Portage animal des Escherichia coli entérohémorragiques : colonisation et interaction avec le microbiote digestif animal

Résumé : Les Escherichia coli entérohémorragiques (EHEC) sont des E. coli producteurs de Shiga-toxines (STEC) représentant le quatrième agent responsable de toxi-infections alimentaires en Europe. La contamination par ces pathogènes résulte principalement de l’ingestion de produits alimentaires contaminés par les fèces de bovins, dont le tube digestif apparait comme le principal réservoir naturel des EHEC. Ces pathogènes survivent dans le tractus digestif du ruminant, qui est porteur sain, et semblent bien adaptés à l’ensemble de cet écosystème complexe. Réduire le portage animal est une stratégie de choix afin de limiter les toxi-infections humaines à EHEC. L’objectif de cette thèse était d’approfondir les connaissances sur la physiologie et l’écologie des EHEC dans le tube digestif du bovin, une étape primordiale pour proposer, à terme, différentes stratégies visant à limiter le portage. L’analyse du transcriptome de la souche EHEC O157:H7 de référence EDL933 a permis l’identification de voies métaboliques utilisées par les EHEC dans différents compartiments du tube digestif de l’animal. Certains sucres, dont ceux issus de la couche de mucus intestinal, et acides aminés ainsi que l’éthanolamine semblent représenter des substrats importants pour la survie des EHEC tout au long du tube digestif du bovin. Cette étude transcriptomique a également mis en évidence l’activation, par la souche EHEC, de nombreux systèmes de résistance à différents stress rencontrés dans le tube digestif bovin, dont les systèmes toxines/anti-toxines. L’activation de ces systèmes et la capacité à former des biofilms ont également été observées chez une souche STEC O157:H7 d’origine bovine, la souche MC2, dans des conditions mimant une persistance dans l’environnement. La caractérisation génomique et phénotypique permet de considérer cette souche comme pathogène et des études réalisées in vitro et in vivo ont indiqué que la souche MC2 était capable de persister dans le tube digestif du bovin mais aussi dans l’environnement de l’élevage. L’inoculation expérimentale de bovins par la souche MC2 a permis de mettre au point le premier modèle animal reproductible de portage et d’excrétion des STEC O157:H7 décrit en France. Ce modèle pourra être utilisé pour tester in vivo l’effet d’additifs alimentaires, tels que les probiotiques, afin de réduire le portage et l’excrétion de souches EHEC par les bovins, et donc limiter la contamination de l’Homme.
Type de document :
Thèse
Toxicologie. Université Clermont Auvergne, 2018. Français. 〈NNT : 2018CLFAC002〉
Liste complète des métadonnées

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01967620
Contributeur : Abes Star <>
Soumis le : mardi 1 janvier 2019 - 01:10:03
Dernière modification le : mardi 15 janvier 2019 - 15:03:48

Fichier

2018CLFAC002_SEGURA.pdf
Version validée par le jury (STAR)

Identifiants

  • HAL Id : tel-01967620, version 1

Collections

Citation

Audrey Segura. Portage animal des Escherichia coli entérohémorragiques : colonisation et interaction avec le microbiote digestif animal. Toxicologie. Université Clermont Auvergne, 2018. Français. 〈NNT : 2018CLFAC002〉. 〈tel-01967620〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

179

Téléchargements de fichiers

88