login
english version rss feed
Detailed view PhD thesis
Université de Bourgogne (29/11/2011), Jean-Jacques Paul (Dir.)
Attached file list to this document: 
PDF
11048.pdf(1.9 MB)
Le marché du travail des scientifiques : capital humain, incitations, proximité
Claire Bonnard1

Cette thèse a comme objectif d'apporter une contribution à l'économie de l'innovation au niveau microéconomique. Elle est composée de trois chapitres portant sur le marché du travail des scientifiques et ingénieurs, les incitations à l'innovation dans le secteur privé et l'existence d'effets de proximité spatiale dans le recrutement des jeunes diplômés en sciences et ingénierie (S&I). Dans le premier chapitre de cette thèse, nous nous intéressons au marché du travail des scientifiques et ingénieurs. Tout d'abord, nous dégageons les différentes caractéristiques de ce marché du travail. Nous analysons ensuite les différents déterminants d'accès aux activités de R&D pour les jeunes diplômés en S&I. Enfin, nous nous interrogeons plus globalement sur la valorisation des activités de R&D au sein des entreprises privées. Nous déterminons s'il est rentable pour un ingénieur d'effectuer sa carrière au sein des activités de R&D. Cette analyse du marché du travail des scientifiques en entreprise montre qu'il n'existe pas de primes aux fonctions de R&D. Ce résultat nous amène à nous interroger dans le second chapitre de cette thèse sur les incitations à l'innovation dans le secteur privé. La mesure de l'innovation choisie est le fait pour un ingénieur de déposer un brevet, indicateur habituellement choisi pour mesurer l'innovation au niveau des entreprises. Nous nous intéressons aux types d'incitations monétaires reçues par les inventeurs au sein des entreprises. De la littérature, deux types d'incitations ressortent : les incitations liées à la performance de l'agent (le salaire) et celles liées à la performance des entreprises (les stock-options). Nous portons une attention particulière à la mobilité inter-entreprise des inventeurs. Dans le dernier chapitre de cette thèse, dans la lignée des travaux de l'économie de la connaissance portant sur le lien innovation-territoire, nous analysons l'existence d'effets de proximité dans le recrutement des jeunes diplômés en S&I par les entreprises pour leurs activités de R&D. Nous cherchons également à déterminer si le capital humain des scientifiques est plus fortement valorisé sur le marché du travail local, remettant dans une certaine mesure en cause la théorie de la prospection d'emploi spatiale. Enfin, nous portons une attention toute particulière à la valorisation du capital humain scientifique au sein des pôles de compétitivité mis en place par le gouvernement français en 2005 à l'image des clusters américains.
1:  IREDU - Institut de recherche sur l'éducation : Sociologie et Economie de l'Education
Innovation – Économie de l'innovation – Politique d'innovation – RD – Capital humain – Marché du travail scientifique – Incitation salariale – Théorie des incitations – Organisation spatiale

The aim of that thesis is to bring a micro level contribution to the economics of innovation when using original datasets on the French case. Here the manuscript is structured in three chapters: the labour market of scientists and engineers, the incentives for innovation in the private sector and the existence of spatial spillovers in the school to work transition for graduates in science and engineering (S & I). In the first chapter of this thesis, we focus on the labour market for scientists and engineers. First, we identify the different characteristics of this labour market. We then analyze the determinants of access to R & D for young graduates in S & I. Finally, we question more broadly on the valuation of R & D in private companies. We determine whether it pays, or not, for an engineer to track his career in R & D. This analysis of the labor market of scientists in industry shows that there is no direct return in R & D activities. This result raises the question about incentives. The second chapter is centered on those incentives for innovation in the private sector. The measurement for innovation is that the engineer has filed a patent, usually chosen indicator to measure innovation at the firm level. We are therefore interested in the variety of monetary incentives received by the inventors in private sector. The literature shows two types of monetary incentives: i) incentives related to performance of the inventor (wage level) ii) related to business performance (stock-options grants). We pay particular attention to inter-firm mobility of inventors. In the final chapter of this dissertation, in line with the spatial analysis of innovation in literature, we analyze the existence of spatial spillovers effect in the recruitment of graduates in S&I by companies for their R&D activities. We also seek to determine whether the human capital of scientists is more highly valued in the inner circle of the more efficient scientific clusters. Our hypothesis tests the consistence for extent putting into question the theory of spatial job search. Finally, we pay special attention to the return to scientific human capital within the competitiveness poles established by the French government in year 2005 modeled on North American scientific clusters.
innovation – R&D – scientific human capital – incentives – spatial proximity.

all articles on CCSd database...
all articles on CCSd database...
all articles on CCSd database...
all articles on CCSd database...
all articles on CCSd database...