2547 articles  [english version]
Fiche détaillée Thèses
Université Pierre et Marie Curie - Paris VI (06/07/2007), Marie-Helene Thiebot (Dir.)
Liste des fichiers attachés à ce document : 
PDF
These_Be.pdf(6.7 MB)
Effets motivationnels de la nicotine chez le rat.
Implication des endocannabinoïdes et d'autres systèmes de neurotransmission.
Benoit Forget1

La consommation de tabac est un problème majeur de santé publique. La nicotine, principal composant psychoactif du tabac, est tenue pour responsable essentielle de la dépendance tabagique.
Nous avons montré, chez le rat, que la nicotine induit une préférence de place conditionnée (PPC) reproductible et durable (pendant au moins 12 semaines), et ceci à très faible dose (0,06 mg/kg), qui est donc perçue comme « plaisante » par les animaux.
Le blocage des récepteurs CB1 et α1 adrénergiques s'oppose à la fois à l'établissement et à l'expression à court terme de la PPC induite par la nicotine. En revanche, il n'empêche pas l'expression à long terme de ce comportement, ce qui indique que des changements neuroadaptatifs se mettent en place dans les semaines qui suivent le conditionnement, rendant l'expression à long terme indépendante de la stimulation de ces 2 récepteurs. Ces changements neuroadaptatifs se développent progressivement pendant les 3 semaines post-acquisition et sont sous la dépendance d'endocannabinoïdes. De plus, le conditionnement à la nicotine, avec ou sans rimonabant, ne modifie pas la fonctionnalité des récepteurs CB1, D2 et 5-HT1A dans les structures cérébrales étudiées. Enfin, un déconditionnement actif n'éteint la PPC induite par la nicotine que chez une partie des animaux, et l'administration d'une dose-test de nicotine induit une réactivation de la PPC chez ces rats. Dans leur ensemble, ces données laissent à penser que les récepteurs CB1 et/ou α1 adrénergiques jouent un rôle majeur dans les mécanismes qui sous-tendent les effets plaisants de la nicotine.
1 :  Neuropsychopharmacologie
Nicotine – Préférence de place conditionnée – Récepteurs CB1 – Récepteurs α1-adrenergiques – Récepteurs 5-HT1A – Apprentissage Pavlovien

Rewarding effects of nicotine in rats.
Implication of endocannabinoids and other neurotransmission systems.
Tobacco smoking represent worldwide public health problem and nicotine is the principal component in tobacco smoke that leads to addiction. We showed that rats developed reliable and robust conditioned place preference (CPP) to a low dose of nicotine (0.06 mg/kg). Acute blockade of CB1 receptors by rimonabant, or α1-adrenoceptors by prazosin counteracts the short-term, but not the long-term expression of nicotine-CPP.
Daily administration of rimonabant during the post-acquisition period allowed an acute pre-test injection of this CB1 receptor antagonist to retain its blocking effect on the long-term expression of nicotine-induced CPP, without altering the G-protein coupling of CB1 receptors. These results indicate the development of neuroadaptative changes during the post-acquisition phase that are under the control of endocannabinoids. In addition, nicotine-CPP did not modify the functionality of CB1, D2 or 5-HT1A receptors in all structures analysed. Finally, nicotine-induced CPP was extinguished in only a part of rats after an extinction phase, and a priming dose of nicotine (0.06 mg/kg) reinstated the CPP in these animals.
In conclusions, CB1 receptors and/or α1-adrenoceptors are implicated in the motivational effects of nicotine and their blockade may be a useful therapeutic treatment for tobacco addiction.
nicotine – conditioned place preference – CB1 receptor – alpha-1-adrenoceptor – 5-HT1A receptor – Pavlovian learning