1456 articles – 350 references  [version française]
Detailed view Conference, seminar, workshop communication
Conférence internationale " Hydrologie des régions méditerranéennes et semi-arides ", ENSA, Montpellier : France (2003)
Attached file list to this document: 
PDF
Hydromedit-Montpellier2003.pdf(171.4 KB)
La ressource en eaux non conventionnelles facteur de développement en zone saharienne
Aude Nuscia Taïbi1, Gérard Moguedet2, Rachid Boukchina3, F. Ababsa4, A. Gaouar5, F. Lakhdari6, D. Dubost2, D. Violleau2, F. Picard-Bonnaud2, D. Kirane7, A. Semadi8, M. Belguedj4, A. Hettal4, L. Hafouda4, M. Aït Meziane4, M. Moussaoui9

La consommation en eau en milieu urbain au Sahara algérien et tunisien a atteint des niveaux démesurément élevés puisque l'on enregistre à certains endroits des consommations de 500L/jour/personne. Les eaux captées ne sont pourtant pas renouvelables et c'est ainsi que la Tunisie, par exemple, a désormais mobilisé une grande partie de la ressource en eau conventionnelle dont elle disposait. La Tunisie puise maintenant dans son capital et ses réserves diminuent inexorablement, en particulier en domaine saharien, d'autant qu'une partie de la ressource est en train de se saliniser. Malheureusement les eaux une fois utilisées, et traitées comme en Tunisie ou non traitées comme en Algérie, même s'il existe quelques stations d'épuration, sont rarement valorisées, alors qu'elles constituent un potentiel de développement, notamment agricole, intéressant. Le projet AQUASIS est destiné à proposer un système de fonctionnement durable du milieu oasien, en particulier en ce qui concerne la gestion de la ressource en eau. Il a pour objectif - d'évaluer le fonctionnement actuel des oasis tunisiennes et algériennes (étude de l'organisation des oasis, des structures agraires, des pratiques agricoles, du cycle de l'eau, de la répartition entre les différents usages, du bilan des pertes, du potentiel en eaux marginales, etc..) - de déterminer les nouvelles méthodes de gestion à mettre en œuvre pour diminuer les pertes et valoriser au maximum la ressource en eau - de tester sur périmètre expérimental des structures agraires plus adaptées - d'optimiser la valorisation des eaux marginales en particulier celles des eaux usées urbaines épurées La valorisation de ces eaux nécessitent bien entendu d'éliminer tout risque sanitaire.
1:  ESO - Espaces et Sociétés
2:  UMR M.A. LSEA
3:  IRA - institut des régions arides
4:  INRAA - Institut National de Recherches Agronomiques d'Algérie
5:  CRSTRA - Centre de Recherche Scientifique et Technique sur les Régions Arides
6:  Université de Biskra
7:  Université de Annaba, Algérie
8:  Université de Annaba
9:  ANAT - Agence Nationale d'Aménagement du Territoire
Sahara – ressources en eau – lagunage – valorisation d'eaux usées épurées – agriculture