2453 articles  [version française]
Detailed view PhD thesis
Université Pierre et Marie Curie - Paris VI (02/11/2009), Philippe Walter (Dir.)
Attached file list to this document: 
PDF
these_viguerie.pdf(15.2 MB)
Propriétés physico-chimiques et caractérisation des matériaux du ‘sfumato'
Laurence De Viguerie1

La technique du sfumato, de Léonard de Vinci, permet, par un jeu subtil des ombres et des lumières, de créer un effet vaporeux ‘sans lignes, ni contours, à la façon de la fumée'. Léonard de Vinci, pour la réalisation des ombres des carnations, superpose des glacis, fines couches de peintures translucides, composés d'un pigment sombre et très riches en liant organique. Les livres de recettes et traités de peinture anciens constituent une première source d'informations sur cette technique. La reconstitution de certaines recettes de liants suivie par la caractérisation de leurs propriétés rhéologiques et mécaniques a permis de mieux comprendre la formulation des glacis. Les critères définis par l'industrie des peintures peuvent être utilisés comme autant d'indices pour retrouver les recettes des peintres des siècles passées. L'analyse de prélèvements peut apporter certaines informations sur la formulation des couches picturales chez Leonard de Vinci et ses contemporains. La combinaison de deux méthodes d'analyse par faisceau d'ions (PIXE et BS) permet d'obtenir la proportion liant-pigment d'une couche de peinture, information jusqu'alors non accessible. Enfin, des œuvres de Léonard de Vinci ont été analysées de façon quantitative par spectrométrie de fluorescence des rayons X. En considérant l'atténuation des rayons X par absorption, il est possible de calculer la composition et l'épaisseur des couches à partir d'une modélisation de la stratigraphie de l'œuvre.
1:  C2RMF - Laboratoire de Recherche et de Restauration des Musées de France
peinture de la Renaissance – recettes – Léonard de Vinci – fluorescence des rayons X – analyse quantitative – analyse par faisceau d'ions

Leonardo da Vinci's famous technique of the sfumato enables to achieve a smoky aspect, just by shadow and light effects...In order to create the flesh tones, the artist superimposes glazes, very thin translucent layers, rich in organic medium and with low pigment content. Old treatises and recipe books contain valuable information on this technique. Medium recipes have been prepared in order to study their rheological and mechanical properties, and therefore allow a better understanding of glazes formulation. Guidelines from the modern paint industry were also used to better redefine the old masters recipes. Analysis of painting cross sections gave also indications on how Leonardo da Vinci and his contemporaries formulated their painting layers. The binder / pigment proportion, unknown information until now, was obtained using a combination of two ion beam techniques: PIXE and RBS. Finally, several Leonardo da Vinci paintings were analysed quantitatively by X-Ray fluorescence spectroscopy. Differential X-Ray attenuation allowed modelling of the different paint layers in order to obtain their composition and thickness.
Renaissance painting – recipes – Leonardo da Vinci – quantitative analysis – X-Ray fluorescence – Ion Beam Analysis