R. Ahluwalia, Examination of Psychological Processes Underlying Resistance to Persuasion, Journal of Consumer Research, vol.27, issue.2, pp.217-249, 2000.
DOI : 10.1037/0022-3514.46.6.1208

F. Allard-poesi, Coder les données Conduire un projet de recherche : une perspective qualitative. Les essentiels de la gestion, Colombelles: EMS Éd. Management & société, pp.245-290, 2003.

N. Allison, A Psychometric Development of a Test for Consumer Alienation from the Marketplace, Journal of Marketing Research, vol.15, issue.4, pp.565-575, 1978.
DOI : 10.2307/3150626

B. Anderson, Imagined communities: reflections on the origin and spread of nationalism, 1991.

D. Anzieu, Le Penser, du Moi-peau au Moi pensant, 1994.

N. Artz and P. Cooke, Using E???Mail Listservs to Promote Environmentally Sustainable Behaviors, Journal of Marketing Communications, vol.171, issue.4, pp.257-276, 2007.
DOI : 10.2172/645498

C. Austin, C. Plouffe, and C. Peters, Anti-commercial consumer rebellion: Conceptualisation and measurement, Journal of Targeting, Measurement and Analysis for Marketing, vol.14, issue.1, pp.62-78, 2005.
DOI : 10.1057/palgrave.jt.5740170

R. Bagozzi and D. Moore, Public Service Advertisements: Emotions and Empathy Guide Prosocial Behavior, Journal of Marketing, vol.58, issue.1, pp.56-70, 1994.
DOI : 10.2307/1252251

D. Bajde, Other???Centered Behavior and The Dialectics of Self and Other, Consumption Markets & Culture, vol.72, issue.4, pp.301-316, 2006.
DOI : 10.1086/285993

D. Bajde, Rethinking the social and cultural dimensions of charitable giving, Consumption Markets & Culture, vol.33, issue.1, pp.65-84, 2009.
DOI : 10.1086/229461

A. Banikéma, La propension du consommateur a résister aux dispositifs d'influence marchands : conceptualisation, mesure et impact sur les comportements de consommation, 2011.

A. Banikéma and D. Roux, La propension a resister du consommateur : contribution a l'etude d'une disposition a s'opposer aux tentatives d'influence marchande, Recherche et Applications en Marketing, vol.29, issue.2, pp.34-59, 2014.
DOI : 10.1177/0767370113517345

D. Basil, N. Ridgway, and M. Basil, Guilt and giving: a process model of empathy and efficacy, Psychology and Marketing, pp.1-23, 2008.

C. Batson, Prosocial Motivation: Is it ever Truly Altruistic?, Advances in Experimental Social Psychology, vol.20, pp.65-122, 1987.
DOI : 10.1016/S0065-2601(08)60412-8

C. Batson, The Altruism Question: Toward a Social Psychological Answer, 1991.

R. Bauer and S. Greyser, Advertising in America: the Consumer View, 1968.

D. Baumann, R. Cialdini, and D. Kenrick, Altruism as hedonism: Helping and self-gratification as equivalent responses., Journal of Personality and Social Psychology, vol.40, issue.6, pp.1039-1046, 1981.
DOI : 10.1037/0022-3514.40.6.1039

W. Bearden, D. Hardesty, and R. Rose, Consumer Self-Confidence: Refinements in Conceptualization and Measurement, Journal of Consumer Research, vol.28, issue.1, pp.121-155, 2001.
DOI : 10.1086/208520

URL : https://scholarcommons.sc.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1002&context=mark_facpub

R. Bekkers, Traditional and Health-Related Philanthropy: The Role of Resources and Personality, Social Psychology Quarterly, vol.10, issue.4, pp.349-366, 2006.
DOI : 10.1023/A:1021466712273

R. Bekkers, Who gives what and when? A scenario study of intentions to give time and money, Social Science Research, vol.39, issue.3, pp.369-381, 2010.
DOI : 10.1016/j.ssresearch.2009.08.008

R. Belk, It's the Thought that Counts: A Signed Digraph Analysis of Gift-Giving, Journal of Consumer Research, vol.3, issue.3, pp.155-62, 1976.
DOI : 10.1086/208662

R. Belk, Gift-giving behavior, pp.95-126, 1979.

R. Belk, Effects of gift-giving involvement on gift-giving strategies Advances in Consumer Research, pp.531-536, 1982.

R. Belk, Sharing: Table 1, Journal of Consumer Research, vol.36, issue.5, pp.715-734, 2009.
DOI : 10.2307/2801707

R. Belk, Le concept de don, dans Bergadaà M, Le Gall-Ely M et Urien B, Don et pratiques caritatives, pp.19-33, 2011.

R. Belk and G. Coon, Gift Giving as Agapic Love: An Alternative to the Exchange Paradigm Based on Dating Experiences, Journal of Consumer Research, vol.20, issue.3, pp.393-417, 1993.
DOI : 10.1086/209357

N. Bendapudi, S. Singh, and V. Bendapudi, Enhancing Helping Behavior: An Integrative Framework for Promotion Planning, Journal of Marketing, vol.60, issue.3, pp.33-49, 1996.
DOI : 10.2307/1251840

URL : https://kuscholarworks.ku.edu/bitstream/1808/17774/1/BendapudiN_JM_60%283%2933.pdf

R. Bennett, Factors underlying the inclination to donate to particular types of charity, International Journal of Nonprofit and Voluntary Sector Marketing, vol.6, issue.1, pp.12-29, 2003.
DOI : 10.1002/nvsm.6090030406

J. Benway and D. Lane, Banner blindness: Web searchers often miss " obvious, links. Itg Newsletter, vol.1, issue.3, pp.1-22, 1998.

M. Bergadaà, Le don d'objet: l'exploration de ses dimensions et des profils de donneurs aux ??uvres de bienfaisance, Recherche et Applications en Marketing, vol.21, issue.1, pp.19-39, 2006.
DOI : 10.1177/076737010602100104

M. Bergadaà and B. Et-urien, Chapitre 4, Le sens du don : entre dilemme et implication, Don et pratiques caritatives, pp.67-80, 2011.

I. Berger, The Influence of Religion on Philanthropy in Canada, VOLUNTAS: International Journal of Voluntary and Nonprofit Organizations, vol.13, issue.1, pp.115-132, 2006.
DOI : 10.1007/s11266-006-9007-3

M. Bishop and M. Green, « Philanthrocapitalism: How giving can save the world, 2010.

S. Bither and P. Wright, The Self-Confidence-Advertising Response Relationship: A Function of Situational Distraction, Journal of Marketing Research, vol.10, issue.2, pp.146-52, 1973.
DOI : 10.2307/3149819

G. Bonnin and P. Odou, Les communautés imaginées, un territoire d'action marketing? Le cas de l'entreprise de rencontre en ligne Meetic, Décisions Marketing, vol.58, pp.27-36, 2010.

P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, 1997.

D. Boush, M. Friestad, and G. Rose, Adolescent Skepticism toward TV Advertising and Knowledge of Advertiser Tactics, Journal of Consumer Research, vol.21, issue.1, pp.165-175, 1994.
DOI : 10.1086/209390

J. Boyer, Le scepticisme du consommateur face à la publicité: modèle intégrateur et effets du signal « satisfait ou remboursé, Thèse de doctorat en sciences de gestion, 2006.
DOI : 10.3917/maorg.012.0147

J. Boyer, Les effets du scepticisme du consommateur face ?? la publicit?? sur le processus de persuasion, Marché et organisations 2010, pp.147-178, 2010.
DOI : 10.3917/maorg.012.0147

J. Boyer, A. Noel, and P. Valette-florence, Le scepticisme du consommateur face à la publicité : définition conceptuelle et proposition de mesure, 2006.
DOI : 10.3917/maorg.012.0147

J. Brehm, Psychological reactance: theory and applications, Advances in Consumer Research, pp.72-75, 1989.

S. Brehm and J. Brehm, Psychological reactance: A theory of freedom and control, 1981.

P. Briñol, Individual Differences in Resistance to Persuasion: The role of Beliefs and Meta-Beliefs, in Resistance and Persuasion, pp.83-104, 2004.

W. Bryant, H. Jeon-slaughter, H. Kang, and A. Tax, Participation in Philanthropic Activities: Donating Money and Time, Journal of Consumer Policy, vol.79, issue.1, pp.43-73, 2003.
DOI : 10.2307/2657355

J. Burnett and V. Wood, A proposed model of the donation decision process, Research in Consumer Behavior, vol.3, pp.1-47, 1988.

B. Byrne, Structural Equation Modeling With Eqs: Basic Concepts, Applications, And Programming. 2ème édition, 2006.

A. Caillé, Don, intérêt et désintéressement, 1994.

M. Campbell, When Attention-Getting Advertising Tactics Elicit Consumer Inferences of Manipulative Intent: The Importance of Balancing Benefits and Investments, Journal of Consumer Psychology, vol.24, issue.3, pp.225-254, 1995.
DOI : 10.1037//0022-3514.40.2.384

M. Carricano, F. Poujol, and L. Bertrandias, Segmenter. In : Analyse de données avec SPSS (2e édition) Paris: Pearson Education, pp.93-123, 2010.

M. Certeau, L'invention du quotidien, Tome 1. Arts de faire, charitable donations, Psychology and Marketing, pp.157-170, 1990.

C. Chédotal, Le rôle de la culpabilité dans le marketing de la collecte de fonds : influence sur le comportement de don des particuliers, Thèse de doctorat de Sciences de Gestion de l, 2011.

C. Chédotal, Le rôle de la culpabilité dans les messages de collecte de fonds, 28ème congrès de l'Association Française du Marketing, pp.9-11, 2012.

H. Cherrier and J. Murray, Reflexive Dispossession and the Self: Constructing a Processual Theory of Identity, Consumption Markets & Culture, vol.18, issue.1, pp.1-29, 2007.
DOI : 10.1086/209318

G. Churchill, A Paradigm for Developing Better Measures of Marketing Constructs, Journal of Marketing Research, vol.16, issue.1, pp.64-73, 1979.
DOI : 10.2307/3150876

R. Cialdini, B. Darby, and J. Vincent, Transgression and altruism: A case for hedonism, Journal of Experimental Social Psychology, vol.9, issue.6, pp.502-516, 1973.
DOI : 10.1016/0022-1031(73)90031-0

R. Cialdini, M. Schaller, D. Houlihan, K. Aprs, F. Fultz et al., Empathy-based helping: Is it selflessly or selfishly motivated?, Journal of Personality and Social Psychology, vol.52, issue.4, pp.749-758, 1987.
DOI : 10.1037/0022-3514.52.4.749

URL : http://people.eku.edu/gorej/psy837/Readings/cialdini et al (1987).pdf

M. Clee and R. Wicklund, Consumer Behaviour and Psychological Reactance, 1980.
DOI : 10.1086/208782

F. Cochoy, Entre agence et dispositifs : les apories du concept de résistance, Consommation et résistances des consommateurs, D. Roux (coord), 2009.

J. Codol, L'estimation des distances physiques entre personnes : Suis-je aussi loin de vous que vous l'êtes de moi ? L'Année psychologique, n° 85, pp.517-534, 1985.
DOI : 10.3406/psy.1985.29111

URL : http://www.persee.fr/docAsPDF/psy_0003-5033_1985_num_85_4_29111.pdf

P. Cottet, J. Ferrandi, and M. Et-lichtlé, La résistance du consommateur à la publicité: étude des perceptions du consommateur, Roux D (coord.) Consommation et résistances des consommateurs, 2009.

P. Cottet, J. Ferrandi, and M. Lichtlé, Les dimensions de la résistance à la publicité: une approche qualitative par la méthode des collages, Actes des 13émes Journées de Recherche en Marketing de Bourgogne, pp.1-19, 2008.

P. Cottet, J. Ferrandi, and M. Lichtlé, La résistance du consommateur à la publicité: étude des perceptions du consommateur, Consommation et résistances des consommateurs, D. Roux (coord), 2009.

P. Cottet, J. Ferrandi, and M. Lichtlé, Premiers test et validation d'une échelle de, 2010.

P. Desmet, Intérêts et limites de la vente par catalogue en collecte de fonds, Revue Française du Marketing, pp.23-32, 1996.

P. Desmet, Asking for less to obtain more, Journal of Interactive Marketing, vol.13, issue.3, pp.55-65, 1999.
DOI : 10.1002/(SICI)1520-6653(199922)13:3<55::AID-DIR4>3.0.CO;2-J

URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00143436

D. Sciullo and J. , Marketing et communication des associations, Editions Juris Service, 1990.

W. Diamond and S. Noble, Defensive responses to charitable direct mail solicitations, Journal of Interactive Marketing, vol.15, issue.3, pp.2-12, 2001.
DOI : 10.1002/dir.1012

M. Dobré, L'écologie au quotidien. Eléments pour une théorie sociologique de la résistance ordinaire, 2002.

S. Dobscha, The lived experience of consumer rebellion against marketing, 1998.

A. and J. W. Hutchinson, Advances in Consumer Research Association for Consumer Research, pp.91-97

S. Dobscha and J. Ozanne, An Ecofeminist Analysis of Environmentally Sensitive Women Using Qualitative Methodology: The Emancipatory Potential of an Ecological Life, Journal of Public Policy & Marketing, vol.20, issue.2, pp.201-214, 2001.
DOI : 10.1509/jppm.20.2.201.17360

N. Dufourcq, Eléments pour une histoire de la collecte des dons, pp.85-112, 1996.

L. Duke, Get real!: Cultural relevance and resistance to the mediated feminine ideal, Psychology and Marketing, vol.67, issue.2, pp.211-233, 2002.
DOI : 10.1177/107769909006700310

S. Edwards, H. Li, and J. Lee, Forced Exposure and Psychological Reactance: Antecedents and Consequences of the Perceived Intrusiveness of Pop-Up Ads, Journal of Advertising, vol.11, issue.16, pp.83-95, 2002.
DOI : 10.1080/00913367.1990.10673186

D. Elgin, Voluntary simplicity, Planning Review, vol.5, issue.6, 1981.
DOI : 10.1108/eb053820

A. Etzioni, Voluntary simplicity : characterization, select psychological implications, and societal consequences, Journal of Economic Psychology, vol.19, pp.619-643, 1998.
DOI : 10.1007/978-3-662-03900-7_1

M. Gavard-perret, D. Gotteland, and C. Haon, Méthodologie de la recherche: réussir son mémoire ou sa thèse en sciences de gestion, 2012.

M. Gavard-perret, D. Gotteland, A. Helme-guizon, M. Herbert, and D. Ray, Collecter les données : l'enquête, ML Gavard-Perret, 2008.

. Méthodologie-de-la-recherche, Réussir son mémoire ou sa thèse en sciences de gestion, pp.87-138

G. Gendre and N. Eglin, Qu'est-ce que le fundraising ? Les fondamentaux de la collecte de fonds, p.48, 2003.

J. Giannelloni and E. Vernette, Études de marché. Gestion, 2 ème édition, 2001.

U. Gneezy, E. Keenan, and A. Gneezy, Avoiding overhead aversion in charity, Science, vol.109, issue.19, pp.632-635, 2014.
DOI : 10.1073/pnas.1120893109

C. Goodwin, Privacy: Recognition of a consumer right, Journal of Public Policy & Marketing, vol.10, pp.149-166, 1991.

J. Greenberg, S. Solomon, T. Et-pyszczynski, and M. Zanna, Terror Management Theory of Self-Esteem and Cultural Worldviews: Empirical Assessments and Conceptual Refinements, Advances in experimental social psychology, vol.29, pp.61-139, 1997.
DOI : 10.1016/S0065-2601(08)60016-7

M. Griffin, B. Babin, J. Attaway, and W. Darden, Hey you, can ya spare some change? The case of empathy and personal distress as reaction to charitable appeals, Advances in Consumer Research, vol.20, pp.508-514, 1993.

N. Guéguen, Fund-Raising on the Web: The Effect of an Electronic Door-in-the-Face Technique on Compliance to a Request, CyberPsychology & Behavior, vol.6, issue.2, pp.189-193, 2003.
DOI : 10.1089/109493103321640383

B. Guy and W. Patton, THE MARKETING OF ALTRUISTIC CAUSES: UNDERSTANDING WHY PEOPLE HELP, Journal of Services Marketing, vol.2, issue.1, pp.5-16, 1988.
DOI : 10.1108/eb024711

L. Ha, Advertising clutter in consumer magazines: Dimensions and effects, Journal of Aduertiszng Research, vol.36, pp.76-83, 1996.

L. Haddad, Du marketing guerrier au marketing social : un retour aux sources pour les associations de solidarité, Décisions Marketing, pp.67-74, 2000.

J. Hair, R. Anderson, B. Babin, and W. Black, Multivariate data analysis: A global perspective Upper Saddle River, 2010.

J. Hair, W. Black, B. Babin, and R. Anderson, Multivariate Data Analysis. 7ème édition, 2010.

E. Hall, A System for the Notation of Proxemic Behavior, American Anthropologist, vol.65, issue.5, pp.1003-1026, 1963.
DOI : 10.1525/aa.1963.65.5.02a00020

D. Hebdige, Subculture: The Meaning of Style, Critical Quarterly, vol.37, issue.2, 1979.
DOI : 10.1111/j.1467-8705.1995.tb01063.x

S. Hibbert and S. Horne, Giving to charity: questioning the donor decision process, Journal of Consumer Marketing, vol.13, issue.2, pp.4-13, 1996.
DOI : 10.1108/03090569510098474

E. Hirschman, Secular Mortality and the Dark Side of Consumer Behavior : Or How Semiotics Saved My Life Advances in Consumer Research, 1991.

. Solomon and U. Provo, Association for Consumer Research, pp.1-6

J. Hollander and R. Einwohner, Conceptualizing Resistance, Sociological Forum, vol.19, issue.4, pp.533-54, 2004.
DOI : 10.1007/s11206-004-0694-5

S. Hong and S. Faedda, Refinement of the Hong Psychological Reactance Scale, Educational and Psychological Measurement, vol.29, issue.1, pp.173-182, 1996.
DOI : 10.2466/pr0.1987.61.3.811

P. Hooper and S. Stobart, Using third-party services to reduce the development cost and improve the effectiveness of charity websites, International Journal of Nonprofit and Voluntary Sector Marketing, vol.28, issue.4, pp.328-336, 2003.
DOI : 10.1002/nvsm.223

M. Horowitz, D. Duff, and L. Stratton, « Personal space and body buffer zone », Environmental spychology: man and his physical space, Proshansky H.M. (dir.), Rinehart and Winston, 1974.

A. Huberman and M. Miles, Analyse des données qualitatives -Recueil de nouvelles méthodes, 1991.

J. Huefner and K. Hunt, Extending the Hirschman Model : when Voice and Exit don't tell the whole story, Journal of Consumer Satisfaction, Dissatisfaction and Complaining Behavior, vol.7, pp.267-270, 1994.

J. Huefner and K. Hunt, Consumer retaliation as a response to dissatisfaction, Journal of Consumer Satisfaction, Dissatisfaction and Complaining Behavior, vol.13, pp.61-82, 2000.

S. Hunt and J. Hansen, The philosophical foundations of marketing research: For scientific realism and truth. The SAGE handbook of marketing theory, p.111, 2009.

E. Hunter and G. Rowles, Leaving a legacy: Toward a typology, Journal of Aging Studies, vol.19, issue.3, pp.327-347, 2005.
DOI : 10.1016/j.jaging.2004.08.002

E. James, Commercialism and the mission of nonprofits, Society, vol.2, issue.4, pp.29-35, 2003.
DOI : 10.1007/s12115-003-1015-y

A. Jolibert and P. Jourdan, Marketing research, méthodes de recherche et d'études en marketing, Management sup, 2 ème édition, 2011.

E. Jonas, J. Schimel, J. Greenberg, and T. Pyszczynski, The Scrooge Effect: Evidence that Mortality Salience Increases Prosocial Attitudes and Behavior, Personality and Social Psychology Bulletin, vol.28, issue.10, pp.1342-1353, 2002.
DOI : 10.1037/0022-3514.54.6.1063

A. Jones and J. Posnett, Charitable donations by UK households: evidence from the Family Expenditure Survey, Applied Economics, vol.69, issue.2, pp.343-351, 1991.
DOI : 10.1016/0047-2727(86)90078-2

D. Kanter and L. Wortzel, CYNICISM AND ALIENATION AS MARKETING CONSIDERATIONS: SOME NEW WAYS TO APPROACH THE FEMALE CONSUMER, Journal of Consumer Marketing, vol.82, issue.1, pp.5-15, 1985.
DOI : 10.1108/eb038816

A. Kirmani and M. Campbell, Goal Seeker and Persuasion Sentry: How Consumer Targets Respond to Interpersonal Marketing Persuasion, Journal of Consumer Research, vol.31, issue.3, pp.573-82, 2004.
DOI : 10.1086/425092

E. Knowles and J. Linn, The Importance of Resistance to Persuasion, dans Resistance and Persuasion, pp.3-9, 2004.

C. Lévi-strauss, Les structures élémentaires de la parenté, 1949.
DOI : 10.1515/9783110226089

H. Li, S. Edwards, and J. Lee, Measuring the Intrusiveness of Advertisements: Scale Development and Validation, Journal of Advertising, vol.33, issue.1, pp.37-47, 2002.
DOI : 10.1080/10641734.1997.10524436

L. Lindsey, Anticipated Guilt as Behavioral Motivation: An Examination of Appeals to Help Unknown Others Through Bone Marrow Donation, Human Communication Research, vol.31, issue.4, pp.453-481, 2005.
DOI : 10.1093/hcr/31.4.453

W. Liu and J. Aaker, The Happiness of Giving: The Time-Ask Effect, Journal of Consumer Research, vol.35, issue.3, pp.543-557, 2008.
DOI : 10.1037/0096-3445.134.1.23

M. Long and L. Chiagouris, The role of credibility in shaping attitudes toward nonprofit websites, International Journal of Nonprofit and Voluntary Sector Marketing, vol.20, issue.3, pp.239-249, 2006.
DOI : 10.1080/00913367.1981.10672756

R. Lunardo and A. Mbengue, When atmospherics lead to inferences of manipulative intent: Its effects on trust and attitude, Journal of Business Research, vol.66, issue.7, pp.823-830, 2013.
DOI : 10.1016/j.jbusres.2011.06.007

R. Lunardo and D. Roux, In-store arousal and consumers??? inferences of manipulative intent in the store environment, European Journal of Marketing, vol.49, issue.5/6, pp.646-667, 2015.
DOI : 10.1086/651257

R. Lunardo, D. Roux, and D. Chaney, The evoking power of servicescapes: Consumers' inferences of manipulative intent following service environment-driven evocations, Journal of Business Research, vol.69, issue.12, pp.6097-6105, 2016.
DOI : 10.1016/j.jbusres.2016.06.017

R. Lutz, S. Mackenzie, and G. Belch, Attitude toward the ad as a mediator of advertising effectiveness : determinants and consequences, Advances in Consumer Research, for Consumer Research, pp.532-539, 1983.

S. Mackenzie and R. Lutz, An Empirical Examination of the Structural Antecedents of Attitude toward the Ad in an Advertising Pretesting Context, Journal of Marketing, vol.53, issue.2, pp.48-65, 1989.
DOI : 10.2307/1251413

F. Marcot, Pour une sociologie de la Resistance: intentionnalite et fonctionnalite, Le Mouvement social, vol.3, issue.180, p.180, 1997.
DOI : 10.2307/3779346

J. Marcoux, Escaping the Gift Economy, Journal of Consumer Research, vol.36, issue.4, pp.671-685, 2009.
DOI : 10.1086/314310

G. Marion, Idéologie marketing, mal du siècle, 2004.

M. Mauss, Essai sur le don. Formes et raison de l'échange dans les sociétés archaïques, 1923.
DOI : 10.1522/cla.mam.ess3

A. Merchant, J. Ford, and A. Sargeant, Charitable organizations' story telling influence on donors' emotions and intentions, Journal of Business Research, 2009.
DOI : 10.1016/j.jbusres.2009.05.013

G. Milne and A. J. Et-rohm, Consumers??? Protection of Online Privacy and Identity, Journal of Consumer Affairs, vol.20, issue.2, pp.217-232, 2004.
DOI : 10.2307/249477

L. Mohr, D. Eroglu, and P. Ellen, The Development and Testing of a Measure of Skepticism Toward Environmental Claims in Marketers' Communications, Journal of Consumer Affairs, vol.12, issue.2, pp.30-55, 1998.
DOI : 10.1080/00913367.1995.10673477

R. Moisio and S. Askegaard, Fighting Culture -Mobile phone consumption practises as means of consumer resistance, Asia Pacific Advances in Consumer Research, vol.5, pp.24-29, 2002.

M. Morimoto and S. Chang, Psychological Factors Affecting Perceptions of Unsolicited Commercial E-mail, Journal of Current Issues & Research in Advertising, vol.19, issue.4, pp.63-73, 2009.
DOI : 10.1002/dir.20047

M. Morimoto and W. Macias, A Conceptual Framework for Unsolicited Commercial E-mail: Perceived Intrusiveness and Privacy Concerns, Journal of Internet Commerce, vol.24, issue.3-4, pp.137-160, 2009.
DOI : 10.1002/dir.20047

J. Mowen, The 3M model of motivation and personality: theory and empirical applications to consumer behaviour, 2000.
DOI : 10.1007/978-1-4757-6708-7

A. Muniz and L. Hamer, Us versus Them : oppositional brand loyalty and the Cola wars Advances in Consumer Research, for Consumer Research, pp.355-361, 2001.

C. Obermiller and E. Spangenberg, Development of a Scale to Measure Consumer Skepticism Toward Advertising, Journal of Consumer Psychology, vol.18, issue.2, pp.159-186, 1998.
DOI : 10.1037/0022-3514.42.5.798

C. Obermiller and E. Spangenberg, On the origin and distinctness of skepticism toward advertising, Marketing Letters, pp.311-322, 2000.

C. Obermiller and E. Spangenberg, Ad skepticism: the consequences of disbelief, International Research Seminar in Marketing, 2003.

P. Odou and P. De-pechpeyrou, Scepticisme du consommateur et efficacité promotionelle, Recherches et Applications en Marketing, vol.27, issue.2, pp.45-70, 2012.

S. Orbach, Hunger strike : the anorectic's struggle as a methaphor for our age, 1986.

C. Otnes and R. Beltramini, Gift-giving: an interdisciplinary anthology, 1996.

P. Paillé and A. Mucchielli, L'analyse qualitative en sciences humaines et sociales, 2012.
DOI : 10.3917/arco.paill.2012.01

A. Pascual, L. Dagot, B. Vallée, and N. Et-guégen, Soumission sans pression, m??diatisation d???un tsunami et don d???argent: efficacit?? compar??e de la porte-au-nez et du ??vous ??tes libre de?????, Revue Europ??enne de Psychologie Appliqu??e/European Review of Applied Psychology, vol.59, issue.1, pp.79-84, 2009.
DOI : 10.1016/j.erap.2006.07.003

L. Peñaloza and L. Price, Consumer resistance: a conceptual overview, Advances in Consumer Research, vol.20, pp.123-128, 1993.

L. Perraud, Antécédents et conséquences de l'intrusion publicitaire perçue sur Internet : le cas des formats publicitaires, Thèse de doctorat de Sciences de Gestion de l, 2013.

V. Perret and M. Séville, Fondements épistémologiques de la recherche, 2007.

J. Phelps, G. Nowak, and E. Ferrell, Privacy Concerns and Consumer Willingness to Provide Personal Information, Journal of Public Policy & Marketing, vol.19, issue.1, pp.27-41, 2000.
DOI : 10.1509/jppm.19.1.27.16941

S. Point and C. Voynnet-fourboul, Le codage a visee theorique, Recherche et Applications en Marketing, vol.21, issue.4, pp.61-78, 2006.
DOI : 10.1177/076737010602100404

M. J. Polonsky, Who receives the most help? The most needy or those with the best marketers?, International Journal of Nonprofit and Voluntary Sector Marketing, vol.171, issue.4, pp.302-304, 2003.
DOI : 10.1002/nvsm.219

P. Reingen, On Inducing Compliance with Requests, Journal of Consumer Research, vol.5, issue.2, pp.96-102, 1978.
DOI : 10.1086/208720

J. Reykowski, Development of prosocial motivation: a dialectic process, 1982.

. Eisenberg, The development of prosocial behavior, pp.377-394

D. Richardson and G. Chapman, What some recent research tells us about planned giving (legacy marketing) in North America, International Journal of Nonprofit and Voluntary Sector Marketing, vol.5, issue.1, pp.33-41, 2005.
DOI : 10.1002/nvsm.2

S. Rieunier, Comment collecter des fonds auprès des particuliers, Marketing et communication des associations, pp.89-131, 2008.

S. Rieunier and B. Urien, Léguer c'est continuer à vivre, Don et pratiques caritatives, pp.177-195, 2011.

S. Rieunier, G. Boulbry, and C. Chédotal, Comment faire face à la maturité du marché de la collecte de fonds pour une association de solidarité ? Rajeunir la cible et / ou changer de méthode de collecte ? Actes du 21ème congrès de l'Association Française du Marketing, pp.19-20, 2005.

R. Rosenblatt, A. Cusson, and L. Mcgown, A model to explain charitable donation ? Health care consumer behaviour, Advances in Consumer Research, vol.13, pp.235-239, 1986.

J. Rossiter, The C-OAR-SE procedure for scale development in marketing, International Journal of Research in Marketing, vol.19, issue.4, pp.305-340, 2002.
DOI : 10.1016/S0167-8116(02)00097-6

J. Rossiter, Marketing measurement revolution, European Journal of Marketing, vol.45, issue.11/12, pp.1589-1600, 2011.
DOI : 10.1016/S0148-2963(01)00296-X

L. Rouleau, La méthode biographique Conduire un projet de recherche : une perspective qualitative Les essentiels de la gestion, pp.133-171, 2003.

P. Roussel, F. Durrieu, E. Campoy, and A. Akremi, Méthodes d'équations structurelles : recherche et applications en gestion, 2002.

C. Routley, A. Sargeant, and W. Scaife, Bequests to Educational Institutions: Who Gives and Why?, International Journal of Educational Advancement, vol.30, issue.3, pp.193-204, 2009.
DOI : 10.2307/800358

D. Roux, La résistance du consommateur : conceptualisations, échelles d'observation et proposition d'un cadre d'analyse, 2006.

D. Roux, La resistance du consommateur: Proposition d'un cadre d'analyse, Recherche et Applications en Marketing, vol.22, issue.4, 2007.
DOI : 10.1177/076737010702200403

D. Roux, Résistances et stratégies face à la télévente: une analyse par la métacognition des consommateurs, 12èmes Journées de Recherche en Marketing de Bourgogne, 2007.

J. Rubin, Defining resistance: Contested interpretation of every day acts, 1996.

B. J. Sagarin and R. Cialdini, Creating critical consumers: Motivating receptivity by teaching resistance, 2004.

A. Sargeant, Charitable Giving: Towards a Model of Donor Behaviour, Journal of Marketing Management, vol.15, issue.4, pp.215-238, 1999.
DOI : 10.1362/026725799784870351

A. Sargeant and E. Jay, Fundraising Management, 2004.
DOI : 10.4324/9780203646113

A. Sargeant and L. Woodliffe, Gift giving: an interdisciplinary review, International Journal of Nonprofit and Voluntary Sector Marketing, vol.9, issue.4, pp.275-307, 2007.
DOI : 10.1002/nvsm.6090010406

A. Sargeant, J. Ford, and D. West, Perceptual determinants of nonprofit giving behavior, Journal of Business Research, vol.59, issue.2, pp.155-165, 2006.
DOI : 10.1016/j.jbusres.2005.04.006

B. Schlegelmilch, Targeting of Fund???raising Appeals ??? How to Identify Donors, European Journal of Marketing, vol.30, issue.3, pp.31-40, 1988.
DOI : 10.1111/j.1540-6261.1977.tb01995.x

B. Schlegelmilch and A. Tynan, The scope for market segmentation within the charity market: An empirical analysis, Managerial and Decision Economics, vol.30, issue.2, pp.127-134, 1989.
DOI : 10.1002/mde.4090100207

B. Schlegelmilch, A. Love, and A. Diamantopoulos, Responses to different charity appeals: the impact of donor characteristics on the amount of donations, European Journal of Marketing, vol.31, issue.8, pp.548-560, 1997.
DOI : 10.1007/BF01397771

J. Scott, Weapons of the weak: everyday form of peasant resistance, 1985.

J. Shang, A. Reed, and R. Croson, Identity Congruency Effects on Donations, Journal of Marketing Research, vol.45, issue.3, pp.351-361, 2008.
DOI : 10.1509/jmkr.45.3.351

D. Shaw and T. Newholm, Voluntary simplicity and the ethics of consumption, Psychology and Marketing, vol.11, issue.2, pp.167-185, 2002.
DOI : 10.1108/02634509710155642

K. Sheehan and M. Hoy, Flaming, Complaining, Abstaining: How Online Users Respond to Privacy Concerns, Journal of Advertising, vol.94, issue.4, pp.37-51, 1999.
DOI : 10.2307/1251688

L. Shelley and M. Polonsky, Do charitable causes need to segment their current donor base on demographic factors?: An Australian examination, International Journal of Nonprofit and Voluntary Sector Marketing, vol.11, issue.1, pp.19-29, 2002.
DOI : 10.2466/pr0.1984.55.1.139

J. Sherry, Gift giving in anthropological perspective, Journal of Consumer Research, vol.28, issue.3, pp.225-244, 1983.

J. Sherry, M. Mcgrath, and S. Levy, The dark side of the gift, Journal of Business Research, vol.28, issue.3, pp.225-244, 1993.
DOI : 10.1016/0148-2963(93)90049-U

J. Sipior and B. Ward, The ethical and legal quandary of email privacy, Communications of the ACM, vol.38, issue.12, pp.48-54, 1995.
DOI : 10.1145/219663.219679

L. Sitz, On n'est pas des cons?ommateurs? »: la critique résistante des collectifs de consommateurs. Actes du 1er colloque international « Consommation et résistance(s) des consommateurs, 2009.

P. Sturges, Remember the human: the first rule of netiquette, librarians and the Internet, Online Information Review, vol.26, issue.3, pp.209-216, 2002.
DOI : 10.1108/10650750010354166

H. Taute and S. Mcquitty, Feeling Good! Doing Good! An Exploratory Look at the Impulsive Purchase of the Social Good, Journal of Marketing Theory and Practice, vol.48, issue.3, pp.16-27, 2004.
DOI : 10.1300/J054v05n02_02

V. Tchernonog, Le secteur associatif et son financement, Informations sociales, vol.4, 2012.
URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00964886

R. Wasserstrom, Privacy: some arguments and assumptions, 1978.
DOI : 10.1017/CBO9780511625138.015

A. Weiner, Women of value, men of renown: new perspectives in Trobriand exchange, 1976.

K. Wenham, D. Stephens, and R. Hardy, The marketing effectiveness of UK environmental charity websites compared to best practice, International Journal of Nonprofit and Voluntary Sector Marketing, vol.39, issue.3, pp.213-223, 2003.
DOI : 10.1002/nvsm.214

A. Westin, Privacy and Freedom, 1967.

A. Woodside, S. Sood, and K. Miller, When consumers and brands talk: storytelling theory and research in psychology and marketing, Psychology and Marketing, pp.97-145, 2008.
DOI : 10.1002/mar.20203

P. Wright, Marketplace Metacognition and Social Intelligence, Journal of Consumer Research, vol.16, issue.4, pp.677-83, 2002.
DOI : 10.1086/209573

URL : https://academic.oup.com/jcr/article-pdf/28/4/677/11425786/28-4-677.pdf

P. Wright, M. Friestad, and D. Boush, The Development of Marketplace Persuasion Knowledge in Children, Adolescents, and Young Adults, Journal of Public Policy & Marketing, vol.24, issue.2, pp.222-233, 2005.
DOI : 10.1509/jppm.2005.24.2.222

R. Yan, R. Geczi, A. Zaiken, and M. Puzder, An Exploration of Donor Giving Patterns and Optimal Solicitation Strategies, 2015.

S. Zavestoski, The social-psychological bases of anticonsumption attitudes, Psychology and Marketing, vol.24, issue.2, pp.149-165, 2002.
DOI : 10.4324/9780203423363

. Non-j-'ai-jamais and . Vu, après je ne lis pas le journal. Les seuls trucs c'est les évènements

. Si-j-'ai-reçu-un-texto-pour-le-téléthon and . Passé-À-la-trappe, Moi je lis pas. C'est pas lu ça, c'est, un texto envoyé pour rien. C'est pas le meilleur média je pense, ou bien à la limite un mail, parce que tu peux mettre une image quoi Remarque y a les mms aussi, mais ils envoient des sms Je trouve que franchement, ils viennent dans ton quotidien, te solliciter, je trouve pas ça top. Sur ton téléphone portable, encore à la télé, ça passe, c'est la télé c'est pour tout le monde, ton téléphone c'est le tien. Moi, ça m'énerve. Je regarde pas du coup. Je préfère à la limite un mail, parce que je pourrai le consulter quand je veux. Je pense que ce qu'il y a de mieux c'est télé, face à face mais pas dans la rue, face à face avec un stand

. Je-préfère-quelque-chose, envie de venir te renseigner, c'est ça la publicité, et que ça te séduise, que ça te touche Je trouve qu'il y a pas assez de pub pour ce genre de chose, ça se fait pas de dire ça mais, il faudrait de la pub, on en parle pas assez, Et le bouche à oreille aussi, savoir qu'il y a une autre personne qui aurait donné, et que ça fonctionne, que c'est pas une arnaque, ça m'inciterait peut être à donner

. Non, (le texto) ça c'est intrusif Ça rentre dans mon espace personnel, déjà je me demande comment ils ont eu mon numéro, ça, ça m'agace, ça veut dire que tu t'es retrouvée sur une liste Je trouve ça, pas normal, parce que j'ai pas donné l'autorisation. Le téléthon y a, par période, je reçois des mails, mais c'est via des magasins ou des trucs

. La-rue, Quand j'y vais c'est soit je suis pressée pour un rendez-vous, soit, je vais faire les boutiques, je suis pas dans l'optique de donner, je me sens même coupable d'aller acheter un truc parce que je n'ai pas donné. Je me fais horreur des fois, mais c'est casse, Perception

C. 'est-Ça-le-problème-aussi, c'est que souvent ils te demandent un don, alors qu'il suffirait tout simplement de faire un papier qui parle du truc Après si t'as envie de faire un don, tu vas te renseigner Je préfère oui, bien exposer le truc, intéresser les gens, plus que directement leur demander directement de l'argent. C'est pas une bonne sollicitation je pense

. Appel-j-'ai-jamais and . Eu, mais je n'apprécierai pas non plus, je n'écouterai même pas, je raccrocherai. J'aurais l'impression que c'est un gag. Je trouve ça bizarre

. Un-stand-Ça-coûte-pas-cher, Les gens auront plus confiance, ils attireront plus de monde, et c'est logique

L. Greenpeace, ai discuté au début il était sympa et puis après quand il voyait, il devenait un peu, il voulait me forcer la main. Dans ma tête je me suis dit : « comment je vais me débarrasser de celui-là ». Je me suis sentie gênée, prise au piège. T'as pas à être désolée de ne pas donner. J'ai cherché à mettre fin

C. 'est-bien, Avec moi ça marche pas J'ai jamais vu quelqu'un qui m'a fait changer d'avis sur le don Je m'y intéresse pas Je m'en vais. Je reste polie. Par courrier... c'est pas attractif, je lis, j'ouvre, et je mets de côté, ou je le jette. Si ça m'intéresse, je mets de côté, en me disant « plus tard, mais généralement ça fini toujours à la poubelle parce que j'ai pas eu le temps de le faire

. Aujourd-'hui and . Qu, on est souvent assez sollicité. Peut-être trop, est ce que parfois y a une espèce de lassitude. On sait pas à qui on doit donner, si l'argent qu'on donne va arriver à destination

. Par, C'est une association qui milite pour la sauvegarde des abeilles Juste après avoir donné (Rire), je me suis laissé dire que le statut de l'association m'était assez obscur, on me laissait sous-entendre que ce n'était pas si clair que ça, et qu'éventuellement ça pouvait être piraté par des gens type Monsanto. Et ça, du coup je me dis mince

. Autrement and . Avaaz, C'est un gros réseau d'informations, de pétitions, soit autour de l'environnement, soit autour de la cause humanitaire Et pareil, y a des bruits qui courent, comme quoi Avaaz serait dirigé par les gros groupes capitalistes, qui sont justement décriés dans ce réseau. J'avais donné aussi pour ça, je ne sais plus pour quelle cause, parce que là c'est des pétitions, tous les jours on reçoit des pétitions, p.10

A. Pollinis, C'était pareil, par Internet, newsletter, à un moment donné, je recevais les informations, pour savoir les actions qui étaient menées

. Je-donne-pas-facilement, Je sais pas, est ce que c'est du radinisme, je sais pas pourquoi je donne pas facilement. Par contre c'est des causes qui me touchent vraiment beaucoup, et pour lesquelles j'ai beaucoup de respect pour les gens qui s

T. Pour-le, Toujours pareil, quand je donne c'est symbolique, c'est pas proportionnel à mes revenus. Là c'était Internet, ça a toujours été Internet. C'était symbolique, p.10

. Je-préfère-que-Ça-vienne-de-moi, j'aime pas du tout être sollicité Je le vis comme une forme d'intrusion, d'agression. Peut-être. Le phoning par exemple, ça me conviendrait pas du tout, qu'on m'appelle pour ça. J'estime déjà, le problème on peut pas donner à tout le monde même si toutes les causes étaient justes

. Expérience-intrusive:-j-'ai-jamais-eu-par-téléphone, Toujours par Internet, y a une distance, on donne ou on donne pas, on peut être touché ou ne pas l'être, y a cette distance. Ce qui est plus gênant

D. Dans and L. Rue, Alors ça je suis toujours très sceptiquearnaque, systématiquement, je m'arrête pas, enfin je reste poli, j'explique gentiment à la personne Ça m'est arrivé quand j'étais étudiant, ça je me souviens, on te demande de signer pour une cause juste, et à la fin tu te rends compte qu'il faut donner de l'argent quoi. Disons, que c'était amené, c'était d'abord la pétition et puis une fois que, ils ont accroché, clac, on te demande de l'argent. Et là tu te sens un peu, pieds et mains liés Et je trouve ça, je sais pas comment il faudrait faire, les associations elles ont besoin d'argent. Mais je trouve ça un peu, pas tout à fait honnête, de ne pas annoncer la couleur tout de suite. J'ai pas donné, j'ai jamais donné comme ça, je me sentais un peu trompé dans la démarche. J'ai mis court à la conversation... j'ai mis fin à la conversation en disant clairement ce que je pensais, ou pour une pétition, c'est vrai que je m'arrêterai moins facilement que j'étais plus jeune

. Au-début, ai du temps devant moi, t'es de bonne humeur, la personne est sympathique, donc là, c'est pas intrusif, et puis au moment où tu t'aperçois que finalement c'est pour un don et que t'es pas du tout dans cette démarche-là, là ça devient intrusif

E. Les, Je sais pas Pour les pompiers, on se sent vraiment obligé de donner, donc on donne pour ça d'ailleurs. Mais je le fais pas de bon coeur. Pour moi ce n'est pas une bonne cause, je préfère donner pour une cause humanitaire ou environnementale, Et je donne parce que je peux pas dire non, parce que la personne est en face de moi. C'est vrai que je donne pas facilement

. Presse, Dans la presse que je lis, je n'ai pas ça. C'est une information, on t'explique une cause, après à toi de voir si cette cause-là te touche ou pas. Ça je trouverai ça moins intrusif

. Non, si t'as pas envie de regarder tu ne regardes pas, on t'oblige pas à regarder. La notion de choix, t'as le choix de regarder ou de pas le faire. Le courrier j'ai le choix de l'ouvrir ou pas

. Affichage, Si c'est juste un panneau où j'apprends pas grand-chose. Après je peux aussi faire la démarche de faire mes recherches. Mais, je trouverai intéressant, dans un courrier, qu'on m'explique ce qui se passe etc. C'est une forme d'information

. Psychologiquement, si on faisait abstraction du côté visuel et environnemental, non, ce serait pas intrusif

. Evènements, Ça je trouve ça bien. Je trouve ça plus agréable

. Dans-la-rue, . Ça-un-don-quand-même, and . Petit, Et puis... à la sortie du Leclerc, il vend le journal, je me souviens plus, pour les gens qui n'ont pas de logement, il vend une petite revue. C'est un petit journal

. Médecin-du-monde, là je suis passée à, là c'est pareil, ils sont lourds, je suis passée à 120?, c'est par trimestre Je pense que c'est par courrier (sollicitation), parce que j'ai dû donné à une association, et ils ont dû se refiler le fichier, parce que c'est pas possible que j'aie reçu plein de papiers comme ça dans ma boite. Je pense qu'ils doivent se refiler les carnets d'adresses. Ce qui est logique, je ferai la même chose si j'étais à leur place. Mais c'est désagréable quand on te le fait. Je l'ai fait pas mal de fois

. Et-puis-l-'argent-qui-est-gaspillé-en-com, quand tu reçois du papier glacé, une seringue, qu'ils disent « cette seringue, elle va aider un enfant », tu dis mais pourquoi il a pas acheté la seringue au lieu de me l'envoyer. Ça m'énerve des trucs comme ça, j'ai envie de leur renvoyer en disant « arrêtez, pourquoi vous envoyez un feuillet glacé que je vais pas lire

. Bon, bon je pense que ça revient moins cher déjà, bon c'est casse pied parce qu'on est harcelé, mais ça revient moins cher Tu reçois des trucs en format A4, enfin, moi je lis pas, si c'est bien de lire, pour savoir ce qu'ils en font, de notre argent, mais pas autant, et pas du papier glacé, ça, je dois avouer ça me hérisse, je préférais qu'ils gardent l

J. .. Donné-À-village-d-'enfants and . Les-apprentis-d-'auteuil, ça doit faire 3 ans Sinon y a Amnesty International, j'ai donné plusieurs fois. Pas par prélèvement, je n'ai pas envie d'avoir de fil à la patte, ça je dois avouer, MDM je l'ai fait parce que je trouve que, comme Action Contre la Faim, j'ai hésité à le faire, mais je vais réfléchir, avant de me mettre un fil à la patte, parce qu'un prélèvement... ou je fais un virement ponctuel, mais là j'ai envoyé des chèques. (Sollicitation Amnesty International), je ne sais pas

J. Donné-À-véto-agricole, parce que tout le monde « verse sa larme », j'aime pas trop ce genre de truc, je me dis que tout le monde va donner donc c'est pas la peine... et donc je donne plutôt à des gens qui font du long terme, du style on va acheter une brebis, la donner à un éleveur, quand il y aura une portée, on donnera à son voisin... j'ai bien aimé ça dans le papier que j'ai lu en diagonale. Courrier et téléphone, c'est nouveau... mais la première fois je crois que c'était par courrier

P. Donner, . Que-quand-tu-reçois, . Et-que-tu-t-'aperçois-ce-que-Ça-te-coûte-vraiment, . Tu-te-dis, and . Qu, il y a des déductions d'impôts, je me suis, ça fait beaucoup, mais, voilà, c'est un choix. (EFS) je crois que c'est 15? Douleur Sans Frontières j'avais donné, en 2010, 50?. Amnesty International, 50? y a trois ans, -en cherchant dans le porte document-Ah si, ça c'était MDM, où ils ont commencé à me relancer, je me suis dit un prélèvement c'est qu'ils ont un budget à l'année, mais ça me hérisse parce qu'ils veulent faire un prélèvement au mois, moi ça m'énerve, pour 50? je n'ai pas envie d'avoir 5? tous les mois, ça coûte du fric à la banque, à tout le monde... Ils ont accepté de faire une fois par trimestre, mais il a fallu que je me batte. Elevage Sans Frontières, ça c'était avant hier... je crois que j'ai donné 70?. Et Amnesty International j'ai donné 75?, et Agronomes Vétérinaires, j'aime bien, ça m'a l'air intelligent, ils font du long terme, ils font de l'équitable aussi. Ils me disaient que les fonds restaient en France, parce que c'est bien d'agir pour tous ceux qui sont à l'étranger, mais c'est bien aussi, Amnesty International : 70?, je me suis dit allez et j'ai fait ma petite sélection, j'ai choisi cette année ça sera pas Action Contre le Faim

. Ça-me-va, en fait il reste le papier, et c'est vrai que si c'est par mail, je zappe, ACF je reçois les mails, je les regarde même pas. C'est vrai que ça marche mieux par courrier parce qu'il reste la trace, alors je réponds pas toujours, mais je me fais mon petit dossier. Et puis quand on t'appelle, t'es pas forcément dispo

C. Le-téléphone-par-exemple, est fait par des personnes qui sont bien souvent pas à leur place, et y en a même un j'ai failli lui raccrocher au nez parce qu'il essayait de me faire culpabiliser, mais vraiment, mais vraiment « vous vous rendez compte, ils souffrent, ils ont mal », c'était pour des handicapés, des bombes, des mines. J'ai dit « mais oui mais je peux Dans la rue t'as le temps

. Vente-de-services, Ce qui me gêne c'est qu'à Noël, « vous vous rendez compte, ils vont fêter Noël sans cadeaux », bein oui, c'est du chantage affectif, j'aime pas. On te fait culpabiliser parce que toi tu vas avoir une « game

. Evénements, Je préfère un concert à une kermesse, tu vas faire un truc qui te plaît, tu te sens pas obligée d'aller... je trouve l'idée bien, parce que ça peut sensibiliser

. Dans-la-rue, est intrusif aussi, parce que t'as la personne en face de toi, t'as le temps de réfléchir, moi je veux pas donner à l'un plus qu'à l'autre, j'ai pas de raison donner à l'un et pas à l'autre

. Surtout-dans-le-domaine-du-don, mais je trouve ça malhonnête. Mais en étant honnête, s'ils viennent pas, j'irai pas chercher, ils sont obligés de le faire, et le courrier vient comme compromis entre les deux... des fois je fais pas de recherche

. Leviers, parce que le discours est noyé, plein de photos d'enfants en pleurs ça j'ai tendance à balancer, quand on a tendance à me manipuler par l'affectif. Moi ça m'énerve d'avoir quatre pages « merci pour avoir donné

C. 'est-surtout-par-téléphone,-À-mon-Époque, avoue que là, depuis très longtemps j'en ai pas eu Je comprends qu'ils veulent drainer beaucoup de personnes, plus que si tu vas faire du porte à porte. Mais, tu sais pas qui est au bout du fil, ça peut-être un imposteur, des gens qui veulent se faire passer pour une association. Et tu fais des chèques, tu fais des envois et l'argent reste dans les poches des personnes qui t'appellent. Mais je ne peux pas même pas dire les associations connues

. La, par téléphone tu peux pas savoir si c'est vrai ou pas, alors qu'un courrier, ou tu connais le président, à moins que ce soit aussi un faux courrier, ça peut peutêtre arriver, mais par téléphone non

A. Oui, C'était surtout pour les aveugles, qu'ils passaient. Mais j'en vois plus. C'est très bien aussi. Le seul souci c'est qu'il faut avoir confiance

. Sollicitation-par-courrier, T'as les dons aussi pour les orphelins des douanes Je viens de recevoir un courrier. C'est quasiment tous les ans. Comme mon mari travaille à la douane. C'est pareil pour tout le monde, p.50

. Tous, Je trouve ça très bien (courrier), et là c'est un organisme qu'on connaît, donc on fait confiance, mais je ferais pas pour un organisme que je ne connais pas, si je reçois un courrier, je fais pas. T'en as marre d'être toujours sollicitée, parce que tu fais des choix

L. La-confiance, Après j'ai eu un manque de confiance, y a eu ces histoires, j'ai plus donné... et après, je me suis dit maintenant je redonne

. Et-qu-'on-puisse, traiter les cancéreux, si le pourcentage de guérison est ce qu'il est aujourd'hui c'est grâce à ça

D. Dans and L. Rue, Ils sont très gentils (Rire) Y en a, mais bon c'est pareil, je les écoute... mais je n'irai pas signer dans la rue, faire un chèque ... parce que t'as besoin de réfléchir si tu veux vraiment participer à cette association. Aller sur Internet, d'aller voir qui gère ces associations, comment ça se passe. Mais je ne ferai aucune démarche dans la rue, je veux bien les écouter, mais ça s'arrête là

. Sms, Alors non, sms encore moins que le téléphone. Sms ? j'en fais qu'aux personnes que je connais, tous les sms dont je connais pas les numéros, je ne regarde pas

. Affichage, Moi je suis pas du tout sensible à l'affichage. Pas sensible. Parce que déjà, je suis pas sensibilisée par la pub, c'est pas parce que je vois une pub, que je vais acheter un produit, donc c'est pareil pour le don, c'est pas ça qui va me sensibiliser

. Internet and . Non, Parce que sur Internet, tu connais pas, c'est toujours un problème de confiance aussi. N'importe qui, j'ai reçu un courrier par Internet, c'était un faux courrier. Quand je connais pas, je réponds pas

. Décision-don and . Sollicitation, Je donnerai oui, mais faut que je sois convaincue, par la cause, et par l'organisme. Comme tout, faut que je fasse des recherches, faut j'aie confiance, je vais pas donner de l'argent comme ça à n'importe qui

. Coordonnées, Je m'y intéresse même pas. Si je veux m'y intéresser j'irai voir sur Internet

J. 'irai-me-renseigner, Généralement, quand c'est des sms ou des mails que je connais pas, j'ouvre pas

. Emissions, Je regarde jamais ça Et puis, même, des riches qui s'intéressent une journée aux pauvres (rire), non, ça me parle pas trop, ça me touche pas du tout, Ça me fait ni chaud ni froid

. Evènements, Ça je trouve ça excellent, ça met le côté, convivialité, activité, et en même temps tu fais un don, tu passes un bon moment, tu sais que c'est utile, s'il y avait plus de truc comme ça, je ferai plus, ça je trouve ça top. (Odysséa) Une fois, pas cette année Avec les gens du Relecq, j'étais au courant, je trouvais que c'était une bonne idée. Tu passes un bon moment, t'achète 10? ton tshirt , tu sais que ça va servir à une cause, en même temps tu fais une course, c'est sympa

. Services, Très bien, gagnant-gagnant, tu donnes après la somme, c'est une bonne idée, ça pareil je fais aussi, dès que j'ai un cadeau et que je vois qu'il y a une association qui fait ça

. En-tout-cas, C'est pas le lieu, c'est pas le moment, c'est pas le cadre, quand t'es chez toi tranquille, enfin, selon les heures, on t'appelle pour faire, qu'est-ce que tu vas dire « oui je vais faire un don

. Si-par-exemple,-je-suis-dans-la-rue, UNICEF me dit « là on fait un jeu dans la rue, ça coûte deux euros, l'ensemble va partir à l'UNICEF » là je ferai peut-être, je donnerai deux euros sors une pièce, tu donnes, jeu comme ça, je pense que beaucoup de gens le feraient, une somme petite, 2? plus 2? etc., à la fin de la journée

. Mais-en-règle-générale, si je connais pas l'association, je ne suis pas sûr de sa crédibilité Je dis pas qu'elle est pas bien, mais je la connais pas. Je pense que dans ce milieu-là, il doit y avoir de bonnes grosses arnaques

. Produits, services : Oui, c'est une forme oui

. En-ligne, Des fois ça m'arrive de signer des pétitions

. Effectivement and . Le-taux-de-chômage-aujourd-'hui, tout le monde ne tiendrait pas le même discours que je tiens

. Expérience-négative, Sans doute un démarchage à domicile, mais j'en ai pas une précisément en tête, parce que je coupe court très rapidement, je laisse pas, donc ça va pas très loin dans l'échange

. Et-puis, Parce que je ne sais pas si je peux faire confiance, y a rien, les gens n'affichent pas leurs cartes, on ne sait pas. Donc, ça c'est intrusif, surtout pour ce genre de, parce que si on a envie de donner il faut être en confiance. De toute façon les gens ne franchissent pas le seuil d'entrée déjà, parce qu'ils restent, je les fais pas rentrer c'est sûr. Comme je vais dire non, c'est jamais facile de dire non. Et si je disais oui, je ne maîtrise pas, je ne sais pas s'il y aura d'autres sollicitations

. Téléphone and . Intrusion, oui, c'est sûr, mais là on n'a pas la personne en face, mais, un petit peu quand même. Intrusif, déjà, comment les gens ont eu mon contact téléphonique. Déjà, il y a une suspicion à priori, par quel moyen ? Quand c'est ACF, ils m'ont Résumé entretien 14 : Annick B (61 ans) 61 ans

. Moi, axe surtout sur les associations qui viennent en aide aux personnes en difficulté, Secours Populaire et Restos du Coeur, voilà à qui je donne, je donne aussi à la ligue contre le cancer, depuis que la maladie de Claudette. Je fais un chèque tous les ans, en mois de décembre en général

L. Ligue-je-donne-60-?-je-crois, J'ai peut-être reçu dans ma boîte aux lettres des relances, pour le sapin vert ou le voyage des enfants, il se trouve que mon revenu me permettait aussi de donner, et vu aussi l'aspect fiscal, je paye pas mal d'impôts en étant seule, donc voilà il y avait deux intérêts, et aider les associations et une réduction fiscale non négligeable

J. Vécu-de-près-le-cancer-de-claudette, je l'ai accompagnée à l'hôpital, j'ai vu l'accompagnement peut se faire, justement par la Ligue, et j'ai trouvé ça très bien, et j'ai considéré qu'il fallait encourager ce genre d'initiative

. Produits and . Services, J'imagine qu'elles y trouvent leur compte, ça me dérange pas, ça peut m'arriver de donner aussi. J'emballe mes cadeaux à la Fnac

. Evènements, Je trouve l'idée excellente, Odysseya, j'y ai pas participé cette année mais je suis allée l'année dernière

. Donatrice-ponctuelle-le-don, C'est bien, c'est naturel

Ç. Donner, «. Ne-doit-pas-Être, and ». Donner-de-l-'argent-pour-que-quelqu-'un-d-'autre-le-fasse, Je trouve que ça met cette distance-là. Tout de suite avec l'argent, on a quelque chose de mercantile. Alors qu'avec un objet, avec le temps

. La-première-chose-c, est « encore on t'appelle », parce que c'est noyé dans une masse de sollicitations, la plupart du temps mercantiles, alors que les personnes sont très gentilles? J'aime pas le démarchage téléphonique. (Ressenti) Quelque part de l'agacement, mais de l'autre côté, c'est pas pour ça que je vais me défouler sur la personne en face de moi

. Moi-j-'ai-tendance-À-faire-un-don, . Pour-ce-qui-est-proche, . Oui, . Eu-le-tremblement-de-terre-au-népal, and . Fait, même si c'est quelque chose qui m'a touchée, j'ai pas fait de don à l'autre bout de monde, et d'ailleurs c'est parce que, aussi, c'est de l'argent, on sait pas comment c'est utilisé sur place, on n'a pas de visibilité. C'est pas que ça me touche plus

. Autocollant, Ça me gêne pas mais c'est, plutôt que de dépenser des sous pour faire des cartes de voeux, ils feraient mieux l'utiliser pour des choses pour lesquelles ?

. Médias, J'en pense pas grand-chose, parce que je trouve que souvent les spots sont bien faits, mais c'est comme les coups de téléphone

. Produits and . Qu, histoire des relations humaines, pour moi c'est quelque chose d'important, le contact, de pouvoir discuter aussi, oui d'accord tu vas acheter un agenda, mais tu vas avoir ce contact humain, tu peux poser des questions, avec un bout de papier, tu peux pas poser de question, t'as pas de relation, tu peux pas aller creuser plus loin, tu cernes pas la personne qui est en face de toi. Et puis c'est pas quelque chose qu'on t'impose, là les autocollants? moi je vais pas mettre ça sur un courrier? alors que le fait, c'est égoïste, je reconnais le fait que ça peut être égoïste, de dire « je fais aussi un choix parce que ça va me servir aussi, c'est un échange, moi je vous donne de l'argent, je récupère un agenda qui me plait aussi » donc je vais m'en servir, c'est pas quelque chose qui va rester dans un placard. communication. (RS)C'est pareil, mais je pense que c'est peut-être plus, c'est à la fois plus facile

. Démarchage-À-domicile, Pareil de l'agacement, mais d'un autre côté

S. Choix, Je pense pas, ça dépend de mon intérêt

. Leviers, Que les faits soient visibles, et puis que ce soit à proximité. C'est d'avoir la possibilité de faire comme on veut, en fonction de ses possibilités, en fonction de son temps, de donner quand on veut, c'est très égoïste, en fonction de ses revenus Et qu'on n'ait pas une pression, il faut le faire à telle date, voilà, ça c'est impossible Même si ça peut paraître égoïste, c'est quand je peux, quand je veux, c'est aussi parce que ça reste une démarche volontaire. C'est à dire que t'as pas une pression, une obligation à le faire, c'est pas « je suis obligée de le faire », non « c'est moi qui ai choisi de le faire, c'est mon investissement, donc je m'engage dans quelque chose

. Résumé-entretien, Anne L (43 ans) 43 ans

J. Donatrice-ponctuelle, peut être parce que? j'ai été mariée avec ? et c'était quelqu'un qui ne voulait pas donner et je pense que j'étais un peu en prison dorée

. Non-j-'ai-jamais-donné, je me suis peut être méfiée aussi, après on entend des choses, des fois on donne? c'est vrai du coup que je me pose la question aujourd'hui, mais j'ai jamais donné à une association

E. Nous and . Tant-que-particuliers, on ne sait pas vraiment, moi ce qui me ferait peur, c'est les sommes d'argent détournées. Mais je suis pour le principe du don, après y a tout ce qui a autour, quand on donne on peut déduire ça des impôts? c'est pour encourager les gens à donner

D. Le-don, ou le don de temps, c'est facile, il suffit d'en avoir. Moi c'est pas facile, en ce moment j'en ai pas beaucoup, je compte? Après quand on sera à deux, je serai beaucoup plus dans une optique posée, du coup je pourrai donner de l'argent, parce que pour moi ça n'a pas d'importance

. Frein-au-don, Je ne voulais pas me créer des problèmes supplémentaires, si j'allais à l'encontre de ce qu'il pensait, en fin de mariage. Au début j'avais mes enfants qui étaient petits

D. Dans and L. Rue, est un peu gênant, parce que si t'es dans la négative, je trouve que c'est un peu gênant. Par contre le don de nourriture, je fais, dans les supermarchés, mais ça c'est moi qui vais vers les, et du coup quand ils sont avec leur caddie au Lidl au Carrefour ou au Leclerc, et qu'ils viennent pas vers toi, là j'ai l'impression que c'est moi qui vais vers eux, et ça me gêne moins, on donne ce qu'on veut, et c'est vrai qu'en ville

C. Noël-dernier, fallait rajouter 1?, je me souviens même plus, c'était à la Grande Récrée? et c'était pour une association, je crois que c'était les enfants malades, je sais plus, ils demandaient à tout le monde? moi j'avais accepté

. Par-téléphone-et-À-la-maison, est pas gênant, mais je me promène, donc c'est moins grave, je dis gentiment que « ça m'intéresse pas » ou « ça m'intéresse », mais chez moi ça me dérange, oui, et coup de téléphone chez moi, ça me dérange encore plus, c'est vraiment les deux choses que je n'aime pas du tout, parce que c'est chez moi, pendant mon temps avec mes enfants, avec amis, avec ma famille, quand je suis chez moi, et téléphone c'est tellement, je dirai anonyme, mais on peut pas savoir

. Leviers, aurais donné, est ce que ça va vraiment à la bonne cause. Y en a, y en a eu? Peut-être sur 100, y en aura 70 utilisés, donc ça vaut le coup de donner quand même. C'est comme pour tout, y a toujours de l'argent pour les gens qu'on n'aime pas. Quand on donne, même si on sait qu'il y a un risque on donne quand même. Oui si je pouvais je donnerai à certaines causes, comme le cancer, le sida, les enfants

. Presse, est des associations de confiance, ça peut pas être une arnaque Et puis la presse, avant de publier, va s'informer sur l'association, savoir si c'est véridique, où va le don. Après, j'ai jamais eu l'occasion d'en voir dans la presse, mais je pense qu'ils vont s'informer

. Il-y-a-la-télé, Grégory Le Marchal, pareil je m'étais dit que je ferai un don plus tard, parce que pour l'instant je peux pas. Très bien, c'était un reportage sur Grégory Le Marchal, sur la maladie, et pourquoi le don pour cette maladie est important, et j'ai trouvé ça bien. Parce qu'ils donnaient beaucoup d'informations sur l'association, pourquoi le don pour cette maladie était important

. Affichage, aurais pas forcément confiance, après j'irai voir l'association, pour avoir plus d'information, mais direct donner un chèque comme ça en voyant l'affiche non, j'ai toujours besoin d'avoir un contact physique

. Produits, sans savoir où allait l'argent, mais c'est pas n'importe quoi, après l'UNICEF c'est connu aussi, donc forcément je fais confiance, après, papier cadeaux j'ai jamais fait, tout ce qui est acheter un agenda et y a 1? qui est reversé, ça je fais confiance. A la fac, ils vendent des agendas, et 1? est reversé à une association aussi, ça je fais confiance, c'était y a deux ans Je crois que c'était l'UNICEF. Comme c'était à la fac je me suis dis, c'était pas n'importe quoi , donc j'ai fait confiance, et je connaissais l'UNICEF déjà avant, je savais ce qu'il faisait, donc j'ai acheté

. Expériences, Quand je reçois des mails, c'est généralement d'une adresse bizarre, et je fais pas du tout confiance, et même le message en lui-même, ça inspire pas confiance, et j'apprécie pas ça, et donc là je prends même plus la peine de lire les messages

. Leviers, Le démarchage dans la rue, et dès que j'aurai les moyens de donner, à une association qui est importante, qui a un bon but

. La-sollicitation-directe,-soit-À-la-maison-soit-dans-la-rue, est bien parce que tu vois qui te demande, mais en même temps tu sais pas qui te demande? tu sais pas qui est la personne, tu sais pas ce qu'elle va en faire, c'est là qu'il y a la notion de doute, de la bonne utilisation. La forme indirecte, par courrier ou par lé télé, je prends ces deux exemples là c'est plus sûr

. Dans-la-rue, Ça ne peut être une forte somme, parce qu'il y a un fort risque de se faire avoir

. Sollicitation-par-téléphone, Ça j'aime pas parce que là maintenant y a tellement d'appels téléphoniques, qu'on sait plus du tout à qui on a affaire Là c'est l'incapacité de vérifier. Non ça aujourd'hui j'ai plus confiance au téléphone. Y a impossibilité de vérifier. Ce que je dis à chaque fois, « envoyez moi un courrier, à ce moment-là je saurai que votre appel correspond à quelque chose de sérieux que je peux vérifier

. Presse, pour raison exceptionnelle, une catastrophe? très bien, c'est comme le courrier, t'as la possibilité de vérifier. Autrement comme vecteur, ça ne me dérange pas. Le téléphone ne me dérangerait pas s'il y avait un moyen de vérifier, c'est pour ça que je demande « je vais pas vous répondre oui maintenant

. Affichage, Non, pourquoi pas, mais j'y attache pas suffisamment de confiance, sauf si c'est un truc officiel, si c'est une grosse affiche Téléthon? c'est très bien

. Evènements, Ça c'est très bien, dans la mesure où je sais qu'elle est la cause qui va être bénéficiaire du don. Ça c'est bien, c'est l'utile et l'agréable

. Services and . Ca-aussi-c-'est-bien, ça relève toujours de petites sommes, pourquoi pas La seule chose qui me dérangerait c'est que la démarche soit agressive. Ce que j'aime pas c'est une personne à qui tu dis « écoutez je ne vous achète pas votre savonnette à 25? », ça m'est arrivé une fois, « mais je vous donne 5?, et je vous demande pas la savonnette », le mec il m'engueule parce que j'ai pas 25?