2411 articles – 24 references  [version française]
Detailed view PhD thesis
Université Joseph-Fourier - Grenoble I (12/05/2010), Denis Jongmans (Dir.)
Attached file list to this document: 
PDF
these_bievre2010.pdf(60.4 MB)
ANNEX
soutenance_bievre_20100512.pdf(21.9 MB)
Caractérisation de versants argileux instables dans des conditions hydrogéologiques hétérogènes. Approche géophysique
Grégory Bièvre1, 2

Ce travail vise à comprendre les relations qui existent entre, d'une part, les hétérogénéités lithologiques et structurales au sein d'un glissement argileux et, d'autre part, l'alimentation en eau des surfaces de glissement. Le site d'étude est le glissement d'Avignonet (Trièves, Alpes françaises), constitué d'argiles glaciolacustres würmiennes. Ce glissement, d'une surface d'environ 1.5 km², est situé à proximité immédiate de celui d'Harmalière qui a évolué en coulée boueuse en 1981. Plusieurs surfaces de glissement sont connues à des profondeurs variables (5, 10-15 et 40-50 m). Dans ces terrains saturés (en dehors de la frange superficielle), les vitesses moyennes de déplacement peuvent atteindre 0.15 m/an. Les observations géodésiques indiquent que, bien que situés dans des contextes géologique et météorologique identiques, les deux glissements ont des cinétiques différentes depuis les années 60 au moins. A l'aide d'outils géophysiques (bruit de fond, tomographies sismiques et électriques, diagraphies) couplés à des données géotechniques (forages, essais de laboratoire, analyses d'échantillons), géodésiques et météorologiques, il est possible de mettre en évidence une activité variable à différentes échelles au sein du glissement. À l'échelle régionale, le contexte morphologique conditionne la cinématique du mouvement de terrain. Les hétérogénéités lithologiques, au sein de la séquence argileuse, induisent un comportement hydrogéologique variable et, conséquemment, une cinétique différentielle en surface. Finalement, les hétérogénéités structurales, telles que les fissures dans une zone intensément déformée, servent de chemin d'infiltration préférentielle et permettent d'apporter rapidement de l'eau jusqu'à la nappe superficielle et aux surfaces de glissement à 10 m de profondeur.
1:  LGIT - Laboratoire de géophysique interne et tectonophysique
2:  LRA - Laboratoire Régional d'Autun
Argiles – glissement de terrain – hétérogénéité – lithologie – fissures – eau – infiltration préférentielle – géophysique

Characterisation of hydrogeologically heterogeneous unstable clayey slopes. A geophysical approach
This work aims to understand the relationships between, on the one hand, structural and lithological heterogeneities within a clayey landslide and, on the other hand, the observed differences in displacement velocities and water drainage down to shear surfaces. The study site is the Avignonet landslide (Trièves area, French Alps) made of quaternary glaciolacustrine clays. This landslide encompasses a surface of about 1.5 km² and is located in the immediate vicinity of the Harmalière landslide, which evolved into a mudflow in 1981. Several slip surfaces are known at different depths (5, 10-15 and 40-50 m). Within these saturated levels (except for the superficial fringe), mean displacement rates can reach 0.15\,m/year. Geodetic data collected since the 60s shows that, even if located in similar geological and meteorological contexts, the two slides exhibit different kinematics. The combination of geophysical (ambient noise, resistivity and seismic tomographies, well logging), geotechnical (drillings, lab tests, sample analysis), geodetic and meteorological tools allow the identification of the main controlling factors, the effects of which vary as a function of the spatial scale. At a regional scale, the paleomorphological setting controls landslide kinematics. At the landslide scale, lithological heterogeneities allow pore pressure regulation and, consequently, variable kinematics. At the scale of an intensely deformed zone, fissures serve as preferential infiltration paths and allow water drainage down to the perched water table and shear surfaces down to 10 m depth.
Clays – landslide – heterogeneity – lithology – fissures – eau – preferential infiltration – geophysics