait recopié le voile noir de Jackie Kennedy et demandé aux fillettes de baiser le cercueil avant qu

E. Joséphine and . Aussi,

, Lorsque mon grand-père est mort [?] ma grand-mère n'a pensé qu'aux détails de la cérémonie funèbre qui, selon elle, devait nous faire honneur. Les bougies devaient être absolument

. Ibid, faire sentir qu'il avait encore du courage ! Toi, tu le ratatinais avec ta douceur. Pas étonnant qu'il soit allé voir Mylène. Avec elle, il se sentait un homme tout d'un coup. Je t'ai détestée, Maman, p.30

, Les auteurs de La Fille de son père 682 , posent en axiome que la fin du père, c'est la fin de l'enfance. Pour la plupart des filles, ce qui disparaît avec lui, c'est la certitude d'être aimée en toutes circonstances avec cette tendresse unique venant d'un être du sexe opposé. Selon Zoé, Mylène, en entrant dans la vie

, _Tu fais l'amour avec Mylène ? [?] Si tu fais l'amour avec elle, tu vas avoir plein de petits bébés et moi, je veux pas

, _Je ne veux pas d'autres enfants qu'Hortense et toi. _Tu me le promets ? _Je te le promets? Vous êtes mes deux amours de filles et vous remplissez tout mon coeur

, Bien que son père soit physiquement absent, Zoé, elle, ne se sent pas abandonnée

, Alors j'ai pensé que ce serait bien qu'il soit avec nous, ce soir, parce que Noël sans papa, ce n'est pas Noël. Personne peut remplacer un papa. Personne. Alors je voudrais qu'on lève tous un verre à sa santé, _Il croyait qu'il pourrait être là pour Noël

, Dans On s'y fera, Ayeh est au courant que le mariage de ses parents était arrangé et sans

V. Moraldi and M. Gaubert, La Fille de son père, p.250

. Ibid, en les relativisant et l'appelant affectueusement ''Pauvre Papounet, p.172

U. , Je lui ai dit : ''Bon ! Maman aussi devait se lever tôt pour aller à l'université. Mais en plus, elle devait me conduire à l'école''. Papa m'a regardée comme si j'avais dit la chose la plus incongrue, avec mille précautions pour ne pas le froisser (pauvre Papounet, il est si sensible!)

, Jusqu'ici, en dehors de Papa, aucun homme ne s'était inquiété pour moi. Alors, je ne suis qu'une sotte ? » 691 -époux, Sohrab lui offre un amour sécurisant. De plus, il fait devant elle l'éloge de son père, ce qui ôte à Arezou toute appréhension quant à la réussite de leur mariage, Comment faisait-il pour nous contenter toutes deux ?'' » 690 de Sohrab Zardjou : « -C'était Sohrab

, Elle repoussa le couvre-lit, s'assit sur le lit et dit tout haut : ''J'ai pris la bonne décision !, p.692

. Qu'est-ce-que, Même s'ils se mariaient, que pourrait-il faire ? Si ce n'est l'écouter, lui prendre les mains, la regarder dans les yeux et lui dire : ''Tu as raison !'' N'était-ce pas justement cela qui était important ? Jusque-là, à part son père, qui lui avait parlé ? Qui lui avait donné raison ? Sohrab lui disait encore bien d'autres choses. Des choses que les hommes n, p.693

, Or son père tenait les mêmes propos à sa mère : « Arezou se souvint de cette phrase de son père : ''Ma femme, maquillée ou non, peut dire à la lune de disparaître !, p.694

. En, adultère des femmes, et plus précisément des femmes iraniennes, est souvent restreint. Les romancières en parlent parfois, elles abordent ce sujet avec une discrétion prononcée

F. Dans-la and . Hui, aborder les sujets relatifs à la sexualité et aux relations amoureuses conjugales ou non, ne pose pas de problème. Cela n'était pourtant pas le cas un l'écrivain

&. Aujourd and . Hui, Katherine Pancol aborde sans souci le sujet de la sexualité de ses personnages

, En même temps, elle n'oublie pas de rappeler les contraintes qui pesaient autrefois sur la sexualité de la femme, à travers le roman médiéval de Joséphine

, Dans la haute société, la seule valeur de la femme est sa virginité, qu'elle apporte le jour de son des sujets tabous en Iran, des autres tentent à les aborder d'une façon dissimulée. Par exemple, à cause de la censure, les détails d'une relation intime n'ont pas de place dans le roman iranien

, Je ne change jamais le récit que j'écris. Je préfère qu'il ne soit pas publié. ». Elle affirme encore que jusqu'à aujourd'hui, elle a publié tout ce qu'elle voulait. « Mon prochain roman pourrait déclencher des oppositions et des censures. Et si c'était le cas, tant pis ! J'attendrais et je ne le publierais pas ». Nous lui avons aussi demandé si elle avait jamais été obligée de changer le déroulement du récit C'est moi qui éteins les lumières, à cause de son propos problématique : « En ce qui concerne ce roman, jamais, Zoya Pirzad déclare ne pas tant s'inquiéter pour la censure : « Cette question n'a jamais changé ma manière d'écrire. J'écris pour moi-même et même au moment d'écrire, je ne pense jamais au fait que mon oeuvre est publiable ou pas

L. Fouladvind, Le futur mari la considère comme un ventre à féconder. Des garçons. Il ne doit pas montrer son amour. Comme l'enseigne la loi de l'Église : celui qui aime sa femme avec trop d'ardeur est considéré comme coupable d'adultère. C'est pour cette raison que de nombreuses femmes, Les Mots et les enjeux. Le défi des romancières iraniennes, p.43

, Au XXIe siècle, en France, pays libéral et laïc, nous constatons que des gens accordent encore de l'importance à ce sujet

, Elle lui plaît dès la première rencontre mais à cause de la virginité de cette fille, il décide de la quitter : Un jour, elle lui confessa qu'elle était vierge et qu'elle ne se donnerait qu'à son mari. Elle faisait partie d'un mouvement No sex before marriage. Nous sommes nombreux à pratiquer la chasteté

, Il convint que cela allait poser un problème

, Outré, il décida de ne plus jamais la revoir

E. Mari, Il est important de vous rappeler vos voeux du mariage et en particulier votre obligation de lui obéir. S'il estime qu'il a besoin de dormir immédiatement, qu'il en soit ainsi. En toute chose, soyez guidée par ses désirs et ne faites en aucune façon pression sur lui pour provoquer ou stimuler une relation intime

S. I. Votre and M. Suggere-l'accouplement,

, Acceptez alors avec humilité tout en gardant à l'esprit que le plaisir d'un homme est plus important que celui d'une femme. Lorsqu'il atteint l'orgasme, un petit gémissement de votre part l'encouragera et sera tout à fait suffisant pour indiquer toute forme de plaisir que vous ayez pu avoir

, Si l'on en croit ce manuel catholique, la sexualité des femmes doit être passée au second plan

. Pour-hélène-romano, docteur en psychopathologie à Créteil et auteur d'Ecole, sexe et vidéo, l'éducation sexuelle a toute sa place à l'école mais

. Asr-ha and . Yek-zendegi, Les Après-midi, « Une vie, p.57

, html La place de l'éducation familiale et la façon dont les parents ont ''porté'' psychiquement leur enfant sont essentielles, en particulier ce qu'ils ont pu lui transmettre de l'estime de lui-même, de la confiance en lui et dans les autres, de la transmission des interdits fondamentaux et de la façon de communiquer ses émotions. Les parents (ou leurs substituts) ont donc une fonction fondamentale pour l'enfant et sont ses ressources primaires principales, Sandrine Chesnel, « Education sexuelle : qu'apprend-on vraiment à l'école ?

, Ses lèvres se mirent à tressauter et elle passa sa langue sur ses dents pour en calmer le tremblement. _Est-ce que tu sais, au moins, ce que ça veut dire ? _Ça veut dire que c'est des filles qu'on peut baiser ! Il me l'a dit? _Parce qu'il t'a expliqué, en plus ? _Oui, il m'a dit qu'il fallait pas que j'en fasse toute une histoire parce qu'un jour, moi aussi, Jo faillit laisser tomber Zoé de ses genoux. C'était la première fois qu'une de ses filles était associée à un vagin

, Joséphine choquée par les paroles de sa benjamine, essaie de l'écouter en gardant son sang

H. Romano, . Ecole, and D. Paris, , p.11, 2014.

C. _d'abord, Tu vas lui dire que ce n'est pas délicat de classer les filles comme ça, qu'entre un homme et une femme on ne parle pas de vagin mais de désir? _C'est quoi, le désir, maman ? _C'est quand on est amoureux de quelqu'un, qu'on a très envie de l'embrasser mais qu'on attend, on attend et toute cette attente? c'est le désir. C'est quand on ne l'a pas encore embrassé, qu'on en rêve en s'endormant, c'est quand on imagine, qu'on tremble en l'imaginant et c'est si bon, Zoé, tout ce temps-là où on se dit que peut-être, commença Joséphine en se demandant comment il fallait répondre à cet affront, un garçon ne classe pas les filles selon la qualité de leur vagin

, _Maman, c'est quand que je baise ?

, Une voix d'homme, un début de barbe, des cheveux noirs mi-longs hirsutes. Il se rase, passe ses heures dans la salle de bains, refuse de sortir quand il a un bouton, se ruine en crèmes et en lotions. Sa voix a mué. Ce doit être troublant de sentir qu'un homme pousse dans son corps d'enfant. Je me rappelle quand mes seins ont poussé, je les ai bandés, et mes premières règles, je croyais qu'en serrant les jambes? _Tu es amoureux ? Tu penses à une fille ? _J'ai tellement envie, M'man? ça me prend là ! Il porta la main à la gorge, Gary? Tu as seize ans ! Ce n'est pas urgent ! _Pour moi, si. Elle regarda son fils

C. _Écoute,

. Ibid, _C'est obligé d'être amoureux ? _Ça vaut mieux ! Ce n'est pas un acte banal? Et puis, la première fois, c'est important. Il ne faut pas le faire avec n'importe qui, n'importe comment. Tu t'en souviendras toute ta vie de ta première Gary, à l'âge de dix-huit ans, établit sa première relation sexuelle, il n'hésite donc pas à le confier à sa mère : Ils avaient passé un été magnifique, p.241

, La première fois, avait dit Shirley, ce n'est jamais terrible mais après, tu vas voir, ça va devenir de mieux en mieux ! _C'était pas si mal ! Depuis le temps que j'en mourais d'envie ! Tu sais, c'est drôle mais j'ai l'impression que je suis à égalité avec mon père maintenant, Gary passait toutes ses soirées avec Emma, une jeune fille qui travaillait dans la journée au pub du village, p.714

, Dans nos oeuvres françaises, nous sentons une ouverture d'esprit et une possibilité de dialogue

, Joséphine lui [Shirley] raconta ''la liste des vagins exploitables

, est formidable, elle te fait confiance. She trusts you ! Félicite-toi d'être une mère aimée au lieu de gémir sur les moeurs actuelles. C'est comme ça aujourd'hui et c'est comme ça partout. Dans tous les milieux, dans tous les quartiers? Donc, prends ton mal en patience et fais exactement ce que tu fais : de la présence douce, On a de la chance : on travaille à la maison. On est là pour écouter les moindres bobos et

, la dépression, les relations amoureuses, la toxicomanie, l'alcoolisme, etc. Dans la citation qui suit, Joséphine accepte le besoin de sexualité de sa fille adolescente comme un élément 713 Ibid, p.369

. Ibid, factuel, et au lieu de s'énerver de cette déclaration précoce d'une fille de quinze ans, elle pense à empêcher les conséquences non désirées qui pourraient survenir, p.245

, Zoé, tout le temps. C'est important, Tu as tout le temps

, Il y eut un long silence. _Le jour où tu décideras que c'est pour de bon, que tu es vraiment folle d'amour et qu'il est vraiment fou d'amour

. Zoé, après avoir établi sa première relation sexuelle, en parle sincèrement avec sa mère. Si Joséphine n'était initialement pas d'accord avec l'idée de cette relation précoce, elle réagit d'une façon très sage et calme surtout pour protéger l

. _j'ai-couché-avec-gaétan,

E. , la peur et puis le désir? _C'était naturel? J'ai pas eu l'impression de faire quelque chose de mal?

, _Tu crois que les hommes quand ils t'ont eue, ils te veulent plus ? _Mais non ! Et puis Gaétan

, Une jeune fille, probablement la fille de cette femme tant elle lui ressemblait, le bouton d'Alep en moins, demanda ce que c'était cette chose qu'il fallait opérer. Sa mère la rabroua. _Ça ne te regarde pas. _Et pourquoi ça ? protesta Arezou

, La mère de l'enfant se pencha de côté sur son siège. _Bien sûr qu'elle doit savoir, sinon, elle va se retrouver comme moi en un clin d'oeil avec quatre

M. Ladier-fouladi, Population et politique en Iran : de la monarchie à la République islamique, Institut national d'études démographiques, p.355, 2003.

A. Shahi and . Erotic-republic, fait mine d'évoluer vers une situation érotique entre Arezou et Sohrab. Mais c'est avec beaucoup d'hésitation

S. Dans-cette, Arezou et Sohrab se retrouvent tout seuls au fond du magasin

S. Arezou-regarda, Un bout du col de sa veste en cuir était encore retourné. Elle se faisait l'impression d'être celle qui a longtemps cherché l'adresse d'une maison, finit par la découvrir mais se trouve incapable de frapper à la porte

C. Dans-la,

, Au restaurant de madame Sarmadi, quand elle avait raconté l'histoire de l'appartement à Sohrab, celui-ci avait regardé ses mains en hochant la tête

, Arezou observa les mains de sa mère : ''Si je ne venais pas d'allumer une cigarette, elle m'aurait sûrement pris la main, p.728

. Finalement and . Roman, Zoya Pirzad signale d'une façon plus explicite mais néanmoins indirecte, l'intimité qui s'est formée entre Arezou et Sohrab : _Tu râles tellement que j'ai avalé deux doigts de dentifrice. _Quoi ? _J'étais en train de me brosser les dents

. Arezou-Éclata-de-rire, Elle se calma et dit : _Qu'est-ce que tu préfères ? Le dentifrice ou le rouge à lèvres ?

, On s'y fera 200. pièce dont nous ne nous servions pas jusque-là, devint dès lors ''la chambre de ma mère, Adat, vol.169

C. Ma-chambre-À-moi-!-tu-comprends-?-disait-ma-mère-À-sa-soeur, 730 ce couple, mais, à travers le regard enfantin d'Edmond, elle montre qu'entre ses parents, il n'y pas de paroles et ni d'actes tendres. Sans jamais entrer dans la chambre conjugale des parents, qui est d'ailleurs un lieu interdit dans la culture iranienne, la romancière laisse entendre que la complicité du couple n'existe pas et que le désir n'est pas réciproque. _Quel saint homme ! disait ma mère avec un imperceptible sourire dès qu'elle l'apercevait. _Quel niais ! ricanait mon père. La nuit est faite pour de meilleures occupations ! En disant cela, il pinçait la joue de ma mère d'un air rigolard. Ma mère repoussait sa main comme si elle chassait un cafard

, il se fait du souci pour ses parents. À un moment, ils dormaient plus ensemble et Alexandre m'a dit qu'ils faisaient plus du tout l'amour ! _Et comment il le savait ? Elle gloussa et lança un coup d'oeil à son père qui signifiait tu me prends pour un bébé ou quoi ?

, _Et ça l'inquiétait ? _Oui parce que, après, les parents, ils divorcent

, Pâques, « Les coquillages, p.82

«. Eyd-e-pak and . Albalu, Pâques, « Griottes, p.49

, Depuis plusieurs décennies en France et depuis l'époque post-révolutionnaire en Iran, le mariage n'est plus le seul avenir offert aux jeunes filles

L. Selon and . Fouladvind, en Iran la prohibition des relations pré-maritales ou extra-maritales

, Dans On s'y fera, la relation hors mariage d'Arezou et Sohrab vient confirmer cette ouverture observable dans les grandes villes d'Iran. Ayeh

, Shirine n'ont rien contre la relation libre d'Arezou avec Sohrab Zardjou, en revanche

, « _Mais pourquoi te marier ? demanda Shirine. Où serait le problème de vivre comme ça, p.734

A. Début, Ayeh aussi poussait sa

, Babak est constamment en voyage ou invité à dîner avec son père et sa nouvelle amie. C'est pareil avec le petit ami de sa mère. Il m'a même dit qu'ils avaient décidé de sortir un soir tous ensemble

, Babak m'a dit qu'ils avaient décidé, le petit ami de sa mère et ses deux filles, sa mère, son père et sa petite amie [?] Tous les sept, ils ont décidé d'aller dîner ensemble, p.735

L. Fouladvind, Les Mots et les enjeux. Le défi des romancières iraniennes, p.167

, Adat 241, On s'y fera 281

, Adat 166-167, On s'y fera 198

. Il,

. Il, Cligna des yeux en regardant le ciel. Est-ce le même ciel gris qui va jusqu'à Paris ? Elle [Joséphine] doit dormir, à cette heure-ci. Est-ce qu'elle a reçu mon camélia blanc ? Est-ce qu'elle l'a mis sur son balcon, p.737

P. and T. Lui, Katherine Pancol ce qui concerne les personnages féminins, en revanche, elles sont la plupart du temps amoureuses avant d'établir une relation sexuelle. Par exemple, Joséphine, en croisant Luca à la bibliothèque, n'arrête pas de penser à lui et c'est après quelques mois qu'ils nouent une relation plus intime. Le comportement des plus jeunes est présenté comme bien différent. Selon Shirley, « _Aujourd'hui, vol.738

L. ,

«. Moi, Joséphine Plissonnier, veuve Cortès, j'ai un amant, Ses oreilles rougirent

, Les hommes comme Ali, de la nouvelle « Les Taches », trompent leurs femmes et, devant leurs récriminations, disent simplement que c'est monde : en Inde, en Angleterre, en France. Clarisse regardant les photos demande la couleur des yeux de son ancien amant. Madame Simonian avoue alors que le père d'Emile est son ancien amant : « Ils étaient verts, Il en va de même dans nos oeuvres iraniennes

». Dans-la-nouvelle-«-l'harmonica and S. , jeune épouse et mère d'un petit garçon, fréquente 737 Ibid, p.114

. Cheragh-ha, , vol.185

, Cheragh-ha 230, C'est moi 277. secrètement monsieur Inanlou, un client de son époux

«. Hassan, Il n'avait pas envie de parler à monsieur Kamali. Ni du départ en Amérique, ni des parts de la société, ni du fait qu'il avait vu plusieurs fois apprécie beaucoup monsieur Inanlou. En sa présence, elle ignore son mari, son fils et les autres. Cela dit, hormis la citation ci-dessus

, Sont-ils plutôt favorables ou contre ? Comment réagissent-ils devant une telle relation ? Certains comme Ayeh y sont favorables tant qu'elle n'a pas aboutit à un mariage

, De plus, ils peuvent même se permettre d'entrer dans les détails de leur relation avec leurs amants : _Quand tu dors avec Mylène, tu dors tout habillé ? [?] Tu fais l'amour avec Mylène ? Il bredouilla : _Enfin, Zoé, ça ne te regarde pas ! _Si ! Si tu fais l'amour avec elle, tu vas avoir plein de petits bébés et moi, je veux pas, Quant aux personnages français, en apparence ils s'y adaptent mieux

, Sous un autre angle, Zoya Pirzad partage les mêmes inquiétudes pour Ayeh : _Et lui, il est déjà marié

. Qu, Hortense s'écria : ''Voilà un homme pour toi, Maman !'' _Il est marié et père de trois enfants ! _Et alors ? Tu peux t'envoyer en l'air sans que sa femme le sache, non ?

«. Khormalu and . Saz-dahani, Le Goût âpre des kakis, « L'harmonica, p.171

, On s'y fera 150. de conscience ?, Adat, vol.126, p.745

, Hortense n'est pas embarrassée par la morale ou par les convenances. Pour elle, l'essentiel c'est que sa maman profite de la vie en étant accompagnée par un homme riche. Gary, en revanche, semble tout ouvert et d'esprit moderne dans l'abstrait

, Si Zoya Pirzad ne s'attarde guère sur les relations intimes entre les personnages

K. Parallèlement, Pancol évoque les problèmes que rencontrent les homosexuels. parfois douloureuse d'un homosexuel : « C'était terrible pour moi de me dire que j'aimais un homme, alors aimer un homme ''différent'', comme on disait à l'époque, cela m'aurait précipité dans un abîme

. Hollywood, Il a même eu deux garçons mais il confie n'avoir rien éprouvé pour eux : _Et vos enfants? Vous n'éprouvez rien pour eux ?

, _J'ai été étonné d'avoir pu les engendrer, c'est sûr. Mais, à part ce sentiment de surprise, non? Je 745 Des tortues, p.152

L. Écureuils, , pp.426-427

. Ibid, regardais le ventre de ma femme s'arrondir et cela me paraissait incongru. Je me disais, c'est moi qui ai fait ça ? Et puis, p.748

K. Parallèlement, Pancol jette un coup d'oeil sur les questions de la déviation sexuelle au collège. Zoé parle d'une camarade qui, à l'âge de quinze ans, « faisait des pipes dans les toilettes pour cinq euros, p.749

. De-même, Elle me raconte tout, je suis son confident? [?] Ma mère, je l'ai matée une fois en train de baiser, raconta Paul. C'est dingue ! Elle s'économise pas. Elle en parcourt des kilomètres ! J'ai pas tout vu parce qu'à un moment, ils se sont enfermés dans la salle de bains mais après, Zoé répercute certaines conversations avec ses camarades

, Et il lui a filé cent euros ! [?] _Et ton père, il est où quand on lui pisse dessus

, Il préfère y aller tout seul. Il dit qu'il a pas envie de sortir bobonne? Mais ils s'entendent bien. Ils se disputent jamais, ils se marrent toujours ! 750, _Mon père, il va dans les clubs à partouzes

, De même, elle montre que les jeunes d'aujourd'hui ignorent les tabous et parlent facilement de sexualité entre eux : _Un peu maladroit? Un peu ennuyeux? On dirait que tu baises avec un manuel technique dans la main, un, je touche le sein droit, deux, le sein gauche, trois, je pinçonne, je caresse, puis je? _Je crois que j'ai compris? Mais tu pourrais me dire ce qu'il faut faire ?

. _d'accord, Alors leçon numéro un, très important : le clitoris

, Katherine Pancol et Zoya Pirzad abordent également le sujet de l'abus sexuel commis sur des enfants. En général, l'abus émerge comme un vécu refoulé qui resurgit dans les périodes de crise, Ce qui est le cas pour Josiane dans Les Yeux jaunes des crocodiles. Josiane, en deuil de 748 Ibid, p.842

L. Écureuils, sa mère, se souvient d'un abus sexuel, à vrai dire un acte d, p.418

«. , Il suffit qu'on me parle doucement, qu'on me considère comme un être humain avec une âme, un cerveau, un coeur, qu'on m'accorde une place dans la société et je redeviens une enfant. Toutes mes colères, mes rancunes, mes vengeances sont balayées, je suis prête à me sacrifier pour qu'ils continuent à me parler avec respect et considération. Qu'ils me disent des mots gentils. Qu'ils me demandent mon avis

K. Pancol, par un bref regard sur la vie de Josiane, laisse entrevoir la diversité des la maison : _Te souviens-tu de ce domestique que tu avais fait venir de son village ? Elle fit quelques pas de plus

A. Harelle, invitée comme d'habitude, où l'on n'acceptait pas les enfants ? À chaque pas, le son de sa voix enflait. _Te souviens-tu que lorsque tu es revenue, tu m'as retrouvée en pleurs, enfermée à clef dans ma chambre ? Mah-Monir reculait lentement vers sa chambre, poursuivie par Arezou. _Te souviens-tu de ce que je t'ai dit : ''Je resterai dans ma chambre tant que vous n'aurez pas renvoyé le domestique'' ? Mah-Monir s'assit sur le bord de son lit, Les conséquences des violences sexuelles sur les enfants s'impriment jusque dans l'ADN, p.131

, Chaval se rapprocha, colla sa hanche contre la hanche de Josiane, donna un coup de reins, l'air de rien, pour vérifier si elle était vraiment fâchée. Puis, comme elle ne bougeait pas, comme elle ne le repoussait pas, il plongea son nez dans son cou et soupira : _Humm ! Tu sens le bon savon ! J'ai envie de t'allonger, Ils restèrent un moment silencieux, sans se regarder, buvant leur café à petites gorgées

, Elle se dégagea en poussant un soupir

, chuchota Chaval en posant sa main sur la hanche de Josiane et en la faisant pivoter contre lui

, Chaval se permet ici des attouchements, à savoir le fait de toucher ou d'exercer des gestes sexuels (baisers forcés, attouchements sur les seins, les fesses, les organes génitaux

. C'était-un-jeune-homme-maigre, Une femme qui passait se baissa pour ramasser les paquets et les donner à ma mère : ''Les vauriens ! Comme s'ils n'avaient ni soeurs ni mères !'' Debout devant une boutique

, En entendant cette histoire, mon père tourna une page de son journal en disant : ''Ça t'apprendra à porter ce genre de robe !, Elle n'arrêta pas de pleurer jusqu'à la maison

«. Eyd-e-pak and . Banafshe-haye-sefid, Pâques, « Les pensées blanches, p.110

, Dans ce passage, l'autre homme inconnu et même le mari sont partie prenante dans l'agression

. Pirzad-zoya, Mesl-e hame-ye asr-ha, 1991.

. Pirzad-zoya, Tam'e gas-e khormalu, Téhéran, Nashr-e Markaz, 1997.

. Pirzad-zoya, Yek ruz mandeh be eyd-e pak, 1998.

. Pirzad-zoya, Cheragh-ha ra man khamush mi-konam, 2001.

. Pirzad-zoya, Se ketab (mesl-e hame-ye asr-ha, tam'e gas-e khormalu, yek ruz mandeh be eyd-e pak), Téhéran, Nashr-e Markaz, 2002.

. Pirzad-zoya, Adat mi-konim, 2004.

. Pancol-katherine, Les Yeux jaunes des crocodiles, 2006.

. Pancol-katherine, La Valse lente des tortues, 2009.

. Pancol-katherine, Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi, 2011.

. Pirzad-zoya, Comme tous les Après-midi, traduit du persan par Christophe Balaÿ, 2007.

. Pirzad-zoya, On s'y fera, traduit du persan par Christophe Balaÿ, 2009.

;. Pirzad-zoya, Z. Paris, and . Zoya, Un jour avant Pâques, traduit du persan par Christophe Balaÿ, Le Goût âpre des kakis, traduit du persan par Christophe Balaÿ, 2009.

«. Bibliographie and . Achéménides, Encyclopédie de Larousse en ligne, consulté en ligne le 31 janvier, 2016.

. Adelkhah-fariba, Femmes, islamisme et féminisme en Iran », Confluences Méditerranée, vol.4, pp.163-171, 2006.

. Afshar-haleh, Women, work and ideology in the Third World, 1985.

. Ali-zahra, Féminismes islamiques, 2012.

. Ameur-souad, Ecriture féminine : images et portraits croisés de femmes, 2013.

A. Marc, Du roman populaire à la sciencefiction, 2013.

, Le statut de la femme et l'égalité des sexes dans l'Avesta, 2014.

. Arshadzadeh-mohsen, Tanha 16 darsad-e zanan-e irani mashaghel-e rasmi va edari darand », Farsnews, 16 août 2016, 2015.

. Ashkan-shahin, Je vais éteindre les lumières, vol.19, 2007.

. Aubin-françois, . Olivier, and . Clayer-nathalie, Histoire)-Le monde musulman contemporain », Universalis, consulté en ligne le 30 novembre, 2015.

M. Badran, Zanan dar dastan : ghahremanan-e zan dar dastan-haye zanan-e dastan nevis-e Iran, Téhéran, Nashr-e Morvarid, vol.562, 2002.

. Barrere-maurisson-marie-agnès, La Division familiale du travail, 1992.

. Barrere-maurisson-marie-agnes, « L'evolution des ro?les masculin et fe?inin au sein de la famille, Cahiers franc?ais, p.371, 2013.

. Barthes-roland, « L'effet de réel, pp.84-89, 1968.

. Barthes-roland, Le Degré zéro de l'écriture, 1972.

. Barthes-roland, Fragments d'un discours amoureux, 1977.

. Barthes-roland, OEuvres complètes I. Livres, textes, 1942.

, Mashregh, consulté en ligne le 6 janvier, « Bazgasht-e féminisme be arse-ye matbu'at, 2014.

Y. Beauchemin, Charles le Te?me?raire : un temps de chien, Montreál, Fides, 2006.

C. Beaufils, La place des femmes dans la société iranienne », compte-rendu de la conférence du 4 avril 2016 organisée par l'association Humans For Women à la Sorbonne, 1949.

. Beck-lois and . Guity, Women in Iran from the Rise of Islam to 1800, 2003.

. Benedict-ruth, Échantillons de civilisation, 1950.

. Bereni-laure, . Chauvin-sébastien, . Jaunait-alexandre, and A. Revillard, Introduction aux gender studies-manuel des études sur le genre, 2008.

J. Bertaud, La Littérature féminine d'aujourd'hui, 1909.

. Besson-patrick, Idées de titres pour les prochains romans de Katherine Pancol, 2010.

M. Bigey and . Olivier-séverine, « Ils aiment le roman sentimental et alors ? », consulté en ligne le 10 septembre, 2010.

. Bloss-thierry and A. Frickey, La Femme dans la société française, 1994.

S. Boisclair-isabelle and . Lori, « Les conceptions de l'identite? sexuelle, le post-modernisme et les textes litte?aires», Recherches fe?ministes, issue.2, pp.5-27, 2006.

. Bourdieu-pierre and . Jean-claude, Les He?ritiers, 1964.

P. Bourdieu, Les Règles de l'art. Genèse et structure du champ littéraire, 1992.

. Bourhis-richard and . Jacques-philippe, Stéréotypes, discrimination et relations intergroupes, 1999.

. Bourin-andré, « Aujourd'hui : roman féministe ou roman féminin ? », Cahiers de l'Association internationale des études françaises, n° 1, consulté en ligne le 28 septembre, 1994.

-. Boyer-alain and . Michel, , 1992.

-. Boyer-alain and . Michel, Les Paralittératures, 2008.

C. Bushnell, Sex and the city, 2002.

. Casper-marie-claude, P. Granet-frédérique, and . De-latour-charles-henry, Choisir un nom de famille, 2004.

». and L. Homme, , pp.201-217, 2006.

. Certeau-michel-de, L'Invention du quotidien, 1990.

. Champag-aurélie, « L'inégalité dans les tâches ménagères : rôles et constructions sociales (3/3)

. Charron-hélène, La Sociologie entre nature et culture, 2011.

. Chesnel-sandrine, « Education sexuelle : qu'apprend-on vraiment à l'école? », L'Express, consulté en ligne le 22 septembre, La Littérature comparée, 1992.

. Chick,

. Cohen-lawrence, Az modernisme ta post modernisme, traduit en persan par Abdolkarim Rashidian, 2002.

. Collin-françoise, « FÉMINISME -Les théories

. Collin-françoise, Je partirais d'un mot, 1999.

. Constans-ellen, Parlez-moi d'Amour, 1999.

. Constans-ellen, Ouvrières des lettres, 2007.

. Corneau-guy, Pères manquants fils manqués, Montréal, éditions de l'Homme, 1989.

C. Daniel, Introduction à la paralittérature, 1992.

. Cromer-s and C. Brugeilles, Analyser les repre?sentations du masculin et du fe?minin dans les manuels scolaires, 1992.

. Desanti-dominique, La Femme au temps des années folles, 1984.

. Deschamps-marc-alain, Psychosociologie de la mode, 1979.

. Deschamps-claude, L'Identité en psychologie sociale. Des processus identitaires aux représentations sociales, 2008.

. Didier-béatrice, L'Écriture-femme, 1991.

P. Dirkx, Sociologie de la littérature, 2000.

. Duby-georges, . Michelle, and . Thebaud-françoise, Histoire des femmes en Occident. Le XXe siècle, 1992.

C. Duchet, « Pour une socio-critique, ou variations sur un incipit », Littérature, n°1, pp.5-14, 1971.

C. Duchet, « Introduction : socio-criticism, vol.15, pp.2-5, 1976.

C. Duchet, , 1979.

. Dumas-marc and . Nault-françois, Pluralisme religieux et quêtes spirituelles. Incidences théologiques, 2004.

. Durkheim-emile, Les Règles de la méthode sociologique, 1996.

E. Barbara, L'Image de la femme chez les romancie?res francophones libanaises, 1975.

E. Erikson, Adolescence et crise. La quête de l'identité, 1972.

. Ferris-suzanne and . Mallory, Chick Lit : The New Woman's Fiction, 2007.

. Fielding-helen, Le Journal de Bridget Jones, 2013.

M. Fize, , 2005.

L. Fouladvind, Les Mots et les enjeux-le défi des romancières iraniennes, 2014.

(. S. Fraisse-geneviève, ). Date, and «. Féminisme-histoire-du-féminisme, Encyclopaedia Universalis

E. Gaillard, Habiter autrement : des squats féministes en France et en Allemagne-Une remise en question de l'ordre social, thèse de doctorat, sociologie, université François-Rabelais, Tours, consulté en ligne le 1 février, Genres et cate?gories du roman britannique contemporain, 1998.

. Goldmann-lucien, Pour une sociologie du roman, 1986.

;. Goueset-catherine, ». «-l'iran-en-panne-d'enfants, and . Mai, Le Siècle des féminismes, 2000.

,. Habibi-faranguis, ». «-iran-la-littérature-féminine, and C. Méditerranée, Traumatismes de l'enfance et de l'adolescence : un autre regard sur la souffrance psychologique, pp.167-171, 2008.

/. Malika, Mashregh (Orient), 23 août 2010, consulté en ligne le 16 avril, « Haft milion nafar amar-e zanan-e motalaghe va pirdokhtaran-e keshvar » (Sept millions de femmes divorcées et vieilles filles dans le pays) (2010), 1984.

C. Hanisch, Problèmes actuels : éveil de la conscience féminine. Le ''personnel'' est aussi ''politique'' », Partisans, pp.54-55, 1970.

A. Henry, « The Women's Movement in Iran: Women at the Crossroads of Sécularization and Islamization, Not My Mother's Sister: Generational Conflict and Third-Wave Feminism, vol.1, 1999.

. Hornby-nick, How to be Good, 2001.

. Hugueny-hervé, « L'amour en série », Livres Hebdo, p.632, 2006.

P. Huyse, La Perse antique, 2005.

. «-indicateurs-de-fécondité and ». France, , 2014.

, « L'inégale répartition des tâches domestiques entre les femmes et les hommes, 2016.

». «-l'iran-en-panne-d'enfants, L'express, le 13 juin 2013, consulté en ligne le 14 février, 1981.

R. Jesse-stoller, Masculin ou féminin, 1989.

J. Maynes and M. J. , German Women in the Eighteenth and Ninetheenth Centuries : A Social and Literary History, 1986.

. Jumageldinov-askar, Diversités culturelles et construction identitaire chez les jeunes appartenant aux différents groupes ethniques au Kazakhstan, 2009.

. Katouzian-homa, SHAHIDI Hossein, Iran in the 21st Century. Politics, Economics and Conflict, 2008.

. Katz-gerro-tally, « Loisirs, gou?ts et appartenance sexuelle en Grande-Bretagne : evolution entre les anneés 1960 et 1990 », Sociologie et socie?te?s, n°1, Ruhollah, Sahifeh-ye Nour, vol.3, p.60, 1989.

;. Khosravi-manizheh, ». «-dastan-e-adam-ha-ye-adi, and H. Online, Le mouvement des femmes en Iran, vol.33, pp.137-154, 2002.

. Khosrokhavar-farhad, La Recherche de soi. Dialogue sur le sujet, pp.0-6, 2003.

K. Azadeh, Les Femmes iraniennes entre Islam, Etat et famille, 2002.

L. Kian-thiebaut-azadeh and . Marie, Famille et mutations sociopolitiques, L'approche culturaliste a? l'e?preuve, Paris, éditions de la Maison des sciences de l'Homme, 2005.

K. Azadeh, Le féminisme islamique en Iran : nouvelle forme d'assujettissement ou émergence de sujets agissants ? », Critique internationale, vol.46, pp.45-66, 2010.

L. Marie, Population et politique en Iran : de la monarchie à la République islamique, 2003.

. Ladjali-cécile, Quand j'écris, je ne suis d'aucun sexe " », Diogène, n° 208, pp.95-106, 2004.

J. Laillou-savona, Le féminisme et les études littéraires en France et en Amérique du Nord, pp.113-127, 1988.

. Laland-françoise and C. Lepine, L'analyse d'accidents en psychiatrie et propositions pour les éviter, vol.214, 2010.

. Lazzeri-christian and . Soraya, Reconnaissance, identité et intégration sociale, 2009.

J. Laufer, Les femmes dans l'entreprise : vers l'égalité ? », Sciences humaines, p.29, 1993.

A. Leclerc, , 1974.

N. Le-feuvre, « Modes de vie et rapports sociaux de sexe : jeux et enjeux de l'analyse sociologique, p.30, 1995.

. Lemaner-idrissi-g, L'Identité sexuée, 1997.

Y. Lemel and . Roudet-b, Filles et garçons jusqu'à l'adolescence, socialisations différentielles, 1999.

. Leyens-jacques-philippe, . Vincent, and . Georges, Stéréotypes et cognition sociale, 1996.

. Lherete-héloïse, Encyclopédie Larousse, consulté en ligne le 16 juin, 2010.

G. Lukacs, La Théorie du roman, 1975.

. Mackerman-gerald, «. Henri, and . Réalisme, , 2017.

C. Maille, Réception de la théorie postcoloniale dans le féminisme québécois », Les Féminismes, 2007.

C. Majola-leblond, James Joyce et les Dublinois : entre je et il, l'autre, 1998.

, Les Identités culturelles de l'Europe, actes du colloque tenu les 21 et 22 novembre 1996 à l'université Jean Moulin -Lyon III

, Lettres sur les habitants de Paris, Journaux et oeuvres diverses, 1988.

M. Edith, Mixité, égalité et genre dans les espaces du loisir des jeunes : pertinence d'un paradigme féministe, thèse de doctorat, géographie, université Michel de Montaigne-Bordeaux III, consulté en ligne le 19 mai, 2014.

M. Adama, Construction du personnage et de l'identité dans les romans de Pirandello et Svevo, thèse de doctorat, 2011.

C. Mc, « The human factor », The Observer, réalisé le 27 mai 2001, consulté en ligne le 14 juin, entretien avec Nick Hornby préparé par Robert McCrum, 2001.

;. Milat-christian, . Sartre, and . Robbe-grillet, ou les chemins de l'écriture », Revue d'histoire littéraire de la France, vol.102, pp.83-96, 2002.

. Mir-abedini-hassan, Gozar az bohran-ha-ye atefi : negahi be asar-e Zoya Pirzad, vol.89, pp.50-53, 2002.

. Mir-abedini-hassan, Dastan nevisi zanan : rah-ha-ye rafte va dast avard-ha, vol.115, pp.60-66, 2004.

. Nathan-michel, Splendeurs et misères du roman populaire, 1990.

N. C. Ahl and ;. Pirzad, Les mots dépendent des personnages'' », Le Monde des livres, 1972.

O. Yves, L'Histoire du roman populaire en France : de 1840 à, 1979.

, On se marie moins et plus tard, consulté en ligne le 15 février 2015, 2015.

. Osu, . Sylvester, . Nathalie, ;. Toupin-fabienne, and A. Pagan-lopez, Construction d'identité et processus d'identification, Assia Djebar et l'e?criture-parole, 2003.

. Paivandi-saeed, « Existe-t-il un modele islamique de l'education ? Le cas de l'Iran », in Mode?les, transferts et e?changes d'expe?riences en e?ducation, colloque international de l'AFEC a? Sevres, pp.183-211, 1995.

. Paivandi-saeed, L'individu dans les manuels scolaires en Iran, vol.26, pp.219-234, 1998.

. Paivandi-saeed, Islam et e?ducation en Iran : échec de l'islamisation de l'e?cole en Iran, 2006.

J. Pak-nia-mahbubeh and . Fada-nassim, Sonat-e neveshtari-ye zanan : motale'e-ye neveshtari-ye de nasl az nevisandegan-e zan-e irani (Simin Daneshvar va Zoya Pirzad) », Nashrieh-ye zan dar farhang va honar, 2014.

, « Katherine Pancol-Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi, 2010.

. Peng-hui, Etude de la mise en intrigue et des personnages de la saga familiale Les Soeurs Deblois de Louise Tremblay d'Essiambre,thèse de doctorat, Lettres modernes, université de Limoges, consulté en ligne le 12 février, 2015.

D. Pennac, Comme un roman, 1992.

. Pequignot-bruno, La Relation amoureuse : analyse sociologique du roman sentimental moderne, 1991.

. Peras-delphine, « La ''chick lit'' : les dernières tendances », L'Express, consulté en ligne le 1er mai, 2006.

, « Zoya Pirzad-C'est moi qui éteins les lumières, 2011.

C. Pudlowski, « Pourquoi en France les couvertures de livres sont-elles si sobres?, 2013.

, Le Monde, le 28 août 2013, consulté en ligne le 14 septembre, « Quelle censure pour les livres en Iran ? » (2013), 2015.

P. Michel-;-le-roman and A. Colin, , 1998.

. Reid-martine, Des femmes en littérature, 2010.

. Rerolle-raphaël, « Facile à lire, Le Monde des livres, 2010.

P. Ricoeur, Temps et re?cit, 1991.

. Rifai-nabila, Le Féminin et le maternel dans l'imaginaire occidental : le mythe de Shéhérazade en analyse, thèse de doctorat, Littérature française et comparée, université ParisSorbonne, consulté en ligne le 8 avril, 2012.

. Riot-sarcey-michèle, Histoire du féminisme, 2008.

N. Riou, Pourquoi mon mec est comme ça ? Du néo-macho à l'homme féminisé, les nouvelles clés du masculin, 2005.

. Romano-hélène, Ecole, sexe & vidéo, 2014.

J. Rouzel, Le Quotidien dans les pratiques sociales, Théétète, Champ social éditions, 1998.

R. Daniela, Concepts fondamentaux pour les études de genre, 2009.

S. Mina and G. France, La mobilité quotidienne des femmes dans la ville de Téhéran : entre visibilité et invisibilité », L'Espace géographique, pp.176-188, 2011.

. Sainte-beuve-charles-augustin, « De la littérature industrielle », Revue des deux mondes, consulté en ligne le 12 avril, 2009.

. Sapiro-gisèle, Sociologie de la littérature, 2014.

. Schweitzer-sylvie, Les femmes ont toujours travaillé : une histoire de leurs métiers, XIXe et XXe siècles, 2002.

. Shafiq-shahla, L'évolution des femmes en Iran : enjeux et perspective », Géostratégiques, p.10, 2005.

. Shahi-afshin, « Erotic Republic », consulté en ligne le 23 septembre, 2013.

. Shahidian-hamed, Women in Iran Gender politics in Islamic Republic, pp.38-41, 2002.

. Shahrokhi-nooshin, Analyse structurale du roman On s'y fera écrit par Zoya Pirzad, 2006.

?. Elaine, Mary Jacobus, Women Writing and Writing about Women, pp.22-41, 1979.

. Slama-béatrice, « De la ''littérature féminine'' à ''l'écrire-femme'' : différence et institution, vol.4, pp.51-71, 1981.

. Soran-pivont-ste?hanie, Le Roman sentimental et ses avatars dans le roman contemporain de langue anglaise, thèse de doctorat, Lettres, université Paris IV, consulté en ligne le 12 février, Paralitte?atures. Les indispensables (une bibliotheque de refe?ence), pp.119-130, 1997.

R. Stoller, Masculin ou féminin, 1989.

, Rencontre avec Zoya Pirzad et son traducteur Christophe Balaÿ à l'occasion de la sortie en français du roman C'est moi qui éteins les lumières, 2011.

, Entretien avec Katherine Pancol préparé par Naghmeh TARJOMAN PORSHKOH, réalisé le 18 décembre, 2014.

, Entretien avec Zoya Pirzad préparé par Naghmeh TARJOMAN PORSHKOH, réalisé le 24 juillet, 2015.

. Thebaud-françoise, Ecrire l'histoire des femmes, 1998.

G. Thoveron, Deux siècles de paralittérature-lecture, sociologie, histoire, 1996.

. Toupin-louise, . Les, and . De-pensée-féministe, La Femme à Paris, nos contemporaines, 1909.

V. , Le divorce en plus : ruptures et continuités », Société française, 1988.

. Valizadeh-vahid and . Jensiat-dar-asar-e-roman-nevisan-e-zan-e-irani, Le jeu des identités : mère, grand-mère, fille, femme divorcée, femme au foyer ou femme indépendante dans les textes de Zoya Pirzad, vol.83, 2012.

. Vinsonneau-geneviève, L'Identité des Françaises face au sexe masculin : perspectives cognitives et expérimentales, 1997.

;. Viviant-arnaud, . Masque, ». La-plume, and F. Inter, , 2010.

. Vivier-muresan-anne-sophie, Image et statut des femmes dans l'Iran rural : une révolution silencieuse ? », Etudes rurales, vol.177, pp.151-166, 2006.

. Vromen-suzanne and . Véronique, Georg Simmel et le dilemme culturel des femmes », Les Cahiers du GRIF, vol.40, pp.7-28, 1989.

. Walsh-john, « Helen Fielding: From Singletons to Spies », The Independent, 2003.

. Welsh-susan, , 2015.

V. Woolf, Une chambre à soi, 1992.

V. Woolf, Nashr-e Cheshmeh Discours de Virginia Woolf s'adressant à la National Society for Women's Service, le 21 janvier 1931, Otaghi az ân-e khod, traduit en persan par Saphura Nurbakhsh, Téhéran, Nashr-e Nilufar. WOOLF Virginia, 2004.

V. Woolf, Complete Works of Virginia Woolf, 2014.

. Zalcberg-malvine, Qu'est-ce qu'une fille attend de sa mère ?, 2010.

. Zarlaki-shahla, Cheragh-ha ra man roshan mi-konam (C'est moi qui rallume les lumières), Téhéran, éditions Nilufar, 2015.

. «-zoya-pirzad-c'est, , 1971.

V. Zima-pierre, Union générale d'édi-littéraire. J'aime lire Dostoïevski, Proust, 1978.

, lire des gens qui n'ont rien à voir. Pour moi, l'écriture c'est la vie

C. , Moi je vis dans un pays qui est très très intellectuel, où il faut avoir des étiquettes et tout ça mais j'en ai pas. Moi je suis comme Colette. J'ai écrit par hasard parce qu'un homme m'a demandé. Je suis devenue écrivaine par une femme qui m'a appris à écrire. J'étais petite, elle a remarqué que j'étais à l'aise avec les mots

. C'est-une-femme-qui-m'a-fait-pénétrer-dans-le-monde-de-mon-Écriture, Un éditeur qui me voit et qui me dit : « Vous allez écrire un roman. » A partir de là, moi je ne me suis pas posé de questions. D'abord c'est l'histoire d'une jeune fille de 18 ans qui découvre la vie, l'amour, le plaisir, la liberté, l'indépendance. Mais je ne me suis pas dit « J'écris comme? » Je pense que si vous aviez posé la même question à Colette

, Et pourtant vous avez fait vibrer des millions de personnes qui se sont reconnues dans vos personnages. Comment vous situez-vous par rapport à la littérature grand public ? Comment la qualifieriez-vous ? Les termes de littérature populaire, 2° Certains critiques ne vous ont pas épargnée, pas plus que d'autres romanciers à succès comme Musso, Levy, Gavalda, etc

C. Simenon and ?. Quoi-?-c'est-un-Écrivain-populaire-ou, Il y a des gens qui sont en dehors des limites. Moi j'aime bien être en dehors de limites. Donc Balzac, c'est quoi ? C'est un écrivain populaire.Tout le monde aime l'écriture de Balzac. Tout le monde a lu les romans de Balzac. Je ne me pose pas la question. Honnêtement, pour moi, l'écriture c'est la vie, c'est attraper comment quelqu'un marche, comment il met ses main dans ses poches

, De quoi ils parlent ? Comment ils sont arrivés ici ? Moi ce que j'aime, c'est l'intime

. Maintenant, Je me suis beaucoup épanouie par des critiques quand même masculins. Tous ces gens qui m'ont attaquée, qui n'aiment pas ma manière d'écrire, je comprends

. Lue and . De-la-grande-littérature, Je crois que, en tous les cas, il y a un truc qui dérange. Les critiques qui sont quand même masculins, je suis désolée de le dire, mais c'est la féminité qui résiste. La féminité intellectuelle qui résiste, ça va très bien mais la féminité vivante, moi je pense qui les énerve. Je crois qu'on retombe dans un problème plus profond, le fait qu'une femme (parce que moi j'écris depuis longtemps, mon premier livre est sorti en 1986 et on est en 2014) et depuis 1986 j'écris et j'ai une voix et je me suis battue, vous voyez, je pense qu'il y a quelque chose qui les énerve. Il faudrait leur demander. Moi en plus je les lis pas. J'ai pas le temps de les lire, Ou revendiquez-'intellectuels ? Je ne sais pas ça

, J'écris d'une certaine manière qui ne leur plaît pas à ces gens-là, mais c'est pas mon problème

. Depuis, En même temps, ils n'ont pas eu beaucoup d'influence. Il y a tout ça [?] cette pensée hyper parisienne, c'est parisien ! Très? Je sais pas ! Je sais pas ! Comment définiriez-vous le chef-d'oeuvre ? Par ses ambitions intellectuelles ou par sa réception ? Quand je lis Balzac, mon écrivain favori, je lis Balzac, je lis Les Illusions perdues ou La Cousine Bette, ça c'est un chef-d'oeuvre, et je me dis, cet homme il a saisi le cur des hommes, le coeur des femmes, parce que c'est quand même l'un des écrivains qui décrit le mieux les émotions féminines. Est-ce que ce qu'il écrit à son époque est encore valable aujourd'hui ? Pour moi, c'est ça qui m'intéresse en fait. Je me dis bon, un chef-d'oeuvre c'est un texte qui va toucher les gens, qui va changer leur manière de vivre, Avant, quand je vendais 50 000 60 000, ils me toléraient, maintenant que je vends en millions, ils me tolèrent plus du tout, du tout

, Écrivez-vous des sujets qui restent intemporels ? Je sais pas ! Ca c'est le temps qui le dira. Les sentiments sont toujours pareils, les émotions sont toujours pareilles. J'ai énormément lu, j'ai grandi avec les livres

. France and . Italie, je suis retournée aux États-Unis, en plus ça marche partout

A. Aussi, Et le succès c'est quelque chose qui arrive en plus, mais c'est pas quelque chose que j'ai intégré dans mon? je dis pas Ah Ah Ah je suis célèbre ! Je m'en fiche complètement, moi, tout ce qui m'intéresse, c'est la vie, vraiment. Comment elle change en ce moment ? Comment les rapports entre les êtres humains changent ? Qu'est-ce qui dirige le monde ? Qu'est-ce qui fait qu'une petite fille va naître aujourd'hui et comment elle va construire sa vie ? Comment elle va, ou un petit garçon, je reçois des mails de Turquie, j'ai eu des tournées en Syrie juste trois mois avant les événements, dans les universités

, 5° Comment votre écriture s'est-elle élaborée ? Quels rôles respectifs ont joué votre formation de professeur de lettres, votre expérience de journaliste et les cours d'écriture que vous avez suivis à la Columbia University de

, Ils n'ont rien à voir, ces deux-là. Je lisais tout ça, et j'ai vraiment grandi en lisant. J'ai la tête tapissée de livres, de phrases et de mots. J'ai grandi vraiment avec les mots, avec le son des mots, avec la musique de la structure d'un livre. Tout ça, ça m'a énormément marquée. L'importance du mot juste, la place du mot dans la phrase. C'est Colette qui disait qu'il faut écrire comme personne, avec les mots de tout le monde. Pour moi, c'est une phrase que je pourrais inscrire sur ma tombe : « Elle a écrit comme personne avec les mots de tout le monde. » C'est le plus beau compliment qu'on pourrait me faire. Ma formation, elle est venue de tous ces livres que j'ai lus enfant, que je n'ai jamais arrêté de lire. J'ai fait des études de lettres. J'ai fait licence et maîtrise. J'ai commencé un doctorat, mon professeur est mort. Et entre-temps j'ai commencé à écrire, je suis devenue journaliste et j'ai arrêté le doctorat, des livres. Depuis l'âge de 5 ans, je lis et je lis tout, c'est pour ça que j'ai une vision très large sur la littérature

, une musique, un rythme, c'est une histoire de rythme, l'écriture. C'est pas l'histoire d'écrire beau, d'écrire pour faire beau, d'écrire pour faire des gestes, c'est pas une attitude d'écrivain. Pour moi, l'écriture c'est quelque chose qui part vraiment des émotions, du coeur, des triples, voilà. Cette femme, elle a compris ça, elle m'a accouchée des mots et de ma musique? C'est un orchestre incroyable. Quand elle m'a dit « Katherine, mais vous êtes pas comme ça, quelle est votre musique intérieure ? Quelle est votre pensée à vous ? Qu'est-ce que c'est, votre point de vue ? » Elle m'a forcée à me concentrer sur ce que j'avais d'unique. Je pense que c'est ça, dans la vie, c'est de trouver sa place, qui est unique. Vous, vous avez une place unique à occuper. Moi, j'avais une place unique à occuper et cette femme m'a permis de prendre cette place, Cette femme, elle m'a beaucoup appris à écrire. Quand on écrit, je pense qu'il faut arriver à avoir un style

R. Gary and . Lui-montre-le-brouillon-de-moi-d, abord en me disant « Si c'est bien, ok je le donne à mon éditeur, sinon je le mets à la poubelle. » Et lui me dit « C'est bien, vas-y, continue », ça vaut tout le regard de tout le monde. Parce que Romain Gary c'était un grand écrivain. Et Romain Gary, quand il était vivant, je vous le rappelle

. Moi, j'ai vu comment il était peiné profondément de ne pas être perçu par la critique comme un grand écrivain. Ça a dû marquer

, Je suis allée à l'université à New York, j'ai rencontré des metteurs en scène, des écrivains, des scénaristes. Tout ça m'a formé mon monde imaginaire, a formé ma manière d'écrire. Surtout, au départ, il y a cette femme qui m'a vraiment forcée à traquer en moi ma marque, mon empreinte? C'est plus grand

R. Gary-par-hasard.-après and . Le-reste-je-m'en-fiche, Ou j'ai rencontré William Styron quand je vivais aux Etats-Unis, on était très proches, j'ai rencontré des gens qui m'ont encouragée et surtout qui m'ont dit de ne pas renoncer? parce que moi, comme j'ai commencé par hasard, alors là on retrouve les problèmes des femmes. Les femmes, elles mettent longtemps à penser qu'elles sont valables, qu'elles peuvent faire quelque chose

, Joséphine en elle. C'est un travail beaucoup plus profond, qui colle à la réalité, beaucoup plus important que le reste

L. Succès, Il est arrivé, il n'a pas changé ma vie. J'ai continué absolument pareil. Je prend l'autobus, le métro. Je voyage, je rencontre des gens, je leur parle? J'essaie de prendre le pouls de la société, ce qu'il y a dans la tête des gens, leur humeur, leur espérance, leurs désespérance? C'est tout ça qui m'intéresse

, 6° La modernité de l'écriture rime-t-elle pour vous avec la légèreté, la simplicité, la proximité avec la vie réelle et la description de « petites » choses universelles ? Oui, absolument. C'est exactement ça

, 7° On voit souvent évoluer les mêmes personnages de livre en livre, les conclusions sont généralement ouvertes, les intrigues parallèles nombreuses, l'optimisme, malgré les épreuves, très présent

. Oui, Un espoir de quelqu'un qui se prend en main et espère y arriver. Et toujours il va y arriver. Dans Les Crocodiles, par exemple, le personnage d'Antoine, il est typique des gens qui ont des rêves qui ne sont pas adaptés à eux, c'est ce que 'important, dans la vie. C'est d'avoir quelque chose à soi et d'aller jusqu'au bout de ça. B : Questions sur l'effet-miroir 1° Certains critiques ont parlé de l'existence d'un effet miroir de vos oeuvres avec vos lecteurs/lectrices, ou vous ont qualifiée d, je regardais des séries américaines -que je trouvais absolument incroyables -ou anglaises

. Moi, On a passé un dîner formidable et le lendemain je pouvais aller m'asseoir à côté d'un SDF dans la rue et s'il parlait anglais, on parlait. Vous voyez, je vais partout, j'ai pas de préjugés, j'ai pas d'idée fixe, d'idée reçue sur les gens. J'essaie de savoir à chaque fois la parcelle d'humanité qui m'attache à la personne. Quand j'en rencontre une, je suis très bien, il y a des milieux où j'ai l'impression que je me promène, qui pensent plus, qui sont plus vivants, quoi. Moi, j'ai eu ma formation de journaliste qui m'a beaucoup aidée, parce que j'ai été journaliste dans deux grands journaux

. Donc, Et puis la curiosité. Je pense que je suis quelqu'un de très très curieux

P. Hortense and . Fait-une-enquête, Et puis j'ai rencontré Karl Lagerfeld, Yves Saint Laurent, Jean-Paul Gautier? j'ai rencontré beaucoup de couturiers. J'ai vu comment ça fonctionnait. À chaque fois je vais à leurs défilés, je regarde et, comme je m'intéresse à tout, je prends toujours des notes dans ma tête ou sur mon petit carnet. Mais c'est vrai que par exemple

Z. , il faisait la même chose. J'ai aussi beaucoup de correspondants. Des gens qui me donnent des renseignements. Flaubert faisait la même chose

-. «-raconte and . Dans-une-maternité-À-rouen, Je voulais dire : tout ce que je fais, ce n'est pas inventé, c'est une méthode de travail. C'est du travail. Par exemple, demain, je déjeune avec une violoniste

C. Elle, J'ai rien inventé. Il y a un gros livre qui s'appelle Carnet de notes, de Zola. Vous voyez comment il a fait Germinal, il est allé passer je ne sais pas combien de mois dans une mine. Il s'est promené. Il parlait aux mineurs, je la suis de concert en concert. Quand elle donne un concert à Londres, je vais à Londres

, le divorce, l'union libre, des relations entre sexes en recomposition, les soucis au travail, le déclassement, le chômage, l'éducation des enfants dans un monde particulier ? Quels sont vos buts à part le divertissement ? Par quels moyens tentez-vous de les atteindre ? Moi, je m'occupe beaucoup des gens en général, 2° Vous décrivez des situations familiales ou sociales réalistes et caractéristiques de notre société contemporaine

J. Noël and . Veux-bien, Et que sans ces gens que j'ai rencontrés, je ne serais pas devenue la personne que je suis aujourd'hui. Je m'occupe vraiment d'eux, dans leurs études, de ce qu'ils veulent faire, de les aider, les conseiller, d'être là quoi. Mais je n'affiche pas mes préférences politiques parce que ça ne regarde personne, je sais très bien ce que je pense. Je fais pas le phénomène d'affichage, mais j'ai un engagement citoyen. Moi je fais ce que je préfère avec mes moyens. Si je peux changer la vie de quatre personnes, j'aurais réussi ma vie, Moi je fais des choses comme ça. Je déteste le phénomène d'affichage public, parce que là on retombe dans le people

, Je vous assure que quand je reçois des mails, je vois que mes livres ont changé la vie des gens, quand même. Je n'invente pas ça. Je vous assure, je , mais si vous prenez soin de vous, essayez de réfléchir pourquoi ça vous arrive

, Moi je suis vraiment le produit de certains écrivains. C'est surtout la réaction des gens. Si vous pouvez lire des livres très très bien écrits, ça m'est arrivé, il y a des livres extrêmement bien écrits sur l'écrivain, une biographie magnifique, alors là

C. , On écrit pour moi « Vous devriez être remboursée par la Sécurité sociale

, En fait, moi j'écris parce que la petite fille, le d'aujourd'hui ? Comment réussir et m'épanouir en restant moi-même, ou au contraire comment devenir une autre, moi-même en mieux ? Je pense que le truc très difficile, c'est de devenir soi-même. C'est du Socrate. C'est de te connaître toi-même. Oui, ça c'est pas nouveau, hein ? Qui je suis ? De quoi j'ai envie ? Qu'estce que je veux faire ? Moi toute seule, je peux pas faire ça. Et quand est-ce que je commence ? C'est maintenant, cette recherche de qui je suis, Mais je ne me relie pas à tout ça quand j'écris

, Tout ça pour moi est évident, Je raconte pas des histoires pour faire rêver les gens et qu'ils

, le vôtre en particulier ? Pour moi, c'est Balzac. Vous lisez un roman de Balzac, vous connaissez la société. De quoi il parle ? Il parle d'amour, de sexe, de pouvoir, d'argent, 5° Selon vous quelle connaissance des sociétés peut-on attendre du roman

. Balzac, Comment on vit avec ça ? Avec la dictature ? Aujourd'hui ça doit être l'argent, le sexe, le pouvoir, mais c'est ça, pour moi. C'est des manuels de vie

. Balzac, Et même vous allez chez votre boulanger, c'est les mêmes rapports, en moins raffinés

, Etes-vous intéressée par la psychologie ? Votre analyse de vos personnages est-elle uniquement dictée par l'observation ou bien s'appuie-t-elle sur une certaine recherche psychologique ?, Considérez-vous que vos écrits sont aussi des romans psychologiques ? Vous avez particulièrement soigné la description du ressenti de vos héros

. Oui, . Par-la-psychologie.-c'est, and . Évident, Quand vous écrivez, pour moi -mais je suis pas la seule non plus, moi j'ai rien inventé -il faut partir des personnages. Parce que l'action vient de la psychologie des personnages, vous voyez. L'action, elle vient pas de l'extérieur. Ou alors c'est un mauvais roman. L'action, elle vient de l'intérieur des personnages. C'est-à-dire qu'Hortense, elle va faire bouger l'action qui concerne Hortense

, Il faut très bien connaître les personnages, il faut les connaître par coeur. Vous devez savoir ce qu'ils peuvent faire, ce qu'ils peuvent pas faire. Quelle est leur faille ? Où est-ce qu'ils peuvent être très bouchés ? C'est le numéro un. Une fois que vous avez bien vos personnages en tête et que vous les connaissez par coeur, vous les jetez dans l'arène et vous regardez ce qui se passe. Moi je sais pas où je vais quand je commence une histoire. Pas du tout. J'ai pas de plan. J'ai une idée au départ. Je travaille énormément mes personnages avant d'écrire. Une fois que j'ai bien mes personnages en tête, Joséphine

, Quand vous écriviez Les Yeux jaunes des crocodiles, saviez-vous que vous alliez le continuer ? Non

, Les écureuils de Central park sont tristes le lundi, vous alliez le reprendre ? Non, pas du tout ! C'est le risque, là. C'est ça qui est excitant aussi, parce que le risque, il est là. Comme j'ai pas de plan, il faut que tout ça retombe gracieusement à la fin, pour faire un roman, parce que le roman a une fin. Dans la vie, il n'y a pas de fin, mais dans le roman, il faut une fin. C : Questions sur le genre et les rapports homme-femme 1° Vous définiriez-vous comme féministe et pourquoi ? Comment vous situez-vous face aux différents courants féministes et aux gender studies ? Non, moi je ne pense pas que je suis féministe, mais je suis pour le respect de la femme. Je pense qu'il faut être hoministe et féministe. Moi, je me demande du respect. Le respect, je trouve ça vraiment important, Vous avez parlé d'un cahier noir dans La Valse lente des tortues. Saviez-vous que plus tard, dans le dernier tome de votre trilogie

, 2° Vos héroïnes féminines, positives ou négatives, sont des battantes à forte personnalité

, Face à elle, les hommes semblent bien pâles et falots

P. Joséphine, J. Hein-!-c'est-pas-une-battante, . Elle, . Donc, and . Ko, Joséphine est tout sauf une battante. Pour moi, elle a des doutes sans arrêt, elle est poussée par la vie. Tu sais qu'il y a beaucoup de femmes comme Joséphine, qui ne sont pas des héroïnes. Des femmes qui ont l'espèce de responsabilité de matrice, presque. Elles ont mis des enfants au monde. Il faut les élever. Il faut leur donner à manger, il faut leur mettre un toit sur la tête. C'est rare les femmes qui abandonnent leurs enfants. J'en connais une, deux, pas beaucoup. Mais c'est rarissime. Les femmes ont un côté « les pieds dans la terre » et elles aiment les enfants. Mais Joséphine, c'est pas une battante. Hortense, c'est une battante. Zoé n'est pas une battante non plus

, Alors là, c'est évident. Et à tous les âges. Les hommes, ils ne savent plus où ils habitent, là. Ils sont perdus parce que le monde change. Très très très rapidement. Les femmes prennent leur place. Les hommes, ils ont moins de place. Ils n'ont plus de repères, les hommes. Ils ne savent plus comment se comporter. Moi j'ai des enfants qui ont 25 et 26 ans. Je m'occupe de garçons et des filles qui en gros ont entre 20 et 26 ans, Je vois bien les rapports. Les hommes, les garçons ne savent plus comment ça va se passer. Alors, les hommes plus âgés, ils sont perdus

, 3° Comment envisagez-vous les rapports homme-femme ? Vos romans sont assez ambigus de ce point de vue : vos héroïnes rêvent de l'homme idéal sans jamais le trouver, souffrent de leur solitude, mais se débrouillent finalement très bien sans les hommes

C. Qu, hier j'avais une grande discussion avec ma fille là-dessus, sur le côté féminin de la femme qui n'arrive pas à trouver sa place, parce que les hommes ne font pas assez de place à la féminité. Les hommes ont aussi un côté féminin, mais ils n'osent pas le montrer. Donc, c'est ça qu'on vit en ce moment ! C'est vachement intéressant. Je trouve que c'est une période incroyable. C'est tous les repères qui sont en train de voler en éclats, Vous avez très bien résumé

, c'est pour ça que la France est en convulsion en ce moment, parce que la France était bien rangée, était très cartésienne, la gauche, la droite

L. Travail, Et au milieu de tout ça, comment voulez-vous que les gens arrivent à avoir encore des rôles ? Il n'y a plus de rôle. Moi j'ai 60 ans, j'ai vécu à l'époque où, quand j'étais petite

. République, On n'aurait jamais fait une photo de De Gaulle avachi dans sa salle de bains

C. Impensable, Il y avait des repères. Papa gagnait de l'argent, maman gardait la maison

, Il n'y a plus de repère. Donc chacun recrée ses propres repères. C'est ça qui est intéressant. Et s'il y a de l'espoir dans l'énigme, c'est qu'on peut qui l'aimait. Elle a eu le temps de savoir qui je suis, Déjà, ça commence à voler en éclats. L'éducation des filles, l'école, et tout ça n'était pas aussi important

, Et Zoé, elle est élevée dans la même famille, mais

. Oui,

E. Ne and J. , Elle n'est pas une battante. Elle a eu quand même l'amour de son père, qui est très important et qui lui a donné cette énergie

, Elle doute sans arrêt. C'est un personnage qui doute, qui doute, elle n'est pas assez bien, elle n'est pas assez jolie, elle n'est pas assez intelligente. Ca, c'est la mère. En même temps

, Quand vous faites un personnage, au départ, vous devez vous demander qui sont les parents

, Où elle est née ? Qui sont ses parents ? Comment elle a été élevée ? C'est très important

, On peut tout faire de vous. Et quand vous commencez à dire je veux et j'ai le pouvoir, vous prenez une identité et vous avancez

. Joséphine, Il y en a beaucoup d'Hortense. Les jeunes lectrices que j'ai, leur modèle c'est Hortense. Parce qu'elles se reconnaissent dans Hortense. Pour moi, c'est très important d'être en contact avec toute cette jeunesse. Elles ont une énergie, Ce qui est nouveau

, Quand vous lisez l'oeuvre de Colette, vous vous apercevez que c'est vachement intéressant. Dans tous ses romans, elle a été quand même, au départ, soumise à l'homme et, après, elle s'est rebellée ou pas -parce que dans L'Entrave elle ne se rebelle pas, dans La Vagabonde, elle se rebelle. C'est vachement intéressant, les parcours des écrivains. Aujourd'hui les filles ont plus de possibilités d'être elles-mêmes qu'avant. Elles existent. Elle sont reconnues. On leur fait de la place, Il y a un livre absolument formidable de Colette qui s'appelle Les Apprentissages. C'est formidable

. Joséphine, Cette femme qui s'est baignée dans la mer tous les matins. C'est une spécialiste du XVIIIe siècle, qui écrivait des ouvrages sûrement remarquables qui étaient lus par 150 personnes, qui faisait des conférences dans le monde entier. Qui était aussi délicate, raffinée, intelligente, érudite et qui n'était pas considérée par son mari, qui n'était pas considérée par ses deux filles. Quand j'ai vu ses filles, je me suis demandé « Comment peut-on traiter comme ça sa mère ? » Je ne sais pas quel âge elle a, d'ailleurs, mon modèle de Joséphine. Quand je l'ai eu rencontrée une troisième, quatrième fois? je me suis dit que ça c'est vraiment emblématique d'une génération de femmes qui a essayé d

. L'université, Alors qu'Hortense, elle a plus de champs d'action

, Ce que je dis aux jeunes que je rencontre : « Essayez de trouver votre place, que vous soyez plombier, écrivain ou réalisateur ou scientifique ou je sais pas, moi. » Mais la société c'est ça, quand même. C'est arriver à ce que les gens vivent ensemble, chacun avec sa petite flamme particulière. Aujourd'hui, ce qui est intéressant, c'est que tout ça est un grand n'importe quoi et que c'est assez violent, 5° Comment voyez-vous évoluer la condition féminine en matière d'égalité dans sa propre famille comme dans la société

. C'est, Bien que, si vous alliez au Québec dans les années 60, c'était? le texte que je cite à la fin des Tortues, vous savez quand Joséphine monte dans l'appartement d'Hervé Le Floch-Pignel et qu'il y a les commandements de la femme, ça c'est du 1960 et c'est québécois

, Comme si la femme était un danger. Ça, c'est pas normal quand même ! Je suis désolée, les religieux musulmans, ce qu'ils font sur la population féminine, c'est horrible ! C'est vrai que ça choque ici. C'est toujours une minorité qui opprime une large majorité. Il y a du boulot pour les femmes, c'est sûr, c'est évident, mais après

C. , Il n'y a pas que le fait d'être une femme, mais comment on fait avec ce truc-là ? Pour exister, s'affirmer et ne pas devenir extrémiste non plus. Partout il y a des extrémistes. Je pense que c'est le problème dans le monde entier, mais différemment

. Non, moi je pense que je suis tout le monde. Je suis toutes les femmes et tous les hommes

. C'est-Ça-quand-on and . Écrit, Il ne faut pas juger ses personnages. Jamais. Il faut arriver à entrer en résonance avec eux et les faire exister et pas les juger. Dès que vous jugez

, Dès que vous portez un jugement, paf ! Il faut pas tout pardonner, tout expliquer, machin, mais il faut entrer en résonance avec vos personnages. Pourquoi il fait ça ? D'où il vient ?

L. Après, . Pensez-vous, and . Qu, il existe une écriture spécifiquement féminine, caractérisée par un langage ou un usage de la langue particulier, un style spécifique ? Je ne crois pas trop. Personne n'a aussi bien parlé des femmes que Balzac. C'est incroyable ce qu'il raconte, ce qu'il écrit. Eugénie Grandet, c'est incroyable, c'est lui qui l'a écrit

P. Qu, il y a des des thèmes que les femmes abordent davantage, par exemple les sentiments, les émotions, etc ? Peut-être, mais regardez Proust. C'est compliqué de faire des généralités ! J'aime pas quand on dit les hommes, les femmes. Il y a tellement d'hommes différents et de femmes différentes ! Tout ce qui arrête la vie, c'est pas bien ! Les catégories

. Dans-mon-prochain-livre, air d'un garçon mais on sait pas s'il l'est. Vous voyez, on retombe toujours sur l'histoire de qui je suis ! Est-ce que c'est masculin de parler de ça ou féminin ? Peut-être que les hommes parlent plus?. Je sais pas ! Je sais pas? Je trouve un contre-exemple. C'est compliqué. Moi je pense qu'un écrivain

C. Difficile, C'est trop général pour moi comme question ! J'arrive pas à répondre

, Quel est votre point de vue sur le film adapté des Yeux jaunes des crocodiles ? Je m'en suis pas occupée du tout. Moi, quand un livre est écrit, c'est fini. Je ne m'en occupe plus. Le film s'est fait sans moi

. Voilà-!-la-mise-en-scène, Moi ce qui m'intéresse, c'est écrire et c'est le prochain livre qui m'intéresse. Je regarde pas du tout? On m'a même proposé de réaliser le film, mais ça m

J. , Ce qui m'intéresse, c'est écrire, c'est les gens et c'est la vie. Après, je sais pas tenir une caméra, je vais pas réaliser un film. Je sais écrire un scénario, mais c'est pas ce qui m'intéresse. Il y a des tas de choses dont j'ai pas envie. Moi, j'ai appris à devenir moi ! Vous voyez ! Ca m'appris, 60 ans de vie à moi, maintenant je veux pas faire des choses qui ne sont pas à moi. Et je pense qu'il y a tellement de choses à faire pour devenir soi qu'une fois qu'on le tient, on a envie de l'agrandir mais pas de partir dans une autre direction. Je pense que c'est ça, le sens de la vie. C'est ce que j'apprends à mes enfants, ce que j'apprends aux copains de mes enfants, arriver à être vous-mêmes. vous m'avez accordé. Quand je vous ai envoyé le mail

. Parce and . La-vie, est pas de répondre à des interviews d'un journaliste qui allez retourner en Iran, après ? Oui, je pense qu'une fois que je finis mes études, je rentre en Iran. Parce qu'en France, je ne vois pas un avenir professionnel clair, surtout avec mes études de Lettres. Si je rentre en Iran, j'aurai quand même la chance d'enseigner à l'université, même si c

. Pour-le, ai envie de finir mes études, puis, si je peux trouver un tout petit travail, avant mon retour, juste pour avoir l'expérience de travailler en Europe, ça serait formidable. Ensuite, je ne sais pas encore où me retrouver exactement

, Cette femme, je l'ai rencontrée à Paris Match. Moi je commençais, j'étais bébé, J'avais, vol.20

, Elle m'a dit « Venez avec moi, je vais vous faire travailler, je vais vous faire écrire, je vais vous montrer ce que c'est la vie », et moi je l'ai suivie. Le risque que j'ai pris, c'était de quitter un journal qui était un gros journal pour faire un journal qui démarrait. J'y suis allée ! Elle m'a vraiment m'accouchée de moi-même. Et la vie, c'est ça ! C'est des gens qui disent « Vas-y ! » Quand t'es bon, tu t'en fiches de ce que les autres pensent, Quand elle a quitté Match pour faire Cosmopolitan

J. , il est parti dans le commerce international ! C'est très bien ! Il est très content. Pareil, j'ai dit « Faites ce que vous voulez. » La force du moment, c'est quelque chose de trop fort dont vous avez envie, et vous ne pouvez pas vous en passer. Et puis si un jour vous voulez changer d'avis

, Oui, dès que je finis ma thèse

, C'est une thèse pour l'Université française ?

C. Oui and . 'est-À-la-sorbonne-nouvelle,

C. , Moi je me goinfrais des livres ! Je lisais, je lisais, je lisais et je découvrais toujours des choses, des univers, et ça résonnait en moi, et je me disais « Si ce héros y est arrivé, j'y arriverai. » Vous pensiez qu'un jour vous écririez des livres ? Quand j'étais petite ?

N. Non and . Moi-je-viens-d'un-milieu-très-modeste, On n'allait pas au cinéma, on n'allait pas au théâtre. Moi j'ai fait mon éducation toute seule et avec les gens que j'ai rencontrés. Mais on m'aurait dit étant petite fille que je serais un jour la personne que je suis devenue aujourd'hui, j'aurais répondu « Même pas en rêve ! Vous êtes fou

C. ,

M. , vous me donnerez de vos nouvelles. Donnez-moi des nouvelles de votre vie

. C'est, intéressant ce que vous allez faire. Vous venez d'un pays qui n'est pas évident. Votre famille devait vous soutenir

. Oui, je n'ai pas de bourse et c'est ma famille qui me finance

, Vous voyez, c'est le papa, la rampe de lancement

, Vous avez raison, surtout pour moi, qui étais très dépendante de ma famille et surtout de ma mère

C. , Je suis très contente de vous avoir rencontrée

. ?. ????-????-?????-???????? and . ?????-?,

?. ?????,

?. ???????,

?. ???????-???? and . ????,

?. ?????,

?. ?. ?????-????, . ????, . ?????, ?. ????????-?????-!-761, and . ????,

?. ????,

?. ???????,

?. ??????-?????? and . ????????????,

?. ?????-!,

?. ?????,

?. ?????????,

?. ??????-!,

?. ?. ,

?. ????-????, ?. ????-????????-764, and . ????,

?. ?. ????-????? and . ?????????,

?. ???,

?. ???,

?. ?????,

?. ?????-?,

?. ???,

?. ???????,

?. ????????-!-765 and ?. ???????,

?. ???????,

?. ?????,

?. ?????,

?. ???,

?. ?. ?????????-????,

?. ???,

?. ?????,

?. ??????,

?. ??????,

?. ??? and ?. ????,

?. ?????,

?. ??????,

?. ????,

. ?. ??????, . ?. ??????-?-???????-????-?"????"?-???-????-?"????"?-????-????-?????, . ????, ?. ???????-????-769, ?. ??????-????-770 et al.,

?. ??????,

?. ??????,

?. ??????-????-769-humaniste,

. Humanisme,

?. ????,

?. ]. ????? and [. ?????,

?. ????,

?. ????,

?. ??????,

?. ????????,

?. ????,

?. ????????,

?. ?. ?????,

?. ??????,

?. ????,

?. ?????,

?. ?????????,

?. ?. ?????-????, ???????? 772 ????

?. ?. ?????????, . ??????, and . ?????-????,

?. ?????,

?. ??????,

. Montpellier,

C. Bijoux,