4090 articles – 2 references  [version française]
Detailed view Preprint, Working Paper, ...
Available versions:
Attached file list to this document: 
HTML
index.html(88.3 KB)
IMG
image005.png(72.3 KB)
image003.png(151.5 KB)
La promotion immobilière et la division sociale de l'espace résidentiel
Alice Romainville1

Les transformations les plus remarquables de l'espace urbain sont généralement liées à des processus de revalorisation, c'est-à-dire de hausse de la rente foncière[1], obtenue par transformations du cadre bâti. Ces transformations peuvent être des opérations de construction ou de rénovation, impliquant ou non des démolitions préalables, des changements d'affectation, et des changements de population (immigrations dans le cas de l'urbanisation d'une zone non encore occupée par du logement; gentrification[2] dans le cas de la revalorisation d'un quartier populaire, par ex). Qu'est-ce qui explique que certains quartiers connaissent de tels processus et pas d'autres? Pourquoi à tel moment et pas avant ou après? Comment expliquer la géographie des prix de l'immobilier, la géographie résidentielle? Pour faire simple, on pourrait dire qu'expliquer les évolutions dans la division sociale de l'espace urbain consiste à répondre, face à un quartier en cours de revalorisation, à trois questions: « pourquoi? », « pourquoi ici? » et « pourquoi maintenant? ». Ces questions ne sont simples qu'en apparence. Le texte qui suit est une tentative de faire le point sur les différentes façons qu'ont les géographes de répondre à cette question. Il présente, par la même occasion, la problématique de recherche et la méthodologie d'une thèse de doctorat en géographie en cours sur le thème de la production de logement à Bruxelles.
1:  ULB - Université Libre de Bruxelles [Bruxelles]
ville – marché