4081 articles – 3 Notices  [english version]
Fiche détaillée Thèses
Université Rennes 2 (21/06/1994), Mme Henriette Walter (Dir.)
Liste des fichiers attachés à ce document : 
PDF
recto-verso.pdf(134.3 MB)
Le français tel qu'on le prononce à Casablanca Reflets des tendances actuelles de l'arabe marocain sur la prononciation du français
Abdelfattah Nissabouri1

Mon but dans ce travail est d'étudier le phénomène linguistique connu sous le nom d'accent étranger chez des arabophones marocains parlant français. Dans le domaine de l'arabe marocain, la complexité de l'histoire du pays liée à la non moins grande complexité du terrain linguistique oriente d'une certaine manière l'évolution des parlers. Cette évolution se manifeste dans la dichotomie traditionnelle citadin/bédouin qui, depuis la deuxième moitié du vingtième siècle, est remise en cause par des phénomènes extra-linguistiques tel l'exode rural et le " basculement " du Maroc intérieur vers le littoral. Pour mener à bien cette recherche, J'ai procédé en premier lieu à une analyse phonologique du français parlé par un informateur principal natif de Casablanca, vocalisme d'abord et consonantisme ensuite. Cette analyse a révélé deux types d'interférences phoniques: celles que font les arabophones en général et celles liées à la dichotomie en question. La deuxième grande partie de ce travail se veut résolument dynamique. Elle comprend deux mises au point : la première précise l'état de la recherche en phonologie de l'arabe marocain et permet d'esquisser le profil d'un dénominateur commun des parlers les plus connus (citadins). Dans un deuxième temps, j'ai tenté de circonscrire dans le domaine dialectologique les marquages de type citadin et de type bédouin. Ensuite, j'ai cherché à repérer ces marquages chez des informateurs arabophones citadins et ruraux, issus de régions différentes du Maroc, en les invitant à répondre à un questionnaire phonétique bilingue pour constater que l'atténuation des caractéristiques phoniques respectives de leurs parlers peut se manifester dans leur prononciation du français.
1 :  ERIMIT - Équipes de Recherches Interlangues : Mémoires, Identités, Territoires
ERIMIT
bilinguisme – maroc – arabophones – francophones – citadins – bédouins – prononciation – phonologie – phonétique – interférences – sociolinguistique – transcription – corpus – casablanca

Our objective here is to try to examine the linguistic phenomenon known as foreign accent with Arab-speaking French-speakers. With regard to Moroccan Arab, the complex nature of the country's history relating to the equally considerable complexity of the linguistic field determines in some way changes in speaking. The changes or developments are shown in the traditional way of opposing the city-dwellers to the Bedouins. Since the beginning of the second half of the 20th century, however, certain extra-linguistic phenomena such as the drift from the land and the massive migration of the interior Moroccan inhabitants towards the coastal regions, are calling the issue into question. To carry out successfully thi research work, we have first of all done a phonological analysis - the vowel system first, and then the consonant system, afterwards - of French spoken by a major informant, born in Casablanca. This analysis has brought to light two types of phonic interference - those of Arab-speakers in general ; and those relating to the (city-dweller - Bedouin) opposition in question. The second main part of the research is resolutely dynamic. It comprises two main settings, the first of which specifies the nature of the research in Moroccan Arab phonology and enables us to outline the profile of a common denominator of the best-known speakings (i.e., those of city-dwellers). Secondly, we have tried to explore, through dialectology, the typical characteristics of the city-dweller and those of the Bedouin. Further, we have tried to identify these characteristics with the city-dwelling as well as the rural Arab-speaking informants from different regions of Morocco, by asking them to answer a bilingual phonetic questionnaire, in order to observe that the reduction of the characteristics of their respective speeches might be transferable units into French.