1422 articles – 350 references  [version française]
Detailed view PhD thesis
Université Toulouse le Mirail - Toulouse II (02/03/2007), Bernard Boëne; Marie-Christine Jaillet (Dir.)
Attached file list to this document: 
PDF
THESE_Esther_Larroque.pdf(1.3 MB)
Une expérience de médiation, Vivre en Ville à Toulouse : entre innovation et conformation
Esther Larroque1

L'association Vivre en Ville avec la Ville de Toulouse, EDF et la SEMVAT, a créé des postes d'agents de médiation dans les services publics toulousains. A partir d'une enquête qualitative compréhensive, ce travail interroge le sens de ces " nouveaux métiers " de la médiation. Dans un premier temps, ces emplois se sont révélés une réponse au chômage des jeunes et à l'insécurité urbaine. Nous avons alors posé la question de leur professionnalisation. Néanmoins, les agents de médiation étaient recrutés à cause de leurs difficultés d'insertion professionnelle, et du fait de leur appartenance ethnique. Et ils se sont rapidement enfermés dans une identité de jeunes en insertion à qui l'on déléguait le " sale boulot " du contact avec les publics problématiques. Ce questionnement autour de l'insertion des jeunes issus des quartiers " sensibles " pose la question du déni des catégories ethniques dans la politique de la ville toulousaine.
1:  LISST - Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires
CIEU
Toulouse – Médiation – Politique de la ville – Zone urbaine sensible – Jeune – Insertion professionnelle

The association Vivre en Ville has created, as a partner of the town council of the city of Toulouse, some jobs of social mediators in public services. Through qualitative and comprehensive investigation, this work questions about the meaning of these new jobs. At first, they have been a solution to young people unemployement and problems of urban insecurity. So we ask if they could be real job in long term. However the mediation agents have been recruited because of their own difficult integration and because they belong to ethnic minorities. In fact, they have soon considered as people in search of social integration who were assigned to deal with dirty work of public services. Our question about their insertion as young people coming from inner city is in fact a question about the policy of the city deny some ethnic categories.