Donner du sens aux réformes : de l'équation sociale fordiste à la nouvelle équation sociale, l'enjeu des réformes dans l'ordre du genre

Résumé : Cet essai scientifique propose une lecture renouvelée des réformes contemporaines dans les sociétés salariales de. A l'épreuve du basculement vers la seconde modernité, les principes et fondements d'organisation de la société salariale entrent en tension avec la réalité du monde vécu. Si la vulgate européenne évoque souvent une forte résistance de la France au changement, le paysage social et économique français n'en évolue pas moins radicalement depuis la fin des années 70. Dans ce contexte, on ne peut parler d'" effondrement de la société salariale " : le déclin du salariat stable n'est pas celui de la société salariale et on assiste plutôt à ce que Robert Castel appelle un " effritement de la société salariale " avec un mouvement parallèle de " recomposition " porté par un chantier de réforme sans précédent. A la recherche d'une nouvelle cohérence, les nations misent sur l'Etat pour encourager les grandes administrations à intervenir par la réforme. Ce retour sur l'Etat amène les politiques publiques à devenir des vecteurs d'action et de changement social majeurs dans le monde contemporain. Partant de là, il est intéressant de traiter de la dimension transformatrice de certaines réformes françaises et cet essai se propose de le faire en matière d'Egalité de genre : il s'agira de démonter ces réformes entament les fondements de l'ordre social et participent à en transformer la nature. La mise en évidence de cette dimension transformatrice impose une posture de recherche particulière qui consiste à lire les récentes réformes sociales en matière de politiques familiales et de politiques d'emploi dans une perspective de refondation du régime d'Etat providence français. Il s'agit donc de raisonner en dehors de l'équation sociale fordiste et de prendre au sérieux l'hypothèse d'une " nouvelle équation sociale ", post fordiste, dans laquelle les réformes trouvent leur véritable sens. L'hypothèse de travail majeure de cet essai scientifique peut alors s'énoncer ainsi : bien que partiels, mal financés et peu stabilisés dans la pratique, certains dispositifs issus des grandes réformes contemporaines de l'Action publique peuvent être lus comme des dispositifs de type nouveau à caractère transformateur : nouveaux parce qu'ils sont co-produits dans des espaces novateurs qui articulent les logiques d'offre et d'usage ; transformateurs parce qu'ils remettent en cohérence les pratique sociales et le monde vécu avec leur univers de sens. Vecteurs de reconnaissance, supports de légitimité et de nouveaux équilibres sociaux, ces dispositifs de l'Action publique peuvent donc être analysés comme des voies de progression vers de nouveaux ordres à venir, plus proches de grands principes démocratiques, notamment en matière d'ordre de genre. Les réformes sociales contemporaines tendent, par la spécificité de leur mode de production, à se fonder sur des principes à même de bousculer l'ordre social traditionnel. Pour agir sur le social, l'intervention publique lance des programmes dont la logique d'offre s'écarte de la logique des besoins et les nombreux ajustements issus de ce décalage alimentent de nombreux processus d'innovation sociale (co-production, apprentissage social, nouvelles pratiques) qui tendent à miner les fondements de l'ordre du social. Notamment la base genrée et discriminatoire du régime "de temporalité" et de "citoyenneté sociale" antérieurs. La construction d'un nouveau paradigme sociétal, fondé sur une équation emploi/protection sociale plus égalitaire, plus solidaire et moins genrée peut en être l'enjeu à terme, même se terme reste lointain. Dans cette perspective, les nouveaux dispositifs français de l'Action publique issus de la Paje (les congés parentaux Clca et Colca) ) sont envisagés comme des suggestions pour les hommes et pour les femmes à disposer de leur force de travail dans le cadre d'un régime temporel de type nouveau. Prototypes d'outils au service d'un compromis salarial alternatif au compromis fordiste, ces dispositifs publics ont peu de sens dans l'équation sociale fordiste ; en revanche, inscrits dans une nouvelle équation sociale, ils sont (dans leur principe) à même d'encourager la progression des droits humains fondamentaux, notamment celui d'égalité entre homme et femme. Ce qui se joue en France avec la Paje c'est non seulement la reconnaissance de l'investissement de la force de travail des individus dans toutes les sphères d'activités socialement utiles et celle de la valeur sociale d'autres activités que productives mais c'est aussi la légitimation sociale, financière et les supports légaux de leur exercice. A ce titre, la mise en forme de la Paje relève d'une logique transformatrice dans la mesure où elle rejoint les dimensions aujourd'hui considérées comme justes et indispensables aux valeurs de citoyenneté affichées par les droits fondamentaux dont se réclame le deuxième âge démocratique à savoir : droit des enfants à être élevés en famille, droit des femmes à vivre à égalité avec les hommes, droit à l'épanouissement personnel pour tous, droit à l'autonomie (l'autonomie signifiant ici que les normes ne s'imposent plus dans la mesure où les individus la co-produisent avant de s'y référer et de la mettre à l'épreuve de leurs propres aspirations). Outre la proposition d'une lecture renouvelée des réformes contemporaines dans les sociétés salariales de seconde modernité, l'ouvrage est une invitation argumentée et outillée vers un raisonnement constructiviste et relationnel en sociologie. Ce raisonnement est présenté comme le seul à même de rendre compte de la complexification et de l'accélération de la dynamique sociale contemporaine. Dans cette perspective, le déclin des Etats providence est moins à interpréter en terme de crise qu'en termes de transition vers un nouveau logiciel d'Etat social. Dans l'argumentation, une place privilégiée est accordée au développement de la co-construction des normes issue de l'encastrement croissant des conduites réflexives et de l'institutionnalisation des parcours de vie. Spécificité du mouvement démocratique contemporain, le développement de la co-construction des normes est ce qui semble aujourd'hui remettre en cohérence la société et sont univers de sens. Dans ce cadre analytique l'innovation sociale relève alors d'une approche " réformiste " du changement social : plus les normes et les institutions sont co-construites, plus le processus de mise en cohérence se développe et plus il alimente une logique transformatrice du social. Pour rendre compte de ce mouvement, un outil d'analyse ad hoc, de type constructiviste a été élaboré : la gouvernance biographique. La gouvernance biographique renvoie à l'encastrement croissant des conduites réflexives (dimension biographique) avec l'institutionnalisation des parcours de vie (dimensions normatives). Cet encastrement va produire quelque chose de plus qu'une simple complémentarité : les individus vont répondre aux injonctions contradictoires en agissant et en tordant l'offre généraliste de l'intervention sociale vers des logiques opportunistes plus proches de leurs besoins et, ce faisant, va provoquer en retour des processus d'ajustement féconds en matière de cohérence globale. La notion de gouvernance biographique est donc la cristallisation sémantique de " l'inscription croissante et tout au long de la vie de l'agir individuel dans des procédures sociales " et exprime le passage de " l'institutionnalisation du comportement à l'institutionnalisation de la réflexion". D'une façon générale on peut dire qu'un tel travail insiste sur l'intérêt que peut avoir une approche relationnelle et constructiviste du social, plus apte à rendre compte de la pluralité des dynamiques de changement à l'œuvre dans les mondes sociaux contemporains. L'objectif est d'ouvrir la voie à de nouvelles pistes de recherche, notamment celles qui consistent à reconnaître l'innovation sociale, à la lire comme telle et à mener les combats vers leur aboutissement.
Type de document :
HDR
Sociologie. Conservatoire national des arts et metiers - CNAM, 2011
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [60 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00637699
Contributeur : Frédéric Rey <>
Soumis le : mercredi 2 novembre 2011 - 16:51:05
Dernière modification le : mardi 15 janvier 2019 - 14:54:14
Document(s) archivé(s) le : vendredi 3 février 2012 - 02:35:13

Identifiants

  • HAL Id : tel-00637699, version 1

Collections

Citation

Chantal Nicole-Drancourt. Donner du sens aux réformes : de l'équation sociale fordiste à la nouvelle équation sociale, l'enjeu des réformes dans l'ordre du genre. Sociologie. Conservatoire national des arts et metiers - CNAM, 2011. 〈tel-00637699〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

704

Téléchargements de fichiers

1132