Simulation de la fluorescence de la végétation mesurée depuis une orbite géostationnaire

Résumé : Le travail de cette thèse porte sur l’étude de la télédétection de la fluorescence chlorophyllienne avec un instrument imageur passif depuis une orbite géostationnaire pour le suivi de l’état physiologique de la végétation. Le concept instrumental est étudié théoriquement pour aboutir à la création d’uninstrument et à sa validation. La possibilité de mesurer des cycles diurnes de la fluorescence végétale depuis une orbite géostationnaire est évaluée à l’aide de simulations qui permettent de dresser les spécifications d’un instrument spatial.L’instrument imageur passif mesure dans la bande O 2 -A d’absorption atmosphérique. Il utilise une roue à filtres interférentiels dont la fonction de transmittance varie avec l’angle d’incidence des rayons les traversant. L’étude théorique a permis d’optimiser le placement spectral des filtres en vuede minimiser l’incertitude liée à la mesure de fluorescence.Grâce à la comparaison des mesures de l’instrument imageur avec d’autres instrument de mesure de la fluorescence, l’instrument et son concept instrumental ont été validés. Néanmoins, à cause d’effets de structure de la végétation intervenant sur le transfert radiatif de la fluorescence et de la lumière solaire au sein du couvert végétal, ces mesures ont confirmé la difficulté d’estimer le rendement de fluorescence de la végétation à partir des flux de fluorescence mesurés.Une étude théorique menée grâce à une modélisation du transfert radiatif de la fluorescence dans le couvert végétal jusqu’au capteur a permis d’expliquer la difficulté à retrouver le rendement de fluorescence à partir des flux. Cette étude a mis en avant l’accessibilité du rendement pour des couverts à fortedensité de feuilles et lorsque la distribution de l’orientation des feuilles est centrée sur l’horizontale.Cette modélisation a été étendue pour simuler des mesures spatiales dans le but d’étudier la possibilité de mesurer la fluorescence depuis une orbite géostationnaire dans les bandes O 2 -A et O 2 -B. Les résultats de ces simulations montrent la possibilité de mesurer préférentiellement dans la bandeO 2 -A avec une faible incertitude sur les flux de fluorescence et une bonne répétabilité temporelle pour le suivi des cycles diurnes de la fluorescence de la végétation.
Type de document :
Thèse
Interfaces continentales, environnement. Université Paris-Saclay, 2016. Français. 〈NNT : 2016SACLX097〉
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [89 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01488881
Contributeur : Abes Star <>
Soumis le : mardi 11 avril 2017 - 15:38:11
Dernière modification le : mercredi 19 septembre 2018 - 01:23:56
Document(s) archivé(s) le : mercredi 12 juillet 2017 - 13:29:23

Fichier

56459_RHOUL_2016_archivage.pdf
Version validée par le jury (STAR)

Identifiants

  • HAL Id : tel-01488881, version 2

Citation

Camill Rhoul. Simulation de la fluorescence de la végétation mesurée depuis une orbite géostationnaire. Interfaces continentales, environnement. Université Paris-Saclay, 2016. Français. 〈NNT : 2016SACLX097〉. 〈tel-01488881v2〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

449

Téléchargements de fichiers

565