Skip to Main content Skip to Navigation
Theses

Le « ballet russe » de Marius Petipa : un exemple d'hybridation culturelle

Résumé : Le chorégraphe français Marius Petipa (1818-1910), qui a effectué la majeure partie d’une très longue carrière au service des Théâtres impériaux, est considéré comme l’inventeur du grand ballet académique ou du ballet « russe ». Ceci constitue un paradoxe intéressant, dans la mesure où il s’agit d’un chorégraphe étranger. Cette thèse propose d’envisager l’œuvre de Marius Petipa comme une œuvre à la frontière entre deux pays et deux cultures et de mettre à jour les oppositions et les tensions qui la traversent. Nous l’analysons comme un exemple d’hybridation culturelle et de transfert culturel, une notion qui sert à définir toute réalité sociale issue de contacts entre des identités initialement distinctes et autonomes. La question centrale soulevée dans cette thèse est l’analyse de la dimension slave de son œuvre et de son imaginaire au contact de la réalité russe. Après avoir brossé le contexte culturel et artistique russe, sont examinés les ballets des prédécesseurs de Petipa qui abordent un sujet slave et russe. Nous analysons Le Prisonnier du Caucase ou l’ombre d’une fiancée (1823) et Rouslane et Lioudmila ou Tchernomor, le sorcier maléfique (1824) du chorégraphe français Charles-Louis Didelot. Le ballet abordant le monde slave apparaît également dans l’œuvre de Jules Perrot. Le ballet signé par Arthur Saint-Léon, Le Petit Cheval bossu (1864), inspiré par le conte de Piotr Erchov, connaît un vrai succès. Le chorégraphe français s’adresse également à l’œuvre d’Alexandre Pouchkine pour son ballet au thème russe, Le Poisson doré (1867). Sont enfin analysés les ballets méconnus et peu étudiés de l’œuvre petipienne qui abordent un sujet slave : Roxana, la Belle de Monténégro (Saint-Pétersbourg, 1878) et Mlada (Saint-Pétersbourg, 1879). Ces créations coïncident avec un moment de tensions sociales et d’émergence des idées nationales en Russie au XIXe siècle. Elles confirment aussi la volonté du ballet de s’adapter, à sa manière, aux tendances du jour, reproduites cependant d’une façon conventionnelle. Cette thématique slave, abordée en Russie par les chorégraphes français, contribue à la construction de la notion de « ballet russe » qui trouvera son apogée au début du XXe siècle à Paris.
Complete list of metadatas

Cited literature [341 references]  Display  Hide  Download

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02059608
Contributor : Abes Star :  Contact
Submitted on : Wednesday, March 6, 2019 - 5:35:13 PM
Last modification on : Tuesday, August 20, 2019 - 1:38:58 PM
Document(s) archivé(s) le : Friday, June 7, 2019 - 4:54:44 PM

File

These_NIKITINA_Tatiana.pdf
Version validated by the jury (STAR)

Identifiers

  • HAL Id : tel-02059608, version 1

Citation

Tatiana Nikitina. Le « ballet russe » de Marius Petipa : un exemple d'hybridation culturelle. Musique, musicologie et arts de la scène. Université Michel de Montaigne - Bordeaux III, 2018. Français. ⟨NNT : 2018BOR30060⟩. ⟨tel-02059608⟩

Share

Metrics

Record views

285

Files downloads

157