2406 articles – 24 Notices  [english version]
Fiche détaillée Thèses
Université Joseph-Fourier - Grenoble I (2009-12-21), Antoine Depaulis (Dir.)
Liste des fichiers attachés à ce document : 
PDF
TheseLanglois.pdf(13.2 MB)
Rôle du noyau parafasciculaire dans le contrôle des activités synchrones oscillatoires pathologiques.
Mélanie Langlois1

Le syndrome d'épilepsie mésio-temporale (EMLT) est la forme d'épilepsie focale pharmacorésistante la plus fréquente chez l'adulte et est associé à une sclérose de la formation hippocampique. Le noyau parafasciculaire (PF) du thalamus est étroitement connecté à la fois à différentes régions corticales et à l'ensemble des structures des ganglions de la base, lui permettant de participer aux fonctions sous-tendues par ces structures, incluant à la fois des processus cognitifs, sensoriels et moteurs. L'objectif de ce travail a donc été d'étudier l'implication du PF dans le contrôle des crises d'épilepsies focales mésiotemporales dans un modèle d'EMLT chez la souris, présentant à la fois des caractéristiques électrocliniques, histopathologiques et pharmacologiques similaires à celles de l'EMLT humaine. Nous avons montré que l'activité oscillatoire synchrone du PF augmentait dans la seconde précédant la fin des crises hippocampiques, suggérant une communication entre ces deux structures. Ces données ont été corroborées par l'étude de l'activité unitaire des neurones du PF in vivo, montrant une diminution de leur fréquence de décharge pendant la crise et un rebond d'activité concomitant à la fin de crise dans l'hippocampe. Au regard des connexions du PF, nous avons ensuite montré que la modulation pharmacologique et électrique de l'activité du PF avait une incidence sur les crises hippocampiques, suggèrant un rôle du PF quant à la survenue et à la modulation des évènements paroxystiques hippocampiques. De ce fait, nous avons pu mettre en évidence l'implication du thalamus intralaminaire dans le contrôle à distance des crises focales mésio-temporales, chez la souris EMLT.
1 :  GIN - U836 - Grenoble Institut des Neurosciences
épilepsie mésiotemporale – noyau parafasciculaire – électrophysiologie – stimulations haute fréquence – microinjections intracérébrales.

The mesial temporal lobe epilepsy (MTLE) syndrome is the most common form of drugresistant focal epilepsy in adults, associated with an hippocampal sclerosis. The parafascicular nucleus (PF) is part of the intralaminar nuclei of the thalamus and is closely and reciprocally connected with different cortical regions and with all the basal ganglia structures, allowing him to participate in physiological functions underlain by these systems, including both cognitive, sensory (sleep cycles, pain modulation) and motor processes. The aim of this work was therefore to study the involvement of PF in controlling hippocampal focal seizures in a mouse model of MTLE with both electroclinical, histopathological and pharmacological features reminiscent of human MTLE. We have shown that the synchronous oscillatory activity of PF increases in the 10-20 Hz frequency band during the second preceding the end of hippocampal seizures, suggesting a communication between these two structures. These data were corroborated by studying the activity of single PF neurons in vivo in MTLE mice, showing a decrease in their firing rate during the seizure and a rebound of activity concomitant with the end of the hippocampal paroxysmal events. Given the connections that the PF establishes with the cortex and subcortical structures such as basal ganglia or the thalamic reticular nucleus, we then showed that the pharmacological modulation of PF activity had an impact on the occurrence of hippocampal seizures. Thus, we could highlight the involvement of the intralaminar thalamus in the remote control of focal mesial-temporal seizures, in the MTLE mouse model.
mesial temporal lobe epilepsy – parafascicular nucleus – electrophysiology – high frequency stimulation – intracérébral microinjections.