login
english version rss feed
Detailed view PhD thesis
Université de Abomey-Calavi (30/11/2010), Brice SINSIN (Dir.)
Attached file list to this document: 
PDF
Impression_ThA_se_Djenjoan-C-_A5_.pdf(4.8 MB)
ANNEX
PrA_sentation_thA_se.pptx(4.8 MB)
Dynamique des stratégies et des pratiques d'utilisation des parcours naturels pour l'alimentation des troupeaux bovins au Nord-Est du Bénin
Jonas Djenontin1

L'élevage est la deuxième activité économique après l'agriculture au Bénin. L'élevage bovin, dont la zone de propension est le Nord du Bénin et en particulier le Nord-Est demeure la grande composante du secteur de l'élevage avec un cheptel dont l'effectif approche actuellement 2.000.000 de têtes. La promotion de cet élevage n'a pas toujours pris en compte tous les aspects de son développement surtout les aspects socio-anthropologiques et socio-économiques. La gestion économique actuelle de l'élevage a imposé des politiques de développement articulées autour du complexe élevage-environnement. La nécessité d'appréhender ce complexe à l'image des éleveurs qui recherchaient l'harmonie avec leur milieu devrait constituer un objectif fondamental des intervenants dans ce secteur. L'analyse du cadre environnemental a mis en exergue un milieu propice au développement de l'élevage bovin. Toutefois certains handicaps profonds sont apparus à l'analyse de la structuration des sociétés au Nord-Est du Bénin. Les relations sociales historiques et la spécialisation des fonctions agricoles cantonnaient chaque ethnie dans une fonction et une position sociale donnée. Les Peul sont les éleveurs par excellence, les Baatonu des agriculteurs et les Yorouba et Dendi des commerçants. Malgré une dynamique d'évolution à la faveur de la mise en place progressive d'un état moderne avec sa structure administrative et ses politiques de développement, la lecture sociale a mis en exergue les faiblesses de la gestion administrative et de la promotion sociale des différentes communautés au Nord-Est du Bénin. A la faveur de la complémentarité des différentes communautés, les éleveurs ont développé des attitudes de survie et de développement de leur activité principale qui est l'élevage bovin. Les caractéristiques socio-anthropologiques des exploitations d'éleveurs de la zone d'étude ont montré leur flexibilité à s'adapter au milieu d'abord en intégrant l'agriculture à l'élevage et en développant des relations sociales avec les autres acteurs du territoire pastoral. Ces relations sociales leur ont permis d'avoir les espaces nécessaires à leur activité à la fois dans leur terroir d'attache ou d'origine et aussi dans des voisinages dont l'étendue pouvait être régionale ou nationale. Cette propension à agrandir l'espace s'est construite aussi sur la base de leur connaissance fine des faciès de végétation particulièrement au Nord-Est du Bénin et dans les territoires d'extension pastorale avec des repérages temporels de la disponibilité des espèces fourragères recherchées en des unités précises de leur territoire pastoral. Les faciès de végétation exploités couvrent les savanes herbeuses, les savanes arbustives, les savanes arborées et les forêts claires. Les unités territoriales exploitées sont constituées des niches écologiques que l'éleveur a intégrées aux différents itinéraires des troupeaux pour maintenir un état nutritionnel satisfaisant des animaux du troupeau. Les éleveurs évaluent quotidiennement l'état nutritionnel des animaux par rapport à leur état corporel qui est normé à partir de points anatomiques précis. L'évaluation temporelle et spatiale de l'état corporel des animaux du troupeau a permis aux éleveurs de construire les parcours des animaux et d'en déterminer les périodes propices d'exploitation. La construction des itinéraires a été dynamique et elle a permis à l'éleveur de répondre à des situations normales ou exceptionnelles de production ou des situations socio-économiques pouvant porter atteinte à son bien-être. L'éleveur a été aussi astreint à des modifications des aptitudes des animaux de son troupeau ou à améliorer leurs performances de production sur un terme plus ou moins long pour mieux répondre aux conditions dynamiques de son environnement socio-économique et culturel.
1:  LEA/FSA/UAC - Laboratoire d'Ecologie Appliquée
"Elevage – bovin – société – relations – état nutritionnel – parcours naturels"

Rangeland using strategies and practices for cattle herd feeding in the Northest Bénin
Livestock was the second economic activity after crops farming in Benin. Cattle livestock in the propensity zone of North Benin and particularly of the Northeast remained the major component of the livestock sector as cattle stock estimated to 2,000, 000 heads. Livestock promotion in Benin did not take into account all the aspects of its development especially the socio-anthropological and socioeconomic aspects. The economic management of the herds nowadays imposed development of policies articulated around the complex herd-environment. The necessity to figure out this complex just like the herders who looked for the harmony with their environment should become key objective assigning to all stakeholders in this sector. The analysis of the environmental frame highlighted some favorable conditions to the development of the cattle herding. However some deep handicaps appeared while analysing the structuralisation of the local communities in the Northeast of Benin. The historic social relationships and the specialization of the agricultural functions maintained every ethnic group in a function and an acquired social position. Then Fulani were considered as herders, Baatonu as farmers, Yoruba and Dendi as traders. In spite of a progress in the implementation of a modern state with its administrative structure and its development policies, the social features highlighted the weaknesses of administrative management and social advancement of the communities in the Northeast of Benin. With the complementarities of the communities, the herders had developed survival attitudes and the progress of their main activity that was the cattle herding. The socio-anthropological characteristics of the herder families showed their flexibility to adapt themselves to the environment by joining farming into herding and by developing social relationships. All these strategies allowed them to have enough spaces for their activity at the same time in their tie or their origin country and in neighborhood area, which can be regional or national. This behavior also built itself based on their fine knowledge of the vegetations in different parts of the pastoral land and with the indicators availability of fodder species according to seasons in Northeast Benin and neighbor. The vegetation units used as rangelands covered natural grasslands in savannas and woodlands. These exploited territorial units constituted by ecological niches, which the herder integrated into the various itineraries of herds to maintain all herds and animals nutritional state satisfying. The herders estimated daily the nutritional state of the herd and animals with regard to their physical state, which is accurate from precise anatomical points. The temporal and spatial evaluation of the physical state of the herd and animals allowed herders to build the itineraries of rangelands and to determine the convenient periods of their exploitation. The rangelands building were dynamic and allowed the herder to answer to normal or exceptional situations of production or to socioeconomic situations in order to maintain their well-being. The herder was also liable to modifications of the capacities of his cattle herd or to improvements of cattle herd production performances on a more or less long term according to the dynamic conditions of the socioeconomic and cultural environment.
"Herd – cattle – rangelands – nutritional condition – society – relationship"

all articles on CCSd database...
all articles on CCSd database...
all articles on CCSd database...
all articles on CCSd database...
all articles on CCSd database...