Electrochemical and photochemical studies of some remarkable ruthenium complexes

Résumé : Cette thèse fait partie d’un projet franco-keyan dénommé ELEPHOX (ELEctrochemical and PHOto Properties of Some Remarkable Ruthenium and Iron CompleXes). En particulier, notre focus est la continuation du travail de C. Muhavini Wawire, Damien Jouvenot, Fréd erique Loiseau, Pablo Baudin, Sébastien Liatard, Lydia Njenga, Geoffrey Kamau, et Mark E. Casida, “Density-Functional Study of Lumininescence in Polypyridine Ruthenium Complexes,” J. Photochem. and Photobiol. A 276, 8 (2014). Cet article a proposé une indice orbitalaire de temps de luminescence pour les complexesde ruthénium. Cependant cet article n’était limité qu’à quelques mnolecules. Afin d’avoir une théorie plus fiable et donc potentiellement plus utile, il faudra tester l’indice de luminescence sur beaucoup plus de molécules. Ayant établi le protocol, il était “évident” mais toujours un défi de le tester sur encore une centaine de molécules pour démonter ou infirmer l’indice proposée. Pour ce faire, j’ai examainé les 98 pages de la Table I de A. Juris, V. Balzani, F. Bargelleti, S. Campagna, P. Belser, et A.V. Zelewsky, “Ru(II) polypyridine complexes: Photophysics, photochemistry, electrochemistry, and chemiluminescence,” Chem. Rev. 84, 85 (1988) et j’ai extrait un nombre important de données susceptibles à comparaison avec les résultats des calculs de la théorie de la fonctionelle de la densité (DFT) et la DFT dépendante du temps (TD-DFT). Comme les résultats étaient suffisament encourageant, le modèle DFT était examiné de plus près avec la méthode d’une théorie de champs de ligands (LFT) à la base de la densité des états partielle (PDOS). Ainsi j’ai pu tester l’indice de luminescence proposée précédement par laméthode PDOS-LFT et j’ai trouvé des difficultés avec l’indice initialement proposée. Par contre, nous avons pu proposer une nouvelle indice de luminescence qui, à quelques exceptions près, a une corrélation linéaire avec une barrière énergétique moyenne pour l’état triplet excité dérivée à partir des données experimentales. À l’avenir nous pouvons proposer une investigation plus directe de la barrière sur la surface triplet excité pour remplacer la valeur approximative déduite de l’expérience. Puis nous voulons voir sinotre indice de luminescence s’appliquent aux cas des complexes d’iridium.
Type de document :
Thèse
Theoretical and/or physical chemistry. Université Grenoble Alpes, 2017. English. 〈NNT : 2017GREAV071〉
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [244 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01712697
Contributeur : Abes Star <>
Soumis le : lundi 19 février 2018 - 16:59:06
Dernière modification le : mardi 27 novembre 2018 - 16:42:02
Document(s) archivé(s) le : mardi 8 mai 2018 - 02:18:10

Fichier

MAGERO_2017_archivage.pdf
Version validée par le jury (STAR)

Identifiants

  • HAL Id : tel-01712697, version 1

Collections

Citation

Denis Magero. Electrochemical and photochemical studies of some remarkable ruthenium complexes. Theoretical and/or physical chemistry. Université Grenoble Alpes, 2017. English. 〈NNT : 2017GREAV071〉. 〈tel-01712697〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

404

Téléchargements de fichiers

202