1456 articles – 349 Notices  [english version]
Fiche détaillée Articles dans des revues avec comité de lecture
Journal des Africanistes, Sahara : identités et mutations sociales en objets (Tatiana Benfoughal et Sébastien Boulay éds) Tome 76, fascicule 1 (2006) p. 165-185
Liste des fichiers attachés à ce document : 
PDF
Siwa_argile_Battesti.pdf(1.3 MB)
De l'habitation aux pieds d'argile, Les vicissitudes des matériaux et techniques de construction à Siwa (Égypte)
Vincent Battesti1, 2

Reflet de l'importance qu'il lui accorda, Leroi-Gourhan consacra une large part à l'habitation dans son traité sur la technologie (Milieu et techniques). L'habitation et surtout les modifications de son apparence à Siwa, oasis saharienne et égyptienne des confins libyens, semblent aujourd'hui focaliser toute l'attention, mais avec des motivations toutes différentes.

Si l'on peut décrire Siwa comme « une oasis vierge, et [qui] n'est pas encore affectée par les styles modernes » (Architecture Traditionnelle méditerranéenne, Corpus, Euromed Heritage, http://www.meda-corpus.net), on notera qu'au moins depuis son accès facilité par la route goudronnée qui la relie à la côte (1984), Siwa a été le témoin d'importants changements dans les modalités de l'habitat, mais également de ses habitations. On pourra s'intéresser à la maison comme objet, mais aussi en particulier aux techniques de constructions et aux matériaux. Ces matériaux sont massivement passés de l'argile (un mortier d'argile salée, le karshif en arabe et le tlaght en siwi, parler berbère de Siwa) au gypse calcaire équarri (Tôb en arabe ou en siwi). Ces deux matériaux sont identiquement locaux et de production locale, mais s'opposent sur plusieurs points. La couleur varie (on passe de l'ocre rouge au blanc éventuellement enduit et coloré). Le matériau induit une plasticité générale de l'ouvrage différente à la modification. Le changement de matériau est concomitant d'un changement de la conception de l'habitat et des usages sociaux de l'habitat (d'habiter, proxémies en particulier).

Notons surtout que le matériau argileux disparaissant des usages, il semble avoir été pris en affection par de nouveaux acteurs de poids dans la région, les nouveaux promoteurs de la tradition (des politiques et des commerciaux, obéissants et ecolodgiques). Ces acteurs inventent ainsi le style traditionnel de Siwa et pose l'argile comme objet de (re-) considération et celle-ci revient alors sur le devant de la scène oasienne pour, comme le dit sans ironie un habitant, « que ça reste comme avant ». Et ça marche : en peu d'années, le statut de l'objet tlaght (argile) s'est vu mieux partagé entre les divers acteurs : il est dit et pensé dans le même mouvement comme local-et-naturel et devient un marqueur aujourd'hui du « traditionnel ».
1 :  CEDEJ - Centre d'études et de documentation économiques, juridiques et sociales
2 :  EAE - Eco-Anthropologie et Ethnobiologie
Siwa – Egypte – oasis – construction – habitat – bâti – patrimonialisation – traditionnel – identité – patrimoine – tourisme