1421 articles – 350 Notices  [english version]
Fiche détaillée Articles dans des revues avec comité de lecture
Clio, 9 (1999) pp. 57-66
Liste des fichiers attachés à ce document : 
PDF
Grangaud1999Clio.pdf(182.3 KB)
Le cadi, la femme et son prétendant (Constantine XVIII° siècle)
Isabelle Grangaud1, 2

Les recours féminins en justice à Constantine ne sont pas rares à la fin du XVIIIème siècle. Cette contribution se propose de porter attention aux circonstances d'un recours de ce type au terme duquel le cadi prononce l'annulation d'un mariage. L'acte notarié qui en rend compte se prête à plusieurs niveaux d'analyse. On y peut lire une dénonciation des pratiques coutumières en vigueur dans l'espace urbain. On y peut voir également la façon dont des femmes font usage de la justice du cadi en vue de défendre leur libre arbitre. Mais dans le même temps, la propension de celles-ci à faire valoir leur bon droit dans ce cadre, en contribuant à renforcer les attendus de la shari‘a, a pour conséquence de préserver la hiérarchie des catégories juridiques qui la fonde, et partant de perpétuer les rapports d'inégalité en droit entre les femmes et leurs pairs masculins.
1 :  MMSH - Maison méditerranéenne des sciences de l'Homme
2 :  IREMAM - Institut de Recherches et d'Etudes sur le Monde Arabe et Musulman
justice – femme – Maghreb – Constantine – époque ottomane – époque moderne – contrat de mariage – fiançailles – annulation du mariage – cadi – archives ottomanes – bon droit – femme et droit – sharia – pratique coutumière – plainte – conflit