Étude génétique du développement normal et pathologique des canaux de Müller

Résumé : La mise en place et la différenciation du tractus génital femelle est un processus développemental complexe. Les mécanismes moléculaires et cellulaires impliqués dans ce processus sont régis par de nombreux gènes et voies de signalisation, entre lesquels les interactions sont multiples. Leur connaissance précise est d'une grande importance d'un point de vue clinique pour la compréhension des mécanismes pathogéniques à l'origine de malformations congénitales. Inversement, l'étude génétique des syndromes malformatifs affectant le tractus reproducteur féminin contribue à la définition des cascades génétiques régulant la mise en place de cet organe essentiel. Dans ce cadre, deux axes de recherche, l'un fondamental, l'autre clinique, ont été suivis dans cette étude. Dans la première approche, le rôle du gène mTcf7l2 a été étudié au cours du développement des voies génitales internes mâle et femelle chez la souris. Ce gène, codant pour un co-facteur transcriptionnel de la voie de signalisation Wnt, est soumis à de nombreux événements d'épissage alternatif menant à la synthèse de plusieurs isoformes protéiques. La caractérisation de son expression dans les canaux de Müller (ébauches embryonnaires des voies génitales internes femelles) en cours de différenciation indique qu'il pourrait être impliqué dans la régulation transcriptionnelle de gènes cibles lors de ce processus. L'ensemble des résultats obtenus au cours de cette étude suggère que les produits du gène mTcf7l2 participent au développement sexuellement dimorphique du tractus génital interne. La seconde partie concerne une étude génétique menée sur une cohorte de patientes atteintes du syndrome d'aplasie utéro-vaginale congénitale, dit syndrome de Mayer-Rokitansky-Küster-Hauser (MRKH). Cette étude nous a conduits à caractériser, chez quatre patientes non apparentées, quatre microdélétions au sein des régions critiques du syndrome de DiGeorge, une pathologie malformative congénitale dont le spectre de malformations chevauche celui du syndrome MRKH. La question d'une seule et même entité clinique aux manifestations phénotypiques très variables, ou d'un syndrome dit de gènes contigus selon les cas, peut se poser. La délimitation précise de l'une de ces microdélétions a abouti à la définition d'un gène candidat, ITIH5, dont les études préliminaires de profil d'expression chez la souris suggèrent qu'il joue un rôle très important lors du processus de différenciation des canaux müllériens.
Type de document :
Thèse
Sciences du Vivant [q-bio]. Université Rennes 1, 2009. Français
Liste complète des métadonnées

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00451925
Contributeur : Hervé De Villemeur <>
Soumis le : lundi 1 février 2010 - 10:35:58
Dernière modification le : mercredi 16 mai 2018 - 11:22:33
Document(s) archivé(s) le : vendredi 18 juin 2010 - 17:53:58

Identifiants

  • HAL Id : tel-00451925, version 1

Collections

Citation

Tanguy Watrin. Étude génétique du développement normal et pathologique des canaux de Müller. Sciences du Vivant [q-bio]. Université Rennes 1, 2009. Français. 〈tel-00451925〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

541

Téléchargements de fichiers

3554