Effets des interactions biotiques sur la régénération des forêts le long de gradients climatiques

Résumé : Comprendre comment les variations du climat pourraient influencer le recrutement des arbres en forêt est un défi car la germination, la croissance et la survie des semis sont particulièrement sensibles aux facteurs biotiques et abiotiques. Plusieurs modèles conceptuels généraux, (la « stress gradient hypothesis » SGH et « latitudinal herbivory theory » LHT,) suggèrent que la nature et l'intensité des interactions biotiques varient le long de gradients environnementaux. Ces modèles constituent une base théorique utile pour déterminer le rôle des interactions biotiques dans la réponse des communautés végétales aux variations du climat. Cependant, les études portant sur la SGH se sont limitées aux interactions directes entre plantes et ont négligé les interactions complexes. Les théories développées pour des niveaux trophiques supérieurs (comme la LHT) sont quant-à elles sujettes à débat et ne considèrent qu'un nombre limité d'interactions. Les interactions avec les micro-organismes du sol ont par exemple été négligées. Dans cette thèse, j'ai analysé comment les interactions directes et indirectes entre les semis, les arbres adultes, la végétation herbacée, les insectes herbivores et les pathogènes du sol varient en nature et en intensité le long de gradients climatiques. Pour explorer les interactions entre plantes, j'ai effectué une expérimentation s'appuyant sur la variabilité spatio-temporelle des conditions climatiques dans les Alpes. Les résultats montrent que les effets directs de compétition de la canopée et de la végétation herbacée augmentent avec la température. Cependant, pour les sites les plus chauds, la facilitation indirecte pourrait limiter la compétition directe des herbacées. Pour les interactions avec insectes herbivores,nous avons montré que le long de gradients d'altitude et de latitude, l'herbivorie est minimale là où les stress thermiques et hydriques est fort. Enfin, pour les interactions avec les micro-organismes du sol, nous avons mesuré en chambre de culture la survie de plantules de hêtre dans des sols, stérilisés ou non, collectés le long d'un gradient d'altitude. Les résultats montrent que les effets négatifs des micro-organismes sont plus faibles quand les communautés microbiennes proviennent de sols d'altitudes. Cette thèse suggère que les effets directs négatifs des plantes, des insectes herbivores et des pathogènes du sol sur les semis dominent dans les environnements chauds et productifs et s'atténuent dans des conditions plus froides. Les interactions indirectes semblent varier inversement et pourraient ainsi tamponner l'effet des interactions directes.
Type de document :
Thèse
Sciences agricoles. Université de Grenoble, 2012. Français. <NNT : 2012GRENV080>
Liste complète des métadonnées

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00947800
Contributeur : Abes Star <>
Soumis le : lundi 17 février 2014 - 14:14:37
Dernière modification le : vendredi 23 juin 2017 - 09:08:29
Document(s) archivé(s) le : dimanche 9 avril 2017 - 12:37:16

Fichier

25253_DEFOSSEZ_2012_diffusion1...
Version validée par le jury (STAR)

Identifiants

  • HAL Id : tel-00947800, version 1

Collections

Citation

Emmanuel Defossez. Effets des interactions biotiques sur la régénération des forêts le long de gradients climatiques. Sciences agricoles. Université de Grenoble, 2012. Français. <NNT : 2012GRENV080>. <tel-00947800>

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

590

Téléchargements du document

1658