A. Julie and L. , antisexisme linguistique dans les brochures libertaires : Pratiques d'écriture et métadiscours, thèse Aix en Provence -« Pratiques graphiques du genre » n° 24, Langues et cité, Féminin, masculin : la langue et le genre, pp.4-5, 2011.

A. Giorgio and . Qu, est-ce qu'un dispositif ? Traduit de l'italien par Martin Rueff, Rivages poche, 2007.

A. Langshaw, Quand dire c'est faire, 1962, tr. française 1970 Coll, 1991.

A. Clémentine, Ne me libère pas, je m'en charge, E.J.L, 2013.

H. Baider-fabienne, « La place du genre dans les bases de données multilingues: le cas d'EuroWordNet », Nouvelles Questions Féministes, n°26 -Hommes galants, femmes faciles, Étude socio-sémantique et diachronique L'Harmattan, 2004.

H. Baider-fabienne, . Kaznadar-edwige, and . Moreau-thérèse, Les enjeux de la parité linguistique, Nouvelles questions féministes, 2007.

B. Laurence, Analyse de contenu, 1977.

L. Barthes-roland, sentiers de la création dans la collection Champs, empire des signes, 1980.

. Beauvoir-simone-de, La force de l'âge, Gallimard, collection folio, 2 tomes, 1960 - Mémoires d'une jeune fille rangée, Éditions Gallimard, Le livre de poche, 1958 - Le deuxième sexe, 1949.

B. Louis, M. Pierre, and R. , Une science des prémonitions ? Enquête

B. Benveniste-Émile-gallimard, L. Henri, . Pensée, and . Le-mouvant, Problème de linguistique générale Éditions, Essais et conférences, Quadrige/PUF, pp.5-1996, 1938.

. Bertini-marie-joseph-«-le-gender-turn, ardente obligation des sciences de l'information et de la communication françaises » Echanges, Questions de communication, n°15, 2009 p. 155-173 - Femmes, 2002.

. Blanchet-philippe and . Témoignage-sur-un-essai-de-traduction-interculturelle, De Alice in Wonderland à Liseto en Provençal », La linguistique, Linguistique et Traductologie, vol.40, pp.2004-2005

B. Jean-baptiste, « La conception de la reproduction humaine dans la Grèce ancienne », Société d'Histoire de la Naissance, http://www.societe-histoire-naissance, 1977.

B. Markus, Un ministre peut-il tomber enceinte ? L'impact du générique masculin sur les représentations mentales, L'année psychologique 108, pp.243-272, 2008.

. Brunet-philippe, De l'usage raisonné de la notion de « concernement » : mobilisations locales à propos de l'industrie nucléaire, Natures sciences et sociétés, pp.4-317, 2008.

L. Brun-jean and . Présocratiques, Éditions Presses Universitaires de France, collection Que sais-je ?, 1973.

C. Bureau, L. Et-stylistique-objective, and P. U. , 1976 -Syntaxe fonctionnelle du français, Presses de l'université de Laval, 1978.

«. Burr-elisabeth, Planification linguistique et féminisation » dans Baider Fabienne et Elmiger Daniel (éd.) Intersexion, Langues romanes, langues et genre, pp.29-37

B. Judith, Trouble dans le genre, 2005.

C. Hua and L. , homme pensé par l'homme, Du statut scientifique des sciences sociales, collection « Ethnologie-controverses, 2008.

C. Roger and L. , écriture des pierres, Flammarion, les sentiers de la création dans la collection Champs, 1981 -Le mythe et l'homme, Editions Gallimard, 1938.

C. Milic, « Temps-espace plutôt qu'espace-temps, Diogène 123 Gallimard, pp.31-52, 1983.

C. Nina and L. Ponctuation, Presses Universitaires de France, Que sais-je ? 1994 - Les délires de l'orthographe, 1989.

C. Michèle and . Pour, Michèle-Causse-Pour-en-finir-avec-landrolecte.pdf CHARAUDEAU Patrick, Dis-moi quel est ton corpus je te dirai quelle est ta problématique, revue Corpus n°8, Nice, 2009 -Pour une interdisciplinarité « focalisée » dans les sciences de l'information et de la communication, pp.195-222, 2010.

C. Jean, Dictionnaire des symboles collection Bouquins CHOMSKY Noam, Structures syntaxiques, traduit de l'anglais par Michel Braudeau, Éditions Robert Laffont et Éditions Jupiter, 1957.

C. Nicole and . Le-visage-des-mots, Contre la réforme de l'orthographe, Editions autres temps, pp.24-26, 1990.

C. Denis and «. , Le social, l'idéologie et l'imaginaire linguistique », L'Imaginaire Linguistique, sous la dir. de A-M. Houdebine-Gravaud, L'Harmatan, pp.141-146, 2002.

C. Marlène, Les informations télévisées, pp.Que sais-je, 1995.

-. Inoculer-le-genre, Revue française des sciences de l'information et de la communication URL : http://rfsic.revues.org/837 -Féminin/ masculin : question(s) pour les SIC dans Questions de communication, pp.17-169, 2010.

/. Féminin, Questions de communication, n°19 -« Les sciences de l'information et de la communication : une discipline Gender blind ?, pp.129-153, 2009.

D. Maria and . La, poésie polonaise face à l'avant-garde française : fascinations et réticences », Klincksieck -revue de littérature comparée, pp.307-355, 2003.

D. Gilles, Nietzsche, sa vie, son oeuvre avec un exposé de sa philosophie, 1965.

G. Jacques, «. Savourer-sa-langue, and ». , Contre la réforme de l'orthographe, Editions Autres Temps, pp.45-47, 1990.

G. Philippe, L. Criminalité-féminine,-une-criminalité-Épicène-et-insolite, H. Gianini-belotti, and E. , Réflexion d'épistémologie et d'anthropologie clinique, 1974.

G. Maurice and . Le-bon-usage, Grammaire française avec des Remarques sur la langue française d'aujourd'hui, onzième édition revue, 1980.

G. Brigitte, . Petit-traité-contre-le-sexisme-ordinaire, and . Essais, Editions Albin Michel, 2009 GROENSTEEN Thierry Système de la bande dessinée. PUF, 1999 -Bande dessinée et narration, 2011.

G. , J. , B. Grichka, and . Igor, Dieu et la science ?vers le métaréalisme, 1991.

H. Michel, Introduction à la psychanalyse, disponible sur : http://lyc-sevros.acversailles .fr/P-Freud.intro.MH.pdf, consulté le 15, 2013.

H. Donna, . Scrib, and . Com, « Savoirs situés : la question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle

J. Herghenam, La langue comme enjeu politique et son impact sur la participation politique des femmes en France Une étude historique et comparative, résumé de thèse HOUDEBINE-GRAVAUD, Anne-Marie, sous la direction de, La Féminisation des noms de métiers, En français et dans d'autres langues, L'Harmattan, 1998 - L'imaginaire linguistique : un niveau d'analyse et un point de vue théorique, L'Imaginaire linguistique, pp.9-21, 2002.

J. Roman, Essais de linguistique générale, Les fondations du langage, traduit de l'anglais par Nicolas Ruwet, collection « double, 1963.

J. Raymond, Orthodoxie de l'orthographe, dans Contre la réforme de l'orthographe, Editions Autres temps, pp.50-53, 1990.

J. Paul, Comment la vérité et la réalité furent inventées, Bibliothèque des sciences humaines, 2009.

K. , E. De-l, and K. Edwige, homme abstrait à l'homme concret : la faille. Résultats d'un sondage, dans Intersexion Langues romanes ; langues et genre Parité linguistique " , disponible sur: http://www.edwige-khaznadarparite-linguistique .fr KLEMPERER Victor, Mes soldats de papier, Lincom Europa, 1933.

L. Boetie and E. De, Discours de la servitude volontaire, disponible sur : http://classiques.uqac.ca/classiques/la_boetie_etienne_de/discours_de_la_servitude/discours_s ervitude_volontaire.pdf LABROSSE Céline, langage non sexiste, disponible sur : http://www.langagenonsexiste.ca LATOUR Bruno via André Lemos « C'est un truc complètement brésilien? » disponible sur

L. Sylvain and N. Frédéric, Enquêter : de quel droit ? Menaces sur l'enquête en sciences sociales, 2010.

L. Marie-françoise, M. Mis-À-nu, and L. Jacques, Ce n'est pas l'individu qui fait avancer l'Histoire » Qu'est-ce que l'homme ? 100 scientifiques répondent, Sciences et avenir, Hors-série, janvier, p.35, 2012.

L. Marec and J. , Situations de communication dans la pratique de recherche : du terrain aux composites. Etudes de communication, pp.15-40831, 2002.
URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00425736

L. Sylvie, De l'infra-conceptuel à des données à horizon de pertinence focalisé, Échanges, Questions de communication, pp.171-184, 2010.

L. Emile, Dictionnaire de la langue française, abrégé par BEAUJAN, Editions Universitaires, 1963.

L. Jacques, Lettre à François-Dieu sur la réforme de l'orthographe, Contre la réforme de l'orthographe, Éditions Autres Temps, pp.69-72, 1990.

L. Jean-françois and L. Phénoménologie, Presses Universitaires de France, Que sais-je, 1 ère édition 1954, 9 ème édition mise à jour, 1982.

M. Mortéza, A. Chez-saussure, and L. Linguistique, PUF MAHMOUDIAN Mortéza (sous la direction de) Pour enseigner le français, pp.2012-2014, 1976.

M. Michael and D. , The Gender-Neutral Language Controversy, disponible sur, 2001.

M. André, H. Langue, and G. Walter, Éditions Gonthier/Denoël, 1969 -Evolution des langues et reconstruction, Presses universitaires de France, 1975 -Les Eléments de Linguistique Générale, Genre et sexe, pp.5-9, 1962.

M. Antoine, Comment les mots changent de sens, source: Livres et Ebooks MELETINSKI Evguéni, « L'étude structurale et typologique du conte » dans Propp Vladimir, Morphologie du conte, Éditions du Seuil, pp.201-254, 1906.

M. Henri, Critique du rythme, anthropologie historique du langage, dépôt légal mars 1982, éditions Verdier, 11220 Lagrasse, deuxième édition, revue et corrigée, 1990.

M. Miller-megan, J. Lori, and E. , Is the generic pronoun he still comprehended as excluding women? in The American, Journal of Psychology, vol.122, issue.492, 2009.

M. Louise, Mémoires de Louise Michel écrits par elle-même, Éditeur F, 1886.

M. Michel and . Les, Etat (1) » Sciences de la société, pp.165-182, 1994.

M. Cristina, Sortir la femme de sa minoration philosophique La place du « féminin, pp.59-81

N. , F. , A. Parlait-zarathoustra, and M. Robert, Ainsi parlait Zarathoustra, adaptation pour la scène de Jean-Louis Barrault, Éditions Gallimard, collection Le manteau d'Arlequin, 1975 -Par-delà le bien et le mal, Éditions Gallimard, collection Idées, traduit de l'allemand par Cornélius Heim 1971 -Par-delà le bien et le mal, Éditions Gallimard ? Collection 10, 1958.

N. Didier and «. L. , information est une désinformation », Mercure, Les médias autrement, hiver, pp.41-47, 2007.

L. Ocampo-silviana and . Continuación, La furia y otros cuentos, Alianza tres, 2006.

. Panaccio-claude and . Qu, est-ce qu'un concept ? Librairie philosophique J. Vrin, 2011.

P. Blaise, E. Pensées, and . Hachette, Garnier-Flammarion PEIGNOT Jérôme, de l'écriture à la typographie, 1897.

P. Jean and L. Structuralisme, Que sais-je ?, 1968.

P. Christine, /. Ring-/-img-/-pdf, /. Apercu_de_questions_de_difference_pdf, P. De-la, and B. , De l'excellence des hommes contre l'égalité des sexes, De l'égalité des deux sexes, De l'éducation des dames, De l'excellence des hommes, pp.291-393, 2011.

P. Nicole, UER de linguistique, 1982 -« Structuration de l'imaginaire à partir d'éléments lexico-sémantiques préexistant dans le domaine de la différenciation sexuelle en langue française », L'Imaginaire Linguistique, sous la dir. de A-M. Houdebine-Gravaud, L'Harmatan, Fragments de mer dans un fragment d'Amers », Politique linguistique Créoles, pp.79-82, 2002.

. Homme, Intersexion, Langues romanes, langues et genres, p.p, 2012.

L. 'homme-et-son-genre, La linguistique, PUF, 2012, p. 109-130 -Pour une dénotation objectivée, pp.2012-105

. Sexe, L. Dans-prosodie, E. Morozova, and E. M. Weider-Éds, Bruxelles-Fernelmont -Genre et média, revue en ligne, hypothèse.org, 2012 -« Expression de la diversité sexuée, Editions Modulaires Européennes) & InterCommunications Traduction, Changement en syntaxe, pp.253-255, 2010.

. Place-des-femmes-dans-la-langue, République tchèque, à paraître -« Du rébus au point d'altérité », 139 ème congrès de Langues et communication, féminisation des noms de métiers au Québec. Etats des lieux et dynamique. En français du Québec », dans Anne-Marie Houdebine-Gravaud (dir) La féminisation des noms de métiers, En français et dans d'autres langues, L'Harmattan, pp.187-192, 1998.

L. Enjeux-de-paris, R. Pierre, L. Part, and . Colibri, Editions de l'Aube, coll. Aube Poche, 2011 RASTIER François, Du texte à l'oeuvre -la valeur en question, 1995.

. Jean-paul, Les enjeux de l'interdisciplinarité, Questions de communication, pp.171-200, 2011.

R. Pierre-louis, L. Roman, and . La-nouvelle, Éditions Hatier, collection Profil, histoire littéraire, 2001.

R. Paul, Les conflits des interprétations, Essai d'herméneutique, Editions du Seuil, 1969.

R. Micaela, Les dictionnaires scolaires : un microcosme multiculturel de nom? ou de fait ? ou la valse des prénoms dans les dictionnaires scolaires, Lexiques, Identités, Cultures Ligas Pierluigi et Frassi Paolo (dir), pp.57-79

R. Jean-jacques, 18 Union Générale d'Éditions, 1973 - Les Confessions (livres I à VI) Le livre de poche, le Contrat social, vol.10, 1972.

R. Jean and G. Blua, Contre la réforme de l'orthographe, pp.101-102, 1990.

S. Dolores, La question linguistique et le genre : paradoxes d'une rencontre, Désexisation et parité linguistique : le cas de la langue française, Ateliers 3 et 30, 3 ème Colloque international des recherches féministes francophones, pp.17-115

S. Henry and T. Moi, Les pronoms personnels et la traduction, Linguistique et Traductologie, vol.40, pp.2004-2005

L. Schön-jackie, inscription des femmes dans la langue française, une affaire compliquée, 1992.

. Tatilon-claude, L. Avant-propos, and . Linguistique, Avant-propos, La linguistique, vol.40, issue.1, pp.3-14
DOI : 10.3917/ling.401.0003

T. Jean-max, ». La-mémoire-des-mots, . Dans-blua, and . Gérard, Contre la réforme de l'orthographe, Marseille, collection Temps-choc, Éditions Autres Temps, pp.109-111, 1990.

T. Tzvetan and . Qu, est-ce que le structuralisme ? 2. Poétique, Éditions du Seuil, 1968.

T. Monique, . De, and . Catherine, Petites leçons de grec ancien, 2008.

T. Pierre and L. Philosophes-français-d-'aujourd-'hui, Presses universitaires de France, 1967, 4 ème édition avril 1985, collection Que sais-je VALLETOUX Cécile, Imaginaire et féminisation, La féminisation des noms de métiers, En français et dans d'autres langues, .), L'Harmattan, pp.173-183, 1998.

V. Raoul, traité de savoir-vivre à l'usage des jeunes générations, Éditions Gallimard, 1967.

L. Vedenina, Pertinence linguistique de la présentation typographique, Peeters, 1998.

V. Lioudmila, Les signes typographiques à travers le miroir linguistique, pp.2013-2015

N. Viennot-eliane, le masculin ne l'emporte pas sur le féminin ! petite histoire des résistances de la langue française, éditions iXe, 2014.

V. Anne, Enfances de l'Individu entre l'École, la Nature et la Police, dans Mots, pp.33-55, 1984.

V. Jean-didier, L'homme interprète passionné du monde, Qu'est-ce que l'humain ?

W. Henriette, Honni soit qui mal y pense, Editions Robert Laffont, 2001.

. Bonbons, En face de ma table je me perdis dans la lecture accidentelle d'un livre et je ne levai pas les yeux jusqu'à ce qu'il prononce mon nom, étendant sa main avec les doigts tachés d'encre. Regardant les mains où se concentrait toujours sa honte, je lui dis qu'il ne me dérangeait pas. Il protesta et, à la vue de mon impavidité, il recula de quelques pas ; il était sur le point de pleurer ; je ris, je ris diaboliquement, d'un rire qui peut paraître diabolique à un enfant

. Je-sortis-de-la-maison, Le mépris, et non la haine, pesait sur moi

. Quand-j-'arrivai-dans-la-rue, Je m'assis sur le banc d'une place Je sortis quelques papiers de mon sac, je les lus : J'ai vu un monde clair, neuf, un monde où il n'y avait rien à perdre, sinon le désir de suicide qui déjà m'avait abandonné. Tu ne reviendras pas me voir, Tu trouveras mon anneau au fond de cette enveloppe et cette maudite médaille avec un trèfle qui n'a plus aucun sens pour moi

. Tu-Étais, . Le, and U. Au-monde, et je ne sais pas quelles autres personnes, quelles autres choses je pourrais aimées maintenant que le monde est arrivé à être pour moi ce que jamais il ne fut, ni ce que je ne pensai pas qu'il serait jamais : quelque chose d

. Après-avoir-copié-quelques-paragraphes, Je ne sais pas si en les rompant, j'ai rompu un maléfice Que toi tu ne t'appelles pas Ursula, que moi je ne m'appelle pas Léonardo Moran, même aujourd'hui, ça me paraît incroyable « parce que celui qui voit doit être pareil à la chose vue, avant de se mettre à la contempler ». En abandonnant mon récit, il y a quelques mois, je ne revins pas au monde que j'avais laissé, mais à un autre qui était la continuation de mon thème (un thème plein de vacillations que je continue de corriger à l'intérieur de ma vie) Si je ne suis pas morte, ne me cherche pas et si je suis morte, ne me cherche pas non plus : je n'ai jamais aimé que tu regardes mon visage quand je dormais. Version 2 : B

J. Tu-avais-certaine-supériorité-sur-eux, être plus sensible ; cependant tu sais que c'était bien la moindre des vertus à laquelle aspirait mon exigence. La supériorité 532 que je te concédais par rapport à ces gens ne devait pas non plus te flatter. Ma façon de penser t'éloignait de moi, comme ta distraction dans tout ce qui touchait la littérature m'éloignait de toi Même de fleurs, même de musique, nous en parlions avec rancoeur. Te souviens-tu des gravures du réfectoire dont nous connaissions le nom des azalées ? Te souviens-tu des Chansons Sérieuses de Brahms ? des Madrigaux de Monteverdi ? Te souvienstu de tout ce qui nous menait à la discorde ? Tout, jusqu'à cette phrase affectée que tu m'as dite un jour au Jardin Botanique : « Je n'aime pas les fleurs. Maintenant je sais que jamais je n'aimerai les fleurs. » Les choses de la vie qui m'intéressaient le plus étaient les problèmes que je n'arrivais pas à approfondir et qui te paraissaient absurdes : comment fallait-il écrire, en quel style, quel thème fallait-il chercher. A partir de là, je n'arrivais jamais à un résultat satisfaisant ; je voyais, en revanche, ta satisfaction

S. Ici and . Nous-considérons-que-la-comparaison-avec-un-chien, pero et non pera) nous donne une indication de sexe pour l'instance 2, nous levons l'énigme de genre pour elle. Mais, grammaticalement, rien n'y paraît. pouvoir de l'émouvoir et si elles l'émeuvent ce sera pour l'amuser

L. 'écrivain-ressemblait-À-napoléon and . Dans, Tu finissais de t'habiller Je te demandai l'argent avec une violence qui te surprit Je protestai contre ton indifférence Je te dis que quelque mesquinerie restait au fond de ton âme faussement généreuse, si mes reproches t'offensaient tant. En bougeant une chaise, tu en cassas involontairement le dossier et je te reprochai la violence de ton attitude au moment le plus difficile de ma vie

. Je-sortis-de-la-maison, Le mépris, et non la haine, pesait sur moi

. Quand-j-'arrivai-dans-la-rue, Je m'assis sur le banc d'une place Je sortis quelques papiers de mon sac, je les lus : J'ai vu un monde clair, neuf, un monde où il n'y avait rien à perdre, sinon le désir de suicide qui déjà m'avait abandonné. Tu ne reviendras pas me voir, Tu trouveras mon anneau au fond de cette enveloppe et cette maudite médaille avec un trèfle qui n'a plus aucun sens pour moi

. Tu-Étais, . Le, and U. Au-monde, et je ne sais pas quelles autres personnes, quelles autres choses je pourrais aimées maintenant que le monde est arrivé à être pour moi ce que jamais il ne fut, ni ce que je ne pensai pas qu'il serait jamais : quelque chose d

. Après-avoir-copié-quelques-paragraphes, Je ne sais pas si en les rompant, j'ai rompu un maléfice Que toi tu ne t'appelles pas Ursula, que moi je ne m'appelle pas Léonardo Moran, même aujourd'hui, ça me paraît incroyable « parce que celui qui voit doit être pareil à la chose vue, avant de se mettre à la contempler ». En abandonnant mon récit, il y a quelques mois, je ne revins pas au monde que j'avais laissé, mais à un autre qui était la continuation de mon thème (un thème plein de vacillations que je continue de corriger à l'intérieur de ma vie) Si je ne suis pas mort, ne me cherche pas et si je suis mort, ne me cherche pas non plus : je n'ai jamais aimé que tu regardes mon visage quand je dormais

J. Tu-avais-certaine-supériorité-sur-eux, être plus sensible ; cependant tu sais que c'était bien la moindre des vertus à laquelle aspirait mon exigence ; La supériorité 541 que je te concédais par rapport à ces gens ne devait pas non plus te flatter. Ma façon de penser t'éloignait de moi, comme ta distraction dans tout ce qui touchait la littérature m'éloignait de toi Même de fleurs, même de musique, nous en parlions avec rancoeur. Te souviens-tu des gravures du réfectoire dont nous connaissions le nom des azalées ? Te souviens-tu des Chansons Sérieuses de Brahms ? des Madrigaux de Monteverdi ? Te souvienstu de tout ce qui nous menait à la discorde ? Tout, jusqu'à cette phrase affectée que tu m'as dite un jour au Jardin Botanique : « Je n'aime pas les fleurs. Maintenant je sais que jamais je n'aimerai les fleurs. » Les choses de la vie qui m'intéressaient le plus étaient les problèmes que je n'arrivais pas à approfondir et qui te paraissaient absurdes : comment fallait-il écrire, en quel style, quel thème fallait-il chercher. A partir de là, je n'arrivais jamais à un résultat satisfaisant ; je voyais, en revanche, ta satisfaction

. Le, Après que beaucoup de papiers se déchirent, que les objets se perdent, que les affections se dessèchent, la vie s'allège. Les carreaux rouges de la cour mouillés par la pluie ne l'attendrissent plus, et s'ils l'attendrissent ce sera agréablement. Les vitres où se reflètent le ciel automnal et les statues cassées n'ont plus le pouvoir de l'émouvoir et si elles l'émeuvent ce sera pour l'amuser

L. 'écrivain-ressemblait-À-napoléon and . Dans, Tu finissais de t'habiller Je te demandai l'argent avec une violence qui te surprit Je protestai contre ton indifférence Je te explications Je me couvris de honte Je provoquai des paroles vulgaires dans la bouche de mon père, paroles qu'il ne me pardonna pas ; je déduisis de celle-ci qu'il préférait me voir dans la tombe, avec une épitaphe perfide déplorant ma mort prématurée, J'avais perdu mon emploi

. Je-sortis-de-la-maison, Le mépris, et non la haine, pesait sur moi

. Quand-j-'arrivai-dans-la-rue, Je m'assis sur le banc d'une place Je sortis quelques papiers de mon sac, je les lus : J'ai vu un monde clair, neuf, un monde où il n'y avait rien à perdre, sinon le désir de suicide qui déjà m'avait abandonné. Tu ne reviendras pas me voir, Tu trouveras mon anneau au fond de cette enveloppe et cette maudite médaille avec un trèfle qui n'a plus aucun sens pour moi

. Tu-Étais, . Le, and U. Au-monde, et je ne sais pas quelles autres personnes, quelles autres choses je pourrais aimées maintenant que le monde est arrivé à être pour moi ce que jamais il ne fut, ni ce que je ne pensai pas qu'il serait jamais : quelque chose d

. Après-avoir-copié-quelques-paragraphes, Je ne sais pas si en les rompant, j'ai rompu un maléfice Que toi tu ne t'appelles pas Ursula, que moi je ne m'appelle pas Léonardo Moran, même aujourd'hui, ça me paraît incroyable « parce que celui qui voit doit être pareil à la chose vue, avant de se mettre à la contempler ». En abandonnant mon récit, il y a quelques mois, je ne revins pas au monde que j'avais laissé, mais à un autre qui était la continuation de mon thème (un thème plein de vacillations que je continue de corriger à l'intérieur de ma vie) Si je ne meurs pas, ne me cherche pas et si je meurs, ne me cherche pas non plus : je n

«. Une-entrée-en-matière-détaillait-l-'écriture-du-mot, ». Du-mot, and «. Qu-'ils-avaient-de-commun-et-de-différent, La décision était prise de conserver les lettres communes à savoir mme et de ne prendre qu'une lettre différente de chacun Le f de femme et l'o de l'homme, ce qui donnait « Fomme » et le texte ainsi devenait : Nous les mots libres Nous les mots dits Nous les poètes Nous les fommes à la casquette pleine Nous les farceuses et les farceurs Les poseuses et poseurs d'anathèmes Les rigolardes et rigolards des portes de la mort Les joueuses et joueurs de feu, d'aigreur et de couteau Les changeuses et changeurs de cible au vent mauvais Fommes de poussière désintégrée Fommes de prières estropiées Fommes de trop près Fommes de si loin D'une marge toujours débordée Vivons la coupe pleine Nous la plaie de vos bandoulières Laissez-nous sur la berge Passez votre chemin Emportez vos frontières Vaquez à vos misères A vos rengaines A vos torpeurs d'hémisphère A vos soutiens braillards Ne venez pas chercher en nous la compagne ou le compagnon d'une route Ne plaquez pas vos mains sur nos chairs à découvert Eloignez-vous de l'effervescence qui transpire Vos mains ne sauront jamais, sécher nos larmes Notre coeur ne contient pas dans un ciboire Et ce qu'il faut de couleurs pour nous atteindre Ne suffit pas pour nous éteindre Mais prolonge l'agonie qui nous ronge Nous les rongeuses et rongeurs de matière première Nous les ramoneuses et ramoneurs de vertèbres Les écorché·es du tout venant Nous les amuseuses et amuseurs Embrassez-nous en passant On s'en souviendra longtemps