Agrégation des particules: structure, dynamique et simulation. Application au cas d'un écoulement stratifié: l'estuaire du Rhône.

Antoine Thill 1, 2
2 LIONS - Laboratoire Interdisciplinaire sur l'Organisation Nanométrique et Supramoléculaire
IRAMIS - Institut Rayonnement Matière de Saclay, NIMBE - Nanosciences et Innovation pour les Matériaux, la Biomédecine et l'Energie (ex SIS2M)
Résumé : Ce travail a pour objectif de comprendre et de mesurer les processus d'agrégation et leur impact sur le transport et le dépôt de matière à l'interface entre l'eau douce et l'eau de mer. Il combine des mesures de terrain au niveau de la zone de mélange du grand Rhône, des expériences de laboratoires et une étude numérique de l'agrégation.
En effet, afin de mener à bien cette étude, il a fallu développer de façon préliminaire différents outils. On a ainsi mis au point deux nouvelles méthodes de mesure expérimentale de la structure des agrégats qui échappent aux techniques existantes. Ces méthodes permettent, outre une meilleure connaissance du système, de développer et de valider un nouveau modèle de la cinétique de croissance des agrégats. Ce modèle numérique prend en compte la dimension fractale des agrégats ainsi que sa variabilité. Il est validé par confrontation à des données issues de la bibliographie et l'expériences.
Une étude de terrain dans l'estuaire du grand Rhône est menée dans des conditions hydrodynamiques contrastées (étiage, débit moyen et crue). Elle a permis d'obtenir, pour la première fois, une série de mesures de tailles de particules tout au long de la zone de mélange. Il est établi que les particules les plus grosses (supérieures à 5 microns) présentent une évolution contrôlée par la dilution, la sédimentation et
éventuellement la remise en suspension. Par contre, les particules plus petites (2 à 5 microns) montrent une augmentation de leur concentration le long de la zone de mélange. Dans les premiers temps du mélange, cette augmentation est liée à la fragmentation d'agrégats. Il est possible de montrer ensuite i) que l'agrégation des colloïdes ne peut expliquer cette augmentation que si ceux ci ne réagissent pas avec les fractions de tailles supérieures et présentent une réactivité très supérieure à la réactivité moyenne (alpha : 0.009) et ii) que la production primaire est un mécanisme probable pour expliquer cette augmentation.
Type de document :
Thèse
Physique [physics]. Université de droit, d'économie et des sciences - Aix-Marseille III, 1999. Français


https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00109390
Contributeur : Antoine Thill <>
Soumis le : mardi 24 octobre 2006 - 14:11:16
Dernière modification le : mercredi 28 septembre 2016 - 16:09:56
Document(s) archivé(s) le : mardi 6 avril 2010 - 20:50:11

Fichier

Identifiants

  • HAL Id : tel-00109390, version 1

Collections

Citation

Antoine Thill. Agrégation des particules: structure, dynamique et simulation. Application au cas d'un écoulement stratifié: l'estuaire du Rhône.. Physique [physics]. Université de droit, d'économie et des sciences - Aix-Marseille III, 1999. Français. <tel-00109390>

Exporter

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

546

Téléchargements du document

1816