171 articles  [version française]
Detailed view PhD thesis
Université du Sud Toulon Var (27/11/2009), Bruno Ravaz (Dir.)
Attached file list to this document: 
PDF
Utopie_et_dystopie_dans_l_internationalisation_de_l_enseig.pdf(1.2 MB)
Utopie et dystopie dans l'internationalisation de l'enseignement supérieur européen
Nadine Rombert Trigo1

Cette thèse explore l'influence de l'internationalisation de l'enseignement supérieur européen dans la construction d'une Université «contingente ». En partant de l'analyse de Richard Bagnall – qui identifie une «tendance des universités à mieux répondre aux exigences et aux attentes immédiates de ceux qu'elles servent, à mieux répondre aux préférences expresses de leurs marchés respectifs, à mieux répondre au désir collectif et individuel, à dépendre plus directement des contextes culturels dans lesquels elles s'insèrent», cette étude essaie de présenter une approche critique du rôle de l'internationalisation en tant que moteur et conséquence de cette situation de dépendance quelque peu nouvelle que semble vivre l'Université actuellement. Le cadre de Bagnall est élargi pour inclure l'examen de Bill Reading qui constate l'université en ruines (University in Ruins ) et la possibilité de développer une « nouvelle idée » de l'Université par le biais d'une approche «éthique » différente de l'internationalisation de l'enseignement supérieur. La recherche analyse les différentes définitions de l'internationalisation dans le contexte de l'enseignement supérieur. De plus, à travers le rapport de l'enquête menée en 2005 par l'AIU (2005 IAU Global Survey ), elle essaie de comprendre les différentes motivations (raisons d'être) présentées par les établissements d'enseignement supérieur (EES) pour développer des politiques/stratégies internationales. Ces différentes approches de l'internationalisation sont considérées dans le contexte de la mondialisation et de l'européanisation en ce qui concerne les politiques d'enseignement supérieur.
1:  I3M - Information, Milieux, Médias, Médiations
enseignement supérieur – internationalisation – globalisation – processus de Bologne – virtualisation

Utopia and dystopia in the internationalization of European higher education
This dissertation explores the influence of internationalization of European higher education in building a "contingent" University. Using the analysis of Richard Bagnall who identifies a "trend for universities to become more responsive to the demands and immediate expectations of those whom they serve, more responsive to the express preferences of their respective markets, more responsive to individual and collective desire, more directly contingent upon the cultural contexts in which they are situated", this study tries to present a critical approach to the role of internationalization as both a driving force and a consequence of this somewhat new situation of independency the University seems to be going through. Bagnall's framework is extended to include Bill Reading's review of the "University in Ruins" and the possibility of developing a "new idea" of the University through a different, "ethical", approach to the internationalization of higher education. The research analyses the different definitions of internationalization in the context of higher education and, through the 2005 IAU Global Survey Report tries to understand the different motivations (rationales) presented by Higher Education Institutions (HEIs) to develop international policies/strategies. These different approaches to internationalization are seen in the context of globalization and Europeanization as far as higher education policies are concerned and, in this respect, the breakdown of the "Bologna Process" as a quasi "common European policy for higher education", assumes paramount importance in explaining how contingent the European university has become.