4082 articles – 2 Notices  [english version]
Fiche détaillée Thèses
Université Toulouse le Mirail - Toulouse II (2004-05-24), Jean-Louis Coll (Dir.)
Liste des fichiers attachés à ce document : 
PDF
Finaldoctorat.pdf(6.8 MB)
Développement urbain et dynamiques des acteurs locaux : le cas de Kaolack au Sénégal
Etienne Badiane1

De 1960 jusqu'à la fin des années 1980, le Sénégal organise son Etat sur un modèle fortement centralisé, avec pour caractéristique une forte dépendance des collectivités locales vis-à-vis du pouvoir central. Face à la crise économique et financière qui apparaît au début des années 80, ce modèle trouve rapidement ses limites. La faillite des pouvoirs centraux et les résultats peu probants des PAS, font apparaître la décentralisation (notamment la municipalisation) comme l'alternative permettant de mieux prendre en charge la dynamique du développement.
Dans ce contexte, les villes sénégalaises sont soumises à la nécessité de coopérer avec de nouveaux acteurs pour relever les défis posés par leurs dysfonctionnements.
Ainsi, depuis 1996, la commune de Kaolack a compris que l'enjeu majeur du développement urbain tournait autour de la construction de nouvelles relations de partenariat. La mise en place du Comité de Développement de Kaolack (CODEKA), réunissant tous les acteurs, traduit concrètement la volonté d'impulser des cadres facilitant un développement local participatif. L'observation de la ville de Kaolack illustre les mécanismes qui sont à la base de cette évolution ; ils mettent notamment en lumière le nouveau type de relations qu'entretient le pouvoir politique avec la société civile
1 :  CIRUS - Centre Interdisciplinaire de Recherches Urbaines et Sociologiques
Gouvernance – centralisation – décentralisation – développement local – politiques urbaines – crise économique.

From 1960 to the end of 1980s, Senegal organizes his State on a strongly centralized model, with for characteristic a strong dependence of local governments towards the central power. In front of the economic and financial crisis which appears at the beginning of the 80s, this model quickly finds its limits. The bankruptcy of the central powers and the little convincing results of PAS, create the decentralization (notably the municipalisation) as the allowing alternative to hold up the dynamics of the development.
In this context, the Senegalese cities are subjected to the necessity of cooperating with new actors to meet the challenges following ensue their dysfunctions.
So, since 1996, the municipality of Kaolack understood that the major stake in the urban development turned around the construction of new relations of partnership.
The implementation of the Committee of Development of Kaolack ( CODEKA), gathering all the actors, translates concretely the will to impulse frames facilitating a participative local development. The observation of the city of Kaolack illustrates the mechanisms which are on the base of this evolution; they notably put in light the new type of relations which maintains the political power with the civil society.