4090 articles – 2 Notices  [english version]
Fiche détaillée Thèses
Université Toulouse le Mirail - Toulouse II (15/11/2006), Emmanuel Eveno (Dir.)
Liste des fichiers attachés à ce document : 
PDF
TheseMathieuVidalLpdf.pdf(22.2 MB)
Les territoires politico-économiques face aux technologies de l'information et de la communication : entre métropolisation et différenciation territoriale
Mathieu Vidal1

La montée en puissance progressive, depuis le début des années 1990, des Technologies de l'Information et de la Communication (TIC), à la fois comme secteur économique et vecteur de nouveaux usages, a non seulement interrogé les schémas classiques relatifs à l'organisation de l'activité économique sur les territoires, mais a aussi révélé de nouvelles stratégies possibles pour les acteurs économiques se saisissant d'un nouveau moyen de développement territorial.

Partant ici de ce double constat, et plaçant au centre de notre réflexion le triptyque " TIC -- Territoire -- Acteurs économiques ", nous rappelons tout d'abord comment les TIC en sont venues à occuper la place qui est la leur, aujourd'hui, dans l'économie, en étant
introduites au sein de territoires servant certes de réceptacles mais surtout de ressources à leur développement. Les TIC se sont par ailleurs insérées dans des schémas de localisation et d'organisation de
l'activité économique venant alors à être réinterrogés (notamment en
terme de métropolisation). Enfin, les TIC repositionnent les différents acteurs économiques (surtout publics) au centre d'enjeux nouveaux pour
les territoires.

Les terrains de ce travail, " territoires en archipel ", nous permettent notamment de nous interroger sur les effets de métropolisation de l'activité liée aux TIC, d'une part en effectuant une étude statistique
autour des métropoles bordelaise, toulousaine et marseillaise, et en étudiant, consécutivement en France et au Canada, une métropole et une ville -- ou " territoire numérique " -- se localisant dans son
arrière-pays. Il s'agit donc d'étudier quelle est la place des TIC, et la manière dont s'en saisissent les différents acteurs économiques, tout d'abord au sein de la métropole toulousaine puis dans le bassin de
Castres-Mazamet, ce dernier constituant le véritable coeur de ce travail. De même, avec des échelles incomparables mais des stratégies différentes justifiant le positionnement des acteurs territoriaux,
Montréal et Bromont, au Québec (Canada), permettent de renouveler l'illustration de l'importance de la place des TIC, à la fois en matière de développement économique et de développement territorial.

Si les métropoles s'inscrivent bien sûr dans une optique de développement technopolitain, les " territoires numériques " ont plutôt
pour objectif, quant à eux, la dynamisation et la différenciation, dans le jeu actuel de la concurrence territoriale, mais aussi la complémentarité avec cette métropole voisine contre laquelle il serait de toute façon impossible de lutter.

Malgré les échelles et les stratégies différentes, ces études démontrent certaines récurrences, comme la place et le rôle des différents types d'acteurs considérés, la force de la métropolisation (notamment en matière de marketing territorial) et l'importance du temps. Enfin, se pose la question de l'échelle pertinente et de la bonne gouvernance, en
matière de gestion des TIC ; si des études récentes relevaient l'importance du niveau régional, on peut s'interroger sur la place que prennent actuellement les intercommunalités et autres communautés d'agglomérations, dans le domaine du développement local axé autour des TIC.
1 :  CIRUS - Centre Interdisciplinaire de Recherches Urbaines et Sociologiques
CIEU
Technologies de l'Information et de la Communication – TIC – Développement local – Métropolisation – Développement numérique – Territoires numériques – Stratégies – Toulouse – Castres-Mazamet – Montréal – Bromont

Since the beginning of the 1990s the progressive rise of the Information and Communication Technologies (ICTs), at the same time as an economic sector and as a vector of new uses, questioned not only the traditional diagrams related to the territories economic activity organization, but also revealed new possible strategies for the economic actors seizing
the opportunity of a new means for territorial development.

Starting here from this double report, we place the triptych "ICTs - Territory - Economic Actors" in the centre of our considerations. First of all, we show how the ICTs succeeded in occupying the place which is
theirs, today, in the economy, while positioning within territories being admittedly used as receptacles but especially as resources for their development. ICTs are also forming part of organization localization diagrams of the economic activity, which are suddenly newly questioned (in particular in term of metropolization). Finally, ICTs are repositioning the various economic actors (especially public ones) in
the centre of new stakes for territories.

The grounds of this work, "archipelago territories", allow us, in particular, to think about the effects of the metropolization of the activity related to the ICTs, on the one hand by carrying out a statistical study done about the metropolises of Bordeaux, Toulouse and Marseilles, and studying, consecutively in France and in Canada, a metropolis and a city - or a "numerical territory" - located itself in its back country. Thus, it is a question of studying which is the place of the ICTs, and the way in which the various economic actors seize them, first within the metropolis of Toulouse, then in the basin of
Castres-Mazamet, this last one constituting the real core of this work. In the same way, with incomparable scales but with different strategies justifying the positioning of the territorial actors, Montreal and
Bromont (Quebec, Canada), made it possible to renew the illustration of the importance of the place of the ICTs, as regards, at the same time, the economic development and the territorial development.

Of course, if metropolises fit in optics of a technopolitan development, "numerical territories" rather aim at dynamization and differentiation, in the current game of territorial competition, but also aim at complementarity with this close metropolis against which it would be in any way impossible to compete.

In spite of the different scales and strategies, these studies show certain recurrences, as the place and the role of the various types of actors considered, the force of the metropolization (in particular as regards territorial marketing) and the importance of time. Lastly, the question of the relevant scale arises, as regards the good scale for the management and governance of the ICTs programs; if recent studies
recorded the importance of the regional level, one can wonder about the place which currently take intercommunalities and also communities of agglomerations as regards local development by the means of the ICTs.