Maîtrise des risques industriels et culture de sécurité : le cas de la chimie pharmaceutique

Résumé : La notion de culture de sécurité, qui a été mise en avant pour expliquer la catastrophe de Tchernobyl en 1986, s'est imposée en 20 ans dans le vocabulaire du domaine de la maîtrise des risques industriels. Elle est devenue indispensable aux praticiens pour donner du sens à leurs actions et impliquer leurs collaborateurs ; elle permet aux chercheurs de prendre en compte sous une seule dénomination de multiples dimensions individuelles et collectives de la maîtrise des risques. Dans un contexte où les risques engendrés par les systèmes industriels sont perçus comme de moins en moins acceptables, le fait de développer et de posséder une culture de sécurité apparaît ainsi comme une source de progrès important pour toutes les parties prenantes.
Pour les industriels du secteur de la chimie pharmaceutique, qui comptent parmi les exploitants des systèmes à risques, le développement d'une culture de sécurité dans les sites de production est une nécessité. Des évolutions techniques et la mise en place de systèmes spécifiques de gestion leur ont en effet permis d'obtenir des résultats largement meilleurs que la moyenne des entreprises mais qui semblent plafonner dans le temps. Développer une culture de sécurité dans les usines nécessite cependant de changer de regard sur la maîtrise des risques. Cela nécessite en effet de prendre en compte toutes les dimensions de l'organisation en replaçant l'être humain au centre des préoccupations.
Ce travail de recherche se situe dans le domaine de la recherche en gestion, dans le courant de l'analyse de l'activité collective. Il vise à répondre à plusieurs objectifs. En premier lieu, décrypter les logiques d'action sous-jacentes à la notion de culture de sécurité afin de déterminer le projet managérial qu'elle implique. Ensuite, identifier les processus de gestion mis en œuvre pour concrétiser ces logiques d'action afin d'observer comment le projet managérial culture de sécurité se met en œuvre. Enfin, analyser certaines activités liées à ces processus, notamment la formation du personnel et le retour d'expérience, afin de faire émerger des leviers d'action permettant de développer la culture de sécurité.
Le terrain d'intervention est constitué des usines de production d'un grand industriel français de la pharmacie.
L'approche proposée a été mise en œuvre dans différentes usines de production de composés chimiques et à l'échelle de la branche chimie du partenaire industrielle. Elle a permis d'identifier les leviers de progrès dans les activités de maîtrise des risques qui contribuent à développer et à renforcer une culture de sécurité devant permettre d'améliorer les résultats de sécurité des sites chimiques étudiés.
La démarche de recherche mise en œuvre peut être adaptée à d'autres secteurs industriels désireux de développer ou renforcer une culture de sécurité et prêts à mettre à plat leurs pratiques de maîtrise des risques industriels.
Type de document :
Thèse
Sciences de l'ingénieur [physics]. École Nationale Supérieure des Mines de Paris, 2008. Français. <NNT : 2008ENMP1585>


https://pastel.archives-ouvertes.fr/tel-00360174
Contributeur : Brigitte Hanot <>
Soumis le : mardi 10 février 2009 - 15:25:31
Dernière modification le : mercredi 28 septembre 2016 - 14:00:18
Document(s) archivé(s) le : mardi 18 septembre 2012 - 12:50:38

Identifiants

  • HAL Id : tel-00360174, version 1

Citation

François-Régis Chevreau. Maîtrise des risques industriels et culture de sécurité : le cas de la chimie pharmaceutique. Sciences de l'ingénieur [physics]. École Nationale Supérieure des Mines de Paris, 2008. Français. <NNT : 2008ENMP1585>. <tel-00360174>

Exporter

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

997

Téléchargements du document

25763