Prévalence et mécanismes des troubles respiratoires hypoxemiants du sommeil dans l’HTAP

Résumé : L’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) est définie par une pression artérielle moyenne >25 mmHg associée à une pression capillaire ≤ 15 mmHg. L’augmentation des résistances artérielles pulmonaires dans l’HTAP est associée à des phénomènes de vasoconstriction, de remodelage pariétal et de thrombose au niveau des artères pulmonaires de petit calibre. Plusieurs données expérimentales montrent que l’hypoxie est susceptible d’induire ces mêmes changements au niveau du lit artériel pulmonaire. De plus, d’après les petites cohortes étudiées dans la littérature, une hypoxémie nocturne (HN) serait fréquente dans l’HTAP pouvant se rencontrer chez presque 77% des malades. Les mécanismes de cette HN sont mal élucidés, en rapport avec une respiration périodique de type Cheyne Stokes (CS) pour certains auteurs, ou avec des apnées-hypopnées obstructives (AHO) du sommeil pour d’autres.Nous avons voulu ainsi explorer le sommeil des malades porteurs d’HTAP à la recherche de ces anomalies du sommeil et dans le but de déterminer leur prévalence et leurs mécanismes physiopathologiques. Quarante six malades hospitalisés dans le service de pneumologie de l’Hôpital Antoine Béclère, centre de référence national pour l’HTAP, ont bénéficié d’une nuit de polysomnographie (CIDELEC) avec une mesure de la capnographie transcutanée (TOSCA). Il s’agissait d’une population homogène comprenant 29 malades porteurs d’une HTAP idiopathique (HTAPI) et de 17 malades porteurs d’un coeur pulmonaire chronique postembolique (CPCPE), n’ayant pas d’anomalies fonctionnelles respiratoires sévères (VEMS etCPT ≥ 60 % de la théorique), ni d’obésité sévère (IMC < 35 Kg/m²), et stables depuis au moins 3mois, sous traitement spécifique optimal pour l’HTAP. Ces malades étaient pour la plupart en classe fonctionnelle II de la NYHA, parcouraient > 400m au test de marche de 6 minutes, etavaient un index cardiaque moyen mesuré sur le cathétérisme cardiaque droit dans les normes(3,2 ± 0,6 L/min/m²).La majorité (38/46 soit 82,6%) avaient une HN définie par un temps de sommeil passé avec uneSpO2 < 90%, > 60min et/ou un index de désaturation ≥ 20/h. Ces patients passaient 48.9 ± 35.9%de leur temps de sommeil avec une SpO2 < 90%. Le mécanisme le plus fréquemment rencontré(76% des malades désaturateurs) correspond à une hétérogénéité ventilation/perfusion (VA/Q)isolée ou associée à des AHO du sommeil. La prévalence des apnées-hypopnées (AH) était très élevée avec un index d’apnées-hypopnées (IAH) ≥ 5/h chez 89% des malades et un IAH moyende 24.9 ± 22.1/ h. La majorité de ces évènements était d’origine obstructive, seulement 4malades présentaient des AH de mécanisme central dont 3 avaient une respiration périodique de type CS. Un seul cas d’hypoventilation alvéolaire nocturne associé à un IAH obstructif modéré a été identifié, avec une désaturation nocturne prolongée concomitante d’une majoration significative de la capnie transcutanée de plus que 30 mmHg. Aucun facteur clinique ni hémodynamique n’a pu être identifié comme prédictif de la survenue de l’HN malgré certaines corrélations notées entre les paramètres de désaturation nocturne et la PaO2 diurne d’une part, et l’obstruction des petites voies aériennes d’autre part.Nous avons pu conclure que l’HN est fréquente dans l’HTAPI et dans le CPCPE, en rapport avec un déséquilibre VA/Q et/ou des AHO du sommeil. Reste à préciser dans des études ultérieures si la correction de cette HN aura des effets bénéfiques pour les patients en termes d’amélioration fonctionnelle, hémodynamique ou de réponse au traitement.
Type de document :
Thèse
Médecine humaine et pathologie. Université Paris Sud - Paris XI, 2012. Français. <NNT : 2012PA114804>


https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00669695
Contributeur : Abes Star <>
Soumis le : lundi 13 février 2012 - 16:43:01
Dernière modification le : samedi 17 octobre 2015 - 03:55:21
Document(s) archivé(s) le : lundi 14 mai 2012 - 02:45:58

Identifiants

  • HAL Id : tel-00669695, version 1

Collections

Citation

Fadia Nicolas-Jilwan. Prévalence et mécanismes des troubles respiratoires hypoxemiants du sommeil dans l’HTAP. Médecine humaine et pathologie. Université Paris Sud - Paris XI, 2012. Français. <NNT : 2012PA114804>. <tel-00669695>

Exporter

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

548

Téléchargements du document

542