De la friche urbaine à la biodiversité : Ethnologie d’une reconquête : (La petite ceinture de Paris)

Résumé : L’attention pour la biodiversité se porte aujourd’hui sur les villes : il faut désormais prendre soin des espèces et des écosystèmes jusqu’au cœur des milieux les plus artificiels. Or, accueillir une nature sauvage bouleverse les critères d’ordre et de propreté des espaces urbains, et modifie les cultures professionnelles de leurs concepteurs et gestionnaires. Fin 2011, la Ville de Paris s’est dotée d’un Plan biodiversité. Fondé sur les savoirs de l’écologie scientifique, il doit permettre de renforcer la présence du vivant dans la capitale et affiche la volonté de changer le regard sur le sauvage en ville. Cette politique est confrontée à l’ethnographie d’une vaste friche urbaine, enjeu territorial pour la biodiversité parisienne : la petite ceinture. Construite au XIXe siècle autour de Paris, cette voie ferrée, en grande partie inutilisée, a été colonisée par la flore et la faune. Officiellement interdite au public, elle est pourtant intensément fréquentée par de nombreux habitants. Les rapports au lieu et à la nature qu’il abrite ont été étudiés chez les usagers informels des rails. L’absence de fonction officielle et une surveillance lâche permettent l’existence d’une vie sociale diversifiée, transgressive et inventive. Si la nature n’est pas centrale dans les relations à la friche, elle est une composante de l’identité du lieu. Le développement libre du végétal est valorisé pour sa rareté dans un monde urbain ultra-contrôlé, alors que son intérêt écologique est peu évoqué. En parallèle, la petite ceinture s’institutionnalise au titre de la nature. D’une part, une gestion différenciée est appliquée depuis 2006 par des équipes dont l’action participe d’une mise en ordre de l’espace. D’autre part, la Mairie de Paris aménage certains points du linéaire en jardins associatifs ou publics. L’étude du cas d’une promenade dans le XVe arrondissement révèle une véritable attention portée à la biodiversité. Mais la reconquête du délaissé va aussi de pair avec des modalités nouvelles de maîtrise du vivant et une normalisation du lieu et de sa pratique sociale. Herbes folles et pratiques informelles émergent là où le contrôle se desserre. Si les mauvaises herbes ont été réhabilitées, peut-être est-il possible de changer notre regard sur la fertilité sociale de la friche.
Liste complète des métadonnées

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01449578
Contributeur : Abes Star <>
Soumis le : lundi 30 janvier 2017 - 15:40:07
Dernière modification le : lundi 10 juillet 2017 - 09:49:22

Fichier

VA_SCAPINO_Julie_19092016.pdf
Version validée par le jury (STAR)

Identifiants

  • HAL Id : tel-01449578, version 1

Collections

Citation

Julie Scapino. De la friche urbaine à la biodiversité : Ethnologie d’une reconquête : (La petite ceinture de Paris). Architecture, aménagement de l'espace. Museum national d'histoire naturelle - MNHN PARIS, 2016. Français. 〈NNT : 2016MNHN0006〉. 〈tel-01449578〉

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

653

Téléchargements du document

968