Epargne de précaution et hétérogénéité des richesses : une réévaluation des politiques redistributives et d'assurance

Résumé : Cette thèse part d'un constat : l'épargne de précaution qui découle de l'incomplétude des marchés d'assurance et d'une contrainte d'endettement s'avère importante (Skinner [1988], Caballero [1991] Kasarosian [1997]). Ce mécanisme est donc susceptible de modifier l'impact des politiques de redistribution et d'assurance. En effet, le comportement d'épargne de précaution dépend de l'importance du risque idiosyncrasique de revenu. Or les programmes d'assurance sociale et de redistribution ont pour objet de réduire le risque idiosyncrasique de revenu. Ils risquent par conséquent d'interagir avec le comportement d'épargne de précaution.
Le projet de la thèse est alors d'intégrer le mécanisme d'épargne de précaution à l'évaluation des politiques d'assurance et de redistribution. L'analyse est circonscrite à quatre instruments de politique économique que sont les impôts progressifs sur le revenu et sur les successions, l'assurance chômage et la dette publique.
Les progressivités de l'impôt sur le revenu et sur les successions telles qu'elles existent en France réduisent l'inégalité de patrimoine dans des proportions comparables mais affectent différemment le comportement d'épargne. La progressivité de l'impôt sur le revenu réduit l'épargne des plus riches alors que celle de l'impôt sur les successions crée une épargne pour le motif de legs pour les plus pauvres.
Contrairement à Cahuc et Lehmann [2000], on montre qu'un profil décroissant des allocations chômage est en mesure de réduire le conflit d'objectif entre efficacité et équité dès lors que les agents épargnent pour le motif de précaution. La dégressivité telle qu'elle est introduite conduit le chômeur de court terme à épargner ce qu'il ne fait pas lorsque l'allocation chômage est constante. Il peut alors puiser dans cette épargne pour soutenir sa consommation lorsqu'il devient chômeur de long terme.
L'analyse de Aiyagari et McGrattan [1998] réaffirme le rôle positif de l'endettement de l'Etat en présence d'épargne de précaution. Cependant, elle ignore une source non négligeable d'exacerbation du risque idiosyncrasique de revenu non assurable qu'est le risque agrégé. On montre qu'en présence de fluctuations macroéconomiques, le niveau optimal de la dette publique est bien plus élevé. L'existence de périodes de récession durant lesquelles le taux de chômage et sa durée augmentent rend moins effective l'épargne de précaution pour lisser la consommation. En outre, durant les périodes de récession, le taux d'intérêt est plus faible. L'épargne de précaution devient plus coûteuse et plus difficile à constituer.
Comme la dette publique accroît le taux d'intérêt, elle rend moins difficile sa constitution.
Type de document :
Thèse
Économies et finances. Université Panthéon-Sorbonne - Paris I, 2006. Français


https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00163103
Contributeur : Lucie Label <>
Soumis le : lundi 16 juillet 2007 - 16:57:27
Dernière modification le : mardi 17 juillet 2007 - 11:07:40
Document(s) archivé(s) le : lundi 24 septembre 2012 - 11:10:23

Identifiants

  • HAL Id : tel-00163103, version 1

Collections

Citation

Audrey Desbonnet. Epargne de précaution et hétérogénéité des richesses : une réévaluation des politiques redistributives et d'assurance. Économies et finances. Université Panthéon-Sorbonne - Paris I, 2006. Français. <tel-00163103>

Exporter

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

273

Téléchargements du document

474