163 articles  [version française]
Detailed view PhD thesis
Université de la Réunion (26/11/2004), John D. Thompson (Dir.)
Attached file list to this document: 
PDF
2004LARE0025_Litrico.pdf(10.5 MB)
Évolution du genre sexuel et de la diversité génétique dans une succession primaire : l'étude d'Antirhea Borbonica (rubiaceae) sur les coulées de lave à la Réunion
Isabelle Litrico1

A La Réunion, l'activité volcanique détruit et fragmente la forêt tropicale humide. La colonisation des coulées de lave crée une série de succession primaire Nous étudions l'évolution du système de reproduction et de la diversité génétique en relation avec les processus écologiques associés à la colonisation et à la succession primaire. Antirhea borbonica est un arbre pionnier qui persiste dans la succession. Cette espèce montre une variation du genre sexuel en fonction du stade successionnel et la capacité de fructification du morphe pollinifère est liée au niveau de ressources. Nos résultats théoriques révèlent que la plasticité du genre sexuel pourrait être adaptative. Mais, bien que le morphe pollinifère fructifie, A. borbonica semble fonctionner comme une espèce dioïque stricte. Ainsi, les fortes valeurs de F;s des populations ne s'expliquent pas par le système de reproduction. Mais une structure agrégée des populations pourrait engendrer de la consanguinité et un effet Walhund.
1:  UFR des Sciences et Technologies
Variabilité génétique – Plantes – Reproduction – Rubiacées – Réunion – Thèses et écrits académiques

On La Réunion, volcanic éruptions create a tropical forest fragmentation. In this area a gradient of primary succession associated with plant colonisation on lava flows can be identified. We examined thé variability of thé reproductive System and thé genetic diversity in relation to thé ecological processes associated with colonisation and succession. Antirhea borbonica, is a pioneer species which persists into late-successional habitats. This species shows marked variation in thé expression of dioecy. This variation is due to resource limitation in early-succession. Our theoretical models predict that thé gender variation could represent an adaptive plasticity. However, in spite of polliniferous morph fructification, ail populations of this species are close to strict functional dioecy. So, thé high inbreeding coefficients are no due to selfmg and they are probably thé resuit of a Wahlund effect associated with thé colonisation process in primary succession.