Skip to Main content Skip to Navigation
Theses

Gilles Deleuze : musique, philosophie et devenir

Résumé : D’après Deleuze, écrire sur la musique constituerait un « sommet » de la pensée, l’idée d’une « supériorité » du musical sur les autres formes d’art étant, par là même, affirmée. La relation entre musique et philosophie n’est pas, dans sa pensée, de l’ordre du commentaire mais du devenir. Autrement dit, la musique n’est pas un simple objet d’analyse puisqu’elle influence en retour le style de conceptualisation du philosophe. C’est pourquoi ce problème s’articule selon deux perspectives qui s’échangent sans se concilier tout à fait : un devenir-musical de la philosophie, un devenirconceptuelde la musique. On pense par exemple au concept décisif de ritournelle qui désigne à la fois une « petite musique » etl’éternel retour.Le devenir-musical de la philosophie correspond à une dimension « artiste » de la pensée, le style d’écriture devenant un enjeu majeur. Deleuze partage avec les romanciers la création d’une langue étrangère dans la langue courante – création qui tend vers une « musicalisation » du langage. Si l’écrivain invente une « petite musique » par une mise en variation continue de la langue, le devenir musical de la philosophie implique une variation continue du concept, notamment parl’usage de la métaphore. Le texte philosophique refuse alors toute approche interprétative pour intensifer la part affective du texte. Un tel devenir n’est pas sans produire une forme d’ambiguïté puisqu’il finit par rendre indiscernable poésie et philosophie. Comment assumer la part musicale de la pensée deleuzienne dans le champ de la philosophie ? Le devenir-conceptuel de la musique correspond à un aspect plus traditionnel de la pensée deleuzienne puisque la musique y est soumise à l’appareillage ontologique du philosophe. En toute logique, l’idéal esthétique vers lequel tend tout agencement musical s’avère être la variation continue. Reprenant à son compte les dualités bergsoniennes, Deleuze assimile lemusical au domaine de l’intensif et du différentiel contre ce qui touche à la représentation. Sur la question fondalementaledu temps musical, Deleuze s’inspire de Wagner Proust, Bergson et Boulez pour développer une métaphysique de la musique autour de deux notions : le passé pur comme Mémoire cosmique et la réminiscence comme moyen esthétique d’y accéder. Du fait de la nature idéaliste de cette conception, Deleuze s’oppose à l’esthétique nietzschéenne pour renouer avec le romantisme
Document type :
Theses
Complete list of metadatas

Cited literature [270 references]  Display  Hide  Download

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01143931
Contributor : Abes Star :  Contact
Submitted on : Monday, April 20, 2015 - 3:12:06 PM
Last modification on : Thursday, April 26, 2018 - 5:30:50 AM
Document(s) archivé(s) le : Monday, September 14, 2015 - 10:51:49 AM

File

2015theseRabyJ.pdf
Version validated by the jury (STAR)

Identifiers

  • HAL Id : tel-01143931, version 1

Citation

John Raby. Gilles Deleuze : musique, philosophie et devenir. Art et histoire de l'art. Université Rennes 2, 2015. Français. ⟨NNT : 2015REN20011⟩. ⟨tel-01143931⟩

Share

Metrics

Record views

1714

Files downloads

13118