s'authentifier
version française rss feed
Fiche détaillée Thèses
Université de la Sorbonne nouvelle - Paris III (02/06/2007), Gilles Luquet (Dir.)
Liste des fichiers attachés à ce document : 
PDF
A.C.S._thA_se.pdf(5.9 MB)
LES PHÉNOMÈNES GLOTTAUX EN SITUATION DE CONTACT LINGUISTIQUE : MAYA ET ESPAGNOL DU YUCATÁN, Mexique
Antonia Colazo-Simon1

Dans cette thèse, je montre que la production de la glottalisation dans l'espagnol parlé au Yucatán, Mexique, se manifeste différemment selon sa position dans le mot et selon la compétence linguistique du locuteur. La consonne glottale à l'intervocalique se distingue d'une glottalisation en finale par des variations de la glotte. Ces différences physiologiques sont confirmées dans ce travail par l'analyse des signaux de parole et laryngographiques. Les différences se manifestent par un DEV (durée d'établissement du voisement) de la consonne glottale significativement inférieur à celui des occlusives glottalisées chez tous les locuteurs Yucatèques et une réponse du bruit de l'explosion (résonance) plus faible. Ce dernier effet résulte de décalage temporel qui s'établit entre les articulateurs de la cavité buccale et ceux de la glotte pour la production des occlusives glottalisées. La fréquence d'énergie de l'explosion et la durée des occlusives glottalisées et de la consonne glottale sont influencées par leur position dans le mot. Elles varient aussi en fonction des locuteurs (bilinguemonolingue). La consonne glottale (entre deux voyelles ou en position finale), considérée par des phonéticiens mayanistes comme une occlusive glottale, est produite comme une fricative glottale à l'intervocalique, comme une fricative ou une occlusive glottale en finale par les Yucatèques.
1 :  LPP - Laboratoire de Phonétique et Phonologie
Laboratoire de Phonétique et Phonologie (LPP) UMR 7018 CNRS/PARIS3
espagnol – maya – glottalisation – laryngographe – langues en contact – phonétique acoustique et physiologique

GLOTTAL PHENOMENA IN A LINGUISTIC CONTACT SITUATION: MAYA AND SPANISH OF YUCATÁN, MEXICO
In this dissertation, I demonstrate that the realization of the Spanish glottalization accounted for in Yucatán, México, differs depending on its position in the word and the linguistic ability of the speaker. The glottalization of an intervocalic stop is distinguished from a final glottalization by a distinct action of the glottis. I document these physiological differences by acoustic analyses and by the use of laryngography. The discrepancy in question appears in the VOT (voice-onset time), which is significantly shorter for glottal consonant than for the glottalized stops of all Yucatecan speakers. Likewise, the explosive noise response (resonance) is weaker in the glottal stop. This last effect results from a temporal shift that is established between the articulators of the oral cavity and the glottis to produce these glottalized stops. The location of energy concentration of the explosion and the duration of the glottalized stop and glottal consonant are influenced by their position in the word. They also vary according to whether the speaker is bilingual or mono-lingual. The glottal consonant (between two vowels or in initial or final position) considered by some mayan phoneticians as a glottal stop, is produced more like a glottal fricative in initial position and like a glottal stop or a glottal fricative in final position by Yucatecan.

tous les articles de la base du CCSd...
tous les articles de la base du CCSd...
tous les articles de la base du CCSd...
tous les articles de la base du CCSd...
tous les articles de la base du CCSd...