Calculer géométriquement sur le plan - machines à signaux -

Résumé : Ce mémoire se place dans l'étude des modèles du calcul continus. Nous y montrons que la géométrie plane permet de calculer. Nous définissons un calcul géométrique et utilisons la continuité de l'espace et du temps pour stocker de l'information au point de provoquer des accumulations. Dans le monde des automates cellulaires, on parle souvent de particules ou de signaux (qui forment des lignes discrètes sur les diagrammes espace-temps) tant, pour analyser une dynamique que, pour concevoir des automates cellulaires particuliers. Le point de départ de nos travaux est d'envisager des versions continues de ces signaux. Nous définissons un modèle de calcul continu, les machines à signaux, qui engendre des figures géométriques suivant des règles strictes. Ce modèle peut se comprendre comme une extension continue des automates cellulaires. Le mémoire commence par une présentation des automates cellulaires et des particules. Nous faisons ensuite une classification des différents modèles de calcul existants et mettons en valeur leurs aspects discrets et continus. À notre connaissance, notre modèle est le seul à temps et espace continus mais à valeurs et mises à jour discrètes. Dans la première partie du mémoire, nous présentons ce modèle, les machines à signaux, et montrons comment y mener tout calcul au sens de Turing (par la simulation de tout automate à deux compteurs). Nous montrons comment modifier une machine de manière à réaliser des transformations géométriques (translations, homothéties) sur les diagrammes engendrés. Nous construisons également les itérations automatiques de ces constructions de manière à contracter le calcul à une bande (espace borné) puis, à un triangle (temps également borné). Dans la seconde partie du mémoire, nous cherchons à caractériser les points d'accumulation. Nous reformulons de manière topologique les diagrammes espace-temps: pour chaque position, la valeur doit correspondre au voisinage sur un ouvert suffisamment petit. Muni de cet outil, nous regardons les plus simples accumulations possibles (les singularités isolées) et proposons un critère pour y prolonger le calcul; mais le déterminisme peut être perdu dans le cône d'influence. Enfin, en construisant pour tout automate à deux compteurs une machine à signaux et une configuration initiale simulant l'automate pour toutes les valeurs possibles, nous montrons que le problème de la prévision de l'apparition d'une accumulation est Σ20-complet. Le mémoire se conclut par la présentation de nombreuses perspectives de recherches.
Type de document :
HDR
Informatique [cs]. Université Nice Sophia Antipolis, 2003
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [40 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00548817
Contributeur : Jérôme Durand-Lose <>
Soumis le : lundi 20 décembre 2010 - 15:22:58
Dernière modification le : lundi 20 décembre 2010 - 16:50:33
Document(s) archivé(s) le : lundi 21 mars 2011 - 03:35:40

Fichier

Identifiants

  • HAL Id : tel-00548817, version 1

Collections

Citation

Jérôme Durand-Lose. Calculer géométriquement sur le plan - machines à signaux -. Informatique [cs]. Université Nice Sophia Antipolis, 2003. 〈tel-00548817〉

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

195

Téléchargements du document

149