Pratiques, politiques publiques et territoires : construire une géographie agricole des villes

Résumé : Construire une géographie agricole des villes résume le projet scientifique élaboré pour notre HDR. La géographie dont il est question porte sur le devenir des activités agricoles dans et autour des villes, sur les transformations des relations ville-agriculture, et sur l'insertion de l'agriculture dans les politiques de la ville durable. En effet, cultiver les milieux urbanisés est une caractéristique de l'agriculture contemporaine. Pays du Nord et pays du Sud sont concernés. Le phénomène de l'agriculture urbaine est mondial. Pratiques, politiques publiques et territoires sont trois concepts qui fondent notre regard géographique sur les transformations du secteur agricole et du métier d'agriculteur. La géographie que nous proposons porte sur la description fine des pratiques quotidiennes des agriculteurs dans leur travail et sur leur spatialisation. Elle s'intéresse aussi à l'analyse des dispositifs territoriaux qui agencent pratiques habitantes, espaces d'action et projets politiques en vue d'offrir une configuration organisationnelle propice au développement. Par cette confrontation entre pratiques et politiques publiques dans les territoires, notre approche géographique est tournée vers l'action, avec le double objectif de produire des connaissances scientifiques et d'élaborer des outils pour accompagner les acteurs du développement. Dans notre mémoire d'HDR, nous exposons nos résultats par domaine de recherche : l'environnement, le territoire et la ville. L'agriculteur et l'environnement constitue le propos de la première partie. C'est au moment de la thèse que nous avons forgé notre regard géographique sur les pratiques agricoles, en explorant le champ des recherches interdisciplinaires sur l'environnement. Nous avons bâti une " géographie des pratiques " fondée sur un double héritage épistémologique et disciplinaire : les recherches interdisciplinaires conduites " sur problème " et les approches géographiques de l'espace vécu, du territoire et du milieu. L'étude de la prise en compte par les agriculteurs des risques de pollution des eaux souterraines sert de fil conducteur à notre analyse. Nos résultats montrent que les territoires pertinents pour gérer l'environnement sont ceux qui agencent l'espace - pratique - de travail des agriculteurs et l'espace - politique - de la gestion de la qualité de l'eau. Les secteurs du milieu géographique collectivement identifiés, les réseaux de relations entre acteurs, les périmètres d'intervention des politiques, et les interdépendances territoriales induites par la circulation des eaux, composent l'agencement spatial requis pour gérer localement un problème d'environnement. L'implication des acteurs passe alors par une construction disputée de nouveaux territoires d'action, un processus qui fait aussi ressurgir le poids des rapports aux lieux des agriculteurs construits sur le temps long. L'agriculteur et le territoire fait l'objet de la seconde partie. La multifonctionnalité de l'agriculture sert de fil conducteur pour comprendre les relations entre acteurs dans des territoires ruraux de moins en moins agricoles. La place qu'y occupent les agriculteurs est interrogée tant par leurs pratiques territorialisées que par leur participation à la gouvernance locale. Des activités de prospective, de recherche-développement et de recherche-formation débouchent sur des productions méthodologiques et théoriques. Le schéma d'organisation territoriale de l'exploitation agricole et la chronique des dispositifs territoriaux sont deux outils issus de nos recherches : ils apportent une aide à l'analyse-diagnostic des pratiques agricoles et une réflexion sur les modes de gouvernance à l'œuvre dans les territoires ruraux. Mais ces travaux ouvrent aussi à une réflexion plus théorique sur les recherches en prise avec l'action. Les partenariats chercheurs-acteurs sont multiformes et instables, oscillant entre fiction et friction. Pris dans ce type de situation, le chercheur doit adopter une logique dispositive pour savoir ajuster son plan de recherche sans perdre sa double visée, scientifique et appliquée. L'agriculteur et la ville correspond au projet scientifique actuel, développé en troisième partie. Il s'agit d'aborder la ville par le biais de l'agriculture pour mieux comprendre les interactions entre ces deux univers. Pour bâtir cette nouvelle problématique, nous retraçons la généalogie des recherches sur l'agriculture urbaine dans différentes régions du monde. Trois filiations principales apparaissent : 1) les mouvements sociaux de réappropriation des espaces urbains abandonnés, via l'agriculture (jardins urbains), particulièrement développés en Amérique du Nord ; 2) la lutte contre la paupérisation urbaine et contre l'insécurité alimentaire des villes du Sud par des programmes de développement de l'agriculture urbaine ; 3) les conflits nés de l'aménagement du territoire entre l'Etat et la profession agricole, notamment en France. Notre hypothèse est qu'aujourd'hui la perspective du développement durable fait converger ces trois problématiques ville-agriculture. En effet, les programmes d'action qui promeuvent la ville durable combinent des objectifs de développement économique, de santé publique, de cohésion sociale, d'aménagement urbain et de préservation des ressources naturelles. Notre ambition scientifique est alors de dépasser la conception duale de la relation ville-agriculture encore très présente dans les recherches et dans les politiques publiques, en mettant l'accent sur les liens organiques et systémiques qui relient agriculture, ville et citadins. Nous proposons le concept de système agri-urbain pour conjuguer trois angles d'analyse constitutifs d'une géographie agricole des villes : 1) la relation entre l'activité agricole et l'environnement urbain ; 2) les interactions entre les différentes échelles d'analyse ; 3) les temporalités des relations ville-agriculture. Le projet ANR DAUME que nous coordonnons permet de déployer ce cadre d'analyse systémique en l'appliquant, dans un cadre collectif, à la durabilité des agricultures urbaines dans plusieurs villes de la Méditerranée. Le projet scientifique de l'UMR Innovation que nous dirigeons offre un cadre d'insertion scientifique de notre projet géographique dans une équipe interdisciplinaire qui étudie et accompagne les acteurs des innovations territoriales qui connectent ville et agriculture. En conclusion, nous ouvrons des perspectives de recherche pour renouveler les études agraires dans la société urbaine, autour des mobilités agricoles contemporaines, des transformations sur le temps long des relations ville-agriculture, et des nouvelles coopérations villes-campagnes qui pourraient se développer pour répondre aux enjeux de l'alimentation durable.
Type de document :
HDR
Géographie. Université Michel de Montaigne - Bordeaux III, 2014
Liste complète des métadonnées

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01016218
Contributeur : Christophe-Toussaint Soulard <>
Soumis le : dimanche 29 juin 2014 - 05:19:32
Dernière modification le : jeudi 24 novembre 2016 - 17:12:00
Document(s) archivé(s) le : lundi 29 septembre 2014 - 10:35:27

Identifiants

  • HAL Id : tel-01016218, version 1

Collections

Citation

Christophe-Toussaint Soulard. Pratiques, politiques publiques et territoires : construire une géographie agricole des villes. Géographie. Université Michel de Montaigne - Bordeaux III, 2014. <tel-01016218>

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

3440

Téléchargements du document

2469