341 articles  [english version]
Fiche détaillée Thèses
Université Rennes 2 Université Européenne de Bretagne (29/10/2010), Leszek Brogowski (Dir.)
Liste des fichiers attachés à ce document : 
PDF
TheseLouvel.pdf(74.3 MB)
La provocation expérimentale : étude consacrée à la provocation expérimentale dans l'art et à son usage dans une pratique artistique
Romain Louvel1

La provocation expérimentale est ce geste qui consiste à introduire un élément perturbateur dans les rouages d'un système pour en révéler la structure, l'organisation et leurs déterminants. Nous partons de l'hypothèse selon laquelle cette technique s'applique aussi à la pratique artistique. Or, cette hypothèse mérite d'être examinée au regard de l'histoire de l'art et de notre « pratique sociale artistique ». Dans cette perspective, la provocation expérimentale est considérée comme un phénomène intrinsèque de la nature révolutionnaire de l'art. Dans un premier temps, nous découvrons la provocation expérimentale en tant que technique sociologique. Les risques de perturber l'espace social, encourus par le sociologue, accompagnent favorablement la présence dérangeante de l'artiste dans la société. Ils accentuent la portée critique des oeuvres, laquelle est soutenue par le problème que pose le statut objectif du représentant (l'oeuvre) en face de ce qui est représenté (la nature et ses sujets). L'intérêt théorique de la provocation expérimentale instigatrice de diversion réside dans la question du projet social de l'art. Ensuite, nous considérons les signes de la provocation expérimentale dans l'histoire de l'art à partir de la fin du XIXe siècle. Par quels moyens diversifiés les artistes développent-ils des méthodes, des stratagèmes, des engagements esthétiques, sociaux et politiques ? Il ne résulte cependant pas de cet éclairage qu'il existe un courant de l'art rattachée explicitement à la pratique de la provocation expérimentale. L'usage coutumier que les artistes font de la pratique du scandale n'apparaît pas non plus comme un signe pertinent. Finalement, nous pensons que les mécanismes de la provocation expérimentale sont présents dans la nature de l'oeuvre d'art et son rapport au monde. Après cela, nous définissons le phénomène de la rupture des routines du quotidien comme mécanisme clef de la provocation expérimentale. Quelle signification impliquent les effets et les enjeux d'une intervention de l'art de cette nature au sein de la société ? Cette question offre la possibilité de réfléchir sur un projet artistique concret engagé dans le processus social. Pour finir, notre description théorique de la provocation expérimentale converge vers l'analyse de projets artistiques récents qui ont permis de formaliser cette thèse. En effet, ces projets sont à notre initiative et tiennent lieu de point de départ empirique. En utilisant le concept de la provocation expérimentale pour saisir le sens de nos expériences artistiques, nous dévoilons des indicateurs concrets d'une esthétique inscrite dans le projet plus large de l'éducation populaire
1 :  Arts : Pratiques et Poétiques - La Présence et l'Image. UHB
Art – Constructivisme – Éducation populaire – Ethnométhodologie – Pédagogie sociale – Phénoménologie – Pratique sociale artistique – Provocation expérimentale – Routine – Rupture

An art ' breaching : case study and practice
Experimental provocation (breaching) can be described as the gesture which introduces a disturbance in the gears of a system in order to reveal its structure, organization and their inner relationships. We start from the hypothesis that this technique can also be applied to artistic creation. Indeed, this hypothesis deserves to be incorporated in our own way of looking at the history of art and our own way of « social artistic practice ». From this perspective, experimental provocation is considered as intrinsic to the nature of revolutionary art. Firstly, we expose experimental provocation as a sociological method (breaching). The risks of upsetting the social space run by sociologists suitably mirror the disturbing position of the artist in society. The critical reach of works of art is emphasized by these risks; this is underlined by the problem of the objective role of representation (the work) faced with what is represented (nature and subject matter). The theoretical interest in experimental provocation as a catalyst of diversion lies in the question of art as a social project. Later, we look at traces of experimental provocation in art history starting at the end of the nineteenth century. By which means did artists develop new methods, strategies and new aesthetic, social or political engagements? However, this new light does not imply that there is a school of art explicitly attached to the practice of experimental provocation. Nor is the habitual use artists make of scandal a relevant sign. Ultimately we believe that the mechanisms of experimental provocation are inherent in the nature of the work of art and its relationship with the world. After this, we define the phenomenon of breaking routine habits (rupture) as the key mechanism of experimental provocation. What meaning is implied by the effects and the stakes of the interaction of this kind of art at the heart of society? This perspective gives us the chance to imagine a concrete artistic project engaged in the social process. Finally, our theoretical description of experimental provocation leads to an analysis of recent artistic projects which have enabled us to formalize our thesis. Actually, these projects are our own and act as an empirical starting point. By using the concept of experimental provocation to grasp the meaning of our own artistic experience we reveal the concrete signs of an aesthetic which is inscribed in the wider project of « community education » (empowerment through education)
Art – Constructivism – Community education – Ethno-methodology – Social pedagogy – Phenomenology – Social artistic practice – Routine – Rupture