1421 articles – 350 references  [version française]
Detailed view Conference proceedings
Le chant du texte dans la poésie lyrique des troubadours, France (2005)
Attached file list to this document: 
PDF
article_HAL.pdf(441 KB)
Le chant du texte dans la poésie lyrique des troubadours
Christelle Chaillou1

La naissance de la poésie des troubadours démontre qu'une langue vulgaire peut rivaliser avec le latin. Dans ses Razos de trobar, Raimon Vidal de Besalu souligne la précellence de la langue occitane pour la conception de la poésie et le devoir d'en connaître les règles grammaticales. Il nous explique que les autres langages sont peu appréciés et non appropriés au chant du troubadour. L'art de trobar est par conséquent conditionné par l'usage de l'occitan. En outre, la dimension mélodique a souvent été délaissée lors de l'étude des chansons de troubadours. Pourtant, Bernard Carbonel nous dit : « Le texte sans la musique est comme un moulin sans eau ». Ainsi, pour créer oralement un discours poétique de haut niveau, il doit savoir manier l'art de faire los motz e•l so. Ce tissage des mots et des sons impose une relation constante des sonorités musicales et linguistiques avec l'agencement du discours poétique. Comment le chant de la langue peut-il imposer la création musicale ? Quelles peuvent être les marques musicales du chant du texte ? A l'aide d'exemples issus de la poésie lyrique des troubadours, nous étudierons ici le rapport triangulaire du sens, du son musical et du son de la langue. Quels sont les moyens sonores du troubadour pour stimuler l'attention lors de la performance ? Car si la chanson plait, ses qualités de trouveur seront reconnues par le seigneur et sa cour.
1:  CESCM - Centre d'Etudes Supérieures de Civilisation médiévale