Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Mémoire d'étudiant

Étude rétrospective sur le devenir des dilatations des voies urinaires anténatales au CHU de Clermont-Ferrand et élaboration d'un protocole de suivi pour les pédiatres libéraux et médecins généralistes

Résumé : Résumé : L’objectif de cette étude était d’évaluer le pronostic des dilatations des voies urinaires=DVU fœtales en fonction du degré de dilatation anténatale et du suivi échographique. Matériels et méthodes : Cette étude rétrospective a concerné tous les nouveau-nés, nés à la maternité de Clermont-Ferrand entre 2000 et 2015, ayant un diamètre antéro-postérieur du bassinet (DAPB) supérieur à 4mm à l’échographie morphologique du 2ème trimestre et/ou supérieur à 7mm à l’échographie du 3ème trimestre. L’échographie fœtale a été corrélée avec le suivi. Résultats : 83 enfants ont été inclus dans l’étude (0,17% des grossesses) soit 166 reins. Leur suivi a permis de diagnostiquer : 25% de syndromes de jonction pyélo-urétérale (SJPU), 21% de duplicités rénales, 11% d’urétérocèles, 8% de méga-uretères (MGU), 17% de reflux vésico-urétéraux (RVU), 7% de dysplasies multikystiques, 5% de valves de l’urètre postérieur et 1% d’uretères ectopiques. Chez 16% des enfants il n’a pas été retrouvé d’uropathie. À l’échographie du 2ème trimestre, 68% des enfants avaient une pyélectasie fœtale inférieure à 10 mm. 66% d’entre eux ont été opérés versus 34% des enfants porteurs d’une pyélectasie supérieure ou égale à 10mm. À l’échographie du 3ème trimestre, 65% des enfants avaient une pyélectasie fœtale inférieure à 15mm. 54% d’entre eux ont été opérés versus 46% des enfants porteurs de pyélectasies fœtales supérieures à 15mm. 28% ont fait au moins une infection urinaire et 46% ont été mis sous antibioprophylaxie. 12% ont eu une insuffisance rénale aiguë ou chronique. Conclusion : Une pyélectasie fœtale, quel que soit son degré de dilatation, ne doit pas être négligée. En effet, le lien entre la mesure de la dilatation et le risque ultérieur d’uropathie et d’intervention chirurgicale n’est pas significatif : certaines pyélectasies qualifiées de «minimes» ou de «modérées» au cours des 2ème et 3ème trimestres, ont nécessité une chirurgie en post-partum et d’autres jugées «sévères» ont régressé spontanément. Le suivi échographique post-natal reste à moduler selon différents critères tels que l’importance de la dilatation pyélique, la présence d’une dilatation urétérale, l’existence d’un rein unique ou d’une atteinte parenchymateuse rénale. Nous proposons, au vu de ces résultats et d’une revue de la littérature, un arbre décisionnel post-natal des explorations et de la surveillance à réaliser par les médecins traitants, pédiatres et généralistes.
Type de document :
Mémoire d'étudiant
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [55 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02156678
Contributeur : Santé Uca <>
Soumis le : vendredi 14 juin 2019 - 15:42:05
Dernière modification le : mardi 8 octobre 2019 - 13:14:02

Fichier

Thèse_GRANIÉ_Anne-Sophie.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : dumas-02156678, version 1

Collections

Citation

Anne-Sophie Granié. Étude rétrospective sur le devenir des dilatations des voies urinaires anténatales au CHU de Clermont-Ferrand et élaboration d'un protocole de suivi pour les pédiatres libéraux et médecins généralistes. Sciences du Vivant [q-bio]. 2019. ⟨dumas-02156678⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

163

Téléchargements de fichiers

604