Les communautés microbiennes des nuages : implication dans la chimie atmosphérique

Pierre Amato 1
1 SEESIB
LaMP - Laboratoire de météorologie physique
Résumé : La concentration microbienne des nuages collectés depuis le sommet du puy de Dôme se situe, en bruit de fond, autour de 5x10puissance 4 cell.mL-1 pour les bactéries, et 5x10puissance3 cell.mL-1 pour les champignons. La plus grande partie d'entres elles est viable, comme le montrent les mesures de concentration en ATP. Les souches isolées présentent des propriétés physiologiques d'intérêt pour la survie dans le nuage (pigments, capacité de se développer à basse température). Ils sont capables de dégrader, même à basse température, des composés organiques présents en quantité importante dans l'eau des nuages , comme le formiate, l'acétate, le lactate, le succinate, le méthanol et le formaldéhyde. Enfin, plusieurs souches ont une capacité élevée à agir comme noyau glaçogène. Cette étude suggère que les microorganismes pourraient être impliqués dans les processus chimiques et physiques qui se déroulent dans les nuages, et leur importance est à ce titre, à reconsidérer de façon globale.
Type de document :
Thèse
Océan, Atmosphère. Université Blaise Pascal - Clermont-Ferrand II, 2006. Français. <NNT : 2006CLF21712>


https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00717327
Contributeur : Camille Meyer <>
Soumis le : jeudi 12 juillet 2012 - 15:21:27
Dernière modification le : mercredi 29 octobre 2014 - 13:22:41
Document(s) archivé(s) le : samedi 13 octobre 2012 - 02:35:10

Identifiants

  • HAL Id : tel-00717327, version 1

Citation

Pierre Amato. Les communautés microbiennes des nuages : implication dans la chimie atmosphérique. Océan, Atmosphère. Université Blaise Pascal - Clermont-Ferrand II, 2006. Français. <NNT : 2006CLF21712>. <tel-00717327>

Exporter

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

282

Téléchargements du document

922