614 articles  [english version]
Fiche concise Thèses
Couleur, culture et cognition : examen épistémologique de la théorie des termes basiques
Jraissati Y.
Thèses. Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) (11/11/2009), Roberto Casati (Dir.)
[oai:tel.archives-ouvertes.fr:tel-00464062] - http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00464062
Liste des fichiers attachés à ce document : 
PDF
2009_Jraissati.pdf(7.4 MB)
Yasmine Jraissati ()1
1 :  IJN - Institut Jean-Nicod
http://www.institutnicod.org/
CNRS : UMR8129 – École normale supérieure [ENS] - Paris – École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS)
Pavillon Jardin 29, rue d'Ulm 75005 Paris
France
Couleur, culture et cognition : examen épistémologique de la théorie des termes basiques
Color, culture and cognition : Epistemological analysis of the Basic color terms theory
11/11/2009
La catégorisation de la couleur, à l'interface entre lexique et perception, est un champ de recherche d'élection pour les théories qui soutiennent la dépendence/ indépendance du langage et des concepts. Le débat concernant l'interaction entre culture et cognition dans la catégorisation de la couleur oppose traditionnellement les perspectives dites ‘relativistes' et ‘universalistes', respectivement représentées par l'hypothèse Sapir-Whorf et la Théorie des termes basiques (TTB). Dans la perspective relativiste, on soutient que le langage détermine la perception et que la catégorisation des couleurs dépend du langage. Elle est donc arbitraire. Dans la perspective universaliste, on soutient qu'il y a un nombre déterminé de catégories basiques de couleur (11), communes à toutes les langues. De plus, ces catégories émergent dans le lexique suivant une séquence évolutionnaire partiellement contrainte (blanc, noir, rouge, jaune, vert, bleu, marron, rose, orange, gris, violet). En résultat, les défenseurs de la TTB soutiennent que les catégories de couleur ne sont pas déterminées par la langue et la culture de façon arbitraire. Au contraire, la perception détermine la catégorisation et la sémantique des couleurs. Aujourd'hui cependant, ces différents points de vue semblent converger, bien que la littérature considère généralement séparément la détermination du lexique ou la détermination perceptuelle. L'objectif de cette thèse est de dépasser le débat traditionnel et contraignant opposant les relativistes aux universalistes, et de contribuer à la littérature en tentant de poser les bases d'une approche de la catégorisation de la couleur à l'interface entre langage, perception et contexte. La TTB s'étant établie comme un paradigme de recherche et une théorie de référence concernant la catégorisation de la couleur et le rapport entre culture et cognition, elle sert de point de départ et de cadre théorique pour cette thèse. Dans l'établissement de son argument universaliste, la TTB se sert de plusieurs notions et concepts, dont deux sont clés : les notions de ‘terme basique de couleur' et de détermination perceptuelle'. Pour cette raison, après avoir passé en revue la TTB et son évolution entre 1969 et 2006 dans le chapitre 1, je me consacre à la notion de ‘termes basiques' dans le chapitre 2, et à celle de la détermination perceptuelle dans le chapitre 3. Plus précisément, le chapitre 2 reprend les 8 critères avancés par la TTB pour identifier les termes basiques d'un lexique. Je soutiens que cette définition opérationnelle des ‘termes basiques de couleur' ne peut pas être appliquée de façon cohérente et systématique, comme l'illustrent plusieurs cas de la littérature. Je propose le critère alternatif de ‘référence consensuelle' selon lequel sont basiques, ou cognitivement significatifs, les termes de couleur qui sont employés à travers une communauté linguistique en référence aux mêmes échantillons de couleur. Dans la mesure où la stabilité référentielle est graduelle, la ‘basicité' est donc, elle aussi, une notion graduelle. Les termes de couleur sont plus ou moins basiques ou cognitivement significatifs. A part son avantage expérimental, cette approche des termes basiques a aussi un avantage théorique, dans la mesure où elle permet conceptuellement, une considération du rôle du contexte dans la catégorisation. L'idée sous-tendant cette approche des termes basiques est la suivante : plus un terme de couleur est utilisé, plus il se stabilise, plus il est basique. Le chapitre 3 se concentre sur la nature de la détermination perceptuelle mise en avant par la TTB pour rendre compte de la régularité observée dans la catégorisation. Je soutiens dans cette partie de la thèse que la TTB a hérité d'une approche traditionnelle ‘fondationnelle' de la cognition de la couleur, incompatible avec certains de ses aspects. La TTB doit abandonner son fondationnalisme afin de pouvoir répondre aux défis auxquels elle est aujourd'hui confrontée. Sont ‘fondationnelles' toutes les approches de la cognition de la couleur qui reposent sur un petit nombre de couleurs fondamentales généralement dites ‘primaires'. Ces couleurs ‘primaires' sont considérées nécessaires dans un sens sémantique, épistémique, perceptif ou métaphysique. De plus, j'argue que dans sa dernière tentative d'explication de la régularité de la catégorisation, la TTB pourrait bien être en train d'indiquer la voie vers une approche non fondationnelle de la cognition de la couleur. En effet, dans mon interprétation de cette dernière tentative, la cognition de la couleur repose sur une notion relative de saillance perceptuelle. C'est-à-dire : a) La saillance perceptuelle est relative au positionnement des couleurs dans un espace perceptif irrégulier ; b) La catégorisation étant considérée comme ‘optimale', la saillance perceptuelle est relative au nombre existant de catégories basiques dans un lexique donné. Dans cette optique, et contrairement à ce que suggèrent les défenseurs de la TTB, ce dernier développement de la théorie n'est pas en continuité avec l'approche de la catégorisation par les couleurs focales, soutenue pendant des décennies. Les couleurs focales sont prises pour être fondées sur les couleurs pures, qui, en raison de leur qualité inhérente de ‘pureté', opèrent comme des points de repère absolus dans notre espace perceptif, alors que la saillance perceptuelle est nécessairement relative. En me basant sur cette analyse des termes de couleur ‘basiques', ou cognitivement significatifs, ainsi que sur la nature de la détermination perceptuelle, je suggère enfin dans le chapitre 4, une hypothèse sur la façon dont pourraient interagir contexte, lexique et perception dans la catégorisation de la couleur. Ma suggestion s'appuie sur deux études expérimentales. La première est une tâche de tri contraint qui a pour but de tester l'hypothèse soutenue par la TTB selon laquelle des mécanismes perceptifs et cognitifs universels déterminent la catégorisation. La deuxième expérience est une étude du lexique des bilingues libanais, qui se caractérise par l'instabilité de la région dite ‘violet' en français. Cette instabilité de la région ‘violet' ne peut être expliquée sur la base exclusive de facteurs perceptifs ou lexicaux et contextuels, et constitue un argument en faveur de notre approche de la catégorisation à l'interface entre contexte, lexique et perception.
Color is an elective field of investigation regarding the interface between culture and cognition: color being understood as a physical continuum of wavelengths comprised between 400nm and 700nm, how can we account for the impression of discontinuity that characterizes its perception? Categories are they determined by external factors, like language, or are they determined by internal factors, like our perceptual and cognitive mechanisms? The first half of the 20th century is marked by a relativist answer to this question. Indeed, the Sapir-Whorf hypothesis contends that color categories are arbitrarily determined by language. However, in 1969, Berlin and Kay publish their basic color terms theory that contradicts the Sapir-Whorf hypothesis. They contend, in the contrary, that ‘basic' color terms are determined by perception, and refer in the same way across languages. This thesis presents the basic color terms' history and evolution, and analyzes the conceptual and experimental tools it uses. We concentrate more specifically on the notions of ‘basic color terms' and of ‘perceptual determination', and show their limits. We ultimately contend that color categorization can only be understood as resulting from the interaction of internal and external factors.
Sciences de l'Homme et Société/Philosophie

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)
sciences cognitives
http://www.risc.cnrs.fr/detail_memt.php?ID=1180
Français

Roberto Casati
Maurice Bloch (rapporteur)
Barry Smith (rapporteur)
Jérôme Dokic
Michel Imbert
Kevin O'Regan
Yves Monino

Perception visuelle – catégorisation de la couleur – sémantique des couleurs – hypothèse Sapir-Whorf – théorie des termes basiques – interaction culture/cognition
Visual perception – color – Sapir-Whorf hypothesis – basic terms theory