Achieving collaboration in distributed systems deployed over selfish peers

Résumé : Les réseaux actuels sont souvent caractérisés par une intégration dynamique de nœuds étrangers. La possibilité qu’une entité dissidente égoïste exploite un nœud augmente alors, ce qui peut constituer une violation du protocole de collaboration en vue d’accroître un avantage personnel. Si de telles violations diffèrent des objectifs du système, elles peuvent même être considérées comme une attaque. Si des techniques de tolérance aux fautes existent pour affaiblir l’impact sur le système, celui-ci ne peut pas totalement se prémunir de ce type d’attaque. Cela justifie la nécessité d’une approche pour maintenir un degré de collaboration nœuds égoïstes dans les systèmes distribues. Dans cette thèse, nous considérons le problème d’atteindre un niveau ciblé de collaboration dans une architecture répartie intégrant des nœuds égoïstes, qui ont intérêt à violer le protocole de collaboration pour tirer parti du système. L’architecture et le protocole seront modifies le moins possible. Un mécanisme d’inspection de chaque nœud sera mis en place pour décider de la légitimité de ses interactions avec ses voisins. Le concepteur du système d’inspection est confronté avec une situation complexe. Il doit corréler plusieurs aspects tels que les circonstances particulières de l’environnement ou des préférences individuelles du nœud. En outre, il doit tenir compte du fait que les nœuds peuvent connaitre l’état de ses voisins et construire ses décisions en conséquence. La surveillance proposée dans cette thèse correspond à une classe de modèles de la théorie des jeux connus sous le nom « Inspection Game » (IG). Ils modélisent la situation générale où un « inspecteur » vérifie par des inspections du comportement correct d’une autre partie, appelée « inspectee ». Toutefois, les inspections sont coûteuses et les ressources de l’inspecteur sont limitées. Par conséquent, une surveillance complète n’est pas envisageable et un inspecteur tentera de minimiser les inspections. Dans cette thèse, le modèle initial IG est enrichi par la possibilité d’apparition de faux négatifs, c’est à dire la probabilité qu’une violation ne soit pas détectée lors d’une inspection. Appliqué sur des systèmes distribués, cette approche permet de modéliser les choix collaboratifs de chacun des acteurs (violer le protocole ou pas, inspecter ou pas). Comme résultat, le modèle IG retourne les paramètres du système pour atteindre le niveau de collaboration souhaité. L’approche est conçue comme un « framework ». Elle peut donc s’adapter à toutes les architectures et toutes les techniques de fiabilité. Cette approche IG sera présentée à l’aide d’un exemple concret d’architecture Publish/Subscribe. L’approche du jeu d’inspection de cette thèse pour objectif de sécuriser l’ensemble du protocole de collaboration. Ceci constitue un nouveau concept de mécanisme de fiabilité. [...]
Type de document :
Thèse
Other [cs.OH]. INSA de Lyon, 2013. English. <NNT : 2013ISAL0083>
Liste complète des métadonnées

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00961233
Contributeur : Abes Star <>
Soumis le : mercredi 19 mars 2014 - 16:13:34
Dernière modification le : mercredi 16 décembre 2015 - 01:06:50

Fichier

these.pdf
Version validée par le jury (STAR)

Identifiants

  • HAL Id : tel-00961233, version 1

Collections

Citation

Tobias René Mayer. Achieving collaboration in distributed systems deployed over selfish peers. Other [cs.OH]. INSA de Lyon, 2013. English. <NNT : 2013ISAL0083>. <tel-00961233>

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

339

Téléchargements du document

196