Skip to Main content Skip to Navigation
Theses

Les anisotropies du fond diffus infrarouge : un nouvel outil pour sonder l'évolution des structures

Résumé : Le fond diffus infrarouge est la contribution de toutes les galaxies infrarouges intégrée sur toute l’histoire de l’Univers. Il émet entre 8 et 1000 µm et à un pic vers 200 µm. On résout une large fraction de ce fond dans l’infrarouge proche mais seule une petite fraction l’est dans l’infrarouge moyen et lointain à cause de la confusion. Les sources les plus faibles sont perdues dans le bruit de confusion. Cela forme des fluctuations de brillance, les anisotropies du fond diffus infrarouge. L’étude de ces fluctuations permet l’étude des galaxies sous le seuil de détection, donc des galaxies les plus faibles. Grâce au spectre de puissance on peut mesurer la puissance conte- nue dans ces fluctuations en fonction de l’échelle spatiale. Cette mesure contient, entre autre, le regroupement des galaxies infrarouges. Dans un premier temps, j’ai isolé du spectre de puissance d’une carte infrarouge, le spectre de puissance dû uniquement aux galaxies infrarouges. En effet, aux grandes échelles spatiales, il est contaminé par l’émission des cirrus Galactiques. Ces cirrus sont des nuages d’hydrogène neutre, tracés par la raie à 21 cm. J’ai donc utilisé des données à 21 cm pour estimer l’émission infrarouge de ces cirrus pour ensuite la soustraire aux cartes infrarouge à 100 et 160 µm. Cela m’a aussi permis de faire une mesure précise du niveau absolu du fond diffus infrarouge à ces longueurs d’onde. Afin d’analyser ces spectres de puissances, j’ai mis en place un modèle de regroupement des galaxies infrarouges reliant un modèle d’évolution des galaxies infrarouge reproduisant les données existantes dont celles d’Herschel et un modèle de halo. C’est un modèle complétement paramétré ce qui permet l’étude des dégénérescences de ces paramètres. J’en ai aussi tiré des mesures physiques et leur évolution avec la longueur d’onde. De plus, j’ai ajusté les données existantes de 100 à 1380 µm. Grâce au modèle on peut déterminer les contributions en redshift à chaque longueur d’onde. Les courtes longueurs d’onde tracent les bas redshifts alors que les grandes longueurs d’onde tracent les hauts redshifts. Cependant la contribution des bas redshifts est loin d’être négligeable à ces longueurs d’onde. Afin de déterminer l’évolution du regroupement avec le redshift des cartes des anisotropies du fond diffus infrarouge sont nécessaires. Je vais expliciter une méthode de séparation de composantes dédiée à cela.
Document type :
Theses
Complete list of metadatas

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00681709
Contributor : Abes Star :  Contact
Submitted on : Thursday, March 22, 2012 - 10:52:41 AM
Last modification on : Wednesday, February 5, 2020 - 6:51:25 AM
Document(s) archivé(s) le : Monday, November 26, 2012 - 11:55:10 AM

File

VD2_PENIN_AURELIE_26092011.pdf
Version validated by the jury (STAR)

Identifiers

  • HAL Id : tel-00681709, version 1

Collections

STAR | CNRS | INSU

Citation

Aurelie Penin. Les anisotropies du fond diffus infrarouge : un nouvel outil pour sonder l'évolution des structures. Autre. Université Paris Sud - Paris XI, 2011. Français. ⟨NNT : 2011PA112164⟩. ⟨tel-00681709⟩

Share

Metrics

Record views

991

Files downloads

4734