. Florestan, Il parle de l'oreille qui reçoit, du nez et il pense que l'oeil fait pareil. Prof : Et vous êtes d'accord ? Kevin : Je sais pas, ce serait logique pourtant. C'est peut-être une image qui part de l'objet? Florestan : Mais non

. Prof, Vous pouvez alors essayer d'expliquer comment fonctionne la vue ? Pierre : C'est comme pour l'oreille

. Là, Alexis de se prononcer sur la nature de l'entité émise par l'objet. Pour lui, il s'agit d'une sorte de « flash ». Cette réponse pourrait paraître assez proche de l'idée selon laquelle de la lumière serait envoyée par l'objet. Mais lorsque nous demandons à Alexis de préciser ce qu'il entend par « flash », il répond que ce doit être la « forme » ou la « couleur » de l'objet. En fait, un élève cite la lumière comme pouvant jouer le rôle de médiateur entre l'objet et l'oeil : Thomas avaient tout d'abord évoqué l'idée d'un « truc » envoyé par les objets vers l'oeil (voir Figure 42) La discussion avec Océane le conduit à en préciser la nature : Océane : ?Il y a un truc qui rentre dans l'oeil. Mais en tout cas, c'est pas une image

. La-situation-expérimentale-Évoquée-par-salviati-amène-camille, binôme 1) sur une voie tout à fait inattendue Rappelons qu'à ce moment de l'entretien, Camille est la seule à soutenir que la vue s'effectue dans un sens oeilobjet. Selon elle, le fait d'avoir à tourner la tête pour voir implique que l'oeil est actif dans le processus de la vision

C. Qu, est pas possible de regarder le Soleil car dans ce cas « la lumière entre dans les yeux » Au moment où elle prononce cette phrase, elle réalise que la lumière peut avoir un effet sur l'oeil qui n'est pas nécessairement caractérisé par une gêne. Pour Camille, l'entrée de la lumière dans les yeux entraîne également une modification de la forme de la pupille

. Prof, Pourquoi ? Camille : Parce que la lumière elle vient dans nos yeux. Ah, mais je crois que j'ai compris, ça vient dans l'oeil et notre truc

. Camille, L. Oui, and . Pupille, Mais alors, c'est la lumière qui entre dans nos yeux ! C'est pour ça que les chats ils ont une toute petite pupille dans la journée

. Mais-ce-qui-semble-clair-c-'est and . Qu, elle associe le changement de forme de la pupille à la quantité de lumière qui pénètre l'oeil. Nous proposons alors à Camille et à Annabelle une rapide expérience. Nous les plaçons face à face en leur demandant d'observer attentivement l'une de leurs pupilles, Nous allumons une petite lampe de poche près de leur visage, et nous les invitons à commenter ce qu'elles constatent : Prof : Alors ? Qu'avez-vous observé

«. Le and . Bain-de-lumière-»-représente-en-fait-la-lumière-ambiante, Voir Guesne, Les conceptions des enfants sur la lumière, op. cit, p.18

A. L. Shefer, De la peinture (1435), trad, 1992.

A. B. Et and K. , How Swedish pupils aged 12-15 years understand lights and its properties, European Journal of Science Education, pp.5-387, 1983.

A. F. Et, Enseigner l'histoire des sciences et des techniques

B. F. Galilée, Newton lus par Einstein : espace et relativité, PUF, 1986.

B. A. Benseghir-a and . L. Et-closset-j, Transition électrostatique/électrocinétique : point de vue historique et analyse des difficultés des élèves, thèse, Université Paris 7- Denis Diderot, Prégnance de l'explication électrostatique dans la construction du concept de circuit électrique Didaskalia, n°2, pp.31-47, 1989.

B. J. Empédocle, BOUWENS R. Misconceptions among pupils regarding geometrical optics, Second International Conference on Misconceptions and Educational Strategies in Science and Mathematics, pp.23-28, 1969.

D. W. Et, Psychologie sociale et développement cognitif, 1997.

E. L-'optique-et-la-catadioptrique, T. P. Ver-eecke, and . Blanchard, 47. FAWAZ A. Etude exploratoire sur les difficultés des élèves de première au Liban, Thèse Bulletin de l'Union des Physiciens, pp.686-1125, 1959.

F. E. Et and R. , Pinholes and images : children's conception of light and vision, Science Education, vol.71, issue.4, pp.629-640, 1987.

G. F. Et and M. , An investigation of student's understanding of the real image formed by a converging lens or concave mirror, American Journal of Physics, vol.55, pp.108-119, 1987.

G. F. Bendall and G. Et, Lenses, pinholes, screens and eye, The Physics Teacher, n°9, pp.221-224, 1991.

H. Kaminski-w, Les yeux des enfants sont-ils des portelumière ? in Bulletin de l, pp.143-162, 2002.

J. S. Et-dupin-j, Introduction à la didactique des sciences et des mathématiques, PUF, rééd, 1993.

K. W. Et, Optique au collège : le rôle de la lumière dans la formation d'image par une lentille convergente, Bulletin de l, pp.757-784, 2000.

K. W. Et, Miroir plan en première S : image inversée ou lumière réfléchie ? in Bulletin de l'Union des Physiciens, pp.1069-1080, 2004.

L. Rosa, C. Et, and . Al, Commonsense knowledge in optics: Preliminary results of an investigation into the properties of light, European Journal of Science Education, vol.67, issue.4, pp.387-397, 1984.
DOI : 10.1080/0140528840060409

L. L-'anthropologie-logique-de-quine, L'apprentissage de l'obvie, Vrin, 1992. 84. LAUGIER A. ET DUMON A. Histoire des sciences et modélisation de la transformation chimique en classe de seconde, Bulletin de l'union des physiciens, pp.1261-1283, 2000.

L. G. Et and W. , Construire des concepts en physique, 1993.

L. P. Et and B. A. Lumières, Une introduction aux phénomènes optique, InterEditions, 1962.

M. P. Comte, La philosophie des sciences, PUF, 1989.

M. M. Et and P. , Teaching-learning sequences : aims and tools for science education research, International Journal of Science Education, vol.26, pp.515-535, 2004.

O. J. Et, Young children's (7-11) ideas about light and their development, International Journal of Science Education, vol.15, pp.1-83, 1993.

P. J. Et, Le développement des quantités physiques chez l'enfant, Delachaux et Niestlé, 1962.

S. E. Et, What do we learn from similarities between historical ideas end the spontaneous reasoning of students?, 1985.

S. E. Et-kaminski-w, Un exemple d'évaluation des nouveaux programmes : problèmes liés à l'évaluation elle-même et à la formation des maîtres, Bulletin de l'Union des Physiciens, pp.786-1171, 1996.

S. E. Et-malgrange-j, Les raisonnements naturels en cinématique élémentaire, Bulletin de l'Union des Physiciens, n°616, pp.1325-1354, 1979.

S. N. Izquierdo and W. R. Et, The sustantialisation of properties in pupil's thinking and the history of science, Science and education, pp.349-369, 1995.

S. J. Et, Resultados obtenidos introduciendo historia de la ciencia en las clases de fisica y quimica : mejora la imagen de la ciencia y desarollo de actitudes positivas, Ensenanza de la ciencia, pp.1-151, 2001.

V. L. Et, Enquête sur le concept de causalité, PUF, 2003.

. Torricelli-dans-la-pompe-À-air, puis de purger l'air du récipient Lorsque le pompage commence, le niveau du mercure contenu dans le tube baisse à cause de la diminution de la pression de l'air dans le récipient

S. Shapin and S. Et-shaffer, Leviathan et la pompe à air, op. cit, p.44

. Salviati, Et moi, sans avoir fait l'expérience, je suis sûr que la pierre