. N. Agence-nationale-de-l-'évaluation-et-de-la-qualité-des-Établissements-sociaux-et-médicosociaux-(-a, Enquête nationale 2008 auprès des établissements et services sociaux et médico-sociaux, mise en oeuvre de l'évaluation interne dans les ESSMS, 2009.

. Agence-nationale-de, Mise en oeuvre de l'évaluation interne des établissements et services visés à l'article L312-1 du code de l'action sociale et de la famille, 2009.

. Assemblée-des-départements-de-france, Regard financier sur les départements -étude ADF / Dexia, juin 2011, 12 p., téléchargeable sur le site : http://www.departement.org/sites

. Assemblée-nationale, nom de la commission des affaires culturelles, familiales et sociales sur le projet de loi (n° 3184) réformant la protection de l'enfance, 2006, 172 p., et téléchargeable sur le site

M. Autès, identité de l'éducateur spécialisé, ou les incertitudes du pouvoir de nommer, 1989.

M. Autes, Les paradoxes du travail social, 1999.

B. Beynier, B. Tudoux, and M. Momic, Les métiers du travail social, hors aide à domicile, Etudes et résultats, 2005.

J. L. Bianco, P. Lamy, and L. , aide à l'enfance demain. Contribution à une politique de réduction des inégalités, ministère de la Santé et de la Sécurité sociale, 1978.

F. Bigot, T. Rivard, and B. Tudoux, Mobilité professionnelle des salariés du secteur social et médico-social, C.R.E.D.O.C, vol.183, 2003.

J. Brichaux, éducateur spécialisé en question (s), la professionnalisation de l'activité socioéducative, 2001.

J. Y. Broudic, Evaluation interne, état des lieux en Bretagne, A propos de n° 29, CREAI de Bretagne, et téléchargeable sur le site, 2009.

M. Chauvière, Enfance inadaptée, l'héritage de Vichy, 1980.

M. Chauvière, Trop de gestion tue le social. Essai sur une discr??te chalandisation, Pens??e plurielle, vol.17, issue.1, 2007.
DOI : 10.3917/pp.017.0135

N. Circulaire and . Sd5b, relative à la pluriannualité budgétaire et à la dotation globalisée commune à plusieurs établissements et services sociaux et médicosociaux relevant de la même enveloppe de crédits limitatifs et à la coopération sociale et médico-sociale dans le cadre des groupements d'établissements, Bulletin officiel, D.E.E.S), vol.216, pp.6-06, 2006.

J. N. Chopart, Les mutations du travail social, dynamiques d'un champ professionnel, 2000.

. Code-de-l-'aide-sociale-et-de-la-famille, article L 226-1 et suivants sur la protection des mineurs en danger et recueil des informations préoccupantes, Legifrance, 2007.

. Code, Livret 1 er : dispositions générales, Titre II : principes généraux de prévention, article L 4121-1, Legifrance, 2012 et téléchargeable sur le site : http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idSectionTA=LEGISCTA000006178066&cidTe xte=LEGITEXT000006072050&dateTexte=20090528 Convention collective nationale de travail des établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées du 15 mars 1966, Legifrance, mise à jour au 15 septembre, 1976.

R. Curie, Le travail social à l'épreuve du néo-libéralisme, entre résignation et résistance, 2010.

X. and X. Au, DU 09-03-1956 modifié fixant les conditions techniques d'agrément des établissements privés de cure et de prévention pour les soins aux assurés sociaux, Legifrance, 1989, et téléchargeable sur le site

J. P. Doucet, Ordonnance n° N°45-174 du 2 février 1945 relative à l'enfance délinquante, Le droit criminel, Droit pénal -Procédure pénale, 2010.

F. Deligny, Graine de crapule ? Conseils aux éducateurs qui voudraient la cultiver, 1945.

K. Fröhlich-gildhoff and P. Lecaplain, Professional support for violent young people, results of a comparative European study, 2008.

K. Fröhlich-gildhoff and P. Lecaplain, Developing quality-based support for young people with violent behavior, 2011.

P. Fustier, L'identité de l'éducateur spécialisé, 1972.
DOI : 10.3917/dunod.fusti.2009.01

P. Gaberan, La relation éducative, 2003.
DOI : 10.3917/eres.gaber.2007.01

V. Girard, J. Royer, and J. M. Petitclerc, Cette prévention dite spécialisée

J. Ion, Le travail social à l'épreuve du territoire, 1991.

L. Journée-interrégionale, implantation de l'évaluation dans le secteur social et médico-social, enjeux et préconisations

P. Lecaplain, Jeunesse à risques et dysfonctionnements des services de la protection de l'enfance : Comment penser les pratiques d'accompagnement de jeunes désignés comme violents ? Enquête qualitative française autour d'une douzaine de situations sociales dans le cadre du programme européen Daphné II, revue pluridisciplinaire de recherche sociétés et jeunesses en difficultés, 2009.

M. Lemay, Les groupes de jeunes inadaptés, 1975.

. Loi, du 30 juin 1975 d'orientation en faveur des personnes handicapées, Legifrance, 1975, et téléchargeable sur le site, pp.75-534

. Loi, d'orientation et de programmation pour la justice, Legifrance, 1138.

. Loi, rénovant l'action sociale et médico-sociale, Legifrance, 2002.

. Loi-du, 297 du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance, Legifrance, 2007.

. Loi, 308 du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs, Legifrance, 2007.

. Loi, portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires, Legifrance, 2009.

E. Montmoulinet, La socialisation professionnelle des éducateurs spécialisés, reproduction et rôle des centres de formation, in le métier d'éducateur spécialisé à la croisée des chemins, sous la dir, 2010.

J. Queudet, Educateur spécialisé, un métier entre ambition et repli, 2009.

B. Ravon, Repenser l'usure professionnelle des travailleurs sociaux, revue Informations sociales, 2009.

C. Rogers and G. M. Et-kinget, Psychothérapie et relations humaines, 4e éd, Montréal, Institut de recherches psychologiques et sociales, 1969.

J. P. Rosenczveig, Le dispositif français de protection de l'enfance, 3e éd, pp.1-483, 2005.

A. Vilbrod, Etre éducateur une affaire de famille, 1995.

E. Woitrain, Les travailleurs sociaux en 1998 : environ 800 000 professionnels reconnus, Etudes et résultats, et téléchargeable sur le site, 2000.

F. Abballéa, G. Ridder, and G. Gaéda, L'intervention sociale : crise des identités, brouillage des catégories, 1998.

H. S. Becker and . Outsiders, Etudes de sociologie de la déviance, fumeurs de marijuana, musiciens de jazz, entrepreneurs de morale, policiers et délinquants, 1985.

P. Berger and L. , La construction sociale de la réalité, 1994.

P. L. Berger, Comprendre la sociologie, 1986.

L. Boltanski and L. Thévenot, De la justification, les économies de la grandeur, 1991.

C. Dubar, La socialisation, construction des identités sociales et professionnelles, 1992.

C. Dubar, La crise des identités, interprétation d'une mutation, 2003.

F. Dubet, Le déclin de l'institution, 2002.

F. Dubet, Sociologie de l'expérience, 1994.

F. Dubet, Le travail des sociétés, 2009.

N. Elias, La société des individus, 2004.

A. Erhenberg, La fatigue d'être soi. Dépression et société, 1998.

G. Erner, La société des victimes, 2006.

B. Fusulier, Articuler vie professionnelle et vie familiale Etude de trois groupes professionnels : les infirmières, les policiers et les assistants sociaux, 2011.

E. Goffmann, Stigmate, les usages sociaux des handicaps, éditions de minuit, 1989.

E. Goffmann, La mise en scène de la vie quotidienne, la présentation de soi, Les éditions de minuit, 1987.

J. Habermas, Théorie de l'agir communicationnel Rationalité de l'agir et rationalisation de la société, 2002.

J. Habermas, Théorie de l'agir communicationnel. Pour une critique de la raison fonctionnaliste, 1997.

J. C. Kaufmann and L. , invention de soi, une théorie de l'identité, 2005.

M. Maffessoli, Le temps des tribus, le déclin de l'individualisme dans les sociétés de masse, 1988.

D. Martucelli, Grammaires de l'individu, 2002.

D. Martucelli, Sociologie de la modernité, 2004.

H. Rosa, Accélération, une critique sociale du temps, 2010.

A. Strauss, Textes réunis et présentés par Bazanger I.), La trame de la négociation, sociologie qualitative et interactionnisme, 2008.

M. Weber, éthique protestante et l'esprit du capitalisme, Plon Pocket, 1994.

M. Weber, Economie et société, Les catégories de la sociologie, 2003.

M. Weber, Economie et société, L'organisation et les puissances de la société dans leur rapport à l'économie, 2003.

P. Bernoux, La sociologie des organisations, 1985.
URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00736374

F. Champy, Nouvelle théorie sociologique des professions, 2011.
DOI : 10.3917/puf.mestr.2011.01

D. Gaulejac and V. , La société malade de la gestion, idéologie gestionnaire, pouvoir managérial et harcèlement social, 2 e éd, Du Seuil, vol.353, 2009.

C. Dubar and P. Tripier, Sociologie des professions, 2003.
DOI : 10.3917/arco.dubar.2015.01

URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01116329

A. C. Dubernet, Des « métiers traditionnels aux vrais métiers », in La révolution des métiers, sous la dir, Piotet F, vol.362, 2002.

O. Foli, Le discours de la plainte, un support de l'intégration et de la sociabilité : le cas d'une entreprise bureaucratique, in L'organisation à l'épreuve ; autour du temps, de la sociabilité, de la rationalité et du métier, sous la dir, de Caron C. et Gaglio G, vol.288, 2007.

J. L. Laville, Sociologie des services, entre marché et solidarité, 2005.

J. D. Reynaud, Les règles du jeu, l'action collective et la régulation sociale, 1989.

R. Sainsaulieu, Sociologie de l'organisation et de l'entreprise, 1991.

A. Blanchet and A. Gotman, L'enquête et ses méthodes : l'entretien, 1995.

P. Bourdieu, Science de la science et réflexivité, 2 e éd, 2002.

R. Quivy and L. Van-campenhoudt, Manuel de recherche en sciences sociales, 1988.

B. Soulé, Observation participante ou participation observante ? Usages et justifications de la notion de participation observante en sciences sociales, pp.127-140, 2007.

P. Lecaplain and A. De-gouzien, L'acteur contre le système, combinaisons des logiques de l'action et carrières de jeunes en situation précaire dans un quartier rennais, mémoire de D, E.S.S, 1999.

A. Allais, Le bec en l'air, OEuvres Anthumes, éditions de référence Paul Ollendorf, 1897, La Bibliothèque électronique du Québec, collection A tous les vents, 2010.

C. Général-d, Ille et Vilaine, rev. Nous, Vous, Ille, avril-mai-juin, 2010.

P. Drucker, La pratique de la direction des entreprises, 1969.

L. Boterf and G. , De la compétence à la navigation professionnelle, 1998.

L. Boterf and G. , Construire les compétences individuelles et collectives, 2004.

«. La-consigne, Je cherche à comprendre les évolutions du travail dans le secteur de l'éducation spécialisée : ce qui va bien, ce qui va mal de votre point de vue. Mon objectif est également de mieux appréhender votre fonction et la perception que vous en avez dans ce contexte

. De, envie de me parler De rester actif et de mener le jeu en restant aussi modeste qu'effacé. En un mot de faire preuve d'empathie. Cette posture tient autant à mes attitudes (souriant, ouvert, cherchant à savoir) qu'à ce que je suis amené à

«. Qu, est-ce qu'il me dit des choses dont il parle (dimension référentielle) ?

. Qu, est-ce qu'il me dit de ce qu'il en pense (dimension modale) ?

. Qu-'est-ce and . Qu, il me dit de ce qu'il cherche à accomplir comme acte à mon égard (dimension illocutoire) ? » 521 -Les types de relance utilisés : « Réitération (Echo et reflet), Déclaration (complémentation, interprétation), Et interrogation (référentielle ou modale), p.522

A. Blanchet, A. Gotman, and L. , enquête et ses méthodes : l'entretien, éditions Nathan université 522 Ibid, p. 83. coup, j'ai assumé toute ma formation toute seule. J'ai été à La lande du Breil, en 82-84, En, vol.81, p.78, 1995.

J. Eu-mon-certificat, je croyais que je n'allais pas trouver de boulot J'avais déjà des formateurs qui m'avaient proposé de travailler si je ne trouvais pas de boulot. C'était à la Bouexière mais, comme je n'avais pas de moyen, j'ai choisi Saint-Malo parce que, pour moi, c'était mieux desservi en train, et en car, par la suite. Parce que la Bouexière, il fallait que j'aie une voiture. Donc, j'ai choisi Saint-Malo

?. Après-je-suis-repartie-sur-ker-goat and . En-pleine-campagne, Il y a plusieurs structures à Ker Goat J'étais sur le groupe qui a déménagé sur Pleurtuit. Après, il y a eu la politique des petites structures Du coup, ça s'est éclaté en petites structures Il y a Pleurtuit où j'étais, aux Bas Sablons où j'ai travaillé avant, il y a Dinan et Dinard. Dans, de 84 à 88 J'ai arrêté, je suis allée voir le directeur. J'ai dit que j'en avais marre de faire la route, j'ai arrêté. eux, je parle d'intervenir. Ce sont des jeunes qui disent : arrêtez de me fatiguer, mes parents ont vécu avec le RMI, je serai RMIste. Arrêtez de me dire de manger à l'heure, je n'ai jamais mangé à l'heure chez moi. Arrêtez de me dire de me lever tôt, je dors à l'heure que je veux, je fais ce que je veux. Ces jeunes, en général

P. Donc and . Moi, C'est la personne, moi je dis toujours l'avocat, parce que tu es tenu de défendre ce jeune-là jusqu'au bout, en dépit de ce que pensera l'équipe. Effectivement, le référent est plus attentif au jeune qu'on lui a confié que les autres éducateurs Chaque éducateur est tenu d'avoir à l'oeil le jeune dont il a la référence. Donc, cet éducateur, aussi, doit s'approprier l'histoire du gamin et l'histoire des parents, pourquoi il est placé Il doit être aussi en contact avec les partenaires externes. Cela peut être l'Aide Sociale à l'Enfance si c'est elle qui a fait le placement, ça peut être la PJJ. Ça peut être aussi les écoles, dans le cadre de la scolarité, ou des patrons et des entreprises dans le domaine de l'apprentissage ; ça peut être aussi la mission locale pour des jeunes qui n'ont pas de niveau et pour qui il faut faire une évaluation pour essayer de voir ses aptitudes et ses ressources Ça peut être aussi le CLPS. Ce sont tous ces organismes qui sont là à récupérer ces jeunes dont personne ne veut, pour essayer de faire des petites formations. Le référent est tenu d'accompagner ce jeune dans le cadre d'une évaluation, c'est le référent qui accompagne le jeune dans les missions locales, à l'ASSEDIC, à l'ANPE. C'est le référent qui est tenu de faire toutes les démarches, que ce soit auprès de l'Aide Sociale à l'Enfance, ou auprès du Tribunal, et rendre compte aux parents s'ils ne sont pas déchus, provoquer des rencontres pour essayer de faire le point et rendre des comptes aussi à l'Aide Sociale à l'Enfance. Ça peut arriver que l'équipe ne soit pas d'accord avec le référent parce que, effectivement, on travaille aussi avec l'affect. Il arrive aussi qu'un référent ne puisse pas supporter le jeune ou le jeune ne supporte pas le référent. Pour ne pas donner le pouvoir ni au jeune ni au référent, on fait en sorte qu'il ? sauf si, vraiment, dans une situation où vraiment c'est impossible, où le jeune pâtît de cette divergence, là, on ne va pas changer de référent mais on va prendre une tierce personne. Parce que le jeune peut aussi ne pas être à l'aise avec le référent. Donc, on va aller avec un collègue qui n'est pas référent. On va essayer, Quand on parle du jeune, un collègue peut dire : « Avec moi, il parle facilement. Je veux bien faire le relais. » Le référent a quand même une place très, très importante dans l'accompagnement, dans le suivi du jeune. Il fait l'intermédiaire entre le jeune, la famille et tous les partenaires extérieurs. Quand il y a des situations d'échec, même si des fois on sait très bien qu'avec ces jeunes on ne travaille pas pour un résultat positif, le référent souvent se culpabilise en se disant : « Il y a eu un loupé, qui a fait que je n'ai pas fait ce qu'il fallait toute l'équipe qui ne partage pas ton point de vue. Mais il faut aller jusqu'au bout. Effectivement, ne pas rester trop borné sur le positionnement du référent parce que, des fois, on est tellement dans la relation avec le jeune

. Quand-l-'équipe-réagit, Un jeune qui pose des problèmes de comportement, l'équipe ne verra que le côté négatif des choses : « il est temps de l'orienter ailleurs ». Parce qu'il ne posera pas le même problème de comportement avec le référent, il va gens Je pense que, effectivement, j'ai eu des problèmes avec des collègues parce que j'aimais beaucoup touché les enfants ? j'étais en stage à Chantepie -. (?) J'aimais beaucoup les assister pour leur douche, leur apprendre à s'habiller convenablement. J'avais horreur de les voir sortir de la douche avec les cheveux en bataille Du coup, je les ai tous ramassés. Dès qu'il me voyait, il courait devant moi. J'ai eu des difficultés avec des collègues qui croyaient que j'étais trop proche. J'ai dit que, pour moi, le fait d'être proche, c'est clair, il n'y a pas d'ambiguïté dans cette approche. J'explique et je l'ai expliqué à ma monitrice de stage. J'en avais parlé à La Lande du Breil, le lendemain, en disant : « Vous n'allez pas me demander de faire ce que je ne connais pas. Je ne peux pas intervenir comme vous intervenez, vous. De même que, si un jour vous avez un enfant africain, on ne va pas vous demander d'intervenir comme en Afrique, Vous allez d'abord intervenir par rapport à vos valeurs. » Je pouvais aussi être très chaleureuse comme je pouvais aussi être très ferme et les collègues ne comprenaient pas. Les jeunes m'adoraient et ils disaient : « Avec Marie, c'est toujours clair » et même jusqu'à aujourd'hui. Quand ils ont fini par me connaître, ils ont dit : « Pourtant, les femmes africaines? » Ils ont vu comment je prenais la parole, comment je me positionnais, dans l'échange, en gardant mon point de vue parce que j'estime que ce que je ne dis n'est pas bête

«. Je-disais-toujours and . Vous-allez-voir,-À-la-réunion-prochaine, vous allez ressortir exactement ce que je suis en train de dire ». Ce que l'on pouvait dire en 3 minutes, on va mettre des années et, après, revenir dire la même chose. J'estime que c'est une perte de temps. Ça aussi, ils disaient : « Oui, mais on nous avait dit que les femmes africaines sont soumises. » J'ai dit « N'écoutez pas ! La femme africaine, c'est une femme maîtresse

O. Effectivement, . Dit-À-la-femme-africaine-mais, and . Le-droit-de-le-reprendre, Tant que ma femme n'est pas là, je ne peux pas décider. » Ce n'est pas la même chose au Maghreb Il faut bien faire la différence, ce n'est pas la même chose En Afrique, les hommes font entièrement confiance à leur femme. A partir du moment où il a décidé d'épouser cette femme, c'est la reine mère On est imprégné de tout cela Ce n'est pas péjoratif quand on dit que la femme est à la maison. C'est comme ici en France, on trouvera des femmes avec des fortes personnalités, comme on trouvera des femmes complètement soumises, comme en Centrafrique Cela n'a rien à voir avec le fait d'être Africaine. Ils m'ont dit que le fait de me connaître les amenait aussi à avoir beaucoup d'a priori sur la position de la femme Je continue toujours, je me dis ; « Moi, je suis là, je travaille avec deux cultures. J'ai aussi eu des souffrances dans le travail. Il ne fait pas croire que cela s'est toujours bien passé. J'ai eu des moments de découragement, des moments d'isolement. Après je remontais la pente, parce que c'est un choix que j'ai fait. J'ai essayé de travailler tout ce côté-là, parce que je discute beaucoup, énormément, avec les gens Je pense que j'apprends tout le temps, j'apprends toujours Je me dis que vivre avec deux cultures, c'est très difficile. Mais, je n'ai pas à lâcher les deux. Ce sont les deux parce que ma culture africaine, c'est la base qui me permet d'appréhender la culture française. Et, je dois cheminer avec les deux. Le jour où je me suis sentie intégrée, c'est le jour où j'ai commencé à penser en français. Avant, on pouvait me dire quelque chose en français, je pensais dans ma langue. Le jour où j'ai commencé à analyser les choses en français, je me suis dit : « Ça y est » C'est à partir de ce moment que je me suis positionnée autrement en disant : « Ça y est. Je pense que le choix est fait. » Pour moi, la Centrafrique et la France sont les deux pays dont je suis originaire, je ne peux abandonner ni l'un ni l'autre. Donc, au niveau de mon travail, dans la relation avec les jeunes, il y a souvent ma culture qui revient. Dans ma manière de prendre un jeune qui est hyper difficile, je sais comment le prendre, parce que, en général, ce sont des jeunes qui ne s'aiment pas et, quand ils arrivent, ils attendent aussi, de notre part, ce qu'il faut faire, Tu respectes ton mari. Même si le mari dit des conneries devant les gensavais mis en place une activité « pharmacie » pour soigner leurs petits bobos jusqu'au jour où j'ai induit aussi le massage pour les jeunes apprentis qui rentraient et qui pleurnichaient parce qu'ils avaient mal au dos, mal partout. J'en ai parlé avec des collègues, je l'ai fait, et ça leur faisait beaucoup de bien. Le toucher est une manière de dire qu'on fait attention à eux. Par contre, quand ils me demandent je ne peux pas te faire ça et je ne peux pas te donner une réponse. » C'est comme ça que j'essaie. Je ne donne jamais de sanction que je n'arrive pas, je donne toujours des sanctions que je peux tenir. Pour moi, j'estime que c'est un travail assez complexe. Il ne faut jamais mettre la barre très haut. On est dans l'improvisation

. La-preuve,-le-jeune-revient-tout-le-temps, Il y a des jeunes qui ont manqué de cadre. Je prends l'exemple d'une jeune qui a voulu frapper sa mère devant moi. Ça m'a mis hors de moi

I. Préambule, entretien -Hors enregistrement Je me présente : chercheur Pourquoi j'ai choisi cet interviewé ? La consigne : « Je cherche à comprendre les choses qui ont été importantes dans ta vie? Ce qui a été bien mais aussi ce qui a été plus difficile. » II. L'entretien ? Si tu réfléchis au déroulement de ta vie depuis ta naissance, pourrais-tu me dire quels sont les moments qui ont été les plus importants pour toi ?

?. Est-ce and . Qu, on t'a dit quelque chose par rapport à tes comportements violents ? Quand ? Quoi ? Où ? Comment ? ? Qu'est-ce qu'on a fait pour toi ? Est-ce que ce que ce que l'on t'a dit ou fait t'ont aidé à changer de comportements ? Qu'est-ce qui a été important pour toi ?

C. A. Le, «. Lui-faire, and . Sauter-les-plombs, attrait pour le monde l'entreprise et des modes de gestion à l'anglo-saxonne à un certain moment

C. A. Dans-la-formation, ES, il a retrouvé cela, c'est une forme de durcissement des rapports humains

. H. Au-collège-coopératif-de-rennes, (dans la perspective de prendre la succession de l'actuel directeur générale) (ES/31) Il a fait D Il a fait cette formation pour apporter un éclairage théorique sur sa pratique professionnelle. L'approche pédagogique autour de cette formation l'a séduit. Il a abandonné l'idée de faire D.S.T.S. Un bon compromis entre l'université et le terrain, Une mise en tension assez forte de la promotion (ES/31) Des petites formations continues etES/33) Un master 2 entre le sanitaire et le social : mémoire sur une approche multicritère qui lui vaut un 18ES/34) Une formation de 2 ans à la « remédiation cognitive » (ES/38) une formation en art thérapie, des petites formations continues? Les périodes de chômage

. Périodes-de-un-an and . Plus, ans mais pas dans l'éducation spécialisée)